Mon compte
    Décès de Michel Serrault
    30 juil. 2007 à 07:34

    L'acteur français Michel Serrault est décédé ce dimanche 29 juillet, à l'âge de 79 ans. Aussi à l'aise dans la comédie que dans le drame, le comédien aux 135 films compte parmi les monstres sacrés du cinéma hexagonal.



  • (Re)découvrez cinquante ans de la carrière de Michel Serrault avec Ina.fr


  • L'acteur français Michel Serrault s'est éteint ce dimanche 29 juillet des suites d'une longue maladie. Monstre sacré du cinéma et du théâtre, le comédien s'est produit dans quelque 135 films, passant allègrement de la comédie au drame, du chef-d'oeuvre au sympathique nanar. Michel Serrault avait 79 ans.

    Le recalé du Conservatoire

    Refusé au Conservatoire au terme de deux années d'études au centre du spectacle de la rue Blanche, Michel Serrault signe son premier contrat en 1946, pour une tournée en Allemagne. Il y joue notamment Les fourberies de Scapin. En 1948, il fait son service militaire à Dijon dans l'aviation. De retour à Paris, il apparaît dans Dugudu, le second spectacle de Robert Dhery après Les Branquignols. C'est en 1952 qu'il rencontre Jean Poiret aux matinées classiques du théâtre Sarah-Bernhardt. Ils interprètent ensemble le sketch Jerry Scott, vedette internationale.

    Débutant pour Clouzot

    Michel Serrault débute au cinéma en 1954 dans Ah ! les belles bacchantes de Jean Loubignac, et dans Les Diaboliques (1955) de Henri-Georges Clouzot, où il interprète un instituteur. Parallèlement à cette nouvelle orientation de carrière, il passe avec Jean Poiret à l'Olympia, à Bobino, à l'Alhambra. Pendant longtemps, leurs noms restent associés aussi bien au théâtre qu'au cinéma ou au cabaret. Sacha Guitry les découvre à la télévision et leur donne les rôles principaux d'Assassins et voleurs (1957). Dans les années 60, Michel Serrault semble accorder plus d'intérêt à sa carrière théâtrale qu'au cinéma. C'est ainsi qu'il joue Monsieur Dodd (1966), d'Arthur Watkin, Opération Lagrelèche (1967) (qu'il a écrit et mis en scène avec Jean Poiret), Gugusse (1968) de Marcel Achard, Le Vison voyageur (1969) de Jean-Loup Dabadie, et Le Tombeur (1972) de Neil Simon.

    La période série B

    Au cinéma, peu prisé par les grands metteurs en scène, il enchaine les comédies de série B comme Les Combinards (1964), Bon Week end (1965), ou encore Le Fou du labo 4 (1967). En 1972, il trouve enfin un rôle à sa mesure dans Le Viager de Pierre Tchernia, avec qui il commence une longue collaboration. La même année, sous la direction d'd'Étienne Périe, il interprète, dans Un meurtre est un meurtre, un commissaire de police antipathique et peu scrupuleux prêt à tout mettre en oeuvre pour démasquer un assassin.

    "La Cage aux folles" : la consécration

    Le 1er février 1973, au Théâtre du Palais Royal, c'est la création de La cage aux folles, la pièce de Jean Poiret qui connaît une carrière triomphale et fait de Michel Serrault une vedette. Il jouera le rôle d'Albin pendant plus de cinq ans, sans pour autant interrompre une carrière cinématographique où son nouveau statut lui permet d'être plus exigeant que par le passé. Étrangleur de femmes dans L'Ibis rouge (Jean-Pierre Mocky, 1975), banquier véreux dans L'Argent des autres (1978), Michel Serrault semble de plus en plus souvent tourner le dos aux rôles comiques si nombreux au début de sa carrière. C'est néanmoins son personnage d'Albin qui lui vaut, en 1979, le César de l'interprétation masculine dans La Cage aux folles, l'adaptation à l'écran par Edouard Molinaro de la pièce de Jean Poiret.

    Miller, Sautet, Kassovitz...

    Désormais, le comédien va alterner drames et comédies, avec une prédilection pour les personnages décalés, exceptionnels. Incarner des personnages d'exception, c'est tout le paradoxe d'un comédien que son physique avait longtemps cantonné dans des rôles de français moyen, timide et modeste. Tout le contraire de l'Oeil, le privé de Mortelle randonnée (1982), de l'inspecteur Stanitand dans On ne meurt que deux fois (1985) ou du personnage de notable accusé, dans Garde à vue, d'avoir violé et tué une petite fille, et qui, en 1981, vaut à Michel Serrault son second César d'interprétation. Il en obtient un troisième en 1995 pour son interprétation dans Nelly et Monsieur Arnaud (1995), dernier film de Claude Sautet, aux cotés d'Emmanuelle Béart. La même année, son retour à la comédie Le Bonheur est dans le pré est salué par un succès. La nouvelle génération fait appel à lui. Mathieu Kassovitz le transforme en tueur impitoyable pour les besoins Assassin(s), tandis qu'il est un agriculteur bougon au grand coeur (Une hirondelle a fait le printemps) face à Mathilde Seigner.

    La Rédaction d'AlloCiné avec AFP
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • petitechaine
      Encore un grand Monsieur qui nous quitte. Depuis quelques mois, c'est une véritable hécatombe. Noiret, Cassel, Brialy et maintenant Serrault. je 'en finis plus de verser des larmes...personne ne pourra les remplacer. Y a-t-il des acteurs de notre époque qui pourraient leur arriver à la cheville?Maintenant, j'appréhende d'apprendre les disparitions de Michel Galabru, Pierre "Magic" Tchernia et Roger Carel.Heureusement qu'il nous reste le cinéma et les DVD pour nous souvenir. Au revoir Monsieur Serrault...et merci
    • Gerard1953
      C'était un grand Monsieur ! :(
    • broisou
      On dit adieu a un monste du cinéma!après les noiret,brialy,cowl, cassel, villeret, dufilho,yanne ....ca fout 1 coupau moins la haut ca doit bien rigoler....
    • Lhommedelombre
      Merci a toi michel et a tout ces rires ke tu nous a donné bonne continuation j'espere ke tu les fera rires là haut encore merci pour tout ce bonheur :sweat:
    • Domi942
      Michel SerraultMerci pour ces inoubliables moments de rire et merci egalement de m'avoir fait vibrer...Un homme qui savait faire rire une femme et en plus la faire vibrer d'emotion devait sans aucun doute etre un etre exceptionnel ; vous l'etiez et le resterez a jamais .
    • superyiyi
      Si je me rappelle bien, l'été 2004 avait été meurtrier aussi : pendant que j'étais en voyage (10 jours) : Sacha Distel, Serge Reggiani, Jerry Goldsmith nous quittaient. Serrault va nous manquer m'sieu dames. Il avait tant bercé mes jeunes années. :(
    • cocolapin-2la-foret-des-revebl
      On pourrait appeller cet été : L'été meurtrier. Beaucoup de morts ces derniers temps dans le cinéma... Ulrich Muhe, Lazlo Kovacs, Edward Yang, Ingmar Bergman, Michaelangelo Antonioni et maintenant Michel Serrault... Que des grands ! :sweat: Quel malheur
    • lovehappens2
      Rochefort et Darrieux ne sont absolument pas morts !!!
    • lovehappens2
      t'as craqué toi ! Ils sont pas morts Rochefort et Darrieux !!
    • Pakwa
      Quelle triste serie ... Noiret, Cassel, Serrault, Bergman, Antonioni ... et si on arretait !! Les bons s'en vont et la releve est tres dure. On ne devient plus un monstre sacre aujourd'hui, seuls les precurseurs y sont arrives ... :(
    • bj13
      Une grande perte pour la france, et meme plus pour le monde !Michel Serrault etait un dieux parmis les dieux...il se trouve maintenant la haut parmis les etoiles avec beaucoup autre de ses confreres (louis de funes...)sa mort m'a beaucoup attristé.En revoire M. Serrault.Vous nous Manquer enormement ...
    • smallpunk11
      Mais quelle anée de merde :sweat: Phillipe Noiret ,Jean- pierre Cassel et maintenant Michel Serault ...UN grand monsieur nous quitte ... :(
    • madamecinema
      une grande perte pour moi. c'est un acteur que j'ai toujours vu au fil de ses films. Adieu pépé la grenouille :jap:
    • superyiyi
      Le meilleur de tous est parti. Quelle perte. :(
    • ptifou3
      il resteras dans notre mémoire a tous mais grace a ces film on le garderas toujours vivant dans nos coeurs.bravo l'artiste et a bientot pépé la rénette...
    • julioto
      J'ai été comme beaucoup de monde attristé par la mort de Mr Serrault, mais comme il le disais lui même, ce qu'il faut c'est continuer à tourner et tourner, la vie continue et la meilleur manière de lui rendre hommage c'est de le fêter de ne pas le penser au passé mais de le vivre au présent de se rappeler de lui dans les bon et les mauvais moment, l'avoir toujours au fond du coeur comme un indice du tout est possible ce dir qui si lui a réussit nous-même nous le pouvons, vive l'amour vive la vie vive le cinéma vive Mr Serrault
    • DarkPaulus
      L'année 2007 n'est pas une bonne année pour les acteurs malheureusement, la liste devient longue de tous ces géants qui s'en vont les uns après les autres, c'est une génération entière qui s'éteint mais graçe à leur talent nous nous souviendrons longtemps de ces messieurs Brialy, Cassel, Noiret, Villeret et maintenant Serrault alors comme le dit si bien l'article : Salut l'ariste... :( :(
    • bobmorane63
      Monsieur Michel Serrault, vous etiez un grand acteur qui a su me faire rire dans "Le bonheur est dans le pré", "Deux heures moins de quart avant Jesus Christ", "La cage aux folles" et d'autres.Vous etiez un acteur qui pouvait s'aventurer dans plusieurs registres dont l'excellent "Nelly et monsieur Arnaud".Vous allez nous manquer.
    • aurel7
      Dans vos rôles vous m'amez ému, fait rire, terrifié...et dans votre propre rôle ce dimanche, vous m'avez fait pleurer. R.I.P. Mr Serrault et rendez-vous dans vos films.
    • Oh-Dae-Soo
      Adieu Mr Serrault et encore merci pour l'un des plus grand rôle du cinéma français... le votre dans Huis Clos... Ciao l'artiste!
    Voir les commentaires
    Back to Top