Mon compte
    22/11/63
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,3
    2954 notes dont 205 critiques
    répartition des 205 critiques par note
    62 critiques
    71 critiques
    38 critiques
    19 critiques
    7 critiques
    8 critiques
    Votre avis sur 22/11/63 ?
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 7 avril 2016
    J'ai pris le temps de rédiger cet avis car je voulais qu'il soit aussi bon que cette mini-série. Adaptation du roman éponyme de Stephen King (que j'ai adoré), 11.22.63 m'a permis de me rendre compte que le livre est encore meilleur que je ne le pensais. Cette fiction est fidèle à l'oeuvre original dans les grandes lignes. Je m'explique. L'un des personnages, Bill, a bénéficié ici d'un rôle presque totalement différent du livre. Un rôle qui s'inscrit dans la durée alors que dans le livre, ce personnage n'est que de passage. Mais à ma plus grande joie, ça n'alterne pas les dernières péripéties du héros qui reste conforme dans les moindres détails au livre. Concernant le casting, c'est un sans faute. James Franco y est parfait, Sarah Gadon est une perle, ce rôle était vraiment fait pour elle. Elle est telle que je me l'imaginais dans le roman. L’interprète de Lee H. Oswald y est magistral et tout les autres seconds rôles sont remarquables. Je pense notamment à Leon Rippy qui m'a presque bouleversé avec seulement quelques mots au tout début du premier épisode. Tout y est vraiment parfait. Une merveilleuse reconstitution des années 60 (tout est comme je me l'étais imaginé), un casting parfait, une histoire passionnante, une fin d'une puissance inouïe jusqu'au générique qui est l'un des plus beaux que j'ai pu voir. 11.22.63 est tout simplement un chef-d'oeuvre. Que ce soit le roman (je ne peux que vous conseiller ce pavé de plus de mille pages) ou cette mini-série.
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 389 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 7 avril 2016
    Il existe de nombreuses adaptations aussi bien sur le petit écran que sur le grand des œuvres de Stephen King. Si quelques unes se sont démarquées grâce à leur qualité, pas grand nombre se montre à la hauteur de nos espérances. "11.22.63" fait parti de la première catégorie. Produite par J.J Abrams ("Star Wars 7") et crée par Bridget Carpenter ("The Red Road"), cette mini-série en 8 épisodes est pour ma part une vraie perle.

    Dotée d'un pilote extrêmement convaincant, et d'un scénario poignant et prenant, "11.22.63" retrace l'assassinat de Kennedy, avec un professeur tentant de l'empêcher grâce à une machine à voyager dans le temps. On sent bien l'esprit de Stephen King, tant dans les thématiques abordées que dans les retournements et scènes de tension. L'atmosphère de la série est immersive ; même si quelques épisodes atténuent le rythme de l'ensemble à cause d'une histoire d'amour peu intéressante. Toutefois, les comédiens sont exemplaires. James Franco ("Spring Breakers") en tête du casting, son interprétation est d'une justesse remarquable et nous emmène avec de lui de bout en bout sans décrocher. Son personnage est des plus attachants et empathiques. Sarah Gadon ("Maps to the Stars") et George Mackay ("The Outcast") l'entourent et sont eux parfaitement convaincants dans la peau de leurs personnages. L'écriture des psychologies est bonne, bien que quelques facilités et improbabilités sont présentes. Daniel Webber ("Sleeping Beauty") est quant à lui tout aussi crédible. Chaque rôle est bien écrit, nous entraîne dans ce récit sous tension et enjeux mondiaux sur l'Avenir.
    En soi, l'écriture de la série est très bonne. Si l'œuvre n'atteint sans doute pas les sommets du roman, elle reste parfaitement cohérente et facile à suivre. A part une histoire d'amour trop conventionnelle et des facilités scénaristiques, l'ensemble des 8 épisodes présente un scénario original. De nombreuses scènes apportent une tension angoissante (l'abattoir dans l'épisode 2 par exemple), et forment une ambiance globale effrayante. L'époque des Sixties est quant à elle parfaitement reconstruite et retranscrite à l'écran, les décors sont beaux et bien exploités, les costumes élégants.

    J'ai l'impression de n'utiliser que des superlatifs pour cette mini-série de 8 heures, mais les défauts ne m'ont pas tant gênés que cela. Si la fin n'est pas des plus inventives, et un sentiment de "tout ca pour ca" se fait ressentir, elle reste belle et forte en émotions. "11.22.63" m'a transporté, m'a fait rêvé, m'a fait rire ; j'ai vraiment été happé par l'histoire. Le générique est d'ailleurs bien fait et supporte une musique qui me reste en tête sans relâche. Les sujets sont bien abordés et exploités, la résolution du meurtre est crédible dans l'ensemble crée par l'auteur ; les hommes de l'époque (JFK, Hoover) sont au rendez-vous, "11.22.63" mélange habilement science-fiction, fantasme personnel (sauver un président) et Histoire ; une réussite aussi bien visuelle grâce à une réalisation superbe que scénaristique.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2292 abonnés Lire ses 3 158 critiques

    Critique de la saison 1
    2,0
    Publiée le 11 novembre 2018
    « 11.22.63 »… Ou comment lancer plein de pistes super sympas dans un premier épisode très riche, et puis tout déballonner derrière lors des sept épisodes suivants au point d’atteindre un niveau de créativité presque consternant. Ah ça je lui en veux à cette série ! Ou bien disons plus exactement que j’en veux à Stephen King ! Non, en fait, je crois que j’en veux aux deux, et je vais tout de suite expliquer pourquoi. Moi, à la base, j’ai vraiment adoré le concept de départ. Un prof d’Anglais un peu crâneur, totalement surfait, se retrouve pris malgré lui dans une intrigue qui le dépasse complètement et qui implique à la fois le fait de réécrire le scénario de l’Histoire, en même tant qu’il va devoir apprendre à se composer un rôle sur mesure dans une époque qui n’est pas la sienne et qui ne répond pas à ses codes. Franchement, cette base, elle déchirait. Et elle déchirait d’autant plus que Stephen King, maître du fantastique, l’avait davantage pensé comme un scénario fantastique plutôt que comme un scénario de science-fiction ! Ainsi s’était-il permis d’édicter des règles du jeu claires et très sympas qui permettaient de jouer avec ces voyages dans le temps de manière différente que celles avec lesquelles les autres fictions abordant cette thématique nous avaient habituées. Du coup, moi, dans ce premier épisode, j’y ai à la fois retrouvé le plaisir que savaient refiler les « Retour vers le futur » à nous foutre le vertige entre deux périodes si proches et pourtant si lointaines et étrangères. J’y ai aussi retrouvé l’excitation d’avoir la promesse d’un bon polar avec – excusez du peu ! – une enquête sur l’assassinat de JFK. Et enfin, j’y ai retrouvé le plaisir simple des intrigues qui aiment jouer avec la logique et qui, pour le coup, savent nous mettre à la place d’un héros lambda qui va essayer de tirer parti au mieux de cette situation. Bref, tout allait bien dans ce premier épisode qui savait d’ailleurs très rapidement poser les pieds dans le plat (on explore déjà les premières pistes de l’assassinat, on assiste aux premières bourdes du personnage principal, on commence aussi à poser un parallèle entre la vie dans les années 60 et la vie aujourd’hui…) Et puis vient le second épisode… L’affaire JFK disparaît. On se retrouve embringués sur un enjeu secondaire. Les personnages rencontrés ne brillent vraiment pas par leur subtilité (le personnage de Frank Dunning est notamment une horreur de caricature), et puis progressivement, la série commence à perdre le fil de son intrigue de base. L’affaire de l’assassinat devient encore plus secondaire, les enjeux principaux se réorientent presque exclusivement sur des enjeux amoureux (?) non seulement vus mille fois, mais en plus construits autour de personnages stéréotypés vraiment peu intéressants. Et c’est là que la série, à mon sens, sombre lentement. De gaffeur et loser, le personnage de Jake devient juste un personnage mielleux et lisse dans ses enjeux. J’ai même fini par me dire que l’aspect crâneur et surfait que le premier épisode donnait au personnage n’était sûrement pas voulu, mais qu’il n’était en fait certainement que la simple et triste conséquence d’une écriture de mauvaise qualité. L’intrigue elle-même se délite par une multitude de péripéties absurdes : le pompon revenant à tout ce qui touche de près ou de loin ce personnage moisi qu’est Johnny Clayton, le mari de Sadie. ( spoiler: Plus cliché que ça, tu meurs ! Et puis c’est quoi ces années 60 où une personne sur trois que tu croises est un psychopathe en puissance ?!
    ) Mais le pire, c'est que cette tristesse de l’écriture ne va pas se limiter qu’aux personnages et aux enjeux amoureux, elle va très vite contaminer le traitement de l’affaire JFK… Et là… Je trouve que la série se tire trois balles dans le pied, et sûrement avec un calibre bien plus gros que celui d’un simple fusil Carcano. Alors OK, j’entends bien qu’il y a encore des zones d’ombres assez importantes sur le pourquoi du comment de cet assassinat. Mais s’il y a bien un point qui semble quand même aujourd’hui acquis, c’est que JFK a été abattu spoiler: par plusieurs tireurs
    . Or, que la série décide d’adopter la thèse spoiler: du tireur unique
    ; qu’elle adhère à l’idée spoiler: d’un moment de folie d’Oswald
    ; qu’elle relègue spoiler: l’implication de la CIA et du FBI au simple fait que – oui bon – ils connaissaient Oswald mais s’ils l’ont laissé tirer c’était par simple négligence et ignorance
    , mais c’est juste tellement vouloir porter des œillères sur l’Histoire ! Ah ça ! On croirait entendre Stephen King crier : « Ne vous inquiétez pas, chers lecteurs américains, avec moi, on ne touchera pas aux bons vieux mythes de notre beau pays ! Oh ça non ! » Mais quelle imposture intellectuelle ! C’est comme si demain il nous promettait un voyage dans le temps pour enquêter sur le mystère de Jésus et que – ô surprise ! – on découvrait qu’il multipliait vraiment les pains ! Qu’il marchait vraiment sur l’eau ! Et qu’il avait vraiment un halo de lumière autour de la tête ! Non mais quelle blague ! C’est en cela que j’en veux d’abord à Stephen King pour le ratage de cette série ! C’est lui l’auteur ! C’est lui qui a pensé tous ces ressorts moisis ! C’est lui qui, dans son intrigue originale, a finalement benné les trois quarts de ses bonnes idées de départ ! Parce que oui, le pire, c’est qu’en fin de compte, toutes les règles fixées au sujet du voyage dans le temps et qui auraient pu être exploitées mille fois, eh bah, au final, elles ne sont même pas exploitées ! Parce que l'air de rien, si on fait les comptes, spoiler: Jack ne fait qu'un seul aller-retour en plus de son voyage initial, et ça seulement dans la deuxième moitié du dernier épisode en plus ! Le comment du pourquoi le monde est tout pourri après la survie de Kennedy est à peine expliqué. D’un autre côté, j’ai lu la raison sur Wikipedia, c’est tellement absurde et peu réfléchi que je peux encore comprendre que la série l’ait zappé. Et tout cela se conclut en fin de compte sur la romance, comme si, finalement, JFK, depuis le départ, bah en fait on s’en foutait un peu, voire beaucoup même. Et là je trouve que c’est quand même un scandale, parce que quand tu appelles ton bouquin « 11.22.63. » et que tu démontres à l’intérieur que, pour toi, l’assassinat de JFK, eh bah c’est un détail sur lequel tu n’as même pas envie de te renseigner un peu, je trouve qu’on touche le fond du cynisme.
    Alors après voilà, je charge l’ami King parce qu’en fin de compte, c’est quand même lui qui est à l’origine de tout ce qui cloche dans cette série, mais bon, sachons aussi le décharger de certaines fautes. Que Lee Harvey Oswald soit joué d’une manière aussi pathétique (moi aussi je sais rentrer les lèvres et les rehausser pour montrer que je suis frustré), ça c’est la série qui en est responsable, bien plus que le bouquin. Qu’il m’ait fallu lire la page Wikipedia du bouquin pour comprendre comment spoiler: Sadie était morte dans le dernier épisode
    , tellement la scène n’était pas claire à la première vision, ça aussi c’est de la faute de la série, pas du bouquin. Que spoiler: Jack, qui était désigné comme le coupable idéal, s’en sorte finalement grâce au plus incroyable des Deus Ex Machina de l’histoire de la fiction (Non mais franchement : de où que Kennedy peut savoir que Jack l’a sauvé et n’est pas en fait le tireur ? C’est Dieu ce mec ?)
    , eh bah cette horreur scénaristique, c’est aussi de la faute de la série ! …Bon, c’est peut-être aussi celle du bouquin, mais quand-même ! Tu es scénariste, tu lies ça, tu sais que tu as huit épisodes sous la main pour corriger le tir, tu gères ton temps pour éviter une résolution expéditive comme celle là. Et puis d’ailleurs oui, il y a ça aussi. Et c’est peut-être finalement ce qui explique aussi l’essentiel des problèmes de cette série. Le gros problème : c’est qu’il y a huit épisodes. Ils durent chacun 50 minutes en moyenne, ce qui veut dire qu’en totalité, l’intrigue s’est étalée sur presque sept heures ! Généralement, les bouquins de Stephen King, on les adapte au cinéma, et je pense qu’effectivement, c’est le format qui leur va le mieux. Un film de 2h40, je pense, serait beaucoup mieux passé qu’une série. J’ai l’impression que l’agacement que j’ai pu avoir face à cette série, notamment celui de voir aucun personnage creusé, de voir l’intrigue s’enliser, de voir toutes les questions de l’époque traitées superficiellement… Eh bah ça s’explique essentiellement par le fait qu’on a voulu diluer sur sept heures quelque-chose qui, à la base, ne pouvait même pas tenir sur trois. Je n’ose imaginer tout ce qui a été rajouté ou rallongé, mais je suis persuadé que c’est tout ce que j’ai détesté dans cette série. Or, là, désolé, mais Stephen King n’y est pour rien. Pour que son intrigue tienne la route sur sept heures, eh bah il fallait savoir inventer ! Il fallait savoir transgresser ! Il fallait savoir transcender le concept de base ! spoiler: Ne faire qu’un seul aller-retour supplémentaire dans le temps, sur un film, je comprends. Sur une série, tu en penses plusieurs. Tu rapproches la date d’arrivée dans le passé avec celle de l’assassinat afin qu’on n’ait pas trois ans à se taper à chaque fois. Tu testes. tu explores ! Lors de la première visite, tu pars du principe qu’Oswald est tout seul. Mais – bang ! bang ! – d’autres tireurs abattent le président. Alors cela oblige à un nouveau voyage, pour enquêter sur ces autres tireurs. Chaque voyage aurait pu être l’occasion d’une nouvelle enquête. Chaque voyage aurait pu être l’occasion de repenser la relation avec Sadie autrement, permettant ainsi au personnage de Jack de progressivement comprendre ce qui cloche dans sa relation avec les femmes. Chaque voyage aurait pu être l’occasion de tester les impacts et les répercussions de chaque acte commis sur les individus aidés en annexe de l’enquête sur JFK…
    Bref, si les gars avaient pris le bouquin de King comme une base, plutôt que comme un tout, cette série aurait vraiment pu être géniale… Et s’étendre sur plusieurs saisons qui plus est ! C’est d’ailleurs pour cela qu’au final, je mets quand même deux étoiles à ce « 11.22.63. » J’ai beau l’avoir taillé en pièce à travers l’une de mes critiques les plus longues (chapeau d’ailleurs à ceux qui ont lu jusqu’à cette ligne-là !) mais je n’en garde pas moins en tête que le premier épisode était plus que sympa, plein de bonnes idées, et que le concept global de la série était loin d’être immonde. D’ailleurs, si j’avoue avoir souffert pour la finir, j’en tire quand même un minimum de satisfaction. « 11.22.63. » n’est pas de ces séries qui ne tentent rien du tout et qui se contentent d’enfiler les perles. Non, « 11.22.63. » a certes enfilé beaucoup de perles, elle a certes gâché un véritable potentiel de grande série, mais au moins, elle a posé sur bobine une idée intéressante ; une idée qui ne laisse pas insensible. La preuve d’ailleurs… Aurais-je écrit autant à son sujet si « 11.22.63. » était totalement dénuée d’intérêt ?...
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 350 abonnés Lire ses 978 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 19 novembre 2018
    " 22/11/63 " est une bonne série américaine .

    C’est l’histoire de Jake Epping ( James Franco ) un professeur d’anglais qui fréquente régulièrement le snack bar de son ami Al Templeton ( Chris Cooper ) . Un soir Al révèle à Jake qu’il est atteint d’un cancer du poumon et que dans le local de son Snack Bar se trouve un portail temporel menant en 1960 . Il lui explique qu’il est rester pratiquement trois ans dans les années 60 jusqu’en 1963 et qu’il a tenté d’empêcher l'assassinat du président américain Jonh Fitzgerald Kennedy mais qu’il a du renoncer à cause de sa maladie . Al souhaite donc que Jake accomplisse cette mission qui permettrait de changer l’histoire et nottament d’éviter la guerre du Vietnam que Kennedy n’aurait sûrement jamais tolérer si il ne serait pas mort et qu’il serait rester président . Jake va alors tenter de sauver la vie du président Kennedy ...

    " 22/11/63 " est une bonne mini-série américaine d’une seule saison de 8 épisodes diffusé aux États-Unis sur la plateforme de vidéo à la demande Hulu et en France sur la chaîne TF1 séries film . Cette série est adapter d’un roman de Stephen King . N’ayant pas lu le livre je me baserai uniquement sur mon visionnage de la série pour faire ma critique . L’histoire de cette série est prenante où l’on va donc voir un type nommer Jake remonter le temps pour tenter d’empêcher l’assassinat du président Kennedy qui a eu lieu le 22 novembre 1963 ( le titre de la série qui est donc la date de la mort de Kennedy ) . Et sa tâche pour empêcher la mort de Kennedy ne sera pas facile car il va devoir savoir qui est vraiment derrière cette assassinat entourer de mystère . Est ce Lee Harvey Oswald le principale suspect dont on a jamais pu établir clairement la culpabilité à cause de nombreuses zones d’ombres ? Si c’est lui à t’il agit seul ou avec la complicité d’autres personnes ? Où est ce quelqu’un d’autre ? Et si cela ne suffisait pas le passé qui ne veut pas être modifié va lui mettre des bâtons dans les roues avec des événements surnaturels pour l’empêcher d’accomplir sa mission ( on sent très bien la patte de Stephen King à ce niveau ) . Et puis surtout qu’elle conséquence sur l’avenir auront ses changements dans le passé ? Postif ou négatif ? On va être donc être tenu en haleine tout au long de ses 8 épisodes pour voir si Jake arrivera à savoir qui est derrière l’assassinat de Kennedy et si il arrivera à l’empêcher grâce à un bon suspense et de bons rebondissements . La série est un bon mélange de thriller et de fantastique . La série est fidèle aux évènements historiques telle qu’ils se sont dérouler a l’époque ( nottament sur Lee harvey Oswald etc ... ) et reconstitue plutôt bien ses événements . A noter que la série ne donne pas d’explication sur la présence du portail temporelle qui permet à Jake de remonter le temps . Et au final on s’en fiche un peu de savoir le pourquoi du comment . Ceci n’est juste qu’une amorce pour pouvoir mettre en place l’intrigue de la série . La série est prenante et divertissante malgré des passages moins intéressant et même si je pense qu’on aurait pu exploiter un peu plus cette histoire . La reconstitution des années 60 est super bien faite avec de superbes costumes et décors qui nous replongent instantanément dans les années 60 comme s’y on y était . C’est un plaisir de s’évader dans cette époque avec les superbes voitures américaines de l’époque etc ...
    La série est porter par un bon casting avec à sa tête l’acteur James Franco ( " Spider-Man " , " la planète des singes , les origines " ... ) qui incarne parfaitement ce gars déterminé à changer l’avenir en tentant d’empêcher la mort de Kennedy .
    Le reste du casting n’est pas en reste avec entre autre Daniel Webber qui joue parfaitement le mystérieux Lee Arvey Oswald le principale suspect du meurtre de Kennedy , George Mackay qui interprète Bill un type des années 60 qui va aider Jake dans sa mission de sauver Kennedy ou encore Sarah Gadon dans le rôle de Saddie une femme des années 60 dont jake va tomber amoureux . La série se termine sur un épisode prenant et très touchant

    spoiler: avec Jake qui a réussit à changer l’avenir en empêchant la mort de Kennedy mais sa a conduit à un monde encore pire que ce qu’il était à la base . Il choisi donc de remettre les choses en ordre t’elle quelle étaient au départ quitte à effacer tout les changements positifs qu’il avait fait dans le passé comme le fait d’avoir sauver une famille du massacre ou en sacrifiant son histoire d’amour avec Saddie . Sa se termine sur une note triste et touchante avec Jacke qui a sacrifié son amour avec Saddie pour remettre en place tout les événements telle qu’ils étaient à la base .

    . Un épisode final qui conclue parfaitement cette mini-série .

    Pour résumer " 22/11/63 " est une sympathique série américaine prenante et divertissante à découvrir immédiatement si vous ne l’avez pas encore vu .
    Edgar L.
    Edgar L.

    Suivre son activité 167 abonnés Lire ses 271 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 20 février 2016
    Cette série innovante et prometteuse attirait forcément mon attention lorsque j’ai vu qu’on allait y retrouver l’excellent James Franco. Adaptée du roman du même nom de Stephen King, elle est diffusée depuis le 15 Février sur Hulu et comportera 8 épisodes. L’idée de départ est relativement simple puisqu’on y suit Jack Epping, un professeur à qui Al Templeton va faire une révélation qui changera le cours de sa vie : dans son restaurant, se trouve un placard qui lui permet de voyager dans le temps jusqu’à l’année 1960. Le vieil homme a passé une partie de son existence à voyager entre le passé et le présent afin d’empêcher l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy (le 22 Novembre 1963, d’où le titre) et alors qu’il se rapproche de la mort, il demande à son client le plus fidèle de continuer sa tâche.

    [...]

    Cet épisode pilote est très long et prend vraiment son temps afin de poser les bases de l’histoire. Il dure en effet pas moins de 1h20 ! La série nous permet de comprendre les difficultés que rencontre Jake Epping à s’adapter dans ce nouveau monde. On nous expose également les règles de ce voyage dans le temps. Ainsi, on apprend que lorsque le jeune homme effectue une action dans le passé susceptible d’influencer le futur, le temps essaye de l’en empêcher, quitte à le tuer … L’idée de départ est plutôt bonne, même si certains éléments sont tirés par les cheveux et pas franchement crédibles.

    [...]

    Le casting est savoureux puisqu’on y retrouve dans le rôle principal un James Franco impeccable et plein de ressources. L’acteur nous fait partager son plaisir et on sent qu’il a adoré interpréter son personnage. Ce premier épisode permet également de découvrir Chris Cooper, un acteur convaincant et expérimenté qu’on avait pu voir dans The Town en 2010.

    Ce premier épisode est donc convaincant et nous permet d'entrer de plein pied dans une série vraiment originale et qui a le mérite de ne pas être comparable à une autre du même genre. Malgré quelques incohérences scénaristiques, ce premier épisode nous captive et nous donne clairement envie de connaître la suite ...
    codi985
    codi985

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 104 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 24 février 2016
    serie enorme ,realisation hyper soignée,casting,ambiance parfait..apres 2 episodes ça sent le petit chef d oeuvre,tres addictive aussi...
    la plateforme hulu a fait tres fort c est digne des meilleures series d HBO,AMC , netflix ,etc...bref hulu rentre dans la cour des grands avec cette serie

    bon je m emballe un peu il n y a eu que 2 long episodes mais j avais ressenti ça avec entre autre breaking bad,ou plus recement mr robot ..cette serie sent tres bon
    alouet29
    alouet29

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 514 critiques

    Critique de la série
    1,5
    Publiée le 1 novembre 2016
    L'intrigue tiendrait dans un film de moins de 2 heures et le le meurtre de Kennedy n'est pas au centre de l'histoire, comme on pourrait le croire. Même le concept de voyage dans le temps est mal exploité.
    Tout est trop long. Trop de personnages, trop de scènes et de pseudo-rebondissements inutiles voire farfelus, des redites, tout cela cela donne une certaine difficulté à suivre et à s'intéresser au scénario.
    Mathieu C
    Mathieu C

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 180 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 2 janvier 2017
    Cette série est si courte mais tellement bien ! Dommage que ça ne puisse pas durer plus longtemps et c'est très bien comme ça à la fois. James Franco est génial, je ne l'ai jamais vue aussi performant que dans ce rôle. Les acteurs sont d'ailleurs tous très convaincant de façon générale. L'univers est si bien respecté... Décors, costumes... Ont rêve d'y être. A déguster lentement et surtout savourer ces moments devant chaque épisode. Çà passe beaucoup trop vite.
    gunbuster
    gunbuster

    Suivre son activité 268 abonnés Lire ses 1 484 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 7 avril 2016
    Je dois avouer avoir accroché au pitch de la série : faire revenir un prof d'anglais dans les années 60 pour prévenir l'assassinat de JFK.
    Et contrairement à beaucoup d'œuvres de fictions abordant les retours vers le passé, il y a une vraie logique, une vrai cohérence dans la série. En clair, ça ne part pas en cacahouètes dès que le héros modifie le moindre truc.
    La force de la série réside dans un excellent casting, avec une James Franco tout en subtilité et juste en permanence (à des années-lumières de ses rôles extrêmes des comédies potaches), de la découverte de la sublime Sarah Gordon qui donne un touche de féminité et de sensibilité à l'œuvre et au voyage du héros.
    Plus quelques acteurs secondaires âgés avec un visage marquant, devenant des repères dans la quête du héros, tissant le cheminement de l'histoire (le proviseur Deke, le cuistot Al et l'intriguant George de Mohrenschildt).
    Et bien sûr, la magnifique reconstitution des années 60 américaines, dans les moindres détails : des avenues du centre-ville aux quartiers mal famées. Des costumes, aux voitures, aux mobilier, aux immeubles.
    Et l'on peut constater le soin apporté à l'ensemble de la série : l'œuvre est un tout et non la somme de ses parties, et chaque chose dans la série a un sens, et est pensé comme tel.
    Si la romance entre notre héros et la jolie blonde est prévisible, l'évolution de leurs relations jouera un rôle concret dans le reste de l'intrigue principale.
    C'est la toute la réussite de la créatrice du show : il n'y a pas d'intrigue secondaire et superflues, mais de petites intrigues qui s'emboîtent dans une plus grande. Aucun sentiment de superficialité ou de volonté de faire quelque chose de "gratuit", feuilletonnant ou sensationnel.
    Le seul bémol sera un certain atermoiement du héros, des arrêts de l'intrigue, et des redémarrages soudains. Il manque un certain rythme.
    Reste que la série vaux vraiment le visionnage, par respect pour l'équipe technique, les acteurs et le travail de mise en scène et les concepts scénaristiques.
    On est bien loin des nullissimes Outlander (2014), Rewind (2013), Terra Nova (2011), Journeyman (2007).
    Pour voir d'autres séries sur le même thème, regardez Steins;Gate ou l'excellent ERASED.
    Bulles de Culture
    Bulles de Culture

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 634 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 19 janvier 2017
    Cela commence doucement mais on se prend dans l'action et l'enjeu au fil de la saison. James Franco est éblouissant dans la série.
    Arlette et les mécanos
    Arlette et les mécanos

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 478 critiques

    Critique de la série
    2,5
    Publiée le 22 mai 2016
    Très déçue car après avoir lu tous ces commentaires positifs, je pensais me régaler mais je me suis ennuyée, ça manque d'intensité, de tension, on est jamais surpris.Et puis, le retour dans le passé, on a déjà donné un paquet de fois, ça ne m'emballe plus. Reste l'ambiance années 60 bien reconstituée et James Franco très séduisant.
    kal-el 02
    kal-el 02

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 843 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 22 décembre 2016
    Alors pour commencer si vous ne regardez pas encore cette série c'est le moment de s'y mettre, vous ratez une série énorme ! Dans le premier épisode, qui pour notre plus grand bonheur dure 1h20, on plonge assez rapidement dans cette ambiance des années 60 ! On est peut-être un peu perdu au début mais on s'habitue très vite et j'ai pour ma part directement accrocher. Jake a comme mission d'empêcher le meurtre de J.F Kennedy, qui a eu lieu évidemment le 22 novembre 1963, comme le montre bien le nom de la série. Je vais pas tout dévoiler, il faut bien garder le suspens, mais il va devoir rester dans ce monde 3 ans puisqu'il arrive en 1960 et devra donc s'adapter à cette période pas très facile. On voit les bons comme les très mauvais côtés des années 60.. L'acteur James Franco est juste fabuleux, la-dessus on va même pas y revenir. Je peux par contre pas comparer avec le livre de Stephen King comme je l'ai jamais lu. Pour moi c'est une série très très prometteuse et vraiment je la conseille à tout le monde !
    Toto INF
    Toto INF

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 555 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 12 août 2016
    Une bien belle histoire, complète, en une saison.

    La force de cette série et son scénario, normal vu le maître aux commandes. Pour autant sa réalisation et son casting font fonctionner l'intrigue à merveille. Un véritable voyage dans le temps comme on en a souvent rêvé, où l'on s'identifie au personnage instantanément. Les réactions des personnes sont tous ce qu'il y a de plus vraisemblables, et cela aide énormément à l'immersion dans l'univers de la série.
    Un petit côté 4e dimension fort appréciable est également à noter.

    Une petite perle dans le monde des séries, qui doit être vu. En dire plus n'est pas nécessaire, et pourrait ruiner grandement la surprise.
    La série qui m'aura au final donné envie de lire du Stephen King, à commencer par le livre éponyme.
    boul2
    boul2

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 293 critiques

    Critique de la série
    2,0
    Publiée le 25 juillet 2016
    Série vue après avoir lu l'excellent livre de Stephen King, quelle erreur!
    La série passe en vitesse certains pans de l'histoire et se permet des fantaisies pas forcément bien senties.
    James FRANCO joue vraiment mal dans la série, quelle déception.....
    nimbus38
    nimbus38

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 32 critiques

    Critique de la saison 1
    5,0
    Publiée le 8 novembre 2016
    incroyable,magnifique,extraordinaire,...les superlatifs ne seront pas suffisants pour sublimer cette série...
    j'avais un apriori avant le visionnage je me disais encore une série sur un fait historique avec une touche de science fiction..
    mais c'est une histoire d'amour magnifique entre un homme venu du futur piègé dans une faille spacio temporelle et une femme qui vont essayer de changer le cours du temps...
    Back to Top