Mon AlloCiné
    Syngué Sabour - Pierre de patience
    note moyenne
    4,2
    958 notes dont 177 critiques
    22% (39 critiques)
    49% (87 critiques)
    18% (32 critiques)
    8% (14 critiques)
    1% (2 critiques)
    2% (3 critiques)
    Votre avis sur Syngué Sabour - Pierre de patience ?

    177 critiques spectateurs

    Tristan T.
    Tristan T.

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 12 décembre 2017
    Quelle claque ce film! Je mettrai deux choses en valeur: 1/ Le réalisateur, qui réussit avec ses plans à nous plonger dans ces pièces où tout se passe, à nous faire ressentir la guerre juste derrière la porte... et parfois s'invite dans ce no mans land. A nous immerger dans une intimité invressemblable et pourtant on y croit de bout en bout. 2/ L'actrice Golshifteh Farahani est juste magnifique. Elle incarne à la perfection cette femme emprisonnée dans sa condition, sa vie, la misère de cette guerre, et qui parvient du fond de son âme à s’émanciper et renaître comme femme éternelle, puissante et dévoreuse, aimante et aimée. Mention spéciale à tous les participants de cette oeuvre.
    Marie V.
    Marie V.

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 12 novembre 2016
    Je pensais que j'allais m'ennuyer à mourir car ce film est pratiquement un huit clos . Il n'en est rien . Il m'a captive de bout en bout . C est un poème ce film . Un bijou précieux . Néanmoins la fin m a laissée sur la faim pour faire un mauvais jeu de mots .
    cmottu@club-internet.fr
    cmottu@club-internet.fr

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 25 octobre 2016
    Un film d'une rare beauté et délicatesse.Bouleversant et émouvant. Golshifteh Farahani est éblouissante. A voir absolument.
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 57 critiques

    3,5
    Publiée le 17 septembre 2016
    Film sur une femme afghane tourné par un afghan. Le titre signifie Pierre de patience, le réalisateur doit être solide comme la pierre pour oser tourner cette confession intime, improbable une fois la burka posée. Il s’agit d’une réalité si lointaine de nous, que ce soit à cause de la guerre à durée indéterminée, ou de la présence d’une société machiste et rétrograde, que je me sens pas qualifié pour juger, condamner ou glorifier ce qui s’y passe. Il nous faut juste écouter sa voix, comme la Pierre, et les confidences qu’elle distille au fur et à mesure que les barrières entre dominant/dominée, entre vivant/mort, entre sensualité/reproduction sont effacées dans un univers chaotique et clos. Comme quoi, il n’y a pas de besoin de grands moyens techniques obligatoirement pour faire naitre une histoire qui interpelle et vous restera en mémoire. Qui peut penser une seconde que voiler une femme la rend invisible, c’est peut-être le contraire. Beaucoup moins transgressif que Much loved, le film de Rahimi s’aventure sur le terrain miné de la sexualité féminine en milieu musulman. Quel défi ! Quel pudeur pour évoquer des sujets tabous, quelle idée de génie, ce mort-vivant qui écoute avant de choisir entre le paradis et l’enfer. DVD sept 16
    DaeHanMinGuk
    DaeHanMinGuk

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 120 critiques

    3,0
    Publiée le 28 février 2016
    Ce film est l’adaptation d’un livre ayant obtenu le prix Goncourt en 2008 et cette adaptation est en quelque sorte une gageure. En effet, la majeure partie de l’histoire se passe dans une pièce quasiment dépourvue de meuble avec deux personnages, une femme et son mari plongé dans le coma, d’où des dialogues à sens unique. Pas évident dans ces conditions, d’avoir un film rythmé et tonique. C’est donc, assez logiquement un film assez lent qui pêche côté réalisation. Mais c’est aussi et surtout une histoire très parlante sur la condition de la femme et l’absence de dialogue dans le couple dans certains pays. Les coutumes évoquées et les exactions des talibans ne sont pas la meilleure des publicités faites à la religion musulmane, omniprésente et de pensée unique dans cette région. Ce film à message pourrait être un formidable point de départ à des débats entre amis ou dans les écoles même si le sujet, hautement sensible de la religion, est casse-gueule. Pour finir, deux mentions spéciales. La première pour l’actrice principale, Golshifteh Farahani, présente dans quasiment toutes les scènes, et vraiment formidable : quelle présence ! La seconde pour les bruitages et effets spéciaux qui surprennent dans un film davantage axé sur les dialogues que sur l’action : les explosions dans la ville font sursauter, on se croirait vraiment au milieu du conflit !
    Bertie Quincampoix
    Bertie Quincampoix

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 6 critiques

    3,5
    Publiée le 27 octobre 2015
    Réalisé par l'auteur franco-afghan Atiq Rahimi qui adapte son propre roman, Syngué sabour est une œuvre d'une très grande sensibilité. Une femme afghane, interprétée par la magnifique Golshifteh Farahani, veille sur son mari moribond, qui ne réagit guère plus au monde extérieur après s'être pris une balle dans la nuque. À l'extérieur, les combats font rage. Pour la première fois de sa vie, comme elle le dit elle même, son conjoint n'aura d'autre choix que de l'écouter parler. Ce qu'elle lui raconte au cours d'un très beau monologue, véritable fil rouge du film, en dit long sur leur relation de couple, l'absence totale de considération de l'époux pour sa compagne, mais aussi sur l'état de la société afghane, la condition des femmes dans ce pays et les traditions archaïques destinées à maintenir des injustices impossible à remettre en cause. Une œuvre qui interroge avec tact le pouvoir des mots et du langage. Très touchant.
    By F.
    By F.

    Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 20 mai 2015
    Le film le plus mauvais que j'ai vus. Tellement de mensonge, tellement de haine. Ce film est fait pour salir l'Islam. Trop déçue de Golshifteh Farahani.
    Sionsono2
    Sionsono2

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 682 critiques

    4,0
    Publiée le 17 avril 2015
    "Syngué Sabour" qui veut dire pierre de patience est un film afghanistanais sur une femme qui aide son maris paralysé et dans un semi-coma. Elle se confiera à lui, croyant qu'il ne l'entend pas. Cette confession très rare venant des femmes afghanes apperemment, est une aubaine et critique la situation des femmes dans le pays. Bien qu'on vive avec quelqu'un pendant une dizaine d'année, on ne la connait pas. La plastique et l'esthétique du film sont très travaillées avec des couleurs bien choisies. Non c'est vraiment magnifique. Le décors est réaliste, les situations tragiques et on a à faire à une oeuvre hors du commun adapté du roman à succès. Et c'est sûrement le point faible de l'oeuvre. Le concept tenait magnifiquement bien dans le roman, mais à l'écran il s'éssoufle, et tourne un peu en rond. Malgré ce point négatif, le film reste très bon.
    Sangha555
    Sangha555

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 1 mars 2015
    On ne sort pas de ce film indemne... L'histoire est forte, poignante et incroyable. Je salue le courage de l'actrice iranienne qui a joué l'héroïne du film, mais je dois dire que le langage cru m'a parfois dérangé, il y a des choses que je trouve plus belles lorsqu'elles ne sont pas dites aussi crûment... Il y a normalement de la pudeur dans certaines cultures, et je pense que le film aurait gagné en beauté, en intensité et en profondeur par les non-dits, et cette pudeur préservée... Je n'ai pas aimé la transgression de certaines règles pour plaire au public européen, ce ton un peu trash du film. J'aurais aimé que ce film soit suffisamment subtil pour parler autant aux européens, qu'aux afghans et musulmans pour faire passer la pilule autant du côté européen qu'afghan, un film se doit de parler à tout le monde et ne pas perdre sa dimension universelle. J'ai trouvé la façon de dépeindre les hommes afghans très manichéenne, on les fait passer massivement comme des hommes qui n'ont rien de bons, or je suis quasi certaines que beaucoup d'hommes afghans ont prêté main forte aux femmes ou les ont protégé, ou ont montré un courage et bienveillance exemplaire. C'est le seul bémol que je peux trouver au film, mais j'ai été très sensible à la condition de vie des Afghans, et en ça, le film est très réussi.
    betty63
    betty63

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 315 critiques

    4,5
    Publiée le 29 septembre 2014
    Atiq Rahimi nous entraine dans une histoire fantastique où il a su transcrire en gestuel ce qu'il avait mis en mots et le résultat est un vrai bonheur. Ce monsieur est un poète et le choix de ses acteurs, des lieux de tournage ne sont certes pas un hasard mais un choix savamment travaillé dans lequel Golshifteh Farahani évolue avec sa sensibilité toute naturelle dans de belles robes, avec de belles attitudes, avec de belles émotions et quelques secrets à nous faire partager, tout doucement, sans heurts. Syngué Sabour est une pierre de patience qui m'a touché en plein coeur. Tashakor !
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 103 critiques

    2,5
    Publiée le 3 juin 2014
    L histoire est extrêmement forte, cette femme afghane dont la vie a été dictée par sa famille puis son mari qui se retrouve livrée à elle même alors que ce dernier grièvement blessé se retrouve à l état de légume elle va se lancer dans un long monologue et lui raconter sa vie. L actrice est exceptionnelle (la fatalité se lit littéralement sur son visage) seulement ce long monologue est un mode de narration avec lequel j ai eu beaucoup de mal. Ce fut très intéressant à voir mais ce ne fut pas du grand cinéma.
    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 675 critiques

    2,5
    Publiée le 3 mai 2014
    Difficile de transposer au cinéma une œuvre littéraire dont le principal texte est un monologue avec un homme dans le coma. Même quand le réalisateur est l'auteur du livre en question... Certes, on retrouve tous les éléments du livre, de sorte à avoir les images en plus du texte. Mais le procédé trouve ses limites, et à moins d'avoir lu le livre qui remporta le prix Goncourt en 2008, ce qui est mon cas, le spectateur pourrait vite tomber dans l'ennui le plus profond. A noter néanmoins une interprétation sans fausse note de la part de la charmante Golshifteh Farahani. Et quelques moments suffisamment forts pour réveiller l'intérêt du spectateur.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 275 abonnés Lire ses 1 100 critiques

    4,0
    Publiée le 6 avril 2014
    Une jeune femme est au chevet de son mari plongé dans le coma - dérisoire... ce chef de guerre afghan a reçu une balle dans la nuque à la suite d'une querelle privée. Même si "blanchi sous le harnois" prématurément, on voit d'emblée qu'il est beaucoup plus âgé qu'elle - il est fréquent de marier de très jeunes filles avec des barbons, dans ce pays où la femme n'est qu'une marchandise, un bien que l'on échange (son père avait donné en paiement à un créancier quadragénaire sa soeur aînée, alors âgée de 12 ans), "qu'un bout de viande", pour le plaisir du mari et l'assurance d'une descendance. Mâle, de préférence. La jeune femme n'a elle réussi qu'à engendrer deux filles, en dix ans d'union (mais deux ans effectifs tout au plus, tant les campagnes de son mari ont été longues). Abandonnée par sa belle-famille, sans argent, dans une ville bombardée, puis envahie par les miliciens, elle réussit à retrouver une tante qui lui a déjà été précieuse dans le passé, tenancière d'un bordel. "Elle" va faire des allées et venues entre la maison close où ses fillettes sont en sécurité, et sa demeure, proie des bombes. Se muant en Shéhérazade, elle raconte par le menu à son mari sous perfusion (qu'elle a installé dans un renfoncement mural, caché sous une tenture) non pas des contes comme la légendaire esclave de harem, mais, au fil de ses visites, tout en prenant soin de lui, avec un dévouement exemplaire, sa triste existence, ses souvenirs, ses douleurs, ses espoirs, ses secrets.... Jusqu'à ce que cette singulière "Pierre de Patience" arrive à saturation. Ce récit oriental est porté à l'écran par l'auteur du roman originel (goncourisé), un intellectuel afghan réfugié en France, Atiq Rahimi. "Elle", c'est la belle Iranienne (réfugiée en France aussi) Golshifteh Farahani ("A propos d'Elly"). Avec retenue (mise en scène), mais force (monologues). La condition de la femme musulmane est un enfer sur terre - surtout dans les pays les plus obscurantistes, dans cette région du globe les pays à mollahs, talibans et tchadors, les "républiques islamiques", comme l'Iran, le Pakistan et l'Afghanistan. Le parcours personnel de l'héroïne sans nom de "Syngué Sabour", s'éveillant à la sensualité et à l'indépendance (à la vie, tout simplement) est d'autant plus exemplaire... Un superbe film.
    So D.
    So D.

    Suivre son activité Lire ses 11 critiques

    4,5
    Publiée le 11 février 2014
    Très beau film, émouvant, l'actrice est magnifique, une petite perle!
    annereporter94
    annereporter94

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 831 critiques

    4,5
    Publiée le 22 janvier 2014
    Ne parlons pas de chef d'oeuvre mais de film absolument envoutant. On pourrait aussi écrire bouleversant, émouvant... mais surtout pas larmoyant. L'actrice principale est pour beaucoup dans cette impression d'authenticité et de réalisme...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top