Notez des films
Mon AlloCiné
    La Soif du mal
    note moyenne
    4,0
    1913 notes dont 151 critiques
    répartition des 151 critiques par note
    44 critiques
    54 critiques
    24 critiques
    22 critiques
    4 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur La Soif du mal ?

    151 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 20 juin 2018
    Un film qui a connu un accouchement bien difficile. Insatisfait du pré montage, les producteurs de Universal ont fait appel à Harry Keller pour tourner des scènes supplémentaires et revoir le montage initial. Insatisfait du travail accompli, Orson Wells rédige alors une note de 58 pages aux producteurs leur indiquant toutes les retouches qu’il désirait apporter à son œuvre. Il faudra attendre plus de quinze ans avant de voir porter à l’écran Touch of evil tel qu’imaginé par Welles. Il en résulte une facture des plus sombres. Tant dans le propos que dans le fait que le tournage s’est pratiquement déroulé entièrement de nuit. On assiste à un affrontement entre le bien et le mal personnifiés par deux hommes représentant la justice. L’un intègre, bellâtre et en pleine lune de miel, l’autre corrompu, physiquement répugnant et limité aux plaisirs de la prostitution. Les deux opposants se livrent à un véritable match d’échec qui se conclue avec la mort du diable. La morale appartient toutefois à la liseuse de bonne aventure, interprétée par nulle autre que Marleen Dietrich, qui devant la dépouille de son ancien client avoue que c’était tout de même un sacré bonhomme. Orson Welles est monstrueux à souhait, Charlton Heston démontre une carrure d’acteur qui lui permettra de remplir le rôle de Ben Hur l’année suivante et Janet Leigh perce toujours l’écran même si certaines scènes ne l’avantagent pas. Ce remontage respectant les intentions du réalisateur contribue au monumental héritage cinématographique d’Orson Welles.
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 449 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    3,5
    Publiée le 18 décembre 2013
    Un bon thriller d’Orson Welles, à l’ambiance sombre, qui se déroule à la frontière américano-mexicaine. La mise en scène est impressionnante, avec notamment une magnifique scène d’introduction qui donne le ton au film. Les interprétations sont toutes de qualité, avec notamment un Charlton Heston d’une grande classe. Cependant, la réalisation souffre de quelques longueurs et manque d’homogénéité. Un bon polar malgré tout, qui constitue un classique du film noir !
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1255 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    5,0
    Publiée le 13 novembre 2010
    Un sommet absolu du film noir,et c'est peu de le dire."La soif du mal"(1958),oeuvre matricielle de l'omnipotent Orson Welles,surfe sur la virtuosité d'une mise en scène proprement extraordinaire,que ce soit l'inoubliable plan-séquence d'introduction suivant une voiture piégée,ou les mouvements et cadrages de caméra très étudiés.L'histoire se déroule dans une ville fictive frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique.Un attentat vient d'être commis.Les méthodes des 2 policiers chargés de l'enquête s'opposent.La droiture et la méticulosité de Vargas le Mexicain d'un côté contre la corruption et l'intimidation de Quinlan l'Américain de l'autre.Très intéressante confrontation entre Charlton Heston et Orson Welles,2 géants intemporels du cinéma.L'ambiance devient irrespirable à mesure que les tensions raciales et les luttes de pouvoir se font jour.L'ambiguïté morale de Quinlan est symbolisée par son flair infaillable en contradiction avec ses agissement orduriers.Vargas,lui,se tient à sa ligne de conduite,et aspire à une vie paisible avec sa ravissante épouse(Janet Leigh,dans un prélude à "Psychose").Les personnages secondaires sont très creusés,et font même la différence au bout du compte,pour conclure cette partie de perversité,de malveillance,et d'ego.A voir absolument.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 510 abonnés Lire ses 3 421 critiques

    5,0
    Publiée le 15 mai 2013
    Une leçon de cinéma. Au 19ème siècle en Italie les compositeurs d'Opéra transcendaient des histoires souvent de peu d'intérêt pour en faire des chefs d'œuvres. Orson Welles à partir d'un scénario, certes intéressant, mais n'ayant rien d'exceptionnel réussit à en faire un monument de l'histoire du cinéma. Comme à l'Opéra où l'ouverture se doit d'être brillante, on a droit dès le démarrage à une séquence de folie qui nous scotche dans notre fauteuil. Les mouvements de caméra, les éclairages, les cadrages ne sont jamais gratuits mais au service de la progression dramatique du film. La direction d'acteur est remarquable, dominé évidement par Welles lui-même, mais Charlton Heston n'a peut-être jamais été aussi bon, quant à Janet Leigh… (et oui Welles aimait aussi les belles femmes et il la dirige superbement) Signalons aussi la présence de Marlene Dietrich et de Zsa Zsa Gabor en guest star. Quant à la fin, magnifiquement filmée utilisant tout l'espace et pataugeant dans l'eau boueuse, spoiler: elle laisse une impression amère, happy end, certes, mais uniquement pour Heston et Leigh… Welles n'était pas naïf au point de nous faire croire que la corruption s'arrêterait avec le mot fin… PS : Et quand  je pense qu'il y en a qui préfère Brice de Nice…
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 1 761 critiques

    5,0
    Publiée le 8 novembre 2011
    On dit que rien n'échappe à l'emprise du temps. En fait si, peut être ce film!
    JeanSéééééé
    JeanSéééééé

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 279 critiques

    0,5
    Publiée le 16 mai 2009
    Décidément, Orson Welles n’a pas son pareil : c’est le plus grand réalisateur de nanars de tous les temps ! Quel brio dans la mise en scène, et à la fois qu’elle ratage dans le scénario. A faire un cinéma basé uniquement sur l’image et la mise en scène il en oublie le principal : l’histoire !! Au départ, j’ai vraiment cru que ça y était, j’allais moi aussi pouvoir dire combien Orson Welles est un réalisateur génial, etc. Il est vrai que le début l’est. Long plan séquence, modèle de suspense ou l’on suit une voiture que l’on sait contenir une bombe sur le point d’exploser... J’étais scotché et lorsque mon téléphone a sonné j’ai fait un bon sur mon canapé. Malheureusement l’histoire ne suit pas et l’on s’ennuie vite des frasques totalement artificielles des personnages. Les scènes se passant au motel en étant l’exemple le plus âpre. Que demande le peuple ? ‘’Mais qui a écrit le scénario ?’’ Ben, lui pardi ! La Soif du mal est tiré du roman Badge of evil de Whit Masterson, c'est-à-dire Robert Wade et William Miller. Orson Welles avoue n'avoir pas lu le roman mais seulement le scénario de Paul Monash, qu'il a largement réécrit au cours du tournage. Pas la meilleure idée qu’il est eu…
    Yoloyouraz
    Yoloyouraz

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 566 critiques

    2,5
    Publiée le 3 septembre 2007
    L'ambiance est superbe, O.Welles grandiose: la Soif du Mal a bien l'allure d'un classique à la photographie hors du commun. Le déroulement de son script ne se fait malheureusement pas aussi bien que la réalisation enchante: ses errances scénaristiques minent un long-métrage pourtant marquant.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 259 abonnés Lire ses 1 063 critiques

    3,5
    Publiée le 29 juillet 2014
    Je me disais bien ... Ce film je l'avais étudié en seconde au lycée mais bizarrement je n'en gardais aucun souvenir, en fait ça m'est revenu d'un coup, je me suis juste endormi devant et ensuite j'ai réussi à me procurer un résumé complet pour broder un truc (les jeunes ne faites pas ça !). Et pourtant à ce même moment, enfin à une ou deux années près j'avais apprécié deux autres films de Welles, "Citizen Kane" et "Le Procès", alors où est le problème ? Simple fatigue ou véritable ennui ? Sans doute un peu des deux car en le revoyant aujourd'hui, et en restant cette fois bien éveillé, j'ai tout de même eu toutes les peines du monde à rentrer dans ce polar. Bien entendu techniquement il n'y a rien à redire, que ça soit ce plan séquence génial au début du film ou cette maîtrise absolue du clair obscur, Welles est véritablement un cinéaste de génie doublé d'un excellent metteur en scène et néanmoins acteur de ces propres longs métrages. Juste le scénario qui ne m'a guère passionné, un film noir sous fond de corruption policière où Charlton Heston campe le rôle de Mike Vargas un policier mexicain qui à la suite de l'explosion d'une bombe dans une voiture entre la frontière americano-mexicaine décide de s'impliquer dans l'enquête et se confronte à son homologue Hank Quinlan (Welles himself bien bedonnant) aux méthodes douteuses. La femme de Vargas (Janet Leigh) se retrouve malgré elle également embarquée dans ce bourbier. Au final c'est uniquement ce duel idéologique entre Vargas et Quinlan qui ressort de ce film, l'intrigue n'est pas forcément brillamment exploitée, faute à une écriture un peu lourde et un rythme qui tend à l'assoupissement. Mais la performance des acteurs et la technique imparable de Welles tiens en éveil, permettant d'apprécier tout de même cette œuvre d'un fort classicisme, certaines répliques où fulgurances de mise en scènes sont d'ailleurs admirablement exploités, sans compter ce twist final plutôt astucieux (bien que traditionnel parmi les codes du genre avec un certain recul). "La Soif du Mal" reste une petite déception, enfin par rapport à sa grande réputation, "La Dame de Shanghai" a réussi là où ce film a échoué, mais en toute objectivité l'œuvre de Welles ne manque certainement pas de grandes qualités techniques et esthétiques.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juin 2010
    L’incarnation physique par O. Welles de la corruption même (avec obésité, sueur, visage déformé, bouffi, mal rasé) est une des choses les plus mémorables que j’ai jamais vu au cinéma. Elle suinte à la fin une souffrance intime, tragique. Comme les meilleurs réalisateurs de films noirs Orson Welles a retenu les procédés de l’expressionnisme. Il apporte en propre un sens presque architectural de l’espace (frappant aussi dans Othello). « La soif du mal » est un des grands films où le héros positif n’est jamais qu’un faire-valoir d’un mal omnipotent. Plus fort que les anti-héros égarés et manipulés habituels aux films noirs.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 349 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un chef d'oeuvre parmi les chefs d'oeuvre, une claque visuelle et scénaristique, des acteurs hors pairs, une musique sublime, des dialogues tout en finesse et un sujet personnel, diaboliquement intelligent, monumental...Tout semble parfait dans ce film d'Orson Welles, à commencer par le premier plan, plan séquence d'anthologie d'une brillante maîtrise. Ce grand film peut être vu comme un simple divertissement, mais aussi comme une excellente critique de la corruption judiciaire, du racisme ( le personnage de Quinlan apparaît non seulement comme un homme intransigeant, mais aussi comme un être intolérant et raciste. Cependant, il a aussi ses bons côtés, tels que le courage et la persévérance, comme en témoigne la balle qu'il a reçu à la place de son meilleur ami et collègue. En définitive, ce personnage est extrêmement complexe et gagne en épaisseur au fur et à mesure que le film avance ). Janet Leigh campe ici le rôle de Suzie, femme qui se retrouvera confronté à des junkies et à leur chef Grandi, un mafieux ayant soif de vengeance à l'égard de Mike, le mari de Suzie ( Charlton Heston ). Il s'agit bien d'un film extraordinaire, fabuleux, peut-être encore plus aboutit que Citizen Kane. Exceptionnel.
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 502 critiques

    5,0
    Publiée le 22 novembre 2006
    Qui n'a pas vu "La Soif du mal" ne sait pas ce qu'est un film noir, un grand film noir... Le FILM NOIR! Orson Welles fait de l'art quand les autres font du cinéma. Le plan séquence du début du film est un chef d'oeuvre à lui tout seul. L'atmosphère brûlante du film, moite, étouffante, glauque à souhait, soulignée par une musique envoûtante, une maîtrise parfaite des contre-plongées, des plans serrés, un art du dialogue époustouflant et servie par des acteurs au sommet de leur art (Charlon Heston à mille lieues de ses héros sans peur et sans reproches, Janet Leigt comme un ovni tout droit sortie d'une planète interdite, Orson Welles, plus brillant que jamais, méconnaissable et torturé), fait de cette oeuvre un monument du septième art. Crépusculaire, ce film fait partie des cinq plus grands films jamais tournés!!!
    gnomos
    gnomos

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 508 critiques

    0,5
    Publiée le 18 septembre 2013
    Si un réalisateur tournait le même film aujourd'hui, il passerait totalement inaperçu, voire pire. Car pour un polar qui se nomme " a touch of evil ", j'ai vu des films mille fois plus noirs. Et puis on s'ennuie prodigieusement. Alors, c'est filmé de manière esthétisante, mais je préfère largement un film moins beau visuellement avec une histoire intéressante. Quels sont donc les thèmes abordés par Orson Welles dans ce film ? Le naufrage de la vieillesse solitaire d'un flic qui s'accroche à son métier et ne supporte pas l'échec, au risque d'utiliser n'importe quel moyen pour parvenir à ses fins ? Le racisme ? Le film s'anime un peu à la fin, sans devenir transcendant pour autant. Et puis, Charlton Heston en Mexicain, sans compter Marlene Dietrich, quelle blague! On n'y croit pas une seconde. Un film hautement surestimé par une critique et des spectateurs pour lesquelles le seul nom de Welles est synonyme de génie. Et c'est le seul film avec Charlton Heston que je n'ai pas aimé.
    Lockoss
    Lockoss

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 238 critiques

    4,5
    Publiée le 1 octobre 2013
    Un polar très poignant offert par Orson Welles à la fois réalisateur talentueux mais aussi brillant acteur. Une réalisation du tonnerre grâce aux plans caméra admirablement maîtrisés mais aussi pour la mise en scène et le scénario remarquable.
    Marc Chalard
    Marc Chalard

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 30 critiques

    5,0
    Publiée le 9 juin 2012
    Démarrant sur un plan séquence explosif d'une splendeur sans précédent et se terminant sur la sublime silhouette de Marlène Dietrich se perdant dans la nuit, ce splendide film noir surprend et éblouit de bout en bout. D'abord et en grande partie grâce à Orson Welles, gigantesque de corps et d'esprit. En tant que scénariste écrivant une histoire superbement construite et extrêmement originale, en tant que réalisateur formant plusieurs très beaux et puissants plans séquences, la scène d'ouverture évidemment, mais aussi deux autres de plus de 5 minutes chacun, et en tant qu'acteur jouant à la perfection ce flic aux manières plus que douteuses. Aussi grâce à Charlton Heston, juste impressionnant en policier se retrouvant imbriqué dans une enquête aux glaçants retournements et aux nombreux risques, pour lui-même mais aussi sa femme, jouée par Janet Leigh, fragile et éclatante de beauté, dont on ne pouvait rêver mieux dans ce rôle. Enfin, grâce à Marlène Dietrich qui apporte une touche de grâce supplémentaire, ses trop rares apparitions mais exactement distillées sont juste parfaites. L'histoire, machiavélique et éblouissante, ne nous laisse pas un seul instant de répit tant le suspense est éclatant et chaque personnage, nombreux au demeurant, est bien travaillé et joué. Rien n'est laissé au hasard dans ce splendide chef-d'oeuvre.
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 585 critiques

    1,0
    Publiée le 27 janvier 2011
    Je peux dire qu'à la fin de ce film j'étais heureux que ça ce finisse. L'histoire m'a ennuyé dès le début et je ne parle pas du rythme calamiteux qui a fait que j'ai failli m'endormir, j'ai regardé ma montre plusieurs fois en tout cas. C'était limite si dans ma tête je m'imaginais une autre histoire, notamment quand Janet Leigh se retrouve dans un motel seule, oui bien sûr comment ne pas penser à Psychose. Janet va prendre une douche et la Norman Bates arrive tandis que la musique de Bernard Herrmann se fait entendre, bon je divague complètement là. Je me sens un peu seul devant le nombre incroyable de critiques très élogieuses, si c'est réellement l'un des meilleurs films d'Orson Welles je ne risque pas de devenir fan de ce réalisateur.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top