Notez des films
Mon AlloCiné
    No Man's Land sur Arte : que vaut le thriller sur fond de guerre en Syrie avec Félix Moati et Mélanie Thierry ?
    Par Julia Fernandez — 26 nov. 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Ce soir à 20h55, Arte diffuse les trois premiers épisodes de la série "No Man's Land", coproduction franco-israélienne mêlant drame familial et thriller d'espionnage servie par un solide casting international.

    De quoi ça parle ?

    2014. La vie rangée d’Antoine bascule le jour où il croit reconnaitre sa sœur, qu’il pensait morte, sur une vidéo de combattantes kurdes en Syrie. En partant à sa recherche, il rejoint cette unité de femmes et va voyager avec elles à travers le territoire syrien pour tenter de découvrir la vérité...

    Dès le 26 novembre sur Arte, et disponible gratuitement jusqu'au 30 mai 2021 sur arte.tv

    No Man's Land
    No Man's Land
    Sortie le 26 novembre 2020 | 45min
    Série : No Man's Land
    Avec Félix Moati, Mélanie Thierry, Souheila Yacoub, James Floyd, Dean Ridge
    Presse
    4,1
    Spectateurs
    4,1

    C'est avec qui ?
    Créée par les scénaristes et producteurs israëliens Maria FeldmanEitan Mansuri et Amit CohenNo Man's Land présente un casting franco-britannique qui fonctionne à merveille, où le français se mélange à l'arabe, à l'anglais et au kurde. Après La Douleur et Le Vent TourneMélanie Thierry fait une incursion dans les séries en jouant Anna, la soeur disparue d'Antoine, incarné par Félix Moati, récemment vu sur Arte dans le téléfilm Si tu vois ma mère et la série Hippocrate sur Canal+. Côté français, on retrouve également 
    Souheila Yacoub, révélée dans Les Sauvages, dans le rôle de la combattante kurde Sarya, et Julia Faure, vue dans les séries Mytho et J'ai 2 Amours (également sur Arte) dans celui de la compagne d'Antoine. Du côté britannique, James Purefoy (Altered Carbon, Sex Education) côtoie Dean Ridge (Vikings) et James Floyd (City of Tiny Lights) dans le rôle d'un jeune britannique inflitré dans l'Etat Islamique.
    Ça vaut le coup d'oeil ?

    Bénéficiant de l'expertise de showrunners israéliens aguerris comme Maria Feldman et Amit Cohen, qui ont précédemment collaboré sur la série False Flag, No Man's Land dépasse son cadre initial français pour s'inscrire dans le paysage des séries internationales facilement exportables, servie par une vrai cohérence dramatique et un casting choral sans fausse note.

    En mêlant un drame familial, celui de la mort de sa soeur archéologue qu'Antoine refuse de croire, à un thriller d'espionnage au coeur du conflit syrien, la série restitue toute la complexité d'une guerre aux racines bien plus profondes. Face aux recrues de l'Etat Islamique se dressent ainsi des combattantes kurdes aux méthodes guerrières, dont la réalité de terrain est montrée sans fard, tantis que face à eux, des agents secrets sans scrupules manipulent leurs pions au gré des enjeux internationaux. Au milieu de ce conflit sans fin, le personnage d'Antoine, incarné par un Félix Moati touchant et investi, apparaît en complet décalage avec l'univers dans lequel il se retrouve propulsé, ce qui donne au spectateur un point d'entrée aisé dans ce conflit géopolitique restitué avec beaucoup de réalisme. A cet effet, les créateurs ont notamment travaillé avec un journaliste israélien ayant réussi à suivre de près l'EI.

    Sife Elamine
    Souheila Yacoub (Sarya)

    Montrées à l'écran dans la saison 3 du Bureau des Légendes ou dans le film Les Filles du Soleil d'Eva Husson, les femmes kurdes qui combattent au sein de l'armée de libération du pays sont également dépeintes dans toute la dure réalité de leur quotidien, et de la double peine qu'elles subissent en tant que combattantes et femmes, considérées comme impures par leurs ennemis (il est décrété qu'un combattant du djihad ne peut aller au paradis s'il meurt de la main d'une femme.) Souheila Yacoub, qui démontrait déjà la force brute de son talent dans la série Les Sauvages en 2019, brille ici dans un rôle physique et engagé, pour lequel elle a dû apprendre la langue kurde.

    La diversité des langues entendues dans la série (à regarder de préférence en version originale sous-titrée) permet, à l'instar du Bureau des Légendes dont elle se rapproche par son aspect géopolitique, d'apprécier l'éclectisme et la richesse culturelle des différents pays que No Man's Land convoque, et de lui donner un vrai cachet convainquant. Et de confirmer, après Possessions sur Canal+, que les coproductions franco-israéliennes ont de l'avenir.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Cultivating Your New Experienc
      Excellente série à voir de toute urgence :)
    Voir les commentaires
    Back to Top