Mon compte
    Brazil
    note moyenne
    4,1
    13809 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Brazil ?

    584 critiques spectateurs

    5
    267 critiques
    4
    140 critiques
    3
    65 critiques
    2
    49 critiques
    1
    31 critiques
    0
    32 critiques
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 24 juin 2012
    Original, flamboyant, coloré, grandiose, métaphorique, prenant, bluffant, extraordinaire, les éloges à l'égard du film de Terry Gilliam sont tous mérités. Pendant plus de deux heures, le spectateur assiste à un film hors du commun, qui dépasse l'imagination. Le film date de 1985 et malgré son âge, il remporte le coeur de toutes les générations. Jamais un réalisateur ne nous avait offert jusque-là un monde futuriste présenté de cette manière. Le film est un savant mélange de comédie, de science-fiction, de thriller et d'horreur. Le résultat donne un cocktail détonnant qui fige le spectateur à son siège et qui lui offre une jouissance visuelle incontestable. Aucun défaut, que des qualités. Il ne sert à rien de dévoiler l'intrigue puisqu'elle est tellement compliquée, ponctuée d'un nombre de rebondissements tellement ahurissants que l'on en reste scotché. Nous éprouvons tout, le rire, la peur, l'action, l'intérêt. Le long-métrage est volontairement satirique, il critique la société de consommation dans tous ses paramètres. Chaque plan est minutieusement travaillé, chaque image apporte sa contribution au scénario, un scénario très riche, très dense, possédant une profondeur saisissante. Quand on termine de regarder ce tourbillon, on éprouve l'impression que le réalisateur a compris tous les phénomènes de la société contemporaine comme le refus de vieillir avec la chirurgie esthétique, les interrogatoires d'Etat qui se résument à des tortures, la cupidité du patron, des employés qui ne songent qu'à une chose lorsque celui-ci ne les surveille pas, s'amuser, se divertir sur le lieu du travail par le biais de la télévision, des erreurs judiciaires épouvantables qui conduisent à la mort de pauvres innocents, des hommes et des femmes désespérés qui ne pensent qu'à se révolter, renverser le système petit à petit en commettant de nombreux attentats terroristes, des hommes qui profitent de ce système dictatorial dans lequel celui qui dénonce un renégat de cette société est grassement récompensé soit par une grosse somme d'argent soit par une promotion dans le monde du travail, des femmes qui parlent pour ne rien dire et qui se soucient en tout et pour tout uniquement de leur silhouette et de la finesse des traits de leur visage, des hommes riches qui passent leur temps à flirter avec les femmes pour une histoire de sexe, bref un monde futuriste qui ressemble énormément à celui dans lequel nous vivons aujourd'hui. Comment échapper à ce système d'hommes et de femmes qui agissent comme des robots au lieu de se comporter comme des humains? Le film donne une réponse radicale lors du dénouement à cette question qui nous taraude tous si un jour ce genre de monde devait prendre forme dans la société qui est la nôtre. Au final, Terry Gilliam réalise et signe une oeuvre majeure, indispensable, sublime dans la forme et terrifiante dans le fond. Un chef-d'oeuvre intemporel!
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2 496 abonnés Lire ses 3 170 critiques

    5,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Un film que je connais déjà depuis bien longtemps car découvert lors de mes années lycées et pourtant, encore aujourd’hui, ce film est encore culte pour moi, au point qu’il occupe toujours dans mon cœur une place à part. J’aime cette atmosphère d’anticipation totalement oppressante mais en même temps gentiment absurde. J’aime cet humour noir corrosif. J’aime cette gourde de Sam Lowry remarquablement interprété par Jonathan Pryce, et j’aime encore plus cet Harry Tuttle – merveilleux plombier terroriste (tout un concept) f – auquel le génial Robert de Niro donne vie. Alors voilà, Brazil c’est de la création visuelle remarquable, une mise en scène parfaite de Terry Gilliam et aussi une bande originale de Michael Kamen qui reste gravé pour l’éternité dans ma mémoire. Donc voilà, si vous voulez savoir ce qui peut susciter ça chez quelqu’un comme moi, vous savez ce qu’il vous reste à faire…
    Roy Batty
    Roy Batty

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 215 critiques

    5,0
    Publiée le 12 septembre 2014
    "Brazil" est, selon moi, le premier chef-d’œuvre de Terry Gilliam. Ce film montre avec noirceur, cynisme et aussi humour, une société futuriste complètement contrôlée et hiérarchisée, dans laquelle tous les gens sont "robotisés" et où la seule échappatoire sont les rêves. "Brazil" gagne d’ailleurs toute sa force de sa fin géniale, à la fois très noire et ouverte malgré tout. Une de mes fins préférées, à n'en pas douter. Jonathan Pryce est parfait dans son rôle d’homme timide, soumis aux règles, mais qui va peu à peu s’en émanciper dans son désir de trouver la femme de ses rêves (très bien jouée par Kim Greist). Les rares apparitions de de Niro sont géniales, à tel point qu'il a failli recevoir un oscar. Les nombreux seconds rôles sont tous marquants (de Ian Holm à Bob Hoskins en passant par Michael Chapman). Ajoutons à cela des décors impressionnants, des effets spéciaux réussis et une bonne musique de Michael Kamen. En résumé, "Brazil" est un des joyaux de la science-fiction.
    Grouchy
    Grouchy

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 1 033 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mai 2013
    De retour pour une nouvelle plongée dans le monde délirant de Gilliam, nous nous éloignons des univers médiévaux et anciens de ses précédents films pour rencontrer la fusion entre l'imaginaire du réalisateur et l'industrie. Gilliam développe un monde inspiré du cinéma soviétique et expressionniste, multipliant les références : les décors à la Metropolis ou encore l'escalier de Potemkine. L'univers visuel est toujours aussi audacieux et riche, par des décors gigantesques ( on est tétanisés par la "salle" d'interrogatoire en intérieur de réacteur nucléaire ) dont les fondations sont faites de tuyaux, autrement dit de vers qui rongent la ville comme celle-ci et ses dirigeants rongent la population. On regrette un peu que le scénario parte comme d'habitude dans tous les sens, pour arriver à la fin classique : ce n'était qu'un rêve. Dommage que Palin n'aie pas un rôle de méchant hyper approfondi. Si le film de Gilliam est majestueux et à saluer pour son aspect artistique, il aurait fallu un peu plus de stabilité scénaristique.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 3 106 abonnés Lire ses 5 439 critiques

    3,0
    Publiée le 30 avril 2011
    1er long métrage du Monty Pyton Terry Gilliam et à) mon humble avis le moins réussi, ou du moins le plus surestimé. Alors oui le film est rempli de références ("Metropolis" de Frits Lang et "Les entiers de la gloire" de Kubrick notamment) et oui le scénario est original, alambiqué et loufoque où le cinéaste critique le totalitarisme, l'administration paperassière ; et oui le casting est génial... Mais malgré tout ça (et c'est déjà énorme) avec encore l'empreinte des Monty Pyton très présente le film présente des longueurs ou l'ennui s'installe et surtout ou l'humour est trop superficielle pour faire rire ; on sourit tout au plus. Gilliam fera bien meilleur par la suite avec un oeil plus personnel et moins influencé par son passé de Monty Pyton. Il saura aussi mieux éviter le superflu... Le film est très riche dans son contenu avec différents niveaux de lecture mais reste parfois maladroit (sans doute à trop vouloir en dire). A voir tout de même !
    JamesDomb
    JamesDomb

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 1 061 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Quelque part au XXème siècle dans une société entièrement dominée par la bureaucratie, Sam Lowry est un des milliers de fonctionnaires travaillant au ministère de l'information et qui jour après jour répète les memes gestes et courbettes. Il ne s'évade vraiment de cette vie que dans ses reves, chaque nuit. Terry Gilliam installe et créé un monde oppressant. Visionnaire, le réalisateur montre l'Amérique telle qu'il la ressent, arriviste, endormie, quasi-totalitaire. Ses images baroques en font un film très noir et pessimiste mais paradoxalement haut en couleurs tel un conte de fée cauchemardesque. Brazil est un film inclassable. Une vision pessimiste et ahurissante de notre monde où le malaise s'installe simultanément d'un humour corrosif. Le malaise provient du caractère réaliste qui fait longuement réflechir le spectateur quant au totalitarisme bureaucratique. Terry Gilliam ne réalise donc pas un film d'anticipation mais réaliste où l'etre humain accepte une vie terne et dirigée, où une erreur informatique entraine la mort d'un innocent. La vie est dirigée par l'état et on ne peut y échapper que dans les reves. Mise en scène virtuose à l'imagination omniprésente, une idée à chaque plan, à l'interprétation aussi dingue que le réalisateur et à la bande-originale anthologique, Brazil est donc une réflexion inquiétante et lucide sur notre société.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 19 juin 2008
    Lors de mon premier visionnage, j'ai complétement detesté. Je n'ai absolument rien aimé, si ce n'est la présence de Robert De Niro. J'avoue que je n'avais rien compris non plus, Tuttle, Buttle, et j'en passe. En le revoyant hier, c'est d'ailleurs la diffusion d'arte lundi qui m'a donné envie de le revoir, je n'ai pas attendu, alors je l'ai regardé avant tout le monde. Je me suis tout de suite fondu dans l'univers kitsch de Terry Gilliam, qui n'en ai pas moins un univers assez passionant (pas tout, Monty Python). Le rêve de Sam est attendrissant, les citoyens de ce monde ne doivent pas commettre une faute sinon sérieuse répression, la rebellion des terroristes contre le gouvernement, mais en réalité qui sont les imposteurs ? J'ai donc énormément apprécié toutes les parties du film alors que bizarement avant, je les haïssais. Jonathan Pryce est absolument fantastique, pitoyable, soumis, dévoué et courageux. Robert De Niro, Extrémement drôle qui saute des immeubles à l'aide de grappin, des sauts vachement exagérés ! Et la présence de Bob Hoskins vient apporter un plus dans l'histoire. Brazil possède un excellent scénario, et cela a permis à Gilliam de se lâcher questions décors ! Un film qui veut montrer quelque chose, peut être un signal d'alarme ? C'est incroyable comme la police du monde de Sam Lowris ressemblent aux nazis. Un film authentique, un chef d'oeuvre !
    NormanBates3
    NormanBates3

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 92 critiques

    5,0
    Publiée le 30 janvier 2008
    Ce film est sans contste le chef d'oeuvre de Terry Gilliam, le film s'inspire a la fois de 1984(société dictatorial, homme en révolte contre le systéme) et du Procés de Kafka(société ultra bureaucratique) et s'ajoute à ce mélange le comique absurde des Monthy Python. Tout ces élément font de ce film un chef d'oeuvre visionnaire et un film qui resteras dans l'histoire du Cinéma.
    Florian Malnoe
    Florian Malnoe

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 557 critiques

    2,0
    Publiée le 7 août 2014
    Décidément, Terry Gilliam, que ce soit pour la science-fiction traditionnelle (L'Armée des 12 singes), ou la science fiction burlesque avec donc ce "Brazil", je n'accroche vraiment pas. Et pourtant Dieu sait que j'apprécie particulièrement les films d'anticipation aux histoires dystopiques et tout, mais là c'est vraiment... spécial... très spécial...c'est anglais quoi... ce film n'est pourtant pas dénué de bonne idée avec par exemple ce scénario assez original à la base qui prend avec dérision et ironie les travers de notre société, ou même avec ce pitch scénaristique en lui même où un bug informatique dérègle toute cette societé, mais Gilliam n'exploite pas bien ça en profonfeur et surtout, semble ici ne jamais trouver son juste milieu et se perd dans ce qui peut s'apparenter à un melting-pot des genres assez fouillis et vain dans sa globalité. comme cela a déjà été dit ça oscille entre de la sf, du drame, de la comédie, de la romance ... etc et aucun de ces genres n'est bien dévelloppé au final, ça tend donc vers un exercice des styles frisant l'excès de style justement... Si bien que l'on finit par s'emmêler les pinceaux d'un point de vu narratif. Je voulais dire aussi que l'intrigue s'essouffle à partir du second tiers notamment, mais encore faudrait-il que ça se lance véritablement... c'est bourré de longueur, longuet (d'où je fais un pléonasme ?), la mise en scène et la réflexion se veulent poétiques, parfois métaphoriques et fantasmagoriques, mais tout ça ne prend jamais, et l'ensemble est tellement décousu et pas drôle pour moi (je ne suis vraiment pas sensible à l'humour Monty Pithon, que ce soit dans les dialogues ou bien avec les gags en eux mêmes ) donc on s'ennuie ferme. Mention spéciale au rêve à la con récurrent de ce fontionnaire benêt : d'un chiant abyssal tellement ça n'apporte rien au récit... en plus de ça le héro a le charisme d'un bloc de parpaing, donc pour être intéressé par ces états-d'âme ou bien son sort... Et comme je ne suis pas sensible non plus à l'artistique global du film à part un pan d'architecture par ci par là et quelques clins d'oeil à des classiques de sf, ça fait que j'ai du me forcer pour resté jusqu'au générique final avec ce dénouement qui joue la carte de l'imaginaire si j'ai bien compris. Je ne lui trouve que peu d'intérêt en définitif à part peut-être la bande-sonore vraiment bien dans le ton du film (même si là encore l'excès de certaines autres musiques finit par nous fatiguer) ainsi qu'une bonne petite galerie de personnage bien loufoque comme avec la mère de ce protagoniste principal ou bien évidemment ce second rôle campé par le peu présent De Niro. Pour finir sur l'interprétation globale là je n'aurais en revanche pas grand chose à reprocher à ce Brazil , c'est parfaitement dans le ton du film, c'est ce à quoi je m'attendais et ça le mérite de ne pas trop faire dans le cabotinage je trouve; à part avec la VF peut-être mais sinon c'est relativement bien dosée de ce côté là. Nouvelle déception donc pour ce nouveau Gilliam que je me faisais une joie de découvrir à l'avance.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 15 août 2012
    Que dire de ce film? Le fait qu'il soit réalisé par Terry Gilliam veut déjà tout dire. Ce film est un chef-d'oeuvre complet. Il est hilarant, touchant, effrayant, intéressant, joyeux, etc... Je ne me suis pas lasser une seule seconde de ce film. Terry Gilliam est définitivement l'un de mes réalisateur préféré. Les acteurs sont extraordinaires. L'univers du film est tantôt chaotique, tantôt merveilleux.
    C'est un film absolument spectaculaire! Je l'aime, Je l'adore, JE L'IDOLÂTRE!!!!
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 174 abonnés Lire ses 1 904 critiques

    1,5
    Publiée le 24 décembre 2012
    Classique kafkaïen du 7e art, régulièrement cité comme œuvre culte, "Brazil" restera certainement comme le film référence de son réalisateur Terry Gilliam. De tels louanges rendent le film immanquable pour tout amateur de cinéma… et je dois admettre que je ne partage absolument pas l’emballement général pour ce "Brazil". Certes, les intentions du réalisateur, qui entend dénoncer l’absurdité de l’administration à outrance, sont louables, de même que ses efforts pour s’éloigner des sentiers battus tant sur le plan du récit (l’onirisme et les faux semblants viennent côtoyer le fantastique et le comique) que sur le plan de la mise en scène (où Gilliam prend de sacrés risques, à commencer par les scènes de rêves de Lowry). Mais l’originalité (et le mélange des genres) prend ici une place particulièrement disproportionnée, au point de friser l’excès de style, et s’avère avoir terriblement vieilli aujourd’hui. Il faut dire que "Brazil" cumule à peu près tous les travers des films intello des années 80 avec son grain d’image vieillot, son ambiance sombre, ses mouvements de caméra improbables ou encore son ambiance jazzy. On aura également du mal à ne pas trouver le scénario franchement bordélique, l’intrigue ressemblant, par moments, à un patchwork d’idées maladroitement accolées les unes aux autres. Les exemples plus symptomatiques restent certainement les interventions intempestives du mystérieux Tuttle (Robert de Niro) ou des deux réparateurs (dont un Bob Hoskins survolté). On pourra toujours imputer la responsabilité de ce scénario rapiécé au conflit ayant opposé Gilliam à ses producteurs (l’un des plus célèbres conflits du genre). Cependant, un tel bricolage a un point positif puisque "Brazil" nous réserve quelques séquences qui, prises isolément, sont très réussies à commencer par la cultissime scène où la mère du héros (campée par Katherin Helmond) se fait tirer le visage chez son chirurgien esthétique (formidable Jim Broadbent). On retiendra également quelques personnages plutôt amusants campés par la crème des acteurs britanniques tels que Ian Holm, Ian Richardson ou encore Michael Palin. Heureusement, d’ailleurs, que ces quelques scènes et ces personnages amusants viennent émaillées le film car, pour le reste, outre un rythme pour le moins incertain, j’ai été profondément ennuyé par le héros Sam Lowry (joué par un Jonathan Pryce qui ne démérite pas mais qui n’a pas franchement les épaules pour un premier rôle), sorte de pleurnicheur érigé en victime perpétuelle d’un système qui le dépasse. J’admets que sa passivité (il subit les événements plus qu’il ne les provoque… sauf en rêve) et son amour impossible avec l’énervante Jill (la méconnue Kim Greist) ont eu du mal à me toucher. La faute sans doute au manque de subtilité avec lequel Gilliam dépend la place de l’Homme dans une société déshumanisée, qui a visiblement enchanté les contestataires et les anarchistes mais qui m’a, personnellement, un peu gonflé. Un peu plus de charisme pour le héros n’aurait pas forcément été de trop. Seule la scène finale, magnifiquement désespérante, vient sauver l’intérêt de ce personnage fade au possible. Pour le reste, "Brazil" a beau être une œuvre marquante ayant influencé bon nombre de cinéastes, il n’en demeure pas moins, pour moi, un film bordélique, daté et franchement chiant.
    septembergirl
    septembergirl

    Suivre son activité 505 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    4,0
    Publiée le 11 août 2012
    Un film de science-fiction assez fou, dans un univers complètement décalé. Une mise en scène intelligente et hors du commun, Un film troublant, indéfinissable mais attachant et marquant !
    Athalie
    Athalie

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 216 critiques

    5,0
    Publiée le 30 juillet 2009
    Un pur chef d'oeuvre.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    2,0
    Publiée le 25 février 2011
    Certes, le film regorge de plein d'idées, et ça se voit un peu partout, tout le temps. Il y a plein de détails, plein de petits trucs, on sent qu'il y a vraiment un travail sur l'écriture, sur le scénario etc. Le problème c'est que le tout ne m'a jamais vraiment intéressé. D'une certaine façon, ça m'a fait un peu penser au Procès de Orson Welles, où des individus sont écrasés sous le poids d'une société absurde. L'individu disparaît peu à peu et semble comme broyé par cette administration presque inhumaine. Mais dans Brazil, ça part vraiment dans tous les sens (remarque, je n'avais pas spécialement aimé Le procès non plus), c'est comme une sorte de foutoir géant, où au final l'intrigue disparaît un peu dans une sorte de délire permanent du réalisateur. On adhère ou pas.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 27 décembre 2013
    Première réelle folie de l'ancien membre des Monty Pythons, Brazil s'avère être une grande réussite et même un pur chef d'oeuvre pour ma part. Pour sa troisième réalisation en solitaire Terry Gilliam nous emmène dans un univers rétro-futuriste (quelque part dans le XXe siècle) kafkaïen dans lequel aucun humain n'est réellement autonome, la plupart obéissent sans réfléchir à leurs supérieurs, et où des attaques de terrorristes sont extrêmement fréquentes (2 ou 3 fois dans le film).
    Le film nous fait suivre en particulier l'histoire de Sam Lowry, interprété par un excellent Jonathan Pryce, un employé de bureau tout ce qu'il y a de plus banal qui finit par se rebeller contre cette société dans laquelle il vit quand il rencontre la femme qu'il voit dans tous ses rêves (et dans lesquels il est amoureux d'elle).
    Alors une question se pose : pourquoi Brazil est il aussi bluffant ?
    Et bien la réponse est simple mais pas nécessairement courte.
    Tout d'abord l'univers dans lequel nous projette Terry Gilliam est tellement magique, sinistre et même effrayant quelquefois que cela en devient bluffant. Car oui, ce monde bureaucratique est tellement dérangeant et oppressant que la seule issue pour avoir quelques moment de tranquilité et de bonheur semble être notre imagination : nos rêves pour le cas de Sam. Cela est accentué par l'excellente mise en scènes des quelques phases de rêves qu'il y a dans le film.
    Mais bien sur que serait cette univers sans la très bonne réalisation de Mr. Gilliam ? On retrouve beaucoup de plan penchés que l'on pourra retrouver dans les autres films de Terry Gilliam (comme dans l'Armée des 12 Singes par exemple) et de très bonnes idées dans les plans aériens quand Sam est en train de rêver.
    Mais rassurez vous le film n'est pas sombre et dérangeant du début à la fin !! Il y a quand même certains passages qui tranche par rapport a l'ambiance du film comme les scènes avec Robert De Niro (que l'on voit peut-être trop peu dans ce film) et Bob Hoskins qui sont vraiment très drôles. Mais il y a également la fameuse musique qui a donné son nom au film qui nous donne un sentiment de malaise quand on commence à l'entendre.
    Sinon les acteurs sont évidemment très bons comme cité précédemment, grace notamment à la présence d'excellent rôles passagers (comme Ian Holm ou Jim Broadbent ).
    Dans tout les cas ce qui est sur c'est que Brazil vous fera réfléchir, il faudra rester accroché car si au début les phases de rêves sont clairement repérables, plus le film avance, plus les séquences de rêves sont difficiles a cerner.
    Il vous fera également vous posez des questions :
    Est-ce que l'univers bureaucratique et kafkaïen de Brazil ne serait pas un futur probable pour notre société actuelle? Un futur possible où un simple insecte peut provoquer une complication informatique et entraîner le dérèglement de tout un régime.
    Est-ce que si cela arrive la seule possibilité d'échappatoire serait notre subconscient, en créant nous mêmes ce que l'on souhaite via nos rêves ?
    Brazil ne répond pas forcément à ces questions mais nous montre ce qui arriverait dans ce cas là.
    Pour conclure (parce que ça commence à faire long) la troisième réalisation de Terry Gilliam se profile comme un des meilleurs films de science-fiction jamais sorti.
    Rarement un film n'a été aussi bon !!
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top