Mon AlloCiné
Cartel
note moyenne
1,8
4872 notes dont 850 critiques
3% (29 critiques)
11% (93 critiques)
16% (136 critiques)
19% (162 critiques)
23% (198 critiques)
27% (232 critiques)
Votre avis sur Cartel ?

850 critiques spectateurs

msouhaite

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 6 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 15/11/2013

Vous arrivez dans un restaurant magnifique, la vue sur la mer est sublime, les serveurs aux petits soins. Ils vous servent un grand vin pour vous accueillir. Et arrive enfin le plat. Il est sous une cloche d'argent. Vous vous léchez les babines... Et là, vous découvrez des coquillettes au ketchup. Vous protestez, mais le serveur vous explique, très sérieux, que ce ne sont pas de simples nouilles, mais une torsade cylindrique, confectionnée dans une pâte à base de semoule, d'oeuf et d'huile d'olive. Bref, il se fout de votre gueule. Ridley Scott pareil.

Raphael L.

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 36 critiques

4,0Très bien
Publiée le 13/11/2013

Personne n’aura manqué l’appel du casting 5 étoiles, mais combien auront conscience de la plume qui se cache derrière le script de Cartel? Associé à l’expérience tout en velour du célèbre Ridley Scott, Cormac McCarthy, l’auteur de « The Road » et « No Country For Old Men », signe à 80 balais son premier scénario digne du prochain Grand Theft Auto… De façon très surprenante, Cartel impressionne immédiatement par la qualité des dialogues. Chaque mot est remarquablement choisi et apporte un niveau d’échanges nettement au dessus de ce qu’on attendait à priori … Loin des banalités habituelles, le script permet de mettre en avant un casting de choix à la hauteur du challenge qui s’annonce. Michael Fassbender est, comme à son habitude, excellent dans son rôle d’avocat des pires gangsters de la ‘Tortilla Border’ (frontière Mexique - Etats-Unis). Arrogant et cupide il n’a pas conscience de la dangerosité du monde dans lequel il évolue. Avec un Michael Fassbender comme leader, le reste de la troupe se devait de tout donner et le fait est que tous suivent le rythme et en particulier Cameron Diaz. Une interprétation plus vraie que nature pour ce personnage qui pourrait définir les codes de la mode pour les 15 années à venir, qui sait… Des Guépards en guise de chatons jusqu’aux ongles chromés de cette pinup, Cartel est truffé de détails esthétiques qui lui donnent un véritable style. Un mot sur Brad Pitt, cynique au possible avec des pseudos dictons drôlissimes … Loin de se résumer à des aspects superficiels, Cartel est une critique de l’animalité humaine où ceux qui pensent avoir du pouvoir sont manipulés et ceux qui en ont réellement ne prêtent aucune valeur à la vie, à part la leur. Ceux qui ferment les yeux sur ces traffics espèrent profiter d’un système qui paye bien mais où la confiance est un mot dont on a entendu parler mais qui n’évoque rien… Aussi troublant soit-il de voir des seconds rôles interprétées par des stars, Cartel est un film noir qui impressionne et il est à parier que nombre de répliques pourraient bientôt devenir cultes.

chrischambers86

Suivre son activité 1034 abonnés Lire ses 10 091 critiques

2,5Moyen
Publiée le 06/12/2013

Quand un riche avocat pense se lancer dans le trafic de drogue sans risque cela donne une histoire mètaphysique et crèpusculaire qu'on regarde sans trop de dèplaisir! Plus que le rècit, c'est la violence complaisante de ce film verbeux qui fascine! Un film d'action sans action, un film sur la drogue sans drogue, un film qui parle constamment de sexe sans qu'on voit le moindre bout de sein ou de fesse! Très curieux, pire, de revoir à l’ècran une revenante du nom de Rosie Perez qui fait peine à voir! Mais Ridley Scott sait obtenir de ses comèdiens une belle ètrangetè: Cameron Diaz n'a jamais ètè aussi vènèneuse que dans ce "Cartel" et son numèro de masturbation sur le pare-brise d'une voiture est d'anthologie! Racontè par Javier Bardem, c'est encore mieux avec un monologue que l'on ècoute avec jubilation! Du même tonneau que le "Savages" d'Oliver Stone mais un petit cran au dessus où le rèalisateur de "Blade Runner" donne sa couleur en distillant un venin très contagieux aux protagonistes! Malgrè son casting allèchant, sa mise en scène nerveuse, ses quelques scènes à la violence sèche (le motard dècapitè, le collier mortel...) et ses dialogues pseudo-philosophiques sur la libertè et sur la confrontation avec la mort (excellent Brad Pitt), c'est quand-même un Ridley Scott en mode mineur! Pas mauvais pour autant mais peu mieux faire car c'est la banalitè de l'histoire qui aplatit tout, les coups tordus, les amours entre Michael Fassbender et Penèlope Cruz, forcèment vu, revu, et condamnès...

MDCZJ

Suivre son activité 185 abonnés Lire ses 155 critiques

3,5Bien
Publiée le 30/06/2014

Ce film reste un mystère pour moi ou plutôt devrais-je dire que c'est la réaction de la presse et du public face au film qui reste un mystère pour moi. "Cartel" est à ce jour considéré comme à la fois le pire film de Ridley Scott mais également comme le pire film de 2013 aux USA. C'est clairement exagéré ! Si Ridley Scott a déjà fait bien mieux ("Gladiator" par exemple) et si 2013 a connu de bien meilleurs films ("Le Loup de Wall Street" par exemple), "Cartel" reste néanmoins un film tout à fait correct à voir. Ce n'est pas non plus un "Batman Forever" de Schumacher avec une mise en scène débile. On est clairement d'un niveau au-dessus ! Je ne comprendrais donc jamais pourquoi les gens détestent ce film. Il y a soi-disant trop d'effets inutiles, trop de cabotinages, etc. Mais qu'est-ce que cela veut dire ? C'est du vent ce genre d'arguments ! Bon, bref : chacun ses goûts. Je vais maintenant donner mes arguments pour expliquer pourquoi je trouve que "Cartel" est un bon film. Tout d'abord, notons que la réalisation de Ridley Scott est bonne. Oui, tout simplement bonne. Comme à son habitude Ridley Scott ne laisse rien à la légère. Il filme ce qui est nécessaire à la compréhension pour le spectateur (la scène la plus parlante est quand Fassbender et Bardem parlent tous les deux dans la villa. Ridley Scott arrive à nous captiver en filmant tous les détails tels que les expressions du visage, le travail des acteurs avec leurs mains, ... il nous fait capter toutes les informations par le biais de sa caméra mouvante). Magnifique ! Ainsi, c'est un film où les détails comptent : le réalisateur le sait, alors il nous les montre (peut-être est-ce le fond du problème ? Le spectateur lambda a du mal avec les détails donc un film où il faut observer est difficile pour lui). Ensuite, c'est vrai que souvent Ridley Scott sait s'adapter, c'est-à-dire que lorsqu'il le faut, il accélère le rythme ou à défaut le ralentit. Ici, il y a peut-être un petit problème de rythme puisqu'en effet, le film s'enlise quelques fois dans quelques longueurs. Néanmoins, les plans de caméra sont toujours beaux et l'ensemble est bien dirigé et bien construit. Encore une fois, Ridley Scott a demandé à son ami Pietro Scalia de faire le montage du film et c'est particulièrement réussi. Notons aussi que la photographie du film est belle. Pour ce qui est de la musique, elle convient parfaitement au film (très captivante). Encore un bon point donc ! Passons maintenant à l'histoire. C'est un film qui traite de la descente aux enfers d'un avocat. C'est une histoire que je trouve passionnante à suivre. Si quelques éléments scénaristiques sont clairement sous-exploités, il n'en reste que le déroulement de la narration n'est pas forcément prévisible. On ne sait pas toujours à quoi s'attendre et cela permet aux spectateurs de rester captivés. L'ensemble est plutôt élégant. Les acteurs sont superbes : Michael Fassbender et Pénelope Cruz en tête. C'est un film intrigant avec même quelques moments d'action. Les dialogues sont particulièrement bien écrits et le film n'oublie pas de laisser un message truculent sur la perversion des gens, sur leur cupidité, sur leur folie mais surtout sur leur irrémédiable envie de s'en sortir. Thème commun à des centaines de films. Serait-ce à cause de l'effet de déjà vu que le film n'a finalement pas plu ? La question "comment s'en sortir ?" n'est pourtant pas prête de se laisser oublier au cinéma. Je conseille donc ce film.

sparowtony

Suivre son activité 175 abonnés Lire ses 148 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 21/09/2014

Ah, Cartel...un film hai et bâché de manière brutale. Un film considéré comme l'un des plus mauvais de Ridley Scott. Faut dire qu'après Prometheus (qui a déjà déçu pas mal de monde de manière compréhensible), Ridley avait tout intérêt de livrer un film contentant tous le monde ! Mais non: Ridley, il est pas comme ça ! Il préfère nous livrer un véritable ovni ! Etant fan du metteur en scène, j'avoue sans soucis que je m'attendais vraiment à ce que soit bidon en le voyant (assez tardivement). Les critiques sont si après tout si violentes...pas grand chose ne pouvait rendre confiant ! Et bien pourtant, la première chose que je me suis dit le générique de fin commencé, c'est "pourquoi" ? Pourquoi ce film est autant détesté ? Ou est le problème ? Franchement, je me suis régalé devant ! L'histoire, noire et immorale, a tout pour me plaire ! Le script de Cormac McCarthy est tout simplement brillant ! Ah, ça c'est sur, il n'y a quasiment que des dialogues ! Mais alors quels dialogues ! Franchement, il y a un soin apporté au script qui se remarque très rapidement ! Les scènes de dialogues sont juste passionnantes et par moment poétiques ! Ok, ça fait parfois un petit peu trop philosophique par moment (Spoiler: le premier dialogue de Cameron Diaz sur la vérité, surtout) mais n'abusons pas, c'est pas gênant. C'est même par moment totalement justifié et profond: Spoiler: le dialogue sur "les mondes que nous créons" expliqué au personnage de Fassbender à la fin du film est puissant ! Je dois être un des seuls à le penser, mais oui, j'ai trouvé ça puissant ! J'ai été touché par cette incapacité de Fassbender à protéger la femme qu'il aime, innocente dans cette affaire ! Car le film sait se montrer touchant mais en même temps délicieusement immoral ! Spoiler: La déchéance du personnage de Fassbender vaut le coup d'oeil ! Lui qui était si soigneusement habillé dans son appartement de luxe finit paranoiaque, décoiffé (bah ouais, j'ai envie de le préciser, faites comme si c'était ultra important !) et dans un appartement miteux au Mexique ! Ca a bizarrement quelque chose de jouissif ! Sans parler du destin de certains personnages (Spoiler: Rainer, Laura)...surtout celui de Westray. Car l'un des autres détails jouissifs du film, c'est sa violence. Ceux qui ont vu le film l'ont compris: je pense évidemment à l'une des scènes les plus marquantes, soit Spoiler: la mort de Westray. Voir Brad Pitt mourir de cette manière, c'est plutôt inattendu, surtout que la scène est très tendue (on s'imagine à sa place) ! C'est horrible pour le personnage (et encore une fois immoral) mais j'aime quand c'est sanguinolent comme ça dans un film (non, je ne suis point un psychopathe) ! Le film contient aussi des scènes osées sur la luxure, et ça vaut vraiment le coup. La première scène (Fassbender qui s'occupe de Cruz dans le lit) annonce la couleur ! Et puis la scène du poisson-chat...ouf ! Rien que pour voir la tête que fait le perso de Bardem à ce moment-là, il faut voir cette scène ! C'est trash, et c'est bon ! Un détail assez bien fait, c'est que le film est choral: plein de personnages font des va-et-viens dans l'histoire et tous ont un lien. En quelque sorte, chacun a un petit rôle à jouer, et ça a un côté fascinant. Après, le bémol de ce script, c'est qu'il est quand même pas très clair. Car Cartel est un film assez complexe, et on ne sait pas forcément qui est qui dans cette histoire. Spoiler: Westray, par exemple. La seule chose qu'on sait sur lui, c'est que c'est un "intermédiaire" (de ses propres mots). Ok. Personnellement, je ne suis pas tellement avancé. Il meurt à la fin du film sans que j'ai pu comprendre quel rôle il avait dans tout ça. Après, il y a aussi Malkina. Elle est mystérieuse, et c'est le but pendant une partie du film, soit. Mais à la fin, on a pas trop compris non plus ce qu'elle voulait. Elle a eu tous le monde mais...pourquoi ? Et pour qui elle travaille ? Pour elle-même ? Ou pour le cartel ? Elle fait foutre toute l'opération en l'air, mais je bloque pour ce qui s'agit de comprendre pourquoi. Parce qu'on voit que même si elle est sans-coeur, elle apprécie plutôt bien Rainer...et c'est en gros de sa faute si celui-ci meurt (bêtement, qui plus est). Evidemment, tout a une explication, mais je reproche quand même au scénario de ne pas avoir été assez clair, voir pas du tout à certains moments. Mais bon, moi, j'aime les films au scénario complexe (je ne sais même pas pourquoi), du coup, ça me plait en quelque sorte. Bien sur, il n'y a pas que le scénario qui est réussi: il y a aussi le reste ! A commencer par les acteurs, très impliqués ! Fassbender est juste génial, à la fois charismatique par moment (lorsqu'il doit convaincre) mais aussi pitoyable comme le veut le rôle et très émouvant (Spoiler: ses pleurs lorsqu'il reçoit la vidéo de la mort de sa femme). Javier Bardem excelle dans un rôle assez déjanté, et comme toujours, convainc parfaitement (avec encore une fois une magnifique coupe de cheveux). Brad Pitt est bon. Il n'apparait pas énormément mais il est bon. Son rire sarcastique sur la situation de Fassbender reste en tête ! De même Spoiler: que sa mort (qu'on est pas près d'oublier). La vraie surprise du film, c'est Cameron Diaz. Jamais je ne l'avais vu si vénéneuse, envoutante, sexy, et détestable. Un régal de la voir dans ce film ! Pénélope Cruz est toujours aussi belle, et plutôt touchante dans sa naiveté (pas forcé du tout, d'ailleurs, ça fait du bien) ! On croise aussi des acteurs secondaires géniaux comme Rosie Perez (excellente), Edgar Ramirez ou Nathalie Dormer. Le casting est réussi, aucun doute là-dessus. Et plus important, les acteurs sont impliqués, je le répète ! L'une des autres surprise dans ce film, c'est la musique ! Cette fois-ci, elle n'est pas composée par Marc Streitenfled mais par...Daniel Pemberton. Vous le connaissez pas ? Moi non plus. Et pourtant, la bo est réussie ! Même très réussi ! C'est sur, il n'y a rien d'épique, mais le thème principal se retient bien et est entrainant. Les autres le sont tout aussi ! Pour ce qui est de la réalisation, c'est du Ridley Scott. C'est à dire que c'est soigné et classe ! Certains plans sont toujours aussi beaux de sa part, et les scènes de violences sont (encore une fois, oui) énormes de sa part ! Là ou je me suis pris une grosse claque (alors qu'en quelque sorte, je m'y attendais), c'est la photographie de...Darius Wolski (si vous bien suivi mes critiques, vous savez que j'adore son travail). Juste: woaw ! Les images sont somptueuses ! Plus ce mec travaille, plus ce qu'il fait est beau, j'ai l'impression ! Franchement, quelle sublime photographie ! Que j'ai hâte de voir son travail sur Exodus (oui, ma critique n'est pas intemporelle) ! Comme autre atout de la mise en scène, il y a le montage, très maitrisé. Le film jongle intelligemment entre ses nombreuses petites intrigues (Spoiler: le parcours en parallèle du camion de drogue, par exemple !). Cartel est donc un film réussi: machiavélique et puissant ! Le film est détesté peut-être parce qu'il est surprenant, j'en sais rien. Mais un bâchage comme ça pour un film qui ne le mérite pas, ça m'échappe. En tous cas, de mon point de vue, Scott est toujours aussi bon derrière la caméra, et son Cartel est un excellent film, unique dans sa filmographie, et peut-être même l'un de ses meilleurs ! Normalement, je devrais mettre 4,5, car le film n'est pas parfait et n'est pas forcément à se voir plusieurs fois. Mais je met 5 (ce qui ne me gêne pas le moins du monde, c'est pas à remord que je fais ça) pour remonter un peu la moyenne de ce film ! Pour ceux qui ne l'ont pas vu, voyez-le. Ne vous fiez pas forcément aux critiques négatives et regardez-le. C'est tout ce que je peux conseiller, tellement le film divise (car il commence à avoir ses défenseurs et c'est tant mieux). Dévorez-le. Ou détestez-le, c'est comme vous voulez.

Kiwi98

Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 230 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 21/03/2014

Sur le papier, il était difficile de trouver plus séduisant que le thriller de Ridley Scott, Cormac McCarthy à la plume qui signe son premier script pour le cinéma, le réalisateur de "Blade Runner", "Alien" et "Gladiator" à la mise en scène, et le tout emmené par un casting vertigineux de stars. Il est assez drôle de voir à quel point l'histoire que raconte "Cartel" est quasi identique à celle que le film aura connu à sa sortie, le rêve d'un mégalo qui vire au cauchemar, celui d'un film qui promettait d'être grandiose qui vire au bashing pur et simple. Le film éblouit par le nombre de thématiques qu'il aborde, les actes et leurs conséquences, en appuyant profondément sur le fait que l'homme est un animal avec sa propre hiérarchie, et évidement il y a les proies et les prédateurs, qui ne sont pas attirés par la chaire fraiche, mais la drogue et l'argent sale. "Cartel" raconte l'histoire d'un avocat véreux dont le nom n'existe pas, il veut à tout prix se faire de l'argent dans le trafique de drogue qui en peu de temps peut lui apporter une immense fortune, mais il découvre qu'un simple acte de travers peut plonger sa vie en enfer avec ses proches y compris, désespéré dans sa chute il tente de survivre et de sauver ceux qu'il aime avec en parallèle l'histoire de son ami Reiner qui a coté de lui découvre que sa femme Malkina est un serpent sans état d'âme. Comme c'est souvent le cas, l'écrivain Cormac McCarthy n'a pas voulu voir son oeuvre réduite à un film grand public, il s'est même improvisé producteur pour y veiller, le respect qu'il cultive avec ses romans lui vaut de s'imposer rapidement. L'intrigue de "Cartel" finit rapidement pas égarer le spectateur, certifié 100% diabolico-noir le film a tout d'un prodige nihiliste allant jusqu'à utiliser son intrigue comme prétexte pour inviter à la réflexion dans l'univers le plus dangereux qui soit, chaque dialogue, chaque réplique participe à enfoncer le clou plus profondément, comme si "Cartel" avait été étudié au millimètre prêt, conçu comme du papier à musique et maitrisé avec une perfection incroyable assumant une froideur hors du commun dynamitée par un Ridley Scott qui dresse la caméra comme jamais, instaurant une atmosphère fascinante, tellement froide, glauque et noire quelle fait suer, comme si on allait faire un malaise devant cette décente aux enfers orchestrée comme une intense réflexion sur l'esprit humain, l'homme est un animal, et il est dangereux, comme le dit Cameron Diaz pour boucler le film « Je suis affamée ». Scott dresse surtout ce portrait d'une manière absurde et contemplative, comme le joaillier, il est fasciné par l'imperfection, un diamant n'a pas de valeur pour sa pureté mais pour ses défauts, tout comme "Cartel". Cameron Diaz est le diamant. Elle fascine car elle est une vipère dans le rôle de cette Paris Hilton avec des rides, Scott capte la morphologie vieillissante des acteurs, il capte leur carrure et les filme d'une façon sublime obsédé par la lumière sur les corps, dans "Cartel"il n'y a pas le signe d'une poussière, pas un détail qui gâche la beauté de l'image, pompeux ou métaphorique ? Il faudra se laisser à l'idée. Scott regarde surtout les acteurs comme des félins, la scène dans laquelle Diaz et Bardem regardent un guépards apprivoisé chasser dans les pleines, c'est n'est pas une métaphore mais l'illustration pure et simple de ce que veut dire McCarthy : pour grimper en haut de la chaine alimentaire il faut assumer pleinement sa condition de prédateur, le tout avec une précision chirurgicale, sidérante, plongeant le film dans l'OVNI total, fascinant de bout en bout. "Cartel" s'intéresse d'avantage à la table qu'au repas, sondant les abysses de l'âme humaine, poussant ses héros à assumer que la seule chose que l'on attend de la vie, c'est la mort. Scott détruit un par un ses jouets, méthodiquement, il s'adresse directement à Hollywood, le Hollywood des belles gueules. Les meurtres qu'ils soient sanglant ou pas sont tous commis pour un élément comme les autres : la nécessité. C'est la banalisation du meurtre, rendant l'épopée d'avantage immersive et d'un réalisme transcendant. La mort est le thème principale, elle pourrait se présenter uniquement à travers le yeux de Malkina incarnée par Diaz, c'est la pierre angulaire du film, hors de toute contrainte et de toute logique, elle lui donne ce ton si surréaliste, cette tension qui par moment atteint des sommets tels qu'on en a des sueurs froides et une pitié pour celui qui se fait décaper en pleine rue, et l'autre qui finit dans une décharge. Dans l'espace le plus dangereux du monde, ce thriller étudié et ficelé à la perfection marque de plein fouet, pas de place pour le faible, le guignol, c'est ça la chaine alimentaire, la lapin qu'est Fassbender dévoré par le malin qu'est le reste du monde, le casting de caïds et les répliques exaltantes finissent de rendre cette tuerie au bout de l'enfer incontournable.

benoitG80

Suivre son activité 917 abonnés Lire ses 1 315 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 23/11/2013

« Cartel » est un film dont la forme peut surprendre et ainsi nuire à son succès ou sa réussite... C'est ainsi qu'il est apparemment perçu ! Et pourtant, sous ce vernis bling bling (dont Cameron Diaz, étonnante, se fait il est vrai, le porte-drapeau), il n'en reste pas moins que cette histoire se révèle assez intéressante et bien fichue... En effet, en dehors de ces clichés toujours pénibles dont le cinéma américain raffole, la descente aux enfers de cet avocat cupide et naïf, joué par Michael Fassbender est assez révélatrice d'un monde sans pitié où, juste à cette fameuse frontière Mexique/États Unis, tout peut arriver, où chacun peut disparaître du jour au lendemain jusqu'à se dire qu'une petite vie tranquille n'est pas si mal au fond ! Ce que va apprendre bien à ses dépends, cet homme de loi qui va se transformer peu à peu pour devenir l'ombre de lui-même, alors qu'il prend conscience du danger qu'il court et qu'il fait aussi courir à la femme de sa vie... La discussion presque philosophique qu'il a avec le patron du Cartel, est d'ailleurs un bon moment du film... A ce propos, son interprétation est assez juste et tranche sur les autres rôles beaucoup plus caricaturaux malgré une bonne performance des uns et des autres. L'intrigue malgré un bon nombre d'incohérences superflues et inévitables (!), est malgré tout bien ficelée... Ridley Scott n'a donc pas réalisé un chef d’œuvre mais assurément un film qui ne démérite pas pour autant !

Jeff E.

Suivre son activité 16 abonnés Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 14/11/2013

C'est la 1ere fois que je prend le temps d’écrire une critique, ce film est la plus grosse déception que j'ai connu depuis bien longtemps ! les personnages sont creux, je crois même que les dialogues sont bien pire que ceux de spring breakers, ( qui pourtant est une bouse interstellaire ),le scenar est inexistant et surtout IMCOMPREHENSIBLE ! bref Ridley Scott viens de faire un superbe film gros budget / belle bande annonce/ beau casting ......... je vous en supplie ...... n'allez pas voir ce film et répondez moi pour me dire que vous n'irez pas, j'aurai l'impression d'avoir aider à sauvegarder du pouvoir d'achat pour quelques personnes ! Jeff

Zoé B.

Suivre son activité 407 abonnés Lire ses 118 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 15/11/2013

Le film excitait à plus d’un titre : Son casting 5 étoiles bien sût, mais surtout l’association Ridley Scott – Cormac McCarthy, l’écrivain signant pour l’occasion son 1er scénario. 2 pointures, 2 maîtres ! Le résultat s’avère hélas une daube magistrale. L’ambition affichée tourne vite à la prétention, la sophistication au toc. Le film avance à 2 vitesses, d’un côté les scènes d’action, orchestrés par un Scott plutôt en forme, autour du voyage d’un camion rempli de drogue, camion volé 2 fois, déclenchant représailles et autres éliminations. De l’autre côté, les scènes de jeu, le vrai cœur du film, où les personnages pérorent, philosophent, se parlent par citations ou par énigmes... Si quelques dialogues sont plutôt brillants (McCarthy quand même) l’ensemble sent méchamment la pose. La mise en scène est juste chic, préférant chiader la déco, les costumes ou les coupes de cheveux des acteurs, que d’éclairer une intrigue volontairement opaque. Une opacité renforcée encore par le titre choisi par le distributeur, "Cartel" (rien à voir avec "The Counselor", le titre original). Le film aurait tout aussi bien pu s’appeler "Les Félins" ou "Prédateurs", mais c’était déjà pris. En fait, le bon titre s’impose après coup : "La vie, la mort, la coiffure".

tony-76

Suivre son activité 567 abonnés Lire ses 1 367 critiques

4,0Très bien
Publiée le 23/11/2013

Après la déception de Prometheus, notre Ridley Scott nous présente sa nouvelle oeuvre qui est Cartel. Il possède plusieurs éléments d'un bon film de gangsters : du sexe, de la violence, de l'opulence, de bons acteurs, et pourtant il manque une chose essentielle : une histoire. The Counselor (ou Cartel en français) est une longue attente vers une explication qui n'arrivent jamais. On comprend que c'est l'histoire d'un avocat qui décide d'arrondir ses fins de mois et de se lancer dans le trafic de la drogue avec les complicité de deux malfrats (Brad Pitt et Javier Bardem). Le mystère plane toujours, et j'ai vraiment apprécié ce coté. Le scénario de Cormac McCarthy (auteur des livres No Country for Old Men et Child of God) pourrait aussi être la raison qui a poussé ces artistes importants à rejoindre le projet. Ces deux spécialistes de l'atmosphère angoissante ont fait une production d'une grande qualité visuelle. The Counselor essaie aussi d'être spirituel en déballant des théories philosophiques sur la vie, la mort, les choix que l'on fait, et des répliques très intéressantes de sens telles que " Nous sommes le monde que nous créons " ou encore " La vérité n'a pas de température ". Comme on a fait appel à des acteurs de grand talent, la qualité des performances est supérieure à celle du film en général. Fassbender est tellement intense, déchiré par une situation que l'on ne comprend qu'à moitié qu'on ne peut qu'être ébranlé par la profondeur de son jeu. Le public est complètement déconcerté. Brad Pitt est vraiment très bon dans son rôle de " Cow-boy " qui lui va comme un gant. Cameron Diaz est extrêmement bluffante dans sa performance qui à mon avis va être récompensé aux oscars ! Javier Bardem également étonnant et une Pénélope Cruz qui est passable mais toujours aussi sexy. La bande son de Cartel est excellente avec en prime le paysage du Mexique, qu'on le voit sous un autre angle. Les scènes d'actions n'arrivent qu'à la deuxième partie et je trouvais qu'elles sont très réalistes. On peut dire qu'au final Cartel est pour ma part, mieux que Prometheus mais c'est un thriller noir, dérangeant.. The Counselor reste un très bon film dans son genre, qui aurait pu être plus travaillé à mon avis !! Avant tout, c'est un véritable ovni cinématographique de Ridley Scott.

Kloden

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 996 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/02/2014

Tellement décrié qu'il ne m'en attirait que davantage, ce Cartel, The Counselor pour la VO, est à peu près ce que j'imaginais : un film noir et sans concessions qui doit autant à Cormac McCarthy (au script pour la première fois) qu'à Ridley Scott. Trop nombreux sont malheureusement ceux qui n'ont rien compris à la visée de son scénario, certes très difficile d'accès. On y reconnaît parfaitement la veine nihiliste et pessimiste du prix Pulitzer McCarthy, ses envolées sanglantes magnifiées par le talent de Scott qui s'offre ici une petite cure de jouvence, adoptant un parfait compromis visuel entre esthétisme et volonté de coller au récit. La narration elliptique est intelligente, et le fait qu'elle shunte bon nombre de passages (pas toujours accessoires, d'où un certain agacement chez bien des spectateurs) m'a semblé à merveille exprimer la réalité d'un monde où il n'y a souvent rien à dire et rien à comprendre, et où on chercherait en vain des liens de causalité. Les punchlines de McCarthy témoignent autant de son talent que de ses obsessions, et les déchiffrer est un réel plaisir. Un plaisir décuplé par les stars qui se les envoient, toutes étincelantes et loin d'être là simplement pour apporter leurs prestigieux noms au générique. Cameron Diaz, vipérine, sort du lot c'est vrai, mais avec Bardem et Fassbender, elle trouve quand même à qui parler. La douceur de Penelope Cruz fait le reste. Quant à Brad Pitt, son charisme ne manque pas de provoquer mon admiration habituelle. Et si placer des stars si renommées en tête d'affiche peut sembler tout avoir du simple coup de com, je trouve au contraire que rendre tout ces cadors impuissants face à la brutalité du message et de son application scénaristique renforce encore le propos, si besoin était. Ben oui, les déboires de Brad Pitt me marqueront toujours plus que ceux d'un acteur de seconde zone. Il en va de même pour le faste et l'opulence des décors, qui rappellent que la folie manipulatrice et brutale n'est pas uniquement l'apanage du pauvre, et que même quand leur survie est assurée en même temps que leur confort, les hommes trouvent sans problème des motifs pour s’entre-tuer. Et les dialogues qui s’enchaînent et parfois se répètent ne sont pas là que pour le simple plaisir de pérorer (ni même celui, pour McCarthy, d'étaler sa science du verbe) mais pour renforcer le sentiment d'attente et d'inexorabilité, ce qui a parfaitement fonctionné sur moi. Alors certes c'est décousu, certes c'est bavard, certes c'est opaque, mais n'y voir qu'une coquille vide, c'est à la fois faire l'aveu de ne pas avoir compris (je ne prétends pas avoir tout saisi de A à Z, et heureusement dans un sens !) et aussi l'aveu de sa mauvaise foi. Comme un Spring Breakers, il me semble ici avoir l'image typique d'un film incompris qui s'est trompé de public. Tout n'est pourtant pas à jeter, loin de là. En fait, ce serait plutôt l'inverse.

CeeSnipes

Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 1 699 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 12/12/2013

Il va falloir qu’un jour, les gens s’aperçoivent qu’au milieu de deux ou trois très bons films, Ridley Scott n’a jamais été un grand réalisateur. Cependant, c’est un bon faiseur. Alors quand Cormac McCarthy lui écrit un scénario, on regarde. Cartel est donc le premier scénario pour le cinéma de l’écrivain Cormac McCarthy et il permet à Ridley Scott de réunir un casting cinq étoiles pour un sombre histoire de trafic qui tourne mal à travers les yeux d’un novice qui a choisi le mauvais moment pour passer dans le camp des hors-la-loi. Cormac McCarthy est peut-être un excellent romancier mais là, son scénario est entravé par de longues plages de dialogue qui se veulent pleines de sens mais qui sont tellement écrits qu’ils en deviennent absurdes et surtout bien trop prétentieux pour leur bien. Le film se trouve alors être particulièrement ennuyeux, poseur et surtout profondément agaçant. Son côté transgressif se trouve être une posture dégueulasse, en témoigne cette scène absolument lamentable sur un capot de voiture entre le cabotin Javier Bardem et l’insupportable Cameron Diaz. En parlant des acteurs, Michael Fassbender est d’une fadeur incroyable et seuls Pénélope Cruz et Brad Pitt sont réellement intéressants. Mais ce qui est franchement rageant, c’est que le film parvient par moment à exploiter son incroyable potentiel, comme lors des apparitions de Toby Kebbell, John Leguizamo, Dean Norris ou encore Rosie Perez. En effet, la scène de Ruben Blades est en tous points remarquables, avec des dialogues qui servent réellement à quelques choses, pleins de citations qui rappellent à certains éléments du film et surtout un acteur charismatique et concerné. Mais rien n’y fait, le film est profondément ennuyeux. On s’est très souvent moqué de la mort de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises. J’espère que Michael Fassbender qui pleure prendra aussi cher tant il en fait des caisses et tant il est ridicule. Cartel est le stéréotype qui a voulu être plus malin qu’il ne l’est et qui se trouve être un long pensum de deux très longues heures avec des personnages détestables et leur dessein dont on se fout complètement.

Eric F.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 14/11/2013

Un film catastrophique qui aligne les poncifs du genre : - Grosses voitures toujours rutilantes, même dans le désert - Méchants très méchants et très déterminés - en plus ils ont des guépards, woaouh - La femme est ici soit une sainte, soit une nymphomane. Mais dans les deux cas elle adore les diamants - Héros cynique au nom resté inconnu, malhonnête et parvenu, mais avec un grand coeur. - Serveurs qui, c'est bien connu, souhaitent bon appétit en français dans les restaurants Mexicains Au-delà des clichés, le scénario tient en 3 lignes, même si pourtant on y comprend rien. Les 45 premières minutes posent une intrigue qui ne démarre au final jamais: Spoiler: Fassbender se retrouve dans la mouise par un simple concours de circonstance: il se porte caution pour un truand (assez banal pour un avocat) qui y passe 2 jours plus tard. Le lien est vite fait: S'il l'a fait sortir, c'est pour le liquider, il est désormais temps de fusiller sa famille et brûler ses chemises d'un goût douteux Les personnages enchaînent les monologues pseudo philosophiques à propos de la vie et de la mort, des femmes, du bien, du mal; sans parvenir à dégager la moindre cohérence: il n'y a pas le moindre dialogue, les scènes s'enchaînent sans liant; à tel point que l'ensemble du film est repris dans la seule bande annonce. Ridley Scott accumule au final les plans sans le moindre intérêt cinégénique, ni scénaristique pour dénoncer de façon caricaturale les violences commises à la frontière Américano-Mexicaine Les têtes d'affiche alignées pour l'occasion occupent des rôles sans saveur: Brad Pitt, qui sait pourtant faire pas mal de trucs, n'est pas crédible une seconde en gangster mexicano à moustache Cameron Diaz commence à être trop tapée pour jouer la cougar Impie et mangeuse de prêtre Javier Bardem est ridicule en ado attardé essayant tant bien que mal d'ouvrir un restaurant la Fourchette Fassbender pleure beaucoup; peut-être essaie t-il d'ailleurs de nous dire quelque chose Seule Penelope Cruz évite de sortir diminuée de cette épreuve de force contre l'ennui. Jamais je n'ai vu un tel consensus à la sortie d'une salle, les gens semblaient effarés. Fuyez.

Ramm-MeinLieberKritiker-Stein

Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 542 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 18/11/2013

Vous sortez de chez vous dans un froid glacial, prenez le bus et le tram pour vous rendre à un cinéma qui n'est pas très loin mais pas très proche non plus de votre habitation. Vous arrivez donc dans ce dernier pour prendre votre place et entrer directement dans la salle. Une salle climatisée et accueillante. Après quinze minutes de pubs, le film commence enfin. Petit bémol : le groupe de cinq acteurs/actrices (normalement excellents), sont dans la caricature la plus extrême. J'ai entendu quelques soupirs de consternation, et je comprend pourquoi (par rapport à Gravity). J'ai voulu quitter la salle, mais en même temps la place coûte cher pour un adolescent qui ne reçoit que vingt-cinq pièces par mois et qui veut voir tous les évènements cinématographiques. Donc l'adolescent subit, voit une violence indélicate, une scène de sexe lancée sans beaucoup de raisons, et surtout un réalisateur perdu dans un film qui ne lui ressemble pas du tout. Un thriller inintelligent, avec un bling-bling grossier qui ne fait aucunement rêvé tellement que les scènes sont voués à une bêtise méconnaissable du grand réalisateur qui les à crées.

Benjamin R.

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 240 critiques

3,5Bien
Publiée le 14/11/2013

Sur fond de corruption, de meurtres et de trafics, le film nous présente l'Homme, sa perversion et ses limites. La cupidité ne dure qu'un temps, c'est ce que les personnages apprennent à leurs dépens. Sans tomber dans la violence extrême que laisserait supposer un tel sujet, c'est grâce à une mise en paroles et une ambiance réussies que le film nous mène, lentement par moments, à son paroxysme.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top