Mon AlloCiné
Jurassic World
note moyenne
3,6
20509 notes dont 1859 critiques
11% (213 critiques)
31% (567 critiques)
27% (505 critiques)
18% (327 critiques)
8% (145 critiques)
5% (102 critiques)
Votre avis sur Jurassic World ?

1859 critiques spectateurs

Jaguar78

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 27 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/06/2015

Jurassic world, est un pari risqué : le film fera-t-il de l'argent ? En une douzaine de jour, il passe la barre du milliard, le premier à réaliser cet exploit en si peu de temps. Pour cause, le spectateur y apprécie l'action, l'humour, une bonne 3D et une histoire plutôt bien construite. En somme, un blockbuster efficace. Mais le film de Colin Trevorrow est loin d'être à la hauteur du premier Jurassic Park, le problème étant l'absence de réflexion et de travail sur les personnages (là où Steven Spielberg avait brillamment instauré une structure de groupe). Les producteurs, craintifs de perdre la communauté de fans, ont dit non à l'audace. Jurassic World veut retrouver ses adeptes : le design des dinosaures est similaire à celui de 1993, au mépris des récentes découvertes scientifiques, et les allusions au premier film sont mal dosées. Certaines sont discrètes, comme la présence de Mr ADN, d'autres sont du pompage. Donc, n'attendez pas grand chose de cette suite : elle n'est pas de l'art. Dans de bonnes dispositions, avec quelques amis et du pop-corn, vous l'apprécierez. Ne cherchez simplement pas à trop réfléchir pendant ces deux heures...

lhomme-grenouille

Suivre son activité 801 abonnés Lire ses 2 923 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 25/06/2015

Chers lecteurs, connaissez-vous Pitbull ? Mais si, vous savez : ce rappeur et/ou dee-jay américain né dans les années 1980 qui a fait fortune en ressortant presque à l’identique tous les plus grands tubes de son enfance (jusqu’à la Lambada quand même !), n’y rajoutant que son flow rudimentaire et quelques sons d’une simple boîte à rythme pour actualiser le tout ! Si, vous connaissez ? Non ? Ça ne vous dit rien ? Ah, c’est que vous ne voyez pas le rapport avec « Jurassic World » ? Eh bah c’est pourtant bien simple : quand je vois ce film et que je pense à son réalisateur – Colin Trevorrow – je me dis qu’on a affaire là à une belle pitbullisation du cinéma. Parce que non : rien de neuf dans ce quatrième opus de la saga : en fait on reprend le premier, et puis on rajoute deux trois effets numériques et le flow rudimentaire des blockbusters du moment afin d’actualiser le tout. Mais attention : on reprend VRAIMENT le premier. Le personnage d’Alan Grant est désormais joué par une femme – l’anecdotique Bryce Dallas Howard – mais dans le fond il n’a absolument pas changé d’un iota (il reste la personne qui se désintéresse des gosses, qui rejette les valeurs de la famille au profit de son travail, mais qui va apprendre à retourner sa veste au cours de l’intrigue, enfin, vous connaissez…). Même chose pour le personnage d’Hammond, qui est certes joué par un plus jeune – Irrfan Khan (qu’est-ce qu’il fait là lui ?) – mais personnage qui reste fidèle à lui-même puisqu’il continue de dépenser sans compter, de ne pas voir le problème de donner aux gens ce qu’ils veulent ; de ne pas voir le danger qu’il pourrait y avoir, blablabla… Bien sûr, au milieu de tout ça, un gentil contradicteur annonce à tout le monde que la nature va forcément reprendre ses droits à un moment où à un autre. Il y a vingt ans c’était Jeff Goldblum qui jouait cet hurluberlu ; mais cette année, c’est Jake Johnson (comment ça « on y perd au chance » ? Que vous êtes mauvaises langues !) Mais bon, comme dans le premier, le scénario va encore donner raison à l’amoureux de la nature. En effet, la belle mécanique va être grippée par un vilain intéressé qui n’est plus Nedry, mais qui n’en reste pas moins inconséquent dans ses actes et gros (était-ce un élément fondamental de l’identité du personnage, je m’interroge…). Alors on va avoir besoin du Robert Muldoon local – ici incarné par Chris Pratt – afin d’apprivoiser la vraie grosse menace du film que sont ces créatures trop intelligentes de Velociraptors… Bon alors oui, c’est vrai, vous allez me dire que dans « Jurassic Park » premier du nom, la vraie menace c’était aussi le T-Rex. Pas faux… Mais bon, dans « Jurassic World » ils se sont certainement dit que c’était trop compliqué de faire un récit à embranchement donc ils ont décidé cette chose merveilleuse : Spoiler: fusionner les deux ! Oui, un Velociraptor aussi grand qu’un T-Rex, mais qui, en plus, est finalement plus intelligent que les Velociraptors du premier opus ! Je vous jure ! La bestiole est capable de comprendre toute seule comme une grande qu’on l’observe grâce à des caméras thermiques, tout comme elle sait comment se camoufler de ces mêmes caméras, et de la même manière qu’elle est capable de comprendre le principe d’une balise GPS et du coup de s’opérer elle-même afin de se séparer de se dispositif. Oui, vous avez bien lu : ce dinosaure finit major de promotion de n’importe concours d’école d’ingé, mais haut la patte ! Alors certains amoureux du Jurassique pourraient se demander d’où les scénaristes sortent cette merveille de la nature. A ceux là je leur répondrais tout simplement : « Et bah de leur imagination ! » Eh oui ! Comme on a déjà montré tous les vrais dinosaures bad-ass dans les précédents épisodes, alors on a décidé dans celui-ci qu’Irrfan Hammond allait ouvrir un parc qu’avec des dinosaures inventés ! Wouhou ! Alors où retrouver du coup l’intérêt d’aller visiter ce musée d’histoire naturelle vivant puisqu’en fin de compte aucune créature qui s’y trouve n’a vraiment existé ? Visiblement, dans ce film, on s’en fout ! On ne se pose même pas la question ! C’est con hein ? Eh bah c’est ça « Jurassic World » ! Je vous l’avais dit : on dirait du Pitbull ! Alors après, j’en entends déjà quelques-uns qui disent que je suis bien grincheux, que ça ne fait pas de mal de se replonger nostalgiquement dans « Jurassic Park » avec quelques mises à jour. En gros, c’est un petit peu la logique du DLC mais dans le monde du cinéma ; comme quand on est allé voir « Star Wars : édition spéciale ». On savait bien que c’était du gadget, que ça n’apportait rien, mais on y allait juste pour avoir un regard neuf sur la saga, ou bien tout simplement pour le plaisir de le revoir sur grand écran. Why not… Seulement, encore aurait-il fallu qu’on retrouve dans ce « Jurassic World » le talent de Steven Spielberg pour instaurer un espace, une atmosphère, une tension, une angoisse… Parce que non, là dans ce film, elle est bien loin cette habile façon d’amener progressivement tous ses éléments qui savent transformer habilité ce parc à thème en parc des horreurs. On retrouve toujours plus ou moins les mêmes scènes, juste réactualisées, et surtout totalement stéroidées avec des effets numériques qui, étrangement, rivalisent à peine avec ceux du premier. Ah il est loin le temps où un réalisateur comprenait que parfois une poignée de porte qui s’ouvre avait autant d’effet, si ce n’est plus, qu’une flopée de Galliminus courant dans les plaines. En regardant « Jurassic World », je me suis aussi dit qu’il était loin ce temps où on savait que le seul bruit de la pluie battante associé à un verre d’eau tremblante étaient plus efficaces que toutes les musiques criardes et tous les effets visuels bien flashys. Ah ça oui ! Il semble tout aussi loin que ce temps où on savait faire l’économie des mots, où on parlait peu pour parler juste, plutôt que déblatérer tout une monceau de platitudes, clichés et autres absurdités scientifiques qui n’apportent rien. Parce que non, en fin de compte je ne reproche pas à ce « Jurassic World » de reprendre la trame de « Jurassic Park », parce qu’au fond pourquoi pas… D’ailleurs le film se livre à une multitude de clins d’œil qui ne sont pas toujours désagréables pour le nostalgique de 1993. Mais ce qui aurait été pour moi un minimum – surtout pour une franchise de cette envergure – c’est qu’on soit au moins capable de reprendre l’esprit de « Jurassic Park ». Or, sur ce plan là, c’est vraiment du zéro pointé. C'est stupide, c'est dans la surenchère absurde en permanence, c'est pensé et filmé comme une grosse série B à gros moyens... Franchement, c'est vraiment pour moi du travail ni fait ni à faire. Du coup, voilà encore une nouvelle souillure sur le nom de « Jurassic Park », encore une à oublier pour savoir profiter du premier… Au moins, dans son sacrilège, ce film aura au moins ce mérite d’être tellement insipide qu’il n’offrira aucune résistance pour mon esprit. C’est toujours ça de sauvé…

chrischambers86

Suivre son activité 1215 abonnés Lire ses 9 996 critiques

2,5Moyen
Publiée le 03/07/2015

Si Steven Spielberg, dans sa seconde carrière de producteur, a souvent filè des coups de main à des rèalisateurs dèbutants (tels que Colin Trevorrow), il n'a jamais vraiment donnè dans le film au rabais! Ainsi, "Jurassic World", quatrième volet d'une saga culte initièe par tonton Spielberg, a coutè la bagatelle de 150 000 000 dollars! Gros budget avec des effets spèciaux spectaculaires à foison ne rime pas toujours avec grosse rèussite puisque ce quatrième opus de "Jurassic Park" est le moins bon de la franchise avec quelques rèfèrences incohèrentes! La faute à un scènario ultra classique, une impression de « déjà-vu » constante et des clichès voulus pour un film qui rit parfois de lui-même (l'histoire d'amour bidon entre Claire et Owen). Dans le "Jurassic Park" de 1993, les personnages ètaient sympathiques et attachants! Ici, ils sont transparents (le pauvre Omar Sy ne sert strictement à rien), inexistants (Bryce Dallas Howard incarne le personnage le plus nul du mètrage) ou, au mieux stèrèotypès jusqu'à la moelle (les frères Mitchell). Fort heureusement, Colin Trevorrow sait filmer les monstres en jouant la carte du modernisme! Parlons des dècors car qui ne veut pas aller au moins une fois dans sa vie à ce magnifique parc d' attraction de dinosaures ? La façon dont on a modernisè le parc est remarquable car futuriste et sans trop en faire en même temps! Des dinosaures gloutons, pas intentionnellement mèchants puisqu'ils obèissent à leur fonction de prèdateurs! il y a beaucoup d'innocence dans ces prètendus montres, une innocence qui s'ignore! Dit-on d'un lion qu'il est un monstre, un tueur sanguinaire sous prètexte qu'il vient d'ingurgiter une gazelle ? Non! Même raisonnement pour les dinosaures de Trevorrow! Reprèsentation de la folie humaine ? Peut-être [...] Reste que ce "Jurassic World" est un blockbuster estival en 3D qui remplit parfaitement son cahier des charges : divertir! L'ambiance est bonne, bien soutenue et les attaques, souvent impressionnantes et jouissives sur grand ècran, avec une mention pour le gros Indominus Rex et les ptèrodactyles! Pour l'originalitè, on repassera...

Atahal

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 3 critiques

0,5Nul
Publiée le 06/07/2015

Voila. Je suis enfin tombé sur le film qui m'aura pousser à faire un compte pour poster une critique sur AlloCine. Il m'arrive assez couramment de tomber sur de mauvais films. Cinéphile dans l’âme, je m’efforce donc un maximum d'agrandir ma culture cinématographique dès que je le peux. Déjà, et je dois l'admettre, j'ai commencé à craindre le pire concernant Jurassic World lorsque j'ai vu la seconde bande annonce... Celle-ci me donnait la vague impressionnant de me montrer l'intégralité de ....... "l'intrigue" du film. Pire encore, elle peignait un portrait très peu flatteur de Jurassic World, en montrant la direction prise par le film. Mais si déjà la bande annonce n'annonçait rien de bon, au moins, ce n'était que 2 minutes 36 d'aperçu de ce qui semblait n'être rien d'autre qu'un nanar hyper mainstream se reposant à 100% sur la nostalgie que pourrait créé la simple lecture de son nom.. Malheureusement, des amis à moi auront réussi à me convaincre d'aller le voir, me disant que ça ne pouvait pas être si terrible que ça... Et oh mon dieu, ce fut, et de très loin LE PIRE FILM que j'ai vu de ma vie. 2 heures 5, et les 10€ les plus mal utilisés de ma vie. Déjà, le scénario, qui tient plus du nanar grotesque qu'autre chose n'est qu'un enchainement de clichés et de déjà vus sans grand intérêt. Spoiler: Ici, vous retrouverez bien évidemment la famille détruite par le divorce et le travail, qui va devoir se serrer les coudes face à la menace, pour finalement finir sur un happy ending à peine prévisible. Vous aurez droit à ce que j’appellerai "l'ecolo de service". Celui qui ne veut pas voir les dinosaures utilisés à des fins militaires, parce que c'est dangereux tout ça. Le militaire mégalomane qui veut utiliser les raptors à des fins militaires, combien même il devrait sacrifier la vie de 20 000 personnes. Et cerise sur le gâteau, le bon vieux scientifique asiatique, génie de son temps, qui ne vie que pour son travail et créer le dinosaure parfait. Voila, je vous ai résumé "en gros" toute l'intrigue et les personnages du film. Vous pensez que j'exagère? Regardez le trailer 2, et vous verrez bien. Et attendez, ce n'est pas tout, parce qu'en plus les acteurs sont nuls. Et ça me fait mal au cœur de dire ça de Chris Pratt après sa performance dans LGDLG. Et si l'histoire est grotesque, elle n'est même pas bien construite. La direction "Action" du film le transforme en véritable nanar. Les twists sont prévisibles et font artificiel tant le déroulement est prévisible, toujours à cause de la montagne de clichés que ce film cumule (et je ne parlerai même pas des dialogues). Rajoutez à cela le nombre ahurissant de placements de produits qui vous tape à la rétine et vous avez LE cocktail marketing ultime pour vous lobotomiser le cerveau. Pour vous dire, je serais capable de vous citer au moins 5 marques présentent dans ce film alors que je ne l'ai vu qu'une fois... Alors oui, ce film est beau, c'est vrai, les dinosaures sont impressionnants et bien modélisés... Il n'y a rien à dire là dessus. Mais je regarde un film, pas un court métrage, et il y a un moment où le design n'arrive plus à rattraper les lacunes du scénario, même quand j'essaie de poser mon cerveau à coté de mon siège. Et ce moment, c'est Jurassic World, un film abrutissant, fade, sans surprise, sans enjeu. Un film qui se repose entièrement sur la nostalgie qu'est capable de créé Jurassic Park et sur son acteur principal apprécié du publique. Un Échec complet.

Dennis Nedry

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 8 critiques

0,5Nul
Publiée le 05/07/2015

Tout le monde en parlait et devant les critiques très positives –malgré ma réticence- je suis allé voir Jurassic World. Fan de la première heure des deux livres de M. Crichton, j’avais adoré le thriller scientifique et trouvais même que la première adaptation (bien que moins riche) rendait un hommage très honorable au livre et à sa morale. Car oui, n’oublions pas, Jurassic Park, c’est avant tout l’homme confronté à sa technologie : un milliardaire capable de se payer le nec plus ultra en termes de sécurité, de payer les meilleurs scientifiques dans un but précis, construire un parc d’attraction avec des dinosaures. Bien sûr, la confrontation entre l’homme et la nature fait ressortir le côté bestial de la nature et finalement l’homme se retrouve face à sa propre arrogance, réalisant son ignorance. Voilà donc l’esprit que je m’attends à trouver dans un opus de la série. C’est donc assez dubitatif que je suis allé voir JW. Bien évidemment, avec 20 ans de décalage, on peut saluer des effets spéciaux impeccables. Les dinosaures sont assez bien réalisés et plutôt bien animés. Certains reprocheront le manque de réalisme paléontologique de la série…Mais il ne faut pas oublier que c’est dit depuis le début dans la série, les dinosaures créés à Jurassic Park n’ont rien de naturel. Donc de ce côté-là on peut dire que c’est un point plutôt positif. Le rythme du film est aussi très bien fait, en réalité tout va très vite, un film d’action assez bien orchestré dans lequel on ne s’ennuie pas...Un festival d’explosions, de militaires armés jusqu’aux dents et de dinosaures toutes dents dehors du début à la fin. Alors pourquoi avoir mis 0.5 étoiles ? Tout simplement car tout ça est très loin de Jurassic Park, en réalité on se retrouve plus avec un expendables version mésozoïque plutôt avec l’esprit initial du livre et du premier film. Dans le premier, la nature est capricieuse, on se rend compte dès le début que les dinosaures sont timides et ne se montrent pas si facilement aux actionnaires venus inspecter le parc. Dès le départ, ce sont les dinosaures qui sont maîtres de leur environnement et même de la distraction qu’ils sont sensés apporter aux visiteurs du parc. Ici, tout est complètement différent, dès le départ, Trevorrow nous emmène dans un univers où la cash machine Jurassic World est bien rodée et où les enfants peuvent chevaucher des bébés cératopsiens et jouer avec de petits Gallimimus (il me semble). La nature est matée, complètement contrôlée dans un univers aseptisé. Les visiteurs sont là par dizaines de milliers pour le plus grand profit du parc et c’est un Mosasaure dopé aux stéroïdes qui dévore un requin façon Marine Land et le reptile doit répéter l’opération « plusieurs fois par jour » d’après la présentatrice, n’ayant aucune intimité lorsqu’il le dévore sous l’eau. Ici aucune intimité pour les animaux, ils sont tous complètement asservis, et ne livrent aucun mystère. La magie sauvage de Jurassic Parc a disparu depuis bien longtemps. J’en veux pour preuve le début du film où la directrice du parc explique bien que les dinosaures n’amusent plus et qu’il faut « plus de dents », des monstres toujours plus féroces, c’est pour ça qu’ils créent l’Indominus rex, monstre génétiquement modifié avec plusieurs dinosaures et des animaux actuels. Autant dire qu’on est effectivement très loin de l’esprit originel. Un petit mot sur les acteurs, car là encore il y a énormément à dire. Le premier opus nous offrait des personnages très travaillés et axait bien sa narration justement sur leurs relations et leur caractère propre…C’était justement sa force. Ces personnages avaient la force justement d’être assez bruts, avec des forces et des faiblesses mais surtout de ne jamais tomber dans le nian-nian inutile. Dans JW les personnages sont vraiment insipides, on se retrouve avec une directrice de parc qui doit avoir 25 ans à tout casser, bien sûr obsédée par son travail (cliché), froide (cliché…), qui vit mal un rendez-vous raté avec le bad boy du parc (CLICHE !!!!!!!). Je peux ensuite parler du personnage de Chris Pratt, qui a le charisme d’une ammonite et qui apparait dans des scènes aussi importantes que celle où il répare sa moto où celle où il parle de son lien de confiance avec les Velociraptors. On peut parler des deux enfants qui sont insupportables mais là pour véhiculer les bonnes valeurs familiales américaines…Ne s’entendant pas au début mais qui vont finir par s’aimer pour survivre. Et enfin, je peux parler de Vincent d’Onofrio qui fait vraiment n’importe quoi ici, le personnage qui veut utiliser des dinosaures à des fins militaires et qui fait partie d’InGEN. Petite note à ce sujet d’ailleurs…InGEN est une société de biotechnologie fondée par Hammond, ici on dirait plutôt une armée privée qui a du matériel digne des Marines. Je ne parles pas d’Omar Sy qui n’a qu’un rôle inutile et qui n’apparaît que rarement dans l’ombre de Pratt dans le film. Plusieurs points ont par contre vraiment dénaturé l’esprit de Jurassic Park et sont pour moi rédhibitoires, je les mets donc sous cache pour éviter le spoil.Spoiler: Rien que le dressage des Velociraptors est une hérésie et montre à quel point ce film est antithétique de l’œuvre originale. Les Raptors sont justement les animaux qui révèlent l’impuissance humaine par leur intelligence mais aussi leur bestialité. Ici Chris Pratt et Omar Sy les dressent et Pratt affirme à plusieurs reprises être leur mâle alpha…Gonflé à la testostérone et musclé à souhait, il prend une moto pour aller combattre l’Indominus avec sa meute de Raptor. Je pourrais aussi parler de la scène des Pterosaures qui attaquent tout le monde, sachant qu’il s’agit normalement de reptiles piscivores dans le cas des Pteranodons. L’affaire vire au comique de surenchère lorsque les militaires d’InGEN arrivent, tuant les Pterosaures à coup de fusils d’assaut. Et enfin le ponpon c’est quand même la scène finale avec le Tyrannosaure, les Velociraptors et le Mosasaures qui collaborent pour tuer l’Indominus. Ces différentes scènes sont risibles tant elles sont décalées avec le génie de Crichton puis de Spielberg sur le premier opus et les livres, elles nous livrent une approche totalement décomplexée des buts du film, à savoir produire un maximum d’argent. Les spectateurs ont payé pour voir du spectacle et des dinosaures après tout…Donc Trevorrow leur en donne à outrance. Je termine donc cette critique en marquant ma déception. Déception immense face à ce blockbuster hollywoodien insipide et sans âme qui déborde de cynisme et semble tout à fait en phase avec les critères cinématographiques actuels : des explosions, des militaires, des monstres, du grand spectacle…Le tout sur une licence mythique pour ratisser large et faire consommer. Durant une grande partie du film, j’ai vraiment eu l’impression d’être dans film du genre Megashark vs. Crocosaurus, avec un budget et des acteurs en plus. La magie de Jurassic Park est complètement absente de cet opus et pour cause…La morale est complètement absente. Quelle morale tirer à la fin de ce film ? Les dinosaures dressés par les humains qui collaborent avec leurs geôliers pour détruire l’abomination créée par l’homme ? On est loin des longues tirades de Yann Malcolm et du charme sauvage et inquiétant qu’avaient les dinosaures…Chasseurs patients et embusqués. Car oui, ce qui inquiétait dans Jurassic Park c’est justement ça : les dinosaures étaient des animaux, imprévisibles et tout sauf humains. Ici Trevorrow nous livre des dinosaures monstrueux avec des comportements presque humains (ils communiquent entre eux) et qui sont, pour les espèces ramenées à la vie, bien dans leur cage, sages et bien maîtrisés. A en voir les commentaires positif, peut-être est-ce cela que veulent les gens…Peut-être aussi que c’est la formule qui marche maintenant, du grand spectacle. Dans tous les cas, pour ma part je persiste et je signe, non Monsieur Trevorrow, il ne suffit pas de ressortir les Jeep Wrangler, que le technicien ait les mêmes lunettes que Nedy et un T-shirt de JP ou encore de mettre des dinosaures pour faire un film à la hauteur de Jurassic Park. Le génie de Crichton n’est pas à la portée de tous, en voilà la démonstration, ceux qui ont aimé l’esprit du livre et du premier film passez votre chemin. Sans intérêt.

MattBD

Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 467 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 22/06/2015

Festival d'incohérences, d'imprécisions, de clichés à l'américaine et d'insuffisances scénaristiques, ce Jurassic 4 déçoit nettement. La mise en route est lente et n'en profite même pas pour présenter en profondeur les personnages. Tous ces gens sont lisses : les 2 gosses, la rouquine coiffée par Dessange ou encore Chris Pratt qui n'a pas plus d'envergure qu'une huitre. Il n'y a que Vincent d'Onofrio pour divertir quoique son rôle le limite à des ricanements idiots et des déductions peu malignes. Quand vient le moment d'étaler la gamme de dinosaures, c'est le bazar... Il aurait fallu se concentrer sur quelques spécimens seulement. Ils nous ont tout mis, y compris un hologramme du dilophosaure histoire de n'oublier personne, et de faire un max de clins d'oeil au premier film. Oui mais sortir la Jeep de 92 et citer Hammond de temps à autre ne suffit pas à créer une connexion avec l'illustre travail de Spielberg. Il aurait surtout fallu sortir un acteur au génie comique, pour tenir la baraque tel un Goldblum, ça aurait eu de l'envergure. Omar Sy ne peut pas gérer ça, surtout qu'on ne lui en laisse pas la place. Que dire aussi de cet Indominus venu tout droit des Dino Riders. Il se camoufle, disparait thermiquement, retire lui-même son capteur au meilleur moment, et se retrouve toujours en position idéale pour attaquer ses ennemis. On se fiche de nous !

Nyns

Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 646 critiques

2,5Moyen
Publiée le 11/06/2015

Je diviserais les fans de première heure du Jurassic Park de Spielberg en deux parties : les exigeants et les mélancoliques. Les exigeants vont sûrement crier au scandal, à raison, en découvrant ce Jurassic World 2015, je les entends déjà vociférer "ils sont sérieux là?! Ils refont la même chose en moins bien avec les moyens d'aujourd'hui et le pire c'est qu'ils ont cru qu'on aillait aimer et accepter ça? Quelle bonne blague!" Impossible de nier que l'effet de surprise qui a scotché toute une génération est bel et bien derrière nous. Quant aux mélancoliques, ils seront ravis, car spectacle il y a, malgré un matraquage d'image de synthèse "alala que c'est bon du dino!! Bouffe le! Bouffe le! Quoi c'est déjà fini?" Ils doivent déjà être en train de rêver à Jurassic Universe 2027, des étoiles pleins les yeux... Il n'empêche que la petite dernière (l'Indominus Rex, cauchemar garanti pour les moins de 12 ans?) a quand même du potentiel, car en plus d'être dissipée et agressive, elle est fourbe (la vilaine!), vous m'en direz tant. Sinon pour tous les autres et bien sachez que Jurassic World n'est autre qu'une nouvelle production de la super machine à reboot. La recette du bon vieux blockbuster est respecté à la lettre : de l'action, des personnages au paroxysme du stéréotype (pas de profondeur ça les rendrait intéressant, ce n'est pas le but), des effets maîtrisés, un final apocalyptique, une pointe d'humour, un zeste d'amour (n'oubliez pas vos pop-corn et vos lunettes 3D!) et nous y voilà : Bienvenue à Jurassic World.

capitainekungfu

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 10 critiques

0,5Nul
Publiée le 21/06/2015

Des acteurs catastrophiques, des dialogues surement écrits par un gamin de 12 ans, scénario incohérent et des effets spéciaux ridicules. rien a sauver, sinon à le considérer comme une parodie.

-vnr-

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 19/06/2015

Mon Dieu .. Si la possibilité d'attribuer des "sous-étoiles" n'est pas encore d'actualité sur Allociné, "Jurassic World" devrait facilement permettre de l'introduire. Que reste t-il du Jurassic Park des années '90. Que reste t-il du roman de - feu - Michael Chrichton ? Ma réponse est : rien. Ce film n'a aucune âme. De la réalisation aux acteurs; des effets spéciaux aux dialogues; du scénario à la crédibilité. Il est difficile, comme moi, d'avoir imaginé un navet pareil lorsque, dans ma jeunesse, je découvris le film de Spielberg sur grand écran. Et pourtant, ils ont tout fait pour détruire tout ce qui nous faisait rêver, espérer ou sursauter à l'époque. Ce film est une insulte au roman comme au premier opus. Autant tenter de comparer "Alien" à "Alien 4". J'espère que ceux qui liront ce message auront la conscience tranquille en attendant 9 mois pour voir cette daube passer sur une chaîne nationale, un soir d'ennui total. Et encore .. puisse une coupure d'électricité vous frapper.

Amyp

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 48 critiques

4,5Excellent
Publiée le 17/06/2015

Très attendu par les fans de la première heure et les curieux, Jurassic World nous permet de retrouver l’univers des dinosaures et du fameux Jurassic Park. Le parc fonctionne très bien mais pour maintenir l’intérêt des visiteurs, l’administratrice Claire Dearing décide de créé un dinosaure hybride, plus spectaculaire et plus dangereux. Bien évidement, ce gros dino finit par s’évader. Les personnages sont vraiment intéressants. L'excellent Chris Pratt incarne Owen Grady, un aventureux dresseur de Raptors assisté par un Omar Sy vraiment bon. Comme dans le premier volet, on retrouve des enfants qui affronteront le danger. Gray est touchant par son émerveillement, Zach est un peu plus antipathique par son désintérêt du monde. Saluons aussi le retour du Dr Wu, généticien déjà présent dans le premier volet. Au rythme du thème musical mythique de John Williams, les actions s’enchaînent, on ne s’ennuie pas. Frissons, émotions, humour, spectacle d’effets spéciaux : tout est là pour nous faire passer un bon moment. Les clins d’œil au premier volet sont nombreux et raviront les fans. Au delà d’un banal film d’action, on observe des hommes de plus en plus avides d’argent et de pouvoir. Alors que le parc prospère, on pousse la science encore plus loin pour faire plus de bénéfices. De plus, certains n’hésitent pas à voir dans ses animaux une arme. Tout au long du film, ce ne sont pas seulement les humains qui nous touchent et pour qui on éprouve de l’empathie mais aussi les autres dinosaures. Le film nous touche grâce à la complexité de la relation entre les Raptors et leur dresseur. Le rapport entre l’homme et le carnivore est particulièrement bien traité. Au final, une suite à la hauteur de la saga.

Romain B.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 01/07/2015

Jurassic World...ou plutôt Gronavet World. Si vous avez aimé le dernier Godzilla, les Bronzés 3, Les Visiteurs en Amérique, Jet Set 2 ou Les 3 Frères 10 ans après foncez, pour les autres tapez vous une bonne ronflette en slip kangourou sur votre terrasse un picon bière à la main vous perdrez moins votre temps... Passée la nostalgie du début resurgissant avec la jolie musique du 1er opus, les déceptions s'enchainent : du gros cliché américain en masse, du slowmotion en veux tu en voilà, un héros aussi charismatique que Martine Aubry, un scénario grotesque écrit par un enfant de 2 ans, un Omar Sy honteux, des effets spéciaux médiocres, des scènes frisant parfois la parodie, une fin qui donne la nausée. On se demande vraiment comment autant d'argent peut aboutir à une telle daube. Colin Trevorrow je prends ton film, j'en fais une belle boule bien lisse et je te le cale dans le sigmoïde. Bisou

Simon1310

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 163 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/06/2015

Stephen Spielberg avait donné son avis pessimiste sur l'avenir des blockbusters, et Jurassic World en est la démonstration avec son dinosaure hybride, à 220 millions de dollars, dont les dirigeants du parc perd le contrôle et cherche à limiter la casse. Le coté méta du film est tellement plus intéressant que le film en lui même malgré des scènes d'attaque de dinosaures, impressionnantes mais comme le public dans le film, on est un peu blasé par le coté toujours plus. La première partie jusqu’à que ça dérape est bien maitrisé, les scènes d'expositions nous présente bien les personnages, mais ensuite on se retrouve avec un ventre mou ou l'histoire patine, faisant du sur place, l’intérêt diminuant, il faudra attendre le dernier tiers pour que ça redémarre, avec l'entrée des raptors qui rentre en jeu, et offre un final qui met la pâté aux blockbusters d'aujourd'hui. Le film est conventionnel dans son déroulement et offre le spectacle pour lesquels on est venu voir, mais comme je l'ai dit, le coté méta est bien plus intéressant plus il s'adresse directement à nous, mettant une abyme notre intérêt pour ce genre de films, tout comme le public du Jurassic Park, blasé par les dinosaures qui attend de la nouveauté quitte a ce que soit un truc indigent et monstrueux, ayant oublié ce qui faisait la magie des blockbuster d'antan. Et rien que cette mise en abyme de notre condition de spectateur, le film mérite d'être vu.

Benji S.

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 48 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/06/2015

Étant fan des deux premiers films, je peux dire que ce Jurrasic World ma ravit, car on y retrouve tout les ingrédients qui ont fait la réussite de cette franchise! Tout est la. Même si il y a pour beaucoup, des scènes déjà vue, ça reste jouissif à regarder des dinosaures, (on ne comptera d'ailleurs même plus les clins d’œils au première épisode). Le scénario laisse par contre à désirer, soit les gens sont stupides et ne retiennent aucune leçon du massacre précédent ou soit ils ont voulu laisser se balader volontairement un dino carnivores en libertés? Mais c'est surtout leurs temps de réaction qui est d'une lenteur incommensurable, le dino a le temps de prendre un café, car il arrive que seulement la nuit tombé dans le centre du parc... On peut retenir en revanche l’évolution de l’espèce humaine en mal, prête à tout pour toujours gagner plus, d'autre auront parfois des idées encore plus malsaine (Vincent D'Onofrio). Est sur ça le scénario est sympa et reflète bien des choses.. Les personnages sont intéressant sauf l'ado de 16 ans qui est inutile par son jeux d'acteur assez mauvais, ça reste un peu tirer par les cheveux surtout leurs hors pistes à un moment du film. Omar Sy est le copain sympa ni plus ni moins, on s’en un peut le coup marketing ou alors le quota oblige...Pour le reste les persos sont intéressant, leurs caractères et idéo différent, utopistes pour certain rendent le film attrayant. Le bestiaire du Jurrasic est quand à lui bien garnit. Et mention spécial pour les vélociraptors et leurs Alpha Chris Pratt sans qui le film aurait eu un gout amer. Surtout réussir à amener de l’empathie chez le spectateur pour c'est carnivores c'est bien joué! 3D Inutile au passage :D Globalement je suis ravi de ce Jurrasic Wolrd qui n'est certes pas au niveaux du premier mais qui à quand même sont mot à dire. 16/20

tboneflo

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 4 critiques

0,5Nul
Publiée le 02/07/2015

Mais qui a osé autorisé ça !? On a l'impression d'être devant un téléfilm de NRJ 12 ! Les personnages sont caricaturaux d'un bout à l'autre ! Le film est tellement conditionné que même le T-Rex prend des poses de beau gosse ! Seul le thème de John Williams est resté des anciens films. Les enfants seront ravis mais pour les plus de 15 ans oubliez !

Doryus L.

Suivre son activité 4 abonnés Lire sa critique

4,5Excellent
Publiée le 10/06/2015

De retour de l'avant première au grand REX je n'ai qu'une envie, vous enjoindre de sauter dans votre jeep pour un retour rêvé dans l'univers de notre enfance. Fan du premier de la série et bon publique malgré les deux autres j'avais une grande appréhension vis-à-vis de la qualité de cette suite tardive. Un sentiment de "Cela ne sera jamais comme avant" motivé par les bribes d'informations sur le "nouveau dinosaure au nom absurde" et les affiches d'un mec faisant de la motocross au milieux de raptor... Bref... Je me suis pris une claque. Le film est sacrément bon, cohérent, plus sanglants que les premiers, il donne tout ce dont peut rêver un fanboy de la première heure tout en restant un très bon divertissement pour ceux qui ne connaissent pas la série: Ma petite amie qui était avec moi n'aime pas les dinosaures de base et n'a jamais vu un film jurassic park, désormais elle hésite à acheter un petit raptor "Blue" : Seul bémol le jeu d'un ou deux acteurs dont un français , mais peut être que sur ce point la je ne suis pas objectif car je m'attend toujours à ce qu'il réponde au téléphone avec la voix de TATA :)

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top