Notez des films
Mon AlloCiné
    Zootopie
    note moyenne
    4,3
    23649 notes dont 1078 critiques
    répartition des 1078 critiques par note
    366 critiques
    507 critiques
    158 critiques
    28 critiques
    9 critiques
    10 critiques
    Votre avis sur Zootopie ?

    1078 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2739 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mars 2016
    "Zootopie" est un monde à part, un monde fabuleux où nos deux seuls yeux ne savent plus où donner de la tête afin de tout assimiler, découvrir, et de surtout s'amuser !!! Ouah ! Quelle merveille d'être plongé dans ce film moderne et coloré, peuplé d'animaux vivant en bonne intelligence apparemment, film pétillant, joyeux d'une inventivité phénoménale où du scénario aux personnages, tout est extra et épatant ! On se régale de l'humour fin et recherché que chaque être véhicule à sa manière, de chaque petit détail qui renvoie à un clin d'œil savoureux aux symboles de notre société et même à certaines séries cultes... Que ce soit une carotte croquée au dos d'un téléphone, ou un labo dans un wagon (!), quelle bonne idée et quel tour de force ! Et que dire de ce scénario auquel on s'accroche, comme le duo vitaminé formé par Judy et Nick qui mènent l'enquête ( une lapine et un renard associés !)... Fausses pistes, rebondissements, scènes d'action, et une fin imprévisible pleine de philosophie ? Car ici l'habit ne fait pas le moine, entre gentils et méchants, comme on aurait pu le croire ! Un dénouement troublant qui invite à la réflexion... Trop fort vraiment ! Sans compter le design superbe de cette ville, énorme mégapole, pleine de trouvailles, adaptée à chaque animal en terme d'échelle, où les souris roulent en réplique de micro-machines et où les saisons se juxtaposent... Tout bonnement incroyable et à faire pâlir un passionné de modélisme ou d'architecture ! Inutile d'en dire plus et autant conclure que ce film d'animation des studios Disney est une petite pépite où chacun du plus petit au plus âgé pourra trouver un plaisir à son niveau, tant du premier degré au second, voire troisième degré, on saura saisir les messages proposés au vol, et qu'il faudra peut-être même attraper lors d'une nouvelle projection ! Alors sans aucune hésitation, immergeons nous à fond dans "Zootopie" de Rich Moore et Byron Howard, et à pieds joints en savourant chaque instant, chaque dialogue et ce sans modération aucune ! Un coup de génie fabuleux !
    Black-Night
    Black-Night

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 421 critiques

    4,5
    Publiée le 25 février 2016
    Zootopie est un chef d’œuvre du film d’animation. Disney revient en force et ça fait plaisir surtout quand on est bercé depuis petit par leurs films, j’adore toujours autant l’univers et je crois bien qu’il n’est pas prêt de me quitter. Il s’agit du 135ème long métrage d’animation mais également du 116ème film d’animation des studios Disney issue de la collection numérotée officielle française, ce qui fait un très beau parcours. Velcome dans la magnifique cité-monde qu’est Zootopie, où tous les animaux vivent en harmonie. Plus de prédateurs ni de proies, ce qui ne veut pas dire que les préjugés n’ont pas la dent dure. Judy, charmante lapine, a dû se battre comme un lion pour réaliser son rêve de devenir officier de police. Cantonnée au stationnement, la miss enrôle de force Nick Wilde, un renard un peu voyou, pour élucider une mystérieuse affaire. La représentation des personnages est excellente et forte car de suite l’on éprouve un certain attachement assez fort envers la petite lapine. Il s’agit là pour moi d’un grand cru de l’écurie Disney qui a vraiment une dimension beaucoup plus adulte que la plupart des autres. Il multiplie des références irrésistibles au cinéma avec classe notamment « Le Parrain ». Porté également par un humour omniprésent et très plaisant où le bestiaire de l’œuvre est juste extra. Ce film de tandem dénommé aujourd’hui plus couramment en tant que buddy movie, témoigne d’une inventivité constante. Seul bémol pour moi la bande son de Michael Giacchino un peu discrète mais bonne dans son ensemble. Shakira envoie plutôt bien avec son titre Try Everything. Un pur joyau d’animation avec un visuel démentiel. Ma note : 9/10 !
    ATHMOS.ONER
    ATHMOS.ONER

    Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 244 critiques

    5,0
    Publiée le 15 février 2016
    Disney a beau sortir des dessins animés à un rythme infernal, force est de constater qu’ils sont encore capable de produire de la qualité. Zootopie est le film en image de synthèse de ce début d’année et il sera difficile de le détrôner ! Humour et fou rire à tous les étages, aussi bien pour les enfants que les adultes qui savoureront les nombreuses références disséminées tout au long du film. Mais ça ne s’arrête pas là, l’histoire est intelligente (tel un lapin malin) et se permet même une belle démonstration des magouilles des politiciens. Rire en prenant une bonne dose de tolérance voilà un programme parfait à savourer sans retenue, parole de renard rusé !
    Sébastien Decocq
    Sébastien Decocq

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 182 critiques

    4,5
    Publiée le 25 février 2016
    Après une année 2015 portée sous le signe de Pixar (Vice-Versa et Le voyage d’Arlo), Walt Disney Pictures revient en 2016 avec, à son tour, deux longs-métrages d’animation (sans parler du Monde de Dory). D’un côté, vers novembre, nous aurons l’éternelle histoire de princesse (Moana, stupidement traduit en Français par Vaiana, la légende du bout du monde…) bien que celle-ci s’annonce novatrice en la matière, et bien entendu un Disney « moderne » en ce mois de février qu’est Zootopie. Si la firme avait réussi à étonner bien du monde avec Les nouveaux héros, elle n’a cependant jamais vraiment réussi à nous éblouir avec des sujets contemporains et plus matures. Il suffit de voir Volt, star malgré lui ou encore Les Mondes de Ralph. De quoi appréhender Zootopie d’entrée de jeu, d’autant plus que sur le papier, le projet ne semblait proposer qu’une banale virée dans une ville peuplée d’animaux. Avec ça en tête, vous aurez de quoi être surpris après le visionnage ! Car ne mâchons pas nos mots : Zootopie est sans nul doute le meilleur film d’animation Disney depuis belle lurette. Raiponce et La Reine des Neiges alors, me diriez-vous ? Alors oui, ces deux-là sont de très bons divertissements dans l’esprit de la firme aux grandes oreilles et sont véritablement mémorables. Franchement, le jour où l’on oubliera « Libérée, délivrée »… Meilleur dans le domaine du graphisme ? Je n’irai pas jusque-là non plus. Car si Zootopie possède un charme visuel certain, notamment avec ces décors variés et des personnages réussis (certains font vraiment peluches), on a déjà eu plus flamboyant ailleurs (Le voyage d’Arlo, par exemple). Non, là où Zootopie réussit un véritable tour de force, c’est du côté de son scénario. Étonnant, n’est-ce pas ? Car oui, ce film d’animation proposant une simple enquête policière avec des animaux se révèle être une œuvre marquante et ce grâce à deux mots d’ordre. Le premier, le plus évident : efficacité. Zootopie se présente à nous comme une enquête policière certes assez prévisible pour les plus grands mais au combien intrigante et passionnante à suivre, riche en rebondissements, moments d’action bien menés. Le tout saupoudré d’un humour plus que convaincant qui fera rire toute le monde. L’exemple le plus flagrant étant la scène des paresseux : vous avez beau l’avoir déjà vue des dizaines de fois via les bandes-annonces, vous rigolerez toujours autant, si ce n’est encore plus, en la voyant vraiment. Sans oublier une très bonne humanisation des personnages du film, rendus pour le coup attachants et crédibles au possible grâce à des références culturelles modernes ( spoiler: la marque Apple pour les lapins symbolisée par une carotte croquée, Shakira à la BO et représentée en gazelle… ) et des bon sentiments ne tombant jamais dans le rose bonbon. Si ma façon d’expliquer peut paraître ici assez brève, c’est parce qu’il n’y a pas grand-chose à dire, juste que Zootopie saura captiver toutes les attentions et divertir comme il se doit. Le second et le plus important : intelligence. Outre le fait de prendre de s’être amusé à user des animaux pour offrir au public des situations et autres détails amusants ( spoiler: un quartier miniaturisé pour souris, un lion comme maire, de petites portes de train pour hamsters, des ascenseurs à gobelets pour girafes… ), les scénaristes n’ont pas pris des bêbêtes juste pour le plaisir mais bien pour servir leur scénario de bout en bout. Car derrière cette enquête policière se cache bon nombres d’idées culottées faisant de ce dernier-né des studios Disney un film d’une surprenante maturité. Rien que le fait de proposer une trame généralement destinée à un public plus averti (disparitions, mafia, enlèvements, nudisme…) en dit long sur ce sujet. Sans compter quelques références plutôt adultes (Le Parrain) et des critiques envers certains faits sociétaux (des paresseux en guise de fonctionnaires) et les films Disney eux-mêmes (La Reine des Neiges, en une seule réplique, en prend pour son grade). Mais là où Zootopie fait fort, c’est dans ses thématiques (amitié, dépassement de soi et de ses peurs…). Surtout dans sa principale qui vise les préjugés. spoiler: Est-ce qu’un renard doit forcément être sournois ? Un lapin ne peut-il pas devenir policier malgré son aspect « trop mignon » ? Des prédateurs n’ont-ils pas le droit d’être bons et gentils ? En jouant à fond cette carte-là, Zootopie rend son existence encore plus aboutie que prévu, devenant pour le coup une œuvre à montrer absolument aux enfants. Car à travers de tels sujets, ils pourront ainsi ouvrir les yeux sur des faux-semblants dérangeants, voire même irrespectueux, qui parasitent actuellement notre existence : un musulman est-il obligatoirement un terroriste, par exemple ? Et rien que pour cette leçon de vie, nous ne pouvons qu’acclamer l’ambition et l’ingéniosité de ce film d’animation ! En sortant de la salle, je me suis surpris à dire devant l’écran « Bravo ». Car honnêtement, je ne m’attendais pas à être aussi amusé, enrichi et ébloui par la finesse de l’écriture. Zootopie n’est pas une banale enquête policière mettant en scène lapins, renards et consorts. Non, le dernier film d’animation des studios Disney est une véritable pépite qu’il faut impérativement voir et faire découvrir à ses enfants. Encore une fois, Raiponce et La Reine des Neiges vous êtes de bons films, mais vous n’avez en aucun cas l’intelligence et la richesse de Zootopie qui, pour le coup, à toutes les chances d’être bien plus marquants que vous !
    vincenzobino
    vincenzobino

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 390 critiques

    4,5
    Publiée le 27 février 2016
    Véritable enchantement que ce Zootopie ou plutôt zoo utopique. Vu en totale inconnue avec juste la bande-annonce observée, je ne savais pas a quoi m'attendre: du rêve, de l'humour, de "l'anhumanite" ou des frissons? En réalité, nous retrouvons un peu de tout cela: - du rêve par les magnifiques images tant citadines que campagnardes (ça rappelle Shaun ) et ce mélange réalité-rêve fort a Disney - de l'humour s'adressant tant aux enfants qu'aux adultes - de l'anhumanite car des animaux sont les personnages du film mais si on les remplaçait par des humains, il n'y aurait aucune différence. Les différences de classe sociale sont intelligemment relevées par l'opposition entre les gros et les petits et les similitudes avec certains comportements humains sont édifiants. -des frissons par des quartiers bien plus sombres ne donnant absolument pas envie d'y vivre. Mais c'est le côté Roger Rabbit qui marque essentiellement : on retrouve le même ton que le bijou de Zemeckis. Oui ce film mérite ses excellentes critiques et il est a recommander vivement...
    Morgane S.
    Morgane S.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 25 février 2016
    Zootopie est un excellent film: intelligent, subtilement subversif et magnifiquement réalisé. C'est en utilisant à merveille les codes du polar que le film tient un propos très actuel et brillant sur notre société: dérive sécuritaire, manipulation des masses, communautarisme et sexisme sont abordés avec finesse et traité avec efficacité. L'univers est riche, drôle, convainquant, inventif, lumineux; en deux mots: tellement beau! En outre le film n'oublie pas de faire au passage son auto-critique, renvoyant régulièrement à son caractère de super-prod-disneyenne et tapant allégrement mais sans méchanceté sur ses prédécesseurs au fond plus purement "entertainment" ("La reine des neiges" entre autre). Hautement distrayant, bourré de sens, contemporain...Un film à voir absolument: réjouissant et enrichissant.
    dagrey1
    dagrey1

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 655 critiques

    4,5
    Publiée le 19 février 2016
    "Zootopie" est un film épatant. Comme beaucoup, j'avais été séduit par la bande annonce "impayable" mais je vais assez souvent au cinéma pour savoir qu'il n'aurait pu s'agir que d'un leurre. Byron Howard et Rich Moore ont fait mouche pendant les 1h48 du long métrage. Tout d'abord, techniquement, l'animation est géniale et on en finirait presque par oublier que l'on regarde un dessin animé. Ensuite, coté personnages, les 2 héros "Judy la lapine" et "Nicholas Wilde le renard" sont géniaux et attachants. L'opposition idéalisme/cynisme qui finira par s'estomper lors du déroulement du film est très bien vue. De même, la galerie de personnages décrite durant tout le film est pertinente et ce petit monde d'animaux ressemble étrangement au notre...mais en beaucoup mieux. L'enquête policière n'est pas idiote du tout et le discours de tolérance pas,si innocent mais tellement bien présenté. Une réussite!
    Critik D
    Critik D

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 098 critiques

    5,0
    Publiée le 22 février 2016
    Quand Disney a annoncé le projet de Zootopie, je n'étais pas particulièrement emballée. Et puis j'ai vu la bande annonce, avec la non moins connu scène de Flash le paresseux. Et à partir de ce moment là, je devais absolument le voir. Si Disney animation est longtemps resté dans l'ombre de Pixar, avec des films peu réussi comme Chiken Little ou encore The Wild, ils ont su prouvé depuis quelques années qu'ils pouvaient aussi surfer sur les films 3D (entraînant la déception des fans des classiques en 2D comme moi) après le succès de Volt. Zootopie reprend les codes exploités à de nombreuses fois dans les classiques pour notre plus grand plaisir. Comme cela à déjà été le cas avec Raiponce ou encore La Reine des neiges. On est captivé, on rit, on s’émeut pour l'histoire et les personnages. Le duo formé par Judy et Nick est très plaisant et attachant. L'enquête est prenante, on veut croire au rêve de Judy et sa réalisation. Découvrir ce monde est palpitant. Bref c'est parfait ! Disney nous montre qu'ils ont encore de la ressource et que le rachat de studio comme Marvel ou LucasFilm ne vont pas entacher leur réputation. Et tout cela pour le plaisir des petits et des grands. J'ai beaucoup apprécier ce film (au cas où sa ne se serait pas déjà vu), les graphismes sont superbes, on plonge totalement dans l'univers de Zootopie. Un vrai régale. Je vous le conseil fortement, vous ne serez pas déçu du voyage !
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1903 abonnés Lire ses 3 127 critiques

    4,0
    Publiée le 25 février 2016
    Un bestiaire, un joli paradis urbain « Made In USA », et enfin Shakira ? Et tout ça en moins de dix minutes ? Oula ! Mais c’est peu dire à quel point ce « Zootopie » et moi, on était partis d’un très mauvais pied ! D’ailleurs, je ne vous le cache pas, pendant toute la phase d’amorce de ce film (qui est toujours assez longue chez les Disney), je me suis dit que j’allais revivre la frustration des « Nouveaux héros », c’est-à-dire cette impression d’avoir un patchwork d’idées qui n’a aucune cohérence ni aucune finalité… Et puis en fin de compte, petit à petit, « Zootopie » a su dévoiler ses forces et son schéma global. Et pour le coup « félicitations » parce que là, je trouve qu’il y a là-dedans une belle audace et un sacré savoir-faire dans ce film. Disney a le malheur d’habitude de trainer son lot de casseroles. Je pense notamment à ses personnages et ses situations désincarnées parce que bien pensantes, ou bien encore à ses enjeux stéréotypés à l’extrême, débouchant souvent sur une morale rétrograde qui a le don d’habitude de me hérisser tous les poils. Là, enfin, avec ce « Zootopie », j’ai l’impression que l’ami Mickey, bien guidé par le bienveillant John Lasseter, assume de plus en plus le fait de s’éloigner de sa ligne ancestrale pour davantage s’inspirer des succès pixariens. Un peu comme l’avait fait avant lui « La Reine des Neiges », « Zootopie » s’amuse à partir des mythes roses-bonbons que Tonton Walt avait tendance à vouloir nous vendre (ici la ville américaine absolument parfaite dans laquelle il fait bon vivre) pour nous le déconstruire progressivement sous nos yeux. Or, là, pour le coup, faire une ville de gentils animaux prend vite du sens. Le scénario se saisit rapidement du concept pour construire un propos qui, certes, va avoir pour but de déboucher sur une morale (Disney oblige), mais une morale qui, pour le coup, va vraiment se révéler être l’aboutissement d’un cheminement clair et bien développé, le tout sur une thématique que je trouve plus que culottée, surtout de la part du studio aux grandes oreilles ( spoiler: Non mais franchement : qui aurait cru qu’un jour Disney nous inviterait à nous questionner à ce point sur les préjugés culturels que véhicule notre société ? On est à deux doigts d’assister à une initiation de la pensée d’Emile Durkheim pour les enfants ! Non mais « ouah » quoi ! ) Déjà, partir sur cette démarche de fond là, je trouve que c’est plus que louable. Mais en plus, il se trouve que la forme suit, et pas qu’un peu ! Parce que oui, l’autre aspect qui m’a scotché dans ce « Zootopie », c’est sa densité, et surtout son rythme. L’air de rien, ce film est sacrément riche en termes d’intrigue. L’évolution du couple de personnages principaux passe par énormément d’étapes, chaque étape se construisant autour d’une mini-intrigue qui a vraiment son univers propre, sa population propre, sa logique propre par rapport au propos général. Et là pour le coup, encore une fois : « ouah ! » Parce que l’air de rien, c’est bien vers cela que cherche à tendre « Zootopie » : montrer à quel point ce fantasme urbain américain passe en fait par une juxtaposition et une interpénétration de strates bien distinctes. Ça ne parait pas, mais pour que ça marche, il faut quand même savoir remplir ces strates et, pour le coup, le travail fourni est remarquable. Et ce qui est chouette, c’est que pour étoffer son bestiaire, Disney s’est clairement appuyé sur ce qui est pour moi son gros point fort de la dernière décennie. Pour ma part, j’ai toujours considéré que la grande force des dernières productions Disney c’était ses personnages guignolesques de second plan à l’humour simple mais efficace. Or, à part dans « Kuzco », le studio n’avait jamais osé mettre au premier plan cet état d’esprit que je trouvais sympa et frais. Là, ça y est, c’est fait. Sûrement impulsés par l’ami Lasseter, les gars ont décidé de construire leur univers essentiellement à partir de ce genre de personnages là et sur ce type d’humour là. Résultat, on se retrouve avec un film incroyablement dense, très diversifié, très référencé et – je trouve – accessible malgré tout à un public très large. Et comme dit plus haut, vu que tout cet ensemble est mû par une intrigue dynamique, très fournie, très bien rythmée et surtout au service d’un propos malin et audacieux, eh bien je me retrouve à deux doigts de l’extase. Oui… A deux doigts… Ah ç’en est presque rageant ! Moi, on me virait cette esthétique globale un peu trop clinquante et un peu trop lisse, tout comme on me laissait de côté les Shakira et autres habillages sensés être « so fun », alors là, je décollais littéralement au plafond. Mais bon… Je ne vais quand même pas me plaindre. Voilà deux mois que l’année 2016 vient de commencer, et jusqu’à présent, je n’avais toujours pas vraiment pris mon pied, du moins pas aussi instantanément, et cela malgré une quinzaine de films vus. Or, voilà qu’au final c’est tonton Disney qui vient me sauver la mise en me refilant un de ses films les plus audacieux et avant-gardistes de toute sa production des vingt dernières années ! Moi, je dis : c’était inespéré ! Alors merci ! Merci Mickey !
    Empereur Palpoutine
    Empereur Palpoutine

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 194 critiques

    4,5
    Publiée le 19 septembre 2016
    Dernier né des Studios Disney, Zootopia embarque un casting d'inconnus, mis à part Claire Keim. Le scénario est ultra basique, digne des grands Disney, avec au final, son petit message politique. Disons le clairement, Zootopia est, sur le papier, mignon tout plein, avec des personnages attachants. La grande force de Disney réside dans personification parfaite des animaux de toute sorte. Zootopia taille une belle part aux parodie de films policiers classiques en tout genre. L'absence de chansons culte (comme ce fut le cas pour la Reine des Neiges), est compensé par un visuel sublime. Il est composée d'une 3D splendide, de couleurs chaudes, accompagné d'un photo réalisme superbe. Je regrette néanmoins la disparition de l'humour gratuite des tout premiers Disney, qui a laissé place à des gags standardisés. En définitive, Zootopia est un excellent film d'animation, dont le Bluray ira se loger parfaitement dans une belle collection, aux côtés de Rio, et de l'âge des glaces.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 608 abonnés Lire ses 2 232 critiques

    4,5
    Publiée le 20 février 2016
    Zootopie : Ce nouveau bijou des studios Disney avait fait sensation avec sa bande annonce avec les paresseux, et on est tous curieux à en voir plus et comme d’habitude, on est rarement déçu avec Disney ou même Pixar. Avec celui la, on part pour une nouvelle aventure original car cette fois ci, on va suive une enquête policière mystérieuse, remplit d’humour et d’action, car oui, le projet a beau être original, on garde quand même le savoir faire : l’humour grâce aux personnages et l’animation de toute beauté. Parlons en comme ça on a parle plus, l’animation, c’est toujours visuellement parfait, un vrai régal pour les yeux, même si la 3D sert a rien, on peut que être subjugué par l’univers, la ville de Zootopie qui est vraiment géante et bien diversifié avec un très beau jeu de lumière avec le soleil, la nuit… Pareil pour les personnages, c’est au détail près, leur expression facial sont saisissants, l’héroïne lapine, elle est trop mimi quand elle baisse ses oreilles mais elle ne manque pas aussi de courage et détermination. Car oui, les personnages sont vraiment attachants et intéressants a suivent, surtout le duo principale, mais les personnages sont eux aussi très diversifiés et on a le droit a des perles très amusantes. Et tout ça est lancé dans une enquête qui manque pas de maturité car il y a pas mal de rebondissement, et la lapine va en bavé, surtout au début et a la fin. Par contrer, l’histoire vers le milieu à du mal a avancé, et il y a que vers les 3/4 ou plusieurs sujets forts renouvèlent l’intérêt du film. C’est ce qui ma plus d’ailleurs, pas mal de sujet comme la différence, la persévérance, l’estime de soit… Après, quelque facilité encore pour le scénario, il y a pas mal de chose qui sont réutilisé plusieurs fois, ça gâche la surprise mais bon. C’est contre balancé par pas mal de clin œil au cinéma et même a Disney lui-même, c’est assez amusant d’essayé de trouvé tout ça. Donc voila, malgré quelques petites faiblesses scénaristique, on est emporté avec grand plaisir par cette aventure, les personnages sont géniaux, l’animation pareil, non vraiment, on passe un vrai bon moment, c’est une valeur sur.
    Quentin V.
    Quentin V.

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 77 critiques

    5,0
    Publiée le 17 février 2016
    J'ai eu l'opportunité de voir Zootopie en avant-première dimanche et franchement, quel plaisir ! Voilà un Disney digne de ce nom. L'animation est splendide (tant au niveau des décors somptueux que de nos amis les bêtes retranscris avec une infinie précision !), l'histoire est pleine de surprises et moi qui suis d'ordinaire plutôt alerte sur les indices laissés ça où là, j'avoue que cette fois je me suis tellement fait embarquer par le récit que je n'ai -presque- rien vu venir ! Et pour ne rien gâcher, Zootopie se paie même le luxe de nous donner une vraie bonne deuxième interprétation des événements et propos développé dans le récit. Par ailleurs, l'humour est très justement dosé et fait mouche à de nombreuses reprises, on a le droit à pas mal de références à la pop-culture spoiler: (même Walter et Jesse de Breaking Bad sont de la partie) et pour l'avoir vu en VF, je trouve que cette dernière fonctionne vraiment bien (pour une fois, ils ont placé des comédiens qui font du doublage aux premiers rôles, pas des vedettes qui s'y connaissent clairement moins, et ça, c'est bien !). Bref, je suis ressorti de la salle avec le sourire et l'envie irrépressible d'y retourner rapidement pour replonger dans cet univers splendide. Je recommande chaleureusement ce film, il conviendra aux grands comme aux petits.
    Soundtrack F
    Soundtrack F

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 50 critiques

    5,0
    Publiée le 20 février 2016
    Un pur bijou d'animation. Un chef d’œuvre des studios Disney. Rythme effréné, franche rigolade, tous les ingrédients sont réunis pour faire de Zootopie une comédie policière hilarante ! Un film Disney inoubliable !
    MediaShow
    MediaShow

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 304 critiques

    4,0
    Publiée le 23 février 2016
    Disney réunit toutes les qualités d'un bon film d'animation pour nous créer un véritable chef d'oeuvre riche en humour, en émotion et en imagination. Avec un scénario original et un univers splendide, Disney nous fait voyager au coeur de Zootopie, une ville anthropomorphique où la joie de vivre est omni-présente. Un excellent divertissement devant lequel on passe un moment savoureux. Ça devrait cartonner... Une magnifique utopie animale ! La critique entière sur notre site MediashowbyDk : www.mediashowbydk.com/zootopie
    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 288 abonnés Lire ses 260 critiques

    5,0
    Publiée le 15 février 2016
    Zootopie, le 55ème grand classique d’animation Disney ! Etant donné mon fanatisme pour les studios aux grandes oreilles, il n’est pas difficile de deviner que ce film était parmi mes plus grosses attentes de ce début d’année 2016. Disney, c’est une grande partie de notre enfance à tous : que ça soit les dessins-animés, les séries d’animation, les films en prises de vues réelles, les réadaptations Disney dernièrement (en bien comme en mal), les documentaire Disney Nature, l’âge d’or actuel que le studio vit et l’attente que suscite leurs productions désormais, je pourrais faire un exposé de trois heures là-dessus. Le nouvel âge d’or, pour beaucoup, a débuté avec Volt, star malgré lui que je trouve sympa mais sans que ça aille plus loin. A mes yeux, c’est à partir de La Princesse et la Grenouille que Disney s’est vraiment lancé dans leur quatrième âge d’or, et ça n’a été qu’en bien par la suite avec le très charmant Raiponce, mon éternel favoris La Reine des Neiges, l’es excellents Les Mondes de Ralph et Les Nouveaux Héros, quant à Winnie l’ourson, si je le déteste pas, c’est le seul auquel j’ai pas accroché. Et c’est maintenant qu’arrive Zootopie, un nouveau Disney à animaux anthropomorphe sur fond de polar. Les classiques Disney à animaux, il y en a eu de toutes sortes : le road-movie mignon avec Les Aristochats, l’histoire d’amour avec La Belle et le Clochard, le story life avec Bambi ou encore l’adaptation du mythe de Robin des bois clairement anthropomorphe, ainsi que Basil, Détective privé qui est aussi un film à enquête de Musker et Clements. Zootopie, par contre, s’affiche comme le classique Disney le plus drôle depuis Kuzco et l’un des plus créatifs en termes d’univers. La promo lancée lors de la D23 l’année passée et les premières critiques chez nous, mangeurs de baguettes, donnaient littéralement l’eau à la bouche tant les avis étaient élogieux. Et cerise sur le gâteau, ce nouveau classique sort un mois plus tôt chez nous par rapport à nos voisins américains. J’ai eu la chance d’assister à une avant-première pour ce nouveau classique. Si c’est le Disney le plus drôle depuis Kuzco ? Peut être, mais en tant que pure Buddy Movie à la Disney sur fond de polar, les promesses sont amplement tenues et le plaisir était là du début à la fin. Il est dommage de retrouver certains défauts déjà présent dans certains des derniers classiques comme Les Nouveaux Héros et Les Mondes de Ralphs, mais ce film réussit ce qu’il s’est promit de réussir. On suit ici, après Anna et Hiro précédemment, Judy Hopps, une lapine au tempérament optimiste et débrouillarde, astucieuse mais confrontée à un milieu de gros costaud dans lequel beaucoup jugent qu’elle n’a pas sa place, et ce par l’apparence. Si elle n’a clairement pas la force physique qui est jugé nécessaire pour être flic, son optimisme ainsi que sa foi envers son rêve et l’adversité auquel elle fait face la rendent facilement attachante, car elle se retrouve en terrain inconnu ou préjugés et avis faciles sont de mise. Mais elle devient davantage appréciable lorsqu’on la met aux côtés du renard spécialiste en escroquerie et arnaque en tout genre Nick Wilde, qui lui, en revanche, a un point de vue tout opposé à la sienne : spoiler: jugeant que tout animal doit rester à sa place, que chacun a une place qui lui correspond et qu’on ne peut déroger à cette règle . Ce film suit donc le principe même du Buddy Movie, à la manière d’un épisode de L’arme Fatale ou de Bad Boys, il met en avant deux personnages qui un point de vue que tout oppose mais qui devront collaborer ensemble et finir par s’entendre. Ce n’est pas un concept nouveau, mais lorsqu’il est très bien exploité, comme l’avait fait la saga L’arme Fatale, ça rend toujours le visionnage agréable. C’est largement le cas ici. Ce film gère parfaitement son rythme et rend le duo Nick/Judy rapidement attachant, que ça soit en humour ou dans leur manière de comprendre l’autre dans leur façon de penser. Pour ce qui est des personnages secondaires, que du bon en général (sauf un qui me décevra un peu) et un temps d’apparition à chacun pour en garder un souvenir : le chef Bogo, Clawhauser, Flash le paresseux qui avait déjà arraché pas mal de rire dans un extrait dévoilé précédemment, Yax, les parents de Judy, Duke Weaselton, Mister Big, on garde un souvenir de chacun d’eux après le visionnage. spoiler: Même de l’antagoniste mais, là encore, on retrouve les mêmes problèmes que dans certains classique Disney de ce 4ème âge d’or. Par contre, pour ce qui est du doublage français, c’est un quasi sans faute : Marie Eugène Maréchal et Alexis Victor en Judy et Nick, j’y crois sans problème. Jean Claude-Donda, à l’aise comme toujours. Toutes les célébrités font un excellent boulot aussi : Fred Testot, Teddy Riner, Thomas Ngijol, Xavier Fagnon, etc. Seule Lubna Gourion m’a fait émettre quelques réserves, pas à cause de sa voix mais parce que quand on sait que Shakira double Gazelle et qu’on connait un peu sa voix, l’écart est grand. Michael Giacchino, un compositeur qui a très souvent fait ses preuves, était cette fois-ci à la barre pour la musique et… c’est le premier vrai gros bémol du film. Sa musique reste agréable à l’écoute pendant le visionnage mais aucun thème particulier n’est à retenir, aucun morceau ne nous revient en tête après le visionnage, et venant du même mec qui m’a offert 2 superbe partitions avec les Star Trek et Vice-Versa, ça m’a fait un pincement au cœur, première fois que ce mec me déçoit. En revanche, étant donné que j’aime bien Shakira, j’ai été heureux d’apprécier la chanson du film pleinement à chaque écoute, Try Everything. Même plus qu’Immortals de Fall out Boys dans Les Nouveaux Héros. Autre point qui surpasse Les Nouveaux Héros à notre grande surprise : le visuel et l’univers ! Dieu que c’est inventif, de la première à la dernière minute ! Je me souviens pas d’un seul moment ou ce film n’a pas proposé une seule trouvaille visuelle dans cette grande citée adaptée pour toutes les espèces, prédateurs ou herbivores : l’architecture des bâtiments, les parties de la ville adapté aux animaux, la faune et la flore entourant la ville et séparé en plusieurs parties comme Sahara Square ou Toundra Town, toujours quelque chose à grignoter pour nos yeux. Là ou Les Nouveaux Héros fusionnait deux ville du monde pour en faire qu’un ou culture américaine et japonaise s’entremêlaient, ici c’est toute une autre culture et un univers purement créatif qui s’offre à nous. L’animation a été repoussée à tel point que la peau des animaux, leur gestuelle, les effets des gouttes qui tombent sur eux, la gestion des lumières et des cadres rendent cet univers encore plus crédible et le film joue autant sur le comique visuel que sur le comique de situation. D’ailleurs, pour parler de l’humour, parler de la partie histoire est ce qui va me permettre d’en parler davantage. Parce que c’est l’un des gros points forts de ce film : il est drôle, très souvent, en exploitant comme il faut le caractère des animaux. La scène à la préfecture spoiler: avec les paresseux en est le meilleur exemple : spoiler: prenez un renard malin et qui ne veut qu’emmerder son monde, une lapine pressée et un paresseux qui a une réaction mental et physique aussi lente qu’une tortue et dosé comme il faut, je vous met au défi de ne pas au moins sourire ! Autre situation qui marche, en terme d’humour visuel cette fois-ci, spoiler: c’est le mariage de la fille de Mister Big, un opossum, fille de Mister Big Vito Corleone (si vous avez vu ce chef d’œuvre qu’est Le Parrain, vous avez compris). Toute la cérémonie se déroule sur une petite table qui paraît à grand échelle vu de près, mais est minuscule du point de vue des ours polaire servant de garde du corps au parrain. Pour parler davantage des quelques références que proposent ce film, spoiler: celle sur les Lapins Crétins prêtent tout aussi à sourire, jamais trop exploité quand elle est employés. Par contre, un point sur lequel j’ai envie de chipoter, ce sont les références qui sont faites à La Reine des Neiges, et qui pour le coup sont quasiment voyant pour ne pas dire grossier ou carrément forcé : encore si c’est discret, je veux bien, spoiler: comme voir Judy et Nick passer devant un magasin Frozen Yoghurt qui ne dure pas plus de 5 secondes, no problemo. Mais pour le reste, même si ça a fait sourire beaucoup, ça reste voyant voir limite ridicule, spoiler: entre le chef Bogo qui cite carrément la chanson phare Libérée Délivrée devant Judy pour lui remonter les bretelles ou encore le nom Duke Weaselton (c’est pas parce que ça se prononce pas pareil que ça compte pas), ça va je vous rappel que c’est Zootopie, pas La Reine des Neige bis. Aussi, j’aimerais revenir au méchant qui est l’une des quelques déceptions que m’a laissé ce long-métrage (je vous préviens, ça dévoile le Twist du film) : spoiler: qui est ici l’adjointe au maire Bellwether, un mouton compatissant avec la situation de Judy et qui souhaite, elle aussi, que les non-prédateurs aient leur chance mais agit en leur injectant un sérum qui leur rend leur condition d’animal sauvage. Et je suis obligé de faire un parallèle avec Sa Sucrerie et Yokai qui ont le même problème : chacun a une motivation pour agir et assez solide pour en faire des méchants mémorable, mais dans les trois cas on ne passe jamais assez de temps avec eux et ils ne sont jamais suffisamment développés ou mis en avant pour qu’on s’en souvienne… bon Bellwether s’en sort un peu mieux quand même mais dés que le Twist a eu lieu, je n’arrive pas à la retenir comme une vraie méchante. J’espère qu’avec Moana, ce problème sera corrigé. Aussi, ce film n’évite pas 2/3 facilités ou légère maladresse, spoiler: je pense surtout au discours de Judy dont le malentendu entre elle et Nick me paraissait inévitable pour qu’il y ait du conflit entre eux, d’un côté je ne peux pas râler car ça doit servir la morale et les bonnes leçons du film. Mais de l’autre j’ai un peu eu l’impression de revivre la dispute forcé entre Ralph et Vanellope qui doit amener un moment de découragement au héros et ça, c’est un peu dommage. Parce qu’au-delà de ça, quasiment tout dans ce film est une réussite : comme je l’ai dis, chaque personnage se retient pour le peu d’apparition qui est fait et le duo Nick/Judy marque les esprits et ce film nous propose, avec brio, un vieux genre codifié du cinéma qu’est le Buddy Movie, un film proposant un duo de héros que tout oppose. La recette n’est pas inédite mais peut marcher quand un film prend son temps pour bien faire et ne bâcle pas ses relations entre personnages (le pire exemple est Bad Boys), et c’est visiblement le cas ici : on prend le temps de les introduire, leurs échanges verbales durent le temps qu’il faut pour qu’on se prend d’affection à chacun d’eux et chacun en tire une leçon. D’ailleurs, tous les éléments de l’intrigue sont très bien ficelés pour en venir à la leçon finale : l’acceptation de la différence et le rejet de la discrimination et des préjugés, ne serait-ce que pour le cas typique du renard décrié comme un menteur vil et à qui on ne peut accorder sa confiance. Exemple tout bête spoiler: avec la première rencontre entre Judy et Nick vendant ses sucettes glacés contrefait, lorsqu’elle reçoit le dossier sur un animal disparu, la sucette et Nick sont sur la photo. Autre exemple, au moment ou Judy et Nick se retrouve embarqué chez le parrain Mister Big sur le point de les envoyer se noyer sous l’eau glacial, sa fille intervient et se révèle être celle que Judy a sauvé plus tôt il y a un moment. Aucun élément n’ai laissé au hasard ou forcé (sauf peut être la fleur Hurleur), j’ai beau avoir retrouvé un défaut majeur à tout bon Buddy Movie (l’antagoniste), ce point se pardonne facilement comparé au reste. Donc, comment conclure ? Et bien si Zootopie n’est pas sans quelques légers bémols, le défi que Disney s’était imposé est amplement réussi : tant sur le plan visuel que humoristique et l’hommage rendu au polar avec les codes du Buddy Movie. L’âge d’or des studios n’est pas prêt de prendre fin avec les projets à venir, que ça soit cette année ou la suivante : que ça soit les classiques comme Moana cette même année (avec les réalisateurs d’Aladdin et La princesse et la grenouille, aucune crainte) ou Gigantic prochainement avec le réalisateur de Raiponce, l’adaptation en live de Le Livre de la Jungle (plus mitigé pour ce projet), Steven Spielberg qui réalisera un Disney en prise de vue réelle pour l’été prochain ou encore The Finest Hours ce mois-ci. Et je suis déjà partant pour revoir Zootopie durant cette année.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top