Mon AlloCiné
    Django
    note moyenne
    3,3
    1479 notes dont 151 critiques
    répartition des 151 critiques par note
    12 critiques
    31 critiques
    58 critiques
    41 critiques
    8 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Django ?

    151 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2869 abonnés Lire ses 1 453 critiques

    3,0
    Publiée le 28 avril 2017
    "Django" après un début un peu poussif, prend doucement de l'épaisseur pour enfin dégager une certaine dimension humaine...
    À travers le vécu de l'homme et de l'artiste, c'est aussi celui des tsiganes pendant l'occupation qui est mis en lumière et encore bien plus dans la seconde partie...
    Et cette musique vibrante si prenante, nous atteint plus d'une fois et on la redécouvre avec beaucoup de plaisir !
    L'acteur Reda Kateb est cependant loin d'être dans sa meilleure prestation et semble même un peu gêné aux entournures pour endosser la personnalité du fameux Django Reinhardt, alors que Cécile de France pose encore plus de problèmes dans cette composition atypique et discutable en terme de véracité, qui en définitive ne lui sied pas du tout.
    Il est d'ailleurs un peu dommage que de plus en plus souvent, on ait le sentiment que le cinéma met bien plus en avant tous ces acteurs en les filmant sous toutes les coutures au détriment du sujet ou de la raison d'être du film lui-même.
    C'est un peu une fois encore l'impression dégagée cette fois, comme si la priorité était davantage de jouer sur le physique et l'apparence, que d'aboutir à un vrai travail construit et recherché !
    Il manque donc un réel souffle, une réelle envolée afin d'être emporté véritablement par la vie ou plutôt cette tranche de vie de ce guitariste hors pair, si apprécié au point d'être sollicité par l'ennemi lors de l'occupation allemande !
    Il y avait pourtant une qualité marquante au niveau de la photographie très belle, recherchée et soignée !
    Et certaines scènes montrent pourtant une intensité, voire une émotion assez présente.
    Mais l'ensemble manque de rigueur sur le plan historique avec des raccourcis ou des arrangements préjudiciables qui plombent et simplifient ce pan d'histoire essentiel.
    réellement...
    La fin nous réserve malgré tout un magnifique concert très peu connu et pour cause...
    Cette première réalisation de Etienne Comar a été conçue peut-être un peu trop à la va vite, avec une touche de romanesque et un peu de tout, pour ni plaire, ni déplaire et donc ni convaincre réellement.
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 275 abonnés Lire ses 2 443 critiques

    3,0
    Publiée le 30 avril 2017
    Deux choses sont merveilleuses dans ce film : la musique bien sûr et Reda Kateb qui nous dévoile encore tout son talent pour son rôle de Django. Je reste un peu plus sur ma faim sur l'histoire qui sonne un peu creux. Ce n'est sûrement pas un biopic sur Django mais plutôt une histoire sur la communauté tzigane, dont Django fait parti, pendant la seconde guerre mondiale et l'occupation allemande. Un peu déçu donc que le film se soit concentré sur cette période qui n'est pas spécialement la plus intéressante en ce qui concerné Django d'où les inventions narratives pour les besoins du film. Enfin, le film se regarde quand même avec plaisir et j'ai surtout bien profité de cette superbe musique.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1295 abonnés Lire ses 3 522 critiques

    3,0
    Publiée le 27 avril 2017
    Et surtout, il y a la musique. Joué par le "génie aux trois doigts", incarné par un Reda Kateb remarquable qui mérite amplement d'être mis en haut de l'affiche. D'où vient alors ce sentiment d'insatisfaction devant un film trop poli pour être malhonnête mais bizarrement lisse alors qu'il évoque un personnage flamboyant et rebelle. Le choix d'avoir concentré son sujet sur l'année 1943 n'est pas mauvais en soi, même s'il oblitère une grande partie de la carrière de Django. Il y a la volonté de traiter le sujet de l'artiste face à la barbarie et aussi de rappeler le calvaire des tsiganes, oubliés perpétuels quand il s'agit d'évoquer la politique raciale des nazis. Louable intention mais la mise en scène, lisse, et le scénario, laborieux, sont incapables de donner un tempo au film, bien plus riche à l'oreille que par ses images. Par ailleurs, de grandes libertés sont prises avec la vérité historique, notamment pour ce qui est censé être le suspense majeur du film. Même incrédulité devant le personnage fictif incarné par Cécile de France qui n'est pas loin de ressembler à une caricature, et le jeu de l'actrice n'est pour autant pas en cause. Etienne Comar, le réalisateur, souhaitait évidemment montrer les ambigüités d'une époque. Sous cet aspect non plus, Django n'est guère persuasif. Conclusion : il reste la musique, elle, sans conteste est l'oeuvre d'un artiste unique. Mais cela, on le savait déjà.
    Arnaud R
    Arnaud R

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 819 critiques

    3,0
    Publiée le 7 avril 2017
    Un film de qualité mais trop classique dans son traitement et sa narration malgré les bonnes performances d'acteur de Cécile de France et Reda Kateb.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 238 abonnés Lire ses 2 454 critiques

    4,0
    Publiée le 30 janvier 2018
    Une très belle histoire écrite et réalisée par Etienne Comar. Il nous délivre une mise en scène épurée et efficace, des scènes émouvantes sur la fraternité tsigane parfaitement mises en musique.
    Ce film n'est pas un biopic sur Django Reinhardt. Durant l'occupation nazie en 1943, nous suivons une année de la vie de ce musicien d'exception, un humaniste apolitique que la guerre n'a pas changé.
    Ce drame musical bénéficie d'une affiche somptueuse avec de jolis seconds rôles tenus par Bea Palya, qui joue l'épouse de Django et sa mère interprétée par Bimbam Merstein. Si Cécile de France est éblouissante dans son personnage de charmeuse, Reda Kateb est lui aussi impressionnant de crédibilité. Il a été a juste titre récompensé au Festival du Film de Cabourg avec un Swann d'Or du meilleur acteur.
    Gérard Delteil
    Gérard Delteil

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 1 579 critiques

    2,5
    Publiée le 27 avril 2017
    La musique est magnifique, Reda Khaleb excellent à son habitude, pourtant ce Django manque de souffle et de vie. Plutôt que de lancer dans un biopic, le réalisateur, Etienne Comar, a choisi de reconstituer une tranche de vie du célèbre musicien, dans la période sombre de l'occupation. Pourquoi pas ? Mais le scénario est bourré de poncifs. On frise même le ridicule quand l'orchestre de Django fait swinguer des officiers allemands. Dans le genre "film d'occupation", un village français apparait comme un chef d'oeuvre à côté de ce Django. De plus, Comar semble avoir pris pas mal de libertés avec l'histoire : son film donne l'impression que Django quitte la France pour se réfugier en Suisse, alors qu'il est finalement rentré à Paris où il a ouvert un cabaret sans jamais être inquiété. Certes, l'intention est bonne : dénoncer les persécutions qui ont frappé les Tziganes, mais en présentant presque Django Reinhardt comme un résistant, il pousse le bouchon un peu loin. La tentative d'apporter une note de romanesque avec le personnage de Cécile de France, la belle résistante, est franchement ratée. Quant à la fin, elle apparait comme laborieusement plaquée sur un film qui hésite entre reconstitution, fiction et engagement.
    Fidelou
    Fidelou

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 367 critiques

    3,0
    Publiée le 27 avril 2017
    En 1943, la carrière de Django Reinhardt est à son apogée. Il est un véritable « guitar heros », à l’instar de Charlie Christian à New York. Au sein du quintet du Hot Club de France et en compagnie de Stéphane Grappelli, son swing et sa virtuosité font chavirer les danseurs des Folies Bergères. Au même moment dans les Ardennes, les Tziganes sont victimes de rafles et d’exécutions. Pour échapper à la récup’ allemande qui veut envoyer Django jouer à Berlin, le guitariste aux « trois doigts de génie » est incité à fuir en Suisse, via Thonon-les-Bains.
    Le séjour au bord du Léman - avec mère, femme et maîtresse (pour la fiction) - n’est pas aussi calme que les eaux du lac. Les persécutions se poursuivent… jusqu’à ce qu’on retrouve Django à Paris en mai 1945, dirigeant le magnifique « Requiem pour les frères Tziganes ». Loin du biopic, le film d’Etienne Comar raconte donc une courte tranche de vie du guitariste. Parce que le sujet, c’est celui d’une prise de conscience. Celle d’un artiste que sa passion a envoyé dans les Nuages en l’isolant du monde qui l’entoure. Avant que la solidarité avec sa communauté ne le rattrape...
    Heureusement Django c’est d’abord de la musique ! Et avec la contribution du trio Rosenberg, pour le film, on n’est pas déçu. Pour le reste, on est plus dubitatif. Le scénario est convenu et la mise en scène plutôt plate. Les personnages secondaires, sans incarnation véritable, sont à la limite de la caricature. Si bien que le film manque d’émotion, de souffle et en un mot de swing. Heureusement, il y a Reda Kateb dont le visage fait passer à la fois toute l’insouciance et la gravité de son personnage. Il est excellent. Et Cécile de France s’en tire à peu près dans le rôle d’une admiratrice ambigüe…
    missfanfan
    missfanfan

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 700 critiques

    3,0
    Publiée le 28 avril 2017
    Voici une partie de la vie de Django inconnue pour moi , mais le film se traîne un peu en longueur et malgré tout le talent de Réda kateb exceptionnel quelques soi les rôles qu'on lui donne l'histoire ne m'a pas faite décoller plus que ça , résultat un peu déçue
    Richard L.
    Richard L.

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 140 critiques

    3,0
    Publiée le 30 avril 2017
    Le film est correct sans plus, Reda Kateb fait un Django plus vrai que nature. Si l'épisode de Thonon est historique, il faut souligner que surpris par les gardes frontière suisses, le vrai Django est retourné à Paris où il a ouvert un club de jazz.
    Gregory M
    Gregory M

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 187 critiques

    3,0
    Publiée le 26 avril 2017
    pas mal !!! attention ce film n est ni une biographie ni une discographie !!! il raconte jste un des pires moments de la vie de django durant le seconde guerre mondial du coup on apprend pas grand chose de sa vie sinon que c est moments dur l on permit de composé ces meilleurs oeuvres !!!! sinon les acteurs sont au top bonne réalisation et on passe un moment sympa !!!!
    jeff21
    jeff21

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 295 critiques

    3,5
    Publiée le 27 avril 2017
    Étienne Comar redonne vie à ce musicien si talentueux, si sensible dans le cadre dramatique de la seconde Guerre Mondiale où les tziganes sont persécutés. Résistance de la musique face aux oppresseurs. Musique bien sûr très entraînante ponctuant le film . Et Reda Kateb remarquable dans ce rôle. A voir et écouter.
    crachou94
    crachou94

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 426 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mai 2017
    Un épisode de la vie de Django Reinhard en 1943 sous l'occupation allemande.
    Si ce film nous permet d'écouter les meilleures compositions de Django comme nuage ou minor swing, il nous rappelle aussi le massacre et la déportation des tziganes par l'Allemagne nazie.
    La romance avec Cécile de France arrive un peu par hasard.
    La grande surprise pour moi est ce "requiem pour mes frères tziganes" composé par Django et joué une seule fois à la libération.
    titicaca120
    titicaca120

    Suivre son activité 272 abonnés Lire ses 2 179 critiques

    4,0
    Publiée le 30 avril 2017
    Django nous entraine au cœur des tziganes en pleine occupation
    allemande.
    Reda Kateb extraordinaire comme à son habitude livre une prestation de haute volée.
    la musique omniprésente est magnifique et empoisonne bien la hiérarchie aryenne
    partagée entre le génie de Django et leur dégout pour l'art en général.
    Seemleo
    Seemleo

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 888 critiques

    2,5
    Publiée le 1 mai 2017
    "Django" a tout pour plaire. Un sujet en or, une situation historique peu connue et reconnue, (l'extermination des tziganes durant la dernière guerre) et un personnage haut en couleur. La reconstitution de l'époque est remarquable, la musique de Django divine et la mise en scène soignée. C'est le scénario et le story board qui pèchent. L'intrigue est fine comme les cordes d'une guitare et l'histoire s'enlise dans sa deuxième moitié au bord du Léman. Certaines scènes intrinsèquement riches sont ratées par maladresse et le réalisateur rajoute une couche de suspens liée à la résistance, invraisemblable et ridicule. Même la présence de Cécile de France ne relève pas le raout.

    Reste le mérite de faire renaître cette musique vivante et lumineuse et de parler de la souffrance des manouches durant ces années grises.
    porcelaine35
    porcelaine35

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 12 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mai 2017
    Très bon film sur une partie de la vie de Django et qui rappelle que les Juifs n'étaient pas les seuls cibles du furher ! Très bonne musique associée et un hommage méconnu émouvant à la fin du film pour​ les dziganes déportés
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top