Mon AlloCiné
Prometheus
note moyenne
3,3
22169 notes dont 3315 critiques
10% (347 critiques)
24% (793 critiques)
25% (815 critiques)
21% (683 critiques)
11% (376 critiques)
9% (301 critiques)
Votre avis sur Prometheus ?

3315 critiques spectateurs

Françoise Auclair

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 11 critiques

0,5Nul
Publiée le 03/08/2012

Donc j'aime la SF. Donc je ne vais jamais au cinéma pour voir un film qui n'est pas un film dit 'à grand spectacle'. Donc j'ai déboursé mon bifton pour aller voir prometheus, et j'ai eu du grand spectacle... de daube. Je ne vais pas raconter le film, mais souligner les reflexions que je me suis faites en le regardant, en espérant que ma mémoire me permette de respecter l'ordre chronologique? - Fassbender est très bon (profitez en, c'est à peu près la seule chose positive que j'aie à dire. - Si quelqu'un a compris le propos de la scène initiale, mis à part nous en mettre plein la vue avec des images sublimes, qu'il ai la gentillesse de me l'expliquer. Une race supérieure 'crée' la vie sur une planéte qu'on suppose être la notre et ce en s'autozigouillant en buvant un liquide noir. Pourquoi? On ne le saura jamais - Nos créateurs supposés disséminent aux quatre coins du globe des peintures rupestres censées être une sorte de GPS spatial pour qu'on puisse un jour les retrouver. Très bien. En ce cas, pourquoi le GPS ne mène t il pas à leur planète-mère Spoiler: mais à une sombre base technologico-militaire à mille lieues de celle ci? On ne le saura jamais. - Une équipe de scientifique se reveille sur un vaisseau spatial aprés une décennie ou plus de sommeil cryogénique, va boire un coup à la cafète, s'assoit sur un fauteuil pliant pour se voir confier la raison de leur voyage. Au passage, aucun d'entre eux ne semble vraiment connaitre les autres. Bien sûr, ils ont tous accepté de partir à l'autre bout de l'univers sans savoir pourquoi, et ont été chargés sur un vaisseau spatial sans que personne n'ait pris la peine de leur présenter leurs compagnons de voyage. On y croit, on y croit - Une Charlize Theron mal grattée passe son temps à invectiver tout le monde, et si quelqu'un a compris à quoi elle sert dans le film à part nous larguer une pseudo révélation stupéfiante à la 'Luke, je suis ton père' du pauvre, que tout le monde avait d'ailleurs vu venir et qui n'apporte strictement rien au scénario, merci une fois encore de me l'expliquer. - le vaisseau spatial atterrit sur une planete gigantesque préciséement à 500 mètres du lieu qu'ils espèrent trouver. Ca s'appelle quand même avoir une moule intersidérale! - Sur une planéte inconnue, il suffit que l'air soit decreté respirable pour que tout le monde enlève joyeusement son casque. Tiens, il me semblait que les conquistadors espagnols avaient dézingué bon nombre de tribus mayas rien qu'en leur refilant le rhume, inconnu dans leurs contrées. Alors au fin fond de l'espace pensez donc! Aucun risque de bactéries ou de virus dans l'air! - le mec qui grace a ses pods d'une technologie mega super avancée vous cartographie la structure dans laquelle le groupe évolue en moins de deux secondes trouve le moyen de se paumer avec son acolyte débile au retour, alors que le reste du groupe sort comme ils sont rentrés, en moins de 5 minutes. Je précise qu'il est en outre en liaison radio permanente avec le capitaine du vaisseau qui lui même à les plans en trois D sous les yeux et la position exacte des deux branquignoles... - Ledit branquignole, rasé, tatoué, piercé, bodybuildé, dur à cuire devant l'éternel, part en mission pour découvrir une vie extraterrestre et hurle comme une vierge effarouchée à la vue du premier cadavre fossilisé d'extraterrestre qu'il rencontre. Ben oui, des fois qu'un mort lui saute à la gorge et lui roule une pelle! Par contre, quand effectivement il se retrouve avec son comique de service devant une espèce de cobra translucide qui sort d'une substance degueulasse et se dresse devant eux, leur premier reflexe et de s'en approcher et de lui faire 'gazou gazou' sur le dessus du crâne. Qu'il crève dans d'atroces souffrances nous soulagerait presque. - Le capitaine du vaisseau, sagesse incarnée, veille toute la nuit sur ses disciples perdus dans la base extraterrestre alors qu'il ne se passe strictement rien, et au moment même où une vie extraterrestre est detectée et se rapproche des deux égarés, il se barre du poste de contrôle pour aller copuler avec madame Iceberg. - L'archéologue du départ ramène au vaisseau une grosse tête de martien, et sans aucune procédure de quarantaine/stérilisation/décontamination et que sais je encore, fait mumuse avec, et vas y que je t'y plante des electrodes, et vas y que je te l'enfume sans qu'on sache vraiment à quoi ça sert (ni elle non plus apparemment, à part à se foutre la trouille quand la tête commence à remuer). Ah , et au fait, dans le futur quand on est archéologue, sachez qu'on est aussi généticienne, biologiste, médecin et mage vaudou. - le pétrole noir, il fait quoi au juste? parce que je veux bien que ce soit une substance biochimique méga cool et dangereuse mais concrétement, elle est encore mieux qu'un couteau suisse: elle explose des martiens en particules d'adn, elle transforme des vers de terre en cobras, elle transforme des geologues punks et crétins en zombie araignée avide de sang, elle engrosse des femmes stériles avec des poulpes mutants, elle donne la conjonctivite à des archéologues alccolo, où elle sert juste d'ingrédient dans la nouvelle recette du 'sex on the beach' made in space par des cyborgs aux actes incompréhensibles? - Le mec qui a réalisé le maquillage du papy milliardaire doit être interdit d'approcher le moindre plateau de cinema à l'avenir. J'en ai vu de meilleurs dans des telefilms des années 80 - Quand vous êtes mysterieusement enceinte d'un calamar, pourquoi personne ne veut que vous vous en debarassiez? Quand vous y parvenez par vos propre moyens apres vous etre autocharcuté le ventre dans une scène qui frôle le ridicule, et que vous debarquez dans une pièce pleine de gens à moitié à poil et le ventre ensanglanté maintenu par des agrafes (quelqu'un m'explique comment on galope la moitié d'un vaisseau avec les muscles abdominuax coupés en deux?) pourquoi personne ne semble le remarquer et/ou vous demander gentiment ce qui vient de vous arriver? Ah oui, ils sont occupés à enfiler des pantoufles aux vieux papy. - Pourquoi après avoir avorté d'un calamar en s'étant autodécoupée en deux et que le capitaine du vaisseau vient gentiment faire toc toc à la porte de votre cabine, vous lui parlez philo et religion sans juger bon à aucun moment de l'informer de ce qui vient de vous arriver (ou aux autres d'ailleurs)? - Pourquoi notre gentil créateur ressucité se met il soudainement à dézinguer le moindre humain qui l'approche sans chercher à comprendre? Pourquoi nous ont ils crées pour ensuite plnnifier un petit sejour sur terre pour nous anéantir? Pourquoi nous avoir laissé les coordonnées de leur base militaire? Les paris sont ouverts. (ah oui j'oubliais, c'est Damon Lindelof, Môssieur Lost-que-je -t'ecris-un scénario -invraisemblable -a-la-vas-y-que-je-te-pousse-sur-7-saisons-en-esperant-que-les-spectateurs-se-chargeront-eux-mêmes-de-trouver_un sens-à-l'histoire qui a été embauché sur Prometheus) - La société Pattex se doit IMMEDIATEMENT d'entre en contact avec David le cyborg pour qu'il leur explique par quel procédé adhésif miraculeux la tête de celui ci a effectué 175 rotations dans un vaisseau spatial de la taille d'un stade pour se retrouver une fois le vaisseau crashé au sol EXACTEMENT au même endroit que là où le gentil martien l'avait arrachée et laissée choir - je ne reviendrai pas sur le comique du 'je suis la méchante poursuivie par un vaisseau en forme de roue qui va m'ecraser mais je cours tout droit au lieu de faire 10 pas de coté pour sauver ma peau'. J'arrete ici parce que je pourrais continuer interminablement, et conclurais en disant: spectateurs, vous avez le droit d'etre intelligents: ce n'est pas parce qu'on vous vend un blockbuster 3disé, effet spécialisé, bandannoncifié, maxi budgétisé que vous êtes obligés de crier au génie. Certes, on ne s'emmerde pas. Est ce qu'il faut pour autant qu'on accepte d'être pris pour des chèvres?

LeCochon

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 25 critiques

0,5Nul
Publiée le 14/08/2014

Prometheus réussit un exploit rare : dégager une déjection à la sonorité si comique, si audacieuse dans sa totale non-cohérence et si ridicule dans son arrogance que l'on ne peut qu'exploser de rire.En effet, on gloussera de bonheur devant les répliques des scientifiques dignes d'un cours de CP (ce sont censés être des scientifiques émérites attention, la fine fleur de la Terre ! Pas étonnant que les aliens aient envie de tous les buter et c'est tant mieux finalement). On roulera des yeux exhorbités face aux réactions des personnages qui se mettent tout d'un coup tous à paniquer à la vue d'un seul cadavre (rappelons qu'ils sont tous embarqués dans une mission au fin fond de l'espace pour découvrir l'origine de toute chose, il y'a donc de fortes chances que le voyage ne soit pas une simple promenade dominicale). On mourra de honte en regardant les scènes à l'intérieur du vaisseau où tout le monde fait plein de trucs complètement incohérents dans son coin et où personne ne semble s'intéresser à ce que trafique son voisin de cabine. Au final, on jettera des cailloux sur le trublion Ridley Scott pour le marketing odieux du film et ses tentatives pitoyables de rattacher toute cette bouse à la saga Alien.

Loic B.

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 7 critiques

0,5Nul
Publiée le 21/09/2012

" Ils nous ont crées et maintenant ils veulent nous détruire... Je veux savoir pourquoi ?" parce qu'ils ont reçu une copie du film.

dexter k.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 24/06/2012

Les effets spéciaux ne remplaceront jamais l'écriture d'un scenario! encore une fois, la preuve est faite. Franchement je suis bon public et j'aime bien me laisser porter par la SF et quelques incohérences peuvent passer mais là c'est complètement idiot. Personnages sans aucun intérêt, qui semblent ne pas savoir où ils vont, mais surtout des situations absurdes, la blonde qui est méchante sans que l'on sache pourquoi ni que ça apporte quoi que ce soit, le détecteur de vie qui ne détecte ni les chenilles ni les serpents, le robot qui sans raison met une goutte de ce liquide noir dans le verre du beau gosse, lequel revient de la mort pour tuer tout le monde sans que personnes ne sachent pourquoi ni ne se pose la question, la fille que personne ne veut laisser avorter mais, une fois ceci fait, tout le monde se fiche pas mal de ce qu'elle a fait y compris la blonde pas gentille qui ne voulait pas qu'on touche à sa machine parce qu'elle coutait cher (ok ok c'est la crise...), le vaisseau des ingénieur en carton pâte, le robot qui nous tient en haleine en examinant de la pate gluante sur un mur mais au final, ça ne mène à rien, un enchainement de scènes désordonnées, en 2094, on peut espérer que les images filmées puissent être enregistrées, hors là non, il faut retourner dans la caverne pour voir ce qui est arrivé au biologiste, malgré le matériel ultra sophistiqué, le robot comprend tout sauf quand ça arrange le scénariste, les machines ôtent tout le suspens, la tension est très limité, on se demande vraiment ce que ces gens fichent là, et ils semblent se poser la meme question. Seul le pilote, stéréotypé, apparait comme un bon bougre, on ne comprend pas d'ailleurs pourquoi il veut copuler avec la blonde (et reciproquement) ça n'apporte toujours rien, on se dit tout le film que les choses vont trouver un sens mais ça n'arrive pas, et plus ça va pire c'est, avec un vaisseau en pierre décor de carton pate des hieroglyphes qui s'allume (tres futuriste!), un type qui dort dans un sarcophage qui se reveille et sans raisons casse la gueule à tout le monde, on ne fait d'ailleurs pas le lien entre les ingénieurs et les monstres type Alien, on ne sait pas trop sur quelle espèce on doit se concentrer, quel rapport?, les seuls moment où le film pourrait prendre un peu de dimension, ça n'est pas exploité, comme quand l'héroïne se trouve seule vouée à mourir seule sans air sur une planète inconnue, ce qui peut s'avérer angoissant mais ne semble finalement pas la déranger tellement, la blonde meurt par ce qu'elle est trop idiote pour courir dans la direction opposée au vaisseau qui va lui rouler sur la face, tout le monde se fiche de ce liquide noir dont on ne comprend ni l'intérêt ni la présence, seul le robot doit se cacher pour en ramener à bord, pourquoi se cache t'il pour le faire, une mission scientifique doit ramener des échantillons, c'est normal? On sait pas. Pourquoi ne veut-il pas que la fille avorte? Pourquoi lui enlève t il sa croix? On a voulu mettre plein d'enigmes sans queue ni tête. Mais surtout, le vaisseau ennemi est vraiment ridicule avec ses fauteuils amovibles en pierre, sa belle au bois dormant toute énervée, ses œufs phosphorescents, ses quilles dégoulinantes de pétrole, et ses mûrs suintant, son charnier d'armures (eux non plus, pourquoi sont-ils morts, on ne sait pas, et tout le monde s'en fout) on ne comprend pas comment il vole. Non vraiment en regardant on se dit, ils se foutent de notre gueule en pensant que le suspens qui n'est pas là allait nous faire passer à côté des invraisemblances et du creux intersidéral des personnages. Il faut parfois quinze minutes en voiturette pour aller d'un vaisseau à l'autre, parfois cinq minutes à pied suffisent, dès le début même le biologiste n'est pas surpris ni intrigué par les vers de terre, il les écrase même, ce qui surprend, c'est quand même la première vie extra terrestre qu'il croise. Enfin les scènes gores sont gores mais elles arrivent comme ça, sans que la tension monte, et quand on s'y attend le plus. Alors si un jour on doit se rendre dans l'espace, j'espère qu'on y enverra des gens plus malins, et qui, face à ce genre de choses aient au moins la décence de se poser les bonnes questions. Ridicule aussi, le vieux trop maquillé, la tête qui parle toute seule, la mise en place du numero deux évidente, on croit nous impressionner avec un vaisseau cosy, dont les portes s'ouvrent toutes seules, seulement aujourd'hui, même au supermarché les portes sont automatiques. Enfin, à la fin, le vaisseau malgré la collision est quand même en bon état, certes il est solide mais bon. Il aurait suffit d'un bon scénario pour en faire un bijou, l'idée de base était bonne, le budget généreux, mais le déroulement complètement idiot et vraiment vraiment pas crédible même quand on a vraiment envie d'y croire. Bref, un navet du genre, encore un et c'est dommage !

Guarrafet

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 50 critiques

0,5Nul
Publiée le 31/01/2013

Le scénario n'a ni queue ni tête, les touches spirituelles sont pathétiques, les personnages sont creux. Que dire des extraterrestres ? Je crois que jamais rencontre du 3e type n'a été aussi vide et sans intérêt (j'exagère sûrement, le genre étant riche en nanars). Enfin c'est nul, quoi, c'est du pan-pan-boum-roarrrr-popcorn-coca-cola. Pour ceux qui ont vu le film (attention spoiler), voici une petite liste des invraisemblances/conneries que j'ai relevées : l'équipage se lance dans un voyage de 2 ans sans savoir pourquoi ; aucune organisation dans cette aventure à un trilliard (1000 milliards) de dollars, tout est fait à la va-comme-je-te-pousse ; le capitaine du vaisseau participe aux explorations (c'est son boulot ?) ; toute la troupe s'engage joyeusement dans des souterrains inconnus sans la moindre protection ; nos héros assistent à une reconstruction de la fin tragique des extraterrestres via des hologrammes sortis d'on ne sait où ; deux membres de l'équipe, effrayés, décident de retourner au vaisseau, mais se perdent lamentablement alors qu'ils disposent d'outils supersophistiqués pour cartographier les lieux ; un de ces deux lascars terriblement couillons s'empresse de faire des papouilles à une espèce de serpent galactique manifestement hostile (ben oui, il est biologiste, il devient fou-fou quand il voit un chtitanimal) ; le doc qui dirige l'équipe est à peine arrivé qu'il se pochtronne déjà au champagne, ça c'est du sérieux ; le robot (Fassbender) comprend tout miraculeusement : il chatte avec l'extraterrestre dans une langue bizarre, déchiffre en 2 secondes des codes permettant d'ouvrir des portes, etc. ; ledit robot teste une substance extraterrestre sur un de ses collègues, sans qu'on sache très bien pourquoi ; la copine du collègue en question, engrossée par lui 10 h auparavant, porte en elle un affreux alien déjà joliment développé (on imagine que c'est la conséquence de l'infâme substance administrée, sans bien voir le rapport) ; l'engrossée se soumet à une césarienne sur une machine de chirurgie automatique qui commence par déclarer qu'elle n'est paramétrée que pour les hommes (ah bon, recrudescence de misogynie en 2093 ?) ; qu'à cela ne tienne, elle programme en un tournemain une extraction de corps étranger abdominal, ça fera l'affaire, ce n'est que de la chirurgie après tout, l'à peu près est permis ; le robot, qui probablement ne souhaite pas cette interruption de grossesse, ne fait rien pour l'empêcher ; l'héroïne tout juste recousue (balafre de 25 cm) se met à courir, à sauter et à exécuter des roulés-boulés acrobatiques, en se contentant de grimacer et de dire "aïe" de temps à autre ; le vieux qui a commandité le voyage intergalactique a caché sa présence, mais le fourbe est bien présent dans le vaisseau, sans qu'on comprenne pourquoi au juste il s'est planqué ; ce vieux est en fait un jeune acteur ridiculement maquillé ; le seul extraterrestre survivant veut absolument détruire la Terre et les hommes pour des raisons qui restent à éclaircir (le robot, qui aime les aphorismes, déclare que "il faut parfois détruire avant de créer", nous voilà bien avancés) ; la capitaine du vaisseau lance une attaqua kamikaze pour sauver l'humanité, en invitant, magnanime, ses seconds à se mettre en lieu sûr... que nenni disent ceux-ci avec le sourire et très cools, si on ne se serre pas les coudes entre potes, à quoi ça sert d'être potes ? Allez, on se voit au paradis ; la fin du film offre une scène hilarante où deux demoiselles tentent d'échapper à la masse de l'énorme vaisseau extraterrestre qui menace de leur rouler dessus : comme dans les dessins animés, elles courent droit devant au lieu de sortir de la trajectoire de l'engin ; pour finir, la dernière survivante et le robot regagnent l'espace, sur la trace d'extraterrestres qui ont depuis longtemps vidés les lieux : on ne sait pas comment ils savent où les trouver, mais c'est pas grave parce que le robot sait tout-parce-que-c'est-un-robot-donc-faut-pas-chercher-à-comprendre.

Simon1310

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 179 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 30/05/2012

Prometheus est un excellent film de science fiction, reprenant la structure du premier Alien à savoir la découverte d'un vie potentiel sur une planète par l'équipage d'un vaisseau, celui ci se décalque vers un questionnement de l'origine de la vie sur terre, qui aboutit à la découverte de nouvelles monstruosités. celles ci n'égalent pas ceux de la saga Alien, mais sont suffisamment terrifiantes pour nous offrir un spectacle digne des films d'horreurs. Le soin apporté aux décors, et aux effets spéciaux sont incroyables et bien mis en valeurs par la réalisation de Ridley Scott qui arrive à rendre certaines scènes anxiogènes (voir la scène de la grotte). Si Le scénario pas très original (puisque copie du premier Alien), offre une bonne mise en place dans sa première partie il souffre par la suite d'incohérences du à une soudaine accélération de l'action, qui offre des moments intenses mais au détriment de l'histoire, qui voit des personnages et des intrigues laissés de côtés. Cela n’enlève rien au film mais le laisse un ton en dessous du premier Alien.

Matt X.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 28/02/2013

Dans science fiction, il y a science ... C'est donc une simple fiction car ici les incohérences sont légions. Spoiler: Un gars claque 1000 milliards de dollars pour monter une expédition, avec cette somme il engage les pires asociaux et les pires scientifiques qu'il est possible de trouver, du genre à fumer dans le vaisseau (l'oxygène n'a pas l'air d'être un souci dans l'espace ...) et prêts à se foutre sur la gueule au réveil. Les personnages sont l'antithèse des scientifiques, conclusions super hâtives (ils font le bilan de la mission au bout d'une heure sur la planète ou encore se persuadent d'une panne sur la sonde face à ses résultats qu'ils cherchent même pas à comprendre), aucune curiosité scientifique (le géologue qui se barre alors qu'il se trouve à l'entrée d'une excavation), qui se réfèrent régulièrement à Dieu ("Dieu ne fait pas de ligne droite" ... bien sûr c'est pourquoi on tombe en zig zag .et du coup les stalactites ont une forme de boomerang). Bref, à peine arrivés, après un voyage de plus de 2 ans, les voilà qui se précipitent et font strictement n'importe quoi du genre enlever leur casque pour tester si l'air est respirable ?!?!? A prendre peur à la vue d'un hologramme avec cette réaction typiquement américaine face à un terrible danger :: "nous ne sommes pas armés, cassons nous!" (heu ...c'est un hologramme les gars !!!) Ensuite ils font une trouvaille qu'ils ramènent puis s'empressent d'étudier sans aucune protection et, en procédant totalement à tâtons, finissent par l'exploser (heureusement cette scène est complètement inutile et ne modifie en rien la suite du film, un genre de "bonus"..). On a également droit à la fameuse scène où des personnes sont poursuivis par une sorte de grande roue et courent tout droit devant (vous savez la scène où une personne normale se décalerait et se laisserait doubler). Dans la liste des incohérence on pourrait encore parler du gag de la machine de chirurgie de la chef réservé aux hommes (Pas très classe envers Charlize Theron) et fonctionnant sans anesthésie...Du grand n'importe quoi ! Enfin voilà, je ne vais m'éterniser sur cette sombre bouse, mais peut être encore vous parlez des tenues de combat que portent les scientifiques, épaulettes et plastron semblent être indispensable pour des expéditions scientifiques par contre elles ne sont pas ignifugées et un coup de lance flamme dessus et c'est la Saint Jean toute la nuit ! Bref, un film à oublier et c'est pas l'hommage (raté et encore une fois totalement incohérent) à Alien qui le rattrape.

tony-76

Suivre son activité 565 abonnés Lire ses 1 341 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 27/07/2013

Ce film n'a rien de comparable aux précédents opus de la saga ALIEN, il n'en est qu'une pâle copie. À l'évocation du nom de Riddley Scott on pouvait s'attendre à du lourd ; même si les effets spéciaux sont de bonne qualité accompagnés par la 3D, en fin de film ce sera la déception qui s'imposera. Prometheus n'a pas tenu ses promesses.

darkvash

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 117 critiques

0,5Nul
Publiée le 13/09/2012

Prometheus, ou l'art de promettre une grosse explosion et de se retrouver au final avec un pétard mouillé. La déception est à la hauteur de l'attente. Ne vous attendez pas à des révélations de folie, il n'y en a pas. On est reparti, au vue de la fin, pour une seconde saga et donc Mr Scott ménage le suspens. Mais voila, pour (re)tenir le spectateur en haleine il faut essayer de capter son attention et pour moi, ça n'a pas marché. Le film est mou, tout comme Alien, mais contrairement à ce dernier qui montait dans l'horreur petit à petit, Prometheus laisse le spectateur pantois devant cette fin tirée par les cheveux et où son réalisateur s'est senti obligé de balancer vite fait à la derniere minute un alien pour faire plaisir aux fans. Perso, j'aurai préféré plus d'explications, car savoir le passé de l’héroïne, voir Fassbender regarder un film et jouer au basket, Charlize Theron flirter avec le commandant et j'en passe et des meilleures, je m'en fous un peu. 2H de film pour si peu, la prochaine fois rajoutez 1/2H et développez l'histoire par pitié, sinon on va se bouffer un 2, un 3 et un 18 avant de savoir les tenants et les aboutissants. Ou mieux, sortez rien, au moins le mystère reste et on n'est pas déçu... Dégoûté.

landofshit0

Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 1 740 critiques

3,5Bien
Publiée le 05/09/2012

Ridley Scott éblouit par ses décors et son esthétisme ultra soigné,parfaitement mis en lumiere.Avec des cgi(c'est assez rare pour être signalé)parfaitement intégrés au réel.Seul problème visuel et qui est de taille,l'immonde maquillage de grand père collé sur la tête de Guy Pearce.Donnant l'apparence d'un masque de carnaval réalisé en chewing-gum,genre contrefaçon made in china trouvé au magasin de face et attrape du coin.Si la première heure reste sans surprise et emmené par des perso manquant d'épaisseur,le suspense lui est plutôt bien mené.Puis viens le moment des révélations sur le mystérieux peuple,tout s’accélère alors dans la découverte et là ça frise le ridicule.Si jusque ici Ridley Scott avait a peu près fait attention a la cohérence de son histoire,il termine sont film rapidement et grossièrement. Dans cette partie rien ne fait peur a Scott et a ses scénaristes ni les incohérence,ni les personnages aux actions simplifiés.Dommage d'avoir travaillé autant son esthétisme pour bâcler le final de son film de façon aussi mauvaise et idiote.Surtout avec l’inévitable fin de franchise annonçant une suite au préquelle.

mr. edward

Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 495 critiques

3,5Bien
Publiée le 17/04/2013

Annoncé comme le renouveau du film S.F et un futur classique du genre, Prometheus a déçu beaucoup de monde, lors de sa sortie en 2012. Pour autant, il n'en demeure pas moins que c'est un bon film et certainement l'un des plus beau visuellement de l'année 2012. Revoir monsieur Ridley Scott revenir à la Science-fiction est un plaisir, encore plus pour reprendre la licence Alien dont il avait réalisé le premier opus (et certainement le meilleur). Prometheus se situe avant les films Alien, et donc sensé nous donner les réponses à beaucoup de questions. Malheureusement ce n'est pas le cas, vu que les réponses sont données sous forme d'autres questions. Le film est bavard et parle souvent pour ne rien dire. Il y a de belles trouvailles techniques et visuels mais qui font "anachronisme" par rapport aux visuels des autres Alien, mais c'est un défaut qui peut se comprendre. Autre défaut, on sent que Ridley Scott n'a pas eu toute la mainmise sur son film. Les coupes dans le montage final se font sentir (20 minutes de plus aurait été parfait au lieu de nous les foutre en bonus DVD/Blu-Ray). L'interprétation des acteurs est correct, malheureusement les personnages secondaires sont sous-exploité, exemple avec Charlize Theron et Idris Elba. Pour autant, Noomi Rapace reprend parfaitement le flambeau de Sigourney Weaver et Michael Fassbender dans son rôle. Des scènes d'actions prenantes. En résumé, on ne peut ressentir qu'une certaine déception devant Prometheus malgré avoir passé un bon moment de devant. Ce n'est pas la bombe annoncée mais un film correct et au-dessus de certaines productions S-F, en espérant voir un Prometheus 2.

Nicolas.Messina

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 17 critiques

0,5Nul
Publiée le 14/07/2013

Le scénario est simpliste quoique chargé d'incohérences. Le lien avec Prométhée est rudimentaire. Le mythe de Prométhée est bien plus riche que cela Spoiler: et le sacrifice de soi final (le vaisseau habité par ses pilotes se transforme en bombe pour faire exploser le véhicule de l’ennemi), qui constitue l'événement le plus remarquable n'est pas d’inspiration grecque. Le film se déroule non sans une certaine gradation jusqu’à son finale horrifique, prenant le suspense pour un simple délayage, une durée qu’il faut passer à attendre. Le scénario rate toutes les occasions de nous étonner par des choix à l’écart de la loi du genre. Spoiler: L’auto-opération chirurgicale d’Elizabeth, summum de Grand-Guignol, est plutôt une bonne idée, mais d’autant plus délirante que l’héroïne repart à l’aventure deux minutes après, le ventre cloué d'agrafes, sans se reposer. À propos de cette scène, j’ai été un peu étonné par la poignée automatique à trois griffes qui retire du corps d'Elizabeth son parasite et qui ressemble à celles de ces machines ludiques qu’on trouve dans les fêtes foraines, avec lesquelles saisir une petite peluche ou un œuf plein de chocolats, ce qui est ridicule dans un tel contexte. Comment un poulpe aussi gros a-t-il pu être extrait d’un si petit ventre, on ne le saura pas. Comment a-t-il pu grandir et devenir énorme à la fin du film sans ingérer de matière organique, on ne le saura pas non plus. Comme dans Alien, le huitième passager passe de l'état de larve à celui d'imago par l'opération d'un abus de licence fictionnelle. Je ne comprends pas pourquoi les spectateurs sont censés être excités d’apprendre que l’espèce humaine a été créée par un extra-terrestre. L’aventure darwinienne est un million de fois plus passionnante, je pèse mon chiffre. Est-ce que Ridley Scott a tenu à se mesurer à la théorie de l'évolution, dont le moindre élément présente plus d'intérêt que son œuvre entière ? Pour la fabrication d’un être vivant, on trouvera le mythe du golem ou l’œuvre de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne, bien plus consistants. Ici, toutes les idées sont creuses, récupérées, jamais développées et seulement accumulées. L’appellation d’Ingénieur comme celle de l’Horloger proposé par Voltaire n’est pas mauvaise, cependant elle n’est pas justifiée, elle ne débouche pas sur des hypothèses toutes plus rocambolesques que les autres. Une réflexion scientifique aurait constitué tout le sel du film et l’aurait rééquilibré de dialogues enflammés. Mais non, le film n'a de prométhéen que le titre et quelques allusions. Spoiler: En tant que chrétien, j’ai trouvé charmante l’idée que l’héroïne tienne à son pendentif en forme de croix protestante ; un peu de spiritualité dans un monde de brutes, ai-je pensé ; par contre je vois mal comment le personnage, le scénariste et le spectateur sont censés articuler la création du monde en six jours que la Bible énonce tranquillement et je ne sais quelle « création » par une race démiurge « supérieure » (et puisqu’elle est supérieure, elle est forcément méchante ??) qui a le même ADN que nous (mais si c’est le même ADN, ce sont donc des êtres humains, n’est-ce pas ?) venue du fin fond de la galaxie, d’autant plus que si les extra-terrestres nous ont créés (quid des animaux et des végétaux ??), il faut bien qu’ils aient eu leurs ancêtres primates, mammifères, reptiliens, amphibiens, poissonneux, protozoaires… et s'ils ont des hologrammes et des vaisseaux spatiaux, il faut bien qu'ils aient eu leur Mercator, leur Clément Ader, leur Edison... ce qui ne fait que repousser une question qu’on ferait bien de laisser aux scientifiques au lieu de surfer sur les idées reçues. Le Français moyen sous-estime-t-il l’inculture qui sévit chez l’Américain moyen ? Cela expliquerait pourquoi tant de films hollywoodiens ne fonctionnent pas chez nous. (Après ce morceau de bravoure politiquement incorrect, on pourra me traiter d'américanophobe, mais non répondrai-je, j’aime des tas de films venus des États-Unis !) Spoiler: Un beau gâchis là encore de présenter le membre de la « race supérieure » (nous en plus grand et en plus laid) comme un sadique qui n’attend que d’être réveillé de son sommeil millénaire pour se mettre à tuer sa progéniture sans autre forme de procès. Pourquoi il ne nous aime pas, on ne le saura pas. C’est sûrement parce qu’il est plus grand et plus laid. Surtout, on passe à côté d’une belle occasion de détromper le spectateur en présentant un dialogue inter-espèce, bien plus original et intéressant que l’éternel couple peur/violence. Ah il est beau notre « ancêtre »… je préférais les Sumériens… Et puis il y a cette manie dans les films de SF de poser comme une évidence que la planète est identique au minuscule territoire où le vaisseau se pose. Pour l’astéroïde du Petit Prince, je comprends qu’on en fasse vite le tour, mais pour une planète ? Est-ce que les aliens se seraient posés en Antarctique et en aurait conclu, découragés par l'uniformité du paysage, que la Terre est recouverte d’un désert de glace ? Est-il concevable que des scientifiques énoncent comme des certitudes de vagues observations improvisées, sans matériel, et ce sur le ton de la certitude inébranlable, propre à inspirer aux responsables les décisions les plus hâtives ? On a l'impression que ce genre de films "casse ses jouets" et ne présente l'étrange qu'au travers du danger. Spoiler: Ai-je tout dit ? Bon, la respirabilité de l’air des grottes est invraisemblable (tomber pile sur l'atmosphère terrestre ?). Le lien avec le prologue où le corps de l’extra-terrestre se désagrège n’est pas expliqué. Le lien avec Prométhée n'est pas exploité… Bref ! je n’ai pas assez de mémoire pour décrire toutes les bêtises que le film aligne sans vergogne. Si vous aimez la SF, évitez. Si vous aimez l’horreur, c’est à voir, car les images sont plutôt convaincantes. C’est souvent le seul point fort de ces productions.

Benjamin A

Suivre son activité 296 abonnés Lire ses 1 897 critiques

3,5Bien
Publiée le 01/03/2014

Quelle mouche a bien piqué Ridley Scott pour lancer et concrétiser "Prometheus" ? Sur le papier le projet est ultra-ambitieux et si tout est loin d'être parfait, le réalisateur de "Alien" pose les bases d'une saga prometteuse, ambitieuse et attendue. S'ouvrant sur une introduction mystérieuse remontant loin dans le temps, il nous envoie en 2093 suivre un couple d'archéologues qui se retrouve dans une expédition dont le but est d'explorer une planète inconnue où vivent les "ingénieurs" qui seraient à la base de l'humanité. Tout commence de belles manières avec cette ambition de revenir sur les origines de l'homme. Passé une introduction aussi audacieuse qu'intrigante, Scott met en place le voyage et s'intérersse plus particulièrement à l'une des archéologue, la fille de celui qui organise financièrement le voyage ainsi qu'un robot à l'apparence humaine. Il laisse planer une certaine ambiguïté sur les personnages et leurs intentions, ambiguïté qu'il accentue au fur et à mesure du film. Commençant d'abord avec une atmosphère troublante et presque fascinante avec la découverte de cette planète, elle devient peu à peu inquiétante voire même horrifique par moments. Scott la retranscrit très bien et le récit s'intensifie plus on avance dans l'expédition. Peu à peu il dévoile les vrais enjeux qu'il rend tout le long intéressant, tout comme les personnages, Shaw et David en tête. De plus, la direction artistique est superbe. L'esthétisme général du film est réussi, que ce soit pour les vaisseaux ou la planète en question. Souvent assez froid, c'est sublimé par une photographie sombre adéquate. De plus les effets spéciaux sont de toutes beautés. Côté casting, c'est là aussi très bon et plus particulièrement Noomi Rapace et Michael Fassbender (néanmoins dommage que le vieillissement de Guy Pearce soit raté). Mais néanmoins, je reste assez sceptique sur un point. Alors que l'ambition du film et cette recherche des origines humaines se suffisaient à elle-même, je n'ai pas compris pourquoi Ridley Scott cherchait à tout prix à mettre quelques liens avec Alien et finalement s'enliser dans quelques symboles et références et donner un côté confus et maladroit au film qui, sans être totalement gênant, aurait pu être largement évité. Bref, malgré des avis très mitigés sur ce film, j'ai, dans l'ensemble, était conquis malgré quelques petits défauts. Début et mise en place d'une saga qui semble aussi prometteuse que passionnante, et j'espère vraiment que Scott va se concentrer assez vite sur sa suite.

guillaume arnoult

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 12 critiques

0,5Nul
Publiée le 11/06/2012

Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu envie de dresser une critique d’un film mais PROMETHEUS, s’inscrit dans la très longue liste des MERDES SANS SAVEUR DU CINEMA et mérite ANALYSE Encore dans AVATAR la médiocrité du scénario est assez vite compensé par la beauté extraordinaire et l’intensité du monde crée par James Cameron. Ici « NADA ». « RAS ». « ZZzzzZZZ » Spoiler: Scène d’intro : un extra humain ce suicide. On ne le reverra PAS, on n’en reparlera PAS : INUTILE Des scientifiques découvrent une nouvelle fois « une invitation qui mène au ciel » sur Terre : INUTILE 17 personnes ont dormis pendant 2 ans, le vaisseau atterrit, parmi eux une dizaine de scientifiques spécialistes trouvent en 5 minutes la race supérieur recherché. INUTILE A cette instant alors que sans aucune difficulté on à déjà accomplit l’objectif du voyage (20 minutes de film) 2 « scientifiques » décident de repartir au vaisseau sans explorer la porte devant laquelle est morte la race supérieur. Ils meurent (dans les 5 minutes suivantes) sans n’avoir rien foutu. Ce ne sont donc NI des personnages CURIEUX, NI SCIENTIFIQUE, NI COURAGEUX, NI INTELLIGENT, NI COMBATTANT, bref on a la les deux personnages les plus CONS de l’histoire du cinéma. En plus d’être INUTILE, ils sont sans AUCUNE CONSISTANCE NI AUCUNE PERSONNALITE. Attention scène d’ « ACTION » : les personnages risquent leurs vies pour rapporter une tête dans le vaisseau au cœur d’une tempête extrêmement violente. Y’a juste 200 têtes dans le lieu exploré mais ce n’est pas grave. INUTILE L’un des personnages principaux, ce fait infecté par un des autres personnages. Alors que 6 personnes sur 7 veulent le soigner il ce suicide. BIEN BRAVO L’INSTINCT DE SURVIE ! MERCI. On ne sera pas d’ailleurs pourquoi il a fait ça, quel était son projet, quelles étaient ces motivations, mais je crois que comme ON S’ENNUIE, ON OUBLIE. Et ce ne sera pas le seul à avoir ce formidable instinct de survie. A la fin pour détruire le méchant qui va envahir la Terre, UN CHINOIS, UN MEXICAIN et UN NOIR, ce suicide contre le vaisseau. WHAOU, J’AI ENVIE DE VOMIR. Quelle foutu race supérieur, qui serait créateur de l’être humain, s’amuserai à faire un vaisseau, dont le contrôle s’effectue EN JOUANT DE LA FLUTE ET EN MANIPULANT DES ŒUFS DURS A MOITIE CUIT ? Sérieusement. Je ne crois pas M. Ridley que nous avons la même vision d’une race supérieur. Les personnages sont tous CONS mais ce n’est pas un film comique Il n’y pas d’action, on dort, ce n’est donc pas un film d’ … ETC … On a donc détaché Prometheus de la licence original d’Alien, pour pouvoir en faire la promo comme d’un film seul. Bien qu’il en reste le prequel, il n’apporte aucun intérêt à une quadrilogie déjà pauvrissime sur la fin. Pour la 3D, pas besoin de critique elle est quasi inexistante. Même pas foutu de foutre un effet 3D sur un halo de lumière ? Sur Allociné, ce film obtient 3,4 sur 5 pour la PRESSE comme pour les SPECTATEURS. Les gens sont donc habitués à la MERDE et à mon avis on n’a pas fini d’en BOUFFER ! Encore bien joué aux monteurs de la BA. Faire une BA aussi MONSTRUEUSE pour un film aussi VIDE. Bien joué !

benoitG80

Suivre son activité 935 abonnés Lire ses 1 285 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 09/06/2012

"Promotheus" est digne d'intérêt mais surtout et avant tout pour l'univers qui s'en dégage, pour l'esthétique bien particulière, pour tous ces effets spéciaux qui régalent le spectateur ! Certes, le parallèle avec le célèbre Alien est évident mais ici force est de constater que le scénario est assez simplissime au point d'attendre en vain un hypothétique rebondissement qui manque vraiment à l'histoire ! De plus, trop de questions restent sans réponse sur le rôle et les motivations de chacun des personnages... À titre d'exemple et entre autre, l'excellent Michael Fassbender qui compose David, un androïde plus humain que le genre humain laisse plutôt songeur : Où veut-il en venir ? De quel côté est-il ? Bien sûr, les suppositions que l'on met en place vont bon train afin de comprendre une intrigue pour le moins obscure mais on reste un peu perplexe quand le générique de fin apparaît... Un sentiment de frustration émerge alors avec l'impression d'avoir été mis de côté !

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top