Mon AlloCiné
    Friday Night Lights
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,5
    3336 notes dont 187 critiques
    répartition des 187 critiques par note
    127 critiques
    49 critiques
    14 critiques
    1 critique
    1 critique
    1 critique
    Votre avis sur Friday Night Lights ?
    seal R
    seal R

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 8 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 2 février 2013
    A la minute où je viens de terminer le dernier épisode de cette superbe série, je vous livre à chaud mon analyse ce samedi 2 février, sans avoir lu aucune des précédentes critiques pou rne pas être influencé :

    J'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à accrocher et j'attendais désespérement le déclic durant les 7 premiers épisodes de la première saison, n'étant absolument pas du tout fan de foot US...

    Puis, j'ai commencé à rentrer dedans, dans cette petite ville perdue du fin fond du Texas, avec tout le lot d'une cambrousse et son bar du coin, son club de striptease, son concessionaire Auto, son club de foot, son école de paumés et de friqués...
    Bref, un patelin dont tout le reste du monde s'en fout et dont ses jeunes habitants n'ont qu'une hâte : Foutre le camp à la 1ère occasion pour commencer à vivre leur vie...

    Comme dans tout petit village français du Sud-Ouest avec le rugby, les gens s'accrochent à ce qui pourrait leur donner un minimum de fierté et de renommée au niveau de l'Etat du Texas : çà sera donc leur équipe de foot US avec leurs joueurs et leur entraîneur emblématique Coach Taylor !

    Donc Rendez-vous tous les vendredi soir au stade de Foot, père, mère, boyfriend & girlfriend, GrandMa & GrandPa réunis pour supporter leur équipe locale...
    Jubilation et jour de fête en cas de victoire, deuil local, harcèlements et insultes en cas de défaite...

    Plusieurs thèmes sont abordés avec comme fil conducteur une nouvelle saison sportive dont le Saint-Graal est d'aller jouer la finale à Austin :
    -- La famille : qu'elle soit blanche ou noire, elle vit ses déchirements et ses vicissitudes
    -- L'adolescence : sa crise, ses doutes, l'inconnu du futur, l'impuissance des parents à comprendre leurs ados...
    -- Le milieu social : on ne se mélange pas dans les petits patelins, chacun reste de son côté!
    Il y a la classe des grands bourgeois qui vivent dans la partie huppée de la ville, West Dillon (très riches, moyennement riches) qui maitrisent l'économie et la politique du patelin, soudoyant les fonctionnaires de l'Etat, dirigeant le club de foot, le club de golf, sponsorisent l'école, l'équipe de foot, prennent toutes les décisions importantes au niveau de la ville!
    Il y a la classes intermédiaire ("Middle Class") dont fait partie la famille Taylor, qui s'en sort juste mais devant subir la pression des riches...
    Il y a enfin la classe des pauvres vivant dans la partie crasseuse de la ville East Dillon, ceux qui sont abandonnés à leur triste sort, qui se noient dans la drogue et l'alcool, qui vivent de trafic et de larcins avec aucune opportunité d'améliorer leur vie...
    --Le sport Professionnel: Importance capitale et seule véritable issue de sortie pour des jeunes qui n'ont souvent rien d'autre comme rêve pour sortir de leur misère...Aux USA, c'est une véritable institution qui permet à des analphabètes de rentrer dans les meilleures universités grâce à leur talent sportif... Impensable en France!

    En conclusion, une originalité de mise en scène avec une caméra collée au visage des acteurs pour donner le sentiment d'être dedans, très "Real Life", des acteurs tellement vivants complètement spontanés qui m'ont réellement bluffé en particulier le couple Taylor, qui donnent tous l'impression de vivre à 100% la scène, des silences qui en disent long, des regards pénétrants, de très belles jeunes actrices (je suis tombé fou amoureux de Lyla Garrity jouée par Minka Kelly dès son 1er regard ;-)...

    Il faut savoir que les 5 saisons sont jouées dans un petit patelin du Texas appelé Pflugerville avec ses vrais habitants qui jouent leurs propres rôles en tant que figurants, qui vont pareillement dans leur vrai stade tous les vendredi soir regarder jouer leur équipe locale de foot US... Ce qui donne encore plus ce cachet de

    Cette série véhicule un message très poignant sur la réalité de l'Amérique profonde et nous invite à la découvrir de l'intérieur de façon très intimiste, limite documentariste...

    J'espère vous avoir donné l'envie de découvrir cette perle qui reste complètement inconnue en France et très peu connue aux USA, du fait d'une audience quasi-confidentielle et d'une diffusion sur des toutes petites chaînes du cable US (directTV)...

    A ne Rater sous Absolument aucun prétexte, quitte à ne pas accrocher dès les 1ers épisodes de la 1ère saison...
    LeLobo
    LeLobo

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 429 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 1 avril 2014
    Préambule: la série est notée 3,5 étoiles, mais si vous regardez uniquement les notes laissées par ceux qui ont déposés un commentaire, on est proche du 5 étoiles. Et les commentaires des autres relatent bien l'atmosphère de cette fresque sociologique.
    Certains films, comme par exemple "Le cercle des poètes disparus", parviennent à arracher une larme au spectateur, par des situations tragiques, ou de malheur.
    FNL y parvient par des moments de bonheur. Car la route qui y mène est parsemée d'embuches, pour les personnages de la série. Et les émotions des personnages y sont très communicatives. Le point culminant ayant été atteint pour ma part au milieu de la saison 3 suite à l'évolution incroyable et très touchante du personnage de Jason Street.
    Grâce à un réalisme proche du documentaire, la série place le spectateur au plus proche des situations et des visages. Certaines scènes sont sur le papier identiques à celles que l'on trouve dans beaucoup d'autres séries, où elles sont blasantes et insipides. Pourtant, ici, grâce au réalisme de la mise en scène et du récit, ces mêmes scènes reprennent toute leur saveur et toute leur intensité dramatique.
    Tout est dosé et remis à sa juste valeur. Il y a peu d'évènements "hors du commun", et lorsque c'est le cas, les drames prennent toutes leur importance.
    Plutôt qu'émettre un jugement sur le mode de vie de cette ville texane, on parvient à avoir une compréhension plus globale et plus lucide de ses éléments (religion, foot, avenir difficile, pauvreté).
    Ce qui marque est la précarité de la majorité des habitants, même ceux disposant du confort minimum et ordinaire, mais dont la vie peut facilement basculer suite à des difficultés financières insurmontables. La ville semble avoir une échelle des priorités plus ou moins dans cette ordre selon les personnages : Foot, Religion Famille et Argent, Fête (sexe et alcool), Éducation.
    Le Foot, pour des raisons évidentes que l'on découvre en même temps que l'univers sociologique de cet environnement, est le moteur de la ville, ce qui lui donne une âme commune.
    Et le coach Taylor, malgré sa position modeste, est alors le personnage le plus important de la ville. La façon dont l'acteur Kyle Chandler tient le personnage est juste inouïe de vérité. Tous les acteurs le sont d'ailleurs.
    Une série capable de mettre du baume aux cœurs les plus bourrus, et qui laisse également un grand vide tant il est difficile d'en trouver d'autres de cette qualité émotionnelle.
    Contrairement à d'autres critiques, je n'ai pas trouvé que la série faiblissait en cours de route, par exemple, la saison 3 qui contient quelques unes des scènes les plus fortes, quant à la saison 4, un peu décevante pour certains car certains personnages de premier plan ne sont plus là, je la trouve encore meilleure par le changement de situation assez dramatique sur laquelle elle débute, et qui relance complètement l'histoire par l'apport de sang neuf, des difficultés inédites, des coups bas (je ne donne pas de détails pour éviter le spoil).
    Une dernière chose : même si le football américain en tant que tel ne prédomine pas les scènes, et que l'on parvient à saisir grosso-modo ce qui se passe sur le terrain, j'ai appris de mon coté les règles de ce sport, et chose surprenante, je pensais que c'était un sport de brute, alors qu'il est en réalité beaucoup plus complexe que le foot ou le rugby sur un plan stratégique et tactique. C'est un petit "plus" pour comprendre l'importance du quaterback dans l'équipe, les receveurs, le rôle des autres joueurs (guards), le fait que ce sport est 100% collectif, il y est impossible de jouer "perso" et sans suivre les directives. Alors qu'un match dure 1h en temps de jeu, en réalité il dure facilement 3h car ce sport s'articule sur le concept de "tentatives" (4 tentatives pour avancer d'au moins 10 yards), ce qui signifie des remises en jeu très fréquentes et un nouveau schéma tactique à chacune d'entre elles (d'où le fait d'apprendre des centaines de combinaisons pour les joueurs). De plus les changements de joueurs sont illimités, et l'équipe entière change selon qu'elle passe d'attaquant à défenseur. Cela explique le coté très familial des gradins, les stands de grillades/boissons, les fanfares et l'importance des cheerleaders qui complètent le spectacle pour animer ces 3h. Ces pom-pom girls sont spécifiques à ce sport unique, on ne les trouve dans aucun autre sport (à part occasionnellement le basket), à savoir que le cheerleading est aujourd'hui devenu une discipline à part entière, comme n'importe quelle discipline de gymnastique chorégraphiée.
    CeeSnipes
    CeeSnipes

    Suivre son activité 211 abonnés Lire ses 1 708 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 13 novembre 2013
    Quand quelqu'un demande une série à regarder, il y a toujours deux types pour parler de The Wire, un isolé pour parler de The Shield (et il aura bien raison) mais la plupart d'entre eux citeront Friday Night Lights, la série de Peter Berg et Jason Katims, inspirée du livre de Buzz Bissinger et qui avait déjà été adaptée en 2004 en film par Peter Berg, toujours.

    Véritable lettre d'amour au Texas, Friday Night Lights (les Lumières du Vendredi Soir, qui correspondent aux éclairages des stades de football américain universitaire, dont les matches se déroulent le vendredi soir) est une série en 5 saisons qui suit le coach Eric Taylor et sa femme Tami, magnifiquement interprétés par Kyle Chandler et Connie Britton, dans la ville de Dillon. L'un est coach de football américain, l'autre est conseillère principale d'orientation. A travers ces 5 saisons, ils vont passer du côté pittoresque de la ville pendant les 3 premières saisons, au côté pauvre de celle-ci, dans les 2 dernières. Là où les principaux problèmes des protagonistes sont les cours, l'approbation des parents par rapport au temps de jeu de leurs enfants, le rapport à la religion, omni-présente au Texas, les lobbys des puissants de la région (Brad Leland est exceptionnel dans le rôle d'un sympathique mais balourd booster) et les blessures pour les futurs joueurs en NFL (une des premières scènes de la série est une action qui paralyse la star du lycée. La suite de la série le suivra en train d'essayer de faire quelque chose de sa vie) dans les trois premières saisons, la série a su évoluer en offrant un tournant bien plus noir et plus adulte dans ses deux dernières saisons. En effet, le coach Taylor et sa femme doivent partir dans les quartiers pauvres de Dillon, à l'est afin d'aider les jeunes défavorisés à atteindre leurs rêves. Beaucoup moins optimiste et moins angelique que les trois premières saisons, cette partie de la série est bien plus intéressante grâce à des acteurs fantastiques, comme Jurnee Smollett, Michael B. Jordan ou Steve White. Ici, on ne parle plus de joueurs laissés sur le banc de touche, mais de pauvreté, d'avortement, de manque de talent qui pousse un personnage sympathique à partir à l'armée... Et tout ceci est fait sans jamais forcer les larmes du public, tout en retenue. Certains personnages, comme Tim Riggins, Buddy Garrity ou encore Landry Clarke font les cinq saisons et sont très bien travaillés par les showrunners. C'est là le point fort de la série. Même en dehors du football américain, elle raconte surtout comment un couple parvient à surmonter les épreuves de la vie, aussi injustes et dures qu'elles soient, afin d'en sortir grandis. Le couple Taylor a souvent été considéré comme une des plus belles démonstration d'amour à la télévision. Force est de constater qu'il est exactement cela : la raison même pour laquelle la série fut créée.

    Friday Night Lights a marqué l'histoire de la télévision, de par son humanité, très souvent drôle, tout le temps touchante et surtout interprétés par des acteurs géniaux qui ont, heureusement, été récompensés par le travail qu'ils ont accompli. Merci à Jason Katims et Peter Berg (le film de 2004 était excellent, aussi)...
    maxime ...
    maxime ...

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 1 710 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 3 janvier 2018
    J'ai débuté Friday Night Lights il y'a un an quasiment jour pour jour et je termine à l'instant cette série avec le cœur lourd ... L'attachement ne s'est pourtant pas fait en un claquement de doigt puisque au départ je n'y voyais qu'une série sympa et disons que j'étais curieux de voir son évolution, je ne m'attendais pas un pareil au-revoir.On entre dans le quotidien de ces personnages, on s'attache à eux et ils ne nous quittent plus ! Les acteurs sont d'ailleurs fantastiques, Kyle Chandler et Connie Britton plus précisément, cette famille Taylor est bouleversante dans tout les sens du terme. Une série qui va m'habiter encore un moment, une énorme surprise en tout points, Merci.
    yayo
    yayo

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 221 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 23 février 2012
    Une série qui ne se sera pas imposée en France certainement à cause de son sujet: le Football Américain. Cela dit c'est dommage parce que l'ensemble est de très bonne qualité.
    Marc P
    Marc P

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 77 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 4 octobre 2011
    Superbe série j'ai adoré, la fin est splendide, enfin uen série avec un couple qui tient par amour c'est beau relation frere pere etc, tout est parfait a mon gout
    Valentine DC by Nomodo
    Valentine DC by Nomodo

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 87 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 17 septembre 2020
    Cette série est tellement prenante et Coach Taylor est tellement bien interprété qu'il en est fait référence encore aujourd'hui (en 2020) dans des séries, sitcom, etc américaines. Oui une génération a été marquée par ce gars, taciturne, qui parle peu mais bien, qui agit, qui est investit, qui se trompe, qui reconnait ses tords. Un rôle humain et génial qui fait de cette série un incontournables. La plupart des acteurs sont d'ailleurs excellents. Je ne sais pas si cette série existe en VF mais s'il vous plaît regardez-la en V.O pour pouvoir crier la rage au ventre : CLEAR EYES ! FULL HEARTS ! CAN'T LOSE !
    Elthib7
    Elthib7

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 23 juin 2015
    Les trois premières saisons sont plutôt bonnes mais la 4e et surtout la 5e est vraiment naze.... pour ne pas dire ratée... Dommage car sans ces deux saisons j'aurai mi une note plus haute, je pense 3,5/5 mais là je vais mettre que 3/5 ces deux saisons (surtout la dernière) plombent la série !
    Je trouve qu'il y a eu bien trop de personnages qui ont disparu du jour au lendemain sans qu'on sache ce qu'ils sont devenus ni pourquoi on les a plus revu, sans parler des transitions entre certaines saisons qui sont démentielles par moment ! Bref une série pas mal mais qui possède tout de même bcp de défauts aussi... 3/5
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 26 septembre 2015
    Une série vraiment sympathique, pleine d'émotion 5/5
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 12 mai 2012
    Série géniale! Texas profond, clichés sociaux et culturels, tellement de personnages, d'histoires, de connexions avec un point commun.... le match des Dillon Panthers du Vendredi soir. Ma révélation 2012
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 21 février 2011
    Une super série!!! Tout les thèmes sont abordés et une caméra souple qui nous permet de plonger dans les match!!
    Arnaud R
    Arnaud R

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 819 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 16 octobre 2016
    Une des séries les plus touchantes et les plus sincères de l'histoire. Un mélange de problèmes de société, d'adolescents et de belle histoire sportive qui lui donnent une diversité exceptionnelle. Cela avec une réalisation proche des gens qui émeut aux larmes.
    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    Suivre son activité 138 abonnés Lire ses 2 850 critiques

    Critique de la saison 2
    4,0
    Publiée le 22 décembre 2015
    Une deuxième saison dans la continuité de la première, avec des personnages qui s'affirment, ou qui évoluent dans le bon sens ( Matt Saracens, "Smash" Williams, Landry entre autres), d'autres qui s'enfoncent (Tim Riggins, Jason Street). En tout cas, la série donne toujours autant de plaisir à voir, grâce à une fluidité dans le récit. De grandes décisions sont prises par des personnages qui sont à un tournant de leur vie, et certains épisodes sont à couper le souffle. L'intensité dramatique est en tout cas bien là. Seulement cette fois, la fin de saison laisse largement une ouverture pour la suivante, laissant nombre de questions en suspens.
    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    Suivre son activité 138 abonnés Lire ses 2 850 critiques

    Critique de la saison 4
    4,0
    Publiée le 2 février 2016
    Une quatrième saison forte en émotions, en particulier dans un dernier épisode prenant. Un nouveau départ pour coach Taylor, une Tami mise en difficulté comme jamais, et de nouveaux personnages bienvenus. Après nous avoir entraînée vers la partie ouest et plutôt aisée de Dillon, cette quatrième saison s'attarde sur le côté populaire, c'est le moins que l'on puisse dire, de la ville texane. De grandes problématiques sont traitées ici, avec toujours le football en fond de trame.
    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    Suivre son activité 138 abonnés Lire ses 2 850 critiques

    Critique de la saison 5
    4,0
    Publiée le 20 février 2016
    Une dernière saison riche en émotions. Quelle tristesse de voir le rideau se lever, au moment où l'attachement aux personnages est maximal. Moins accès sur le football et plus sur les choix et l'évolution des personnages, cette cinquième saison ne manque pas de moments forts. Comme toujours il se passe beaucoup de choses, les personnages sont poussés au bout de leur retranchement, que ce soit sur le plan sportif, scolaire ou personnel. L'intensité monte de plusieurs crans, jusqu'à un dernier épisode magnifique.
    Back to Top