Mon compte
    Mort de Christopher Plummer (La Mélodie du bonheur) à 91 ans
    Par Corentin Palanchini — 5 févr. 2021 à 19:45

    Ayant débuté sa carrière en 1953, Christopher Plummer a tourné jusqu'à sa mort ce 5 février à 91 ans. Vétéran du cinéma, il avait remporté l'Oscar du Meilleur acteur pour son second rôle d'octogénaire homosexuel dans "Beginners".

    Acteur shakespearien de cinéma, de télévision et de théâtre, Christopher Plummer entame sa carrière sur les planches de Toronto, au sein de la "Canadian Repertory Company", dans le début des années 50. Il y interprétera la plupart des grands titres du répertoire classique dans de nombreux festivals, avant de collaborer au "National Theatre" de Laurence Olivier.

    La Mélodie du bonheur

    Christopher Plummer fait ses premiers pas au cinéma en 1958 dans La Forêt interdite de Nicholas Ray et dans Stage Struck de Sidney Lumet. En 1964, il incarne Commode dans La Chute de l'empire romain d'Anthony Mann, avant d'être le Capitaine von Trapp de La Melodie du bonheur de Robert Wise, un an plus tard. Dès lors, l'acteur collabore avec les plus grands metteurs en scène et nombre des longs métrages dans lesquels il s'illustre deviennent des classiques du septième art.

    Dans la centaine de films à mettre au crédit de Christopher Plummer, l'acteur incarne régulièrement des personnages historiques. Il sera ainsi le Maréchal Rommel dans La Nuit des généraux d'Anatole Litvak (1967), l'aviateur Colin Harvey dans La Bataille d'Angleterre de Guy Hamilton (1969), le Duc de Wellington dans Waterloo de Serguei Bondartchouk (1970) ou encore Rudyard Kipling dans L' Homme qui voulut être roi de John Huston (1975).

    Après un passage par la comédie en 1974 avec Le Retour de la panthère rose d'Blake Edwards, Christopher Plummer se consacre à des rôles plus dramatiques. Meurtre par décret (où il incarne le célèbre détective Sherlock Holmes) en 1978, Quelque part dans le temps en 1980 et L'oeil du témoin en 1981 illustrent cette inflexion, avant un retour à la comédie en 1990 avec Tout pour reussir de John Boorman.

    Terry Gilliam, Spike Lee et Michael Mann

    Infatigable, Christopher Plummer apparait depuis les années 90 dans des films à fort potentiel populaire tels que le Malcolm X de Spike Lee (1992), Wolf (1994) ou encore L' Armée des 12 singes (1995). En 1999, l'acteur incarne le célèbre journaliste Mike Wallace dans les Révélations de Michael Mann. Il y côtoie un Russell Crowe en pleine ascension, qu'il retrouve deux ans plus tard pour Un homme d'exception.

    Venant confirmer cette tendance, l'année 2004 est pour lui celle des blockbusters, puisqu'il incarne le philosophe Aristote dans Alexandre d'Oliver Stone et figure au générique de Benjamin Gates et le trésor des Templiers. Par la suite, il s'illustre dans des films plus profonds comme le thriller politique Syriana, Le Nouveau monde de Terrence Malick ou encore Inside Man - l'homme de l'intérieur pour lequel il retrouve Spike Lee.

    Retour gagnant

    En 2009, le comédien s'essaye au doublage d'animation pour Là-haut, dans lequel il donne sa voix au personnage de Charles Muntz, puis récidive en prêtant ses cordes vocales au "numéro 1" de Numéro 9. Agé de 83 ans, il effectue son retour sur le grand écran en 2011, tout d'abord aux cotés de Mélanie Laurent et d'Ewan McGregor pour la comédie Beginners, dans laquelle il se glisse dans la peau d'un père octogénaire devenu homosexuel au fil des années, puis en compagnie de Daniel Craig pour Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes de David Fincher, le remake américain du célèbre film suédois (2009).

    Le comédien reste très actif malgré son grand âge. Il est notamment le premier rôle de Remember d'Atom Egoyan, l'histoire d'un vieil homme, survivant de l'Holocauste, qui parcourt les États-Unis pour se venger d'un passé qu'il ne cesse d'oublier. Il donne également la réplique à Al Pacino dans Danny Collins. L'américain aime aussi l'exercice du doublage ; sa voix plane notamment au dessus de Howard Lovecraft & the Frozen Kingdom ou The Star. Il campe également Ebenezer Scrooge dans le biopic sur Charles Dickens, The Man Who Invented Christmas.

    En 2019, il joue le patriarche d'une riche famille dans le "whodunnit" de Rian Johnson A couteaux tirés et dans le drame guerrier The Last Full Measure, qui devient son dernier long métrage.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • demencia
      Mon com a été supprimé ( rien d'étonnant ) je disais, pour simplifier , que vu le capharnaum dans la gestion de cette crise , à l'instant T il n'y aura que les plus résistants qui s'en sortiront d'eux-même.
    • Major Alan Dutch Schaefer
      Ce virus n’a rien à voir avec la sélection naturelle.J’ai perdu quelqu’un de très proche et de très important dû au Covid et il hors de question pour moi que les hauts responsables abdiquent à la connerie des autres et à ce virus parce que certains on eu l’idée folle et inhumaine de hiérarchiser la vie.
    • demencia
      laissons plutôt faire la sélection naturelle !
    • Major Alan Dutch Schaefer
      Qui est con dans l’histoire ?Moi personnellement je n’abandonnerais ni ne laisserai mourir une personne peu importe son âge,ça ne fait pas parti de mes valeurs et pour moi ça n’est pas un critère de sélection valable qui légitime le droit de vie ou de mort.Comme je l’ai dit il n’y a qu’un seul choix c’est sauver son prochain,pas deux choix possibles et les mettre en oppositions ne sera finalement qu’un aveu de faiblesse voir de défaite qui est éthiquement répugnant.
    • demencia
      Comme a dit Brassens dans sa chanson , je cite : le temps ne fait rien à l'affaire , quand on est con , on est con ! Sans rentrer dans le scénario de l'âge de cristal les vieux n'ont plus rien à nous apprendre , ou si peu de choses qui cadrent avec notre réalité . Une petite piqûre ...( pas celle du vaccin ) et HOP ! je vais être médisant , mais , c'est peut-être déjà fait dans certains hôpitaux ...place aux jeunes ..OUPS ! .....Non , je déconne .....quoi que !!!
    • demencia
      De grands films pour un grand talent .Respect .
    • meiyo
      Un nouveau monstre sacré qui s'en va.
    • 8 Infinity 8
      Ouais alors je suis pour l'effort, protéger les personnes âgées etc. d'où le fait que même jeune on fait des efforts. Mais non seulement ça n'a rien à faire ici mais en plus il faudrait arrêter de croire qu'en tant qu'étudiant on ne peut pas se plaindre d'être sacrifié. C'est bien parce qu'on fait des efforts à nos depends qu'on veut de.la considération gouvernementale. Le but d'une société moderne c'est de ne sacrifier personne. Donc non, faut arrêter de croire qu'on pleurniche pour faire la fête. Ce cliché est pathétique, infantilisant et déconnecté de la réalité. 50% de mon entourage étudiant ne mange pas à sa faim ou a perdu son travail donc potentiellement son logement, on souffre aussi d'isolement et d'appauvrissement parce quand a des crédits pour des études qu'on nous dispense actuellement même pas. Alors on peut peut-être arrêter de dire ce genre de bêtise crasse ? Oui pour protéger les plus anciens risque, toujours (même si rien à voir avec Plummer), non pour sacrifier d'autres personnes, qui n'ont même pas les aides dont le reste de la population bénéficie (rsa etc). Faut être sacrément tordu pour croire qu'on veut faire la fête . La misère étudiante a toujours été une réalité, yen a encore qui meurent (!) de faim dans leur chambre.
    • 8 Infinity 8
      Grand acteur à l'écran mais aussi sur scène au vu de sa carrière théâtrale exceptionnelle. RIP.
    • Abe
      moi aussi je suis carrément d'accord avec toi sur pas mal de points.Juste que j'argumente d'accord ou pas! :D
    • Major Alan Dutch Schaefer
      Non mais je suis d’accord sur de nombreux points avec toi,laisser crever les vieux sous prétexte qu’ils ont vécu plus que d’autres c’est une forme de discrimination et c’est profondément inhumain de raisonner de la sorte.Tout être humain à un avenir peu importe son âge,la preuve avec Chris Plummer qui est mort de vieillesse a 91 ans et qui a sûrement vécu de belles choses dans cette tranche d’âge donc je n’arrive pas à concevoir que l’on accepte et que l’on cautionne cette vision défaitiste et fataliste comme quoi on devrait accepter de sacrifier nos vieux.Jeunes,vieux,âge moyens on est tous dans la même ...Attendons de voir le résultats des mesures prises dans les prochains mois avant de nous déshumaniser et de valoriser les vies.
    • Major Alan Dutch Schaefer
      Tu peux quand même concevoir et respecter le fait qu’en 2021 on veuille un système de santé égalitaire qui ne repose pas sur une hiérarchisation des âges ? Tu peux au moins respecter ça non ?Moi tu sais moi aussi j’ai une mère de presque 75 ans qui a survécu à un cancer l’année dernière et qui est encore très fragile a cause du traitement,j’ai nullement envie de la perdre à cause de l’ineptie d’un privilège social qui est nullement pertinent et raisonnable.Et d’un autre côté j’ai un gosse moi aussi donc je sais que c’est pas évident même si il est en encore petit.Qu’un ado soit en dépression je l’écoute et je peux facilement comprendre l’état de détresse mais on ne peut accepter la mort de quelqu’un pour faciliter et sauver la vie des autres.Il n’y a pas deux choix possible qui s’opposent,il y a un seul choix et ce choix c’est sauver l’humanité telle qu’elle est dans son intégralité.
    • Buckaroo Banzai
      Encore une triste nouvelle.Grand acteur.
    • Fenrir .
      Tu fait partit de ces gens qui n'ont toujours pas compris le véritable enjeux de cette lutte contre la pandémie qui est beaucoup plus large que le simple fait de sauver les vieux.Tu n'a toujours pas compris que laisser la pandémie se répandre représente un risque mortel aussi bien pour les jeunes que pour les vieux, car tu fait partit de ces gens qui se contentent de ce qu'ils voient en façade sans réfléchir plus loin.Mais bon, ce sujet n'a rien a faire ici.
    • Major Alan Dutch Schaefer
      On en est là maintenant...Bravo vous avez réussi à mettre en opposition vieux et jeune.Une solution peut-être efficace pour la jeunesse ou pas,mais ethiquement degeulasse.C’est sûrement pas vous qui avez le droit de décider qui doit vivre ou mourrir.La jeunesse a encore un bel avenir devant elle de même que la vieillesse qui ne doit pas être abandonnée.La majorité des cas graves seront des vieux si tu décides de les abandonner à leurs sort ça va indéniablement surcharger les hôpitaux et démolir les aides soignants.Votre vision de jeunisme n’est pas une solution globale mais c’est surtout un moyen fataliste de sauver les meubles en abandonnant sa maison en flamme alors qu’elle peut être encore sauvée.
    • Major Alan Dutch Schaefer
      Donc entre choisir de privilégier la vie d'un jeune de 20 ans ou la vie d'un vieux de 80 ans, tu privilégies le vieux ?Tu sais lire ?Mon commentaire va à l’encontre du privilège,contrairement au tiens.Je ne privilégie personne car tout le monde à le droit vivre et c’est sûrement pas toi ou moi qui a le droit de vie ou de mort sur être humain sous prétexte que sa vie est déjà bien entamée.Le choix n’est pas pas concevable,jeune ou vieux on ne choisit pas entre des êtres humains.Du moment qu’on peut sauver des personnes il faut le faire.
    • Hairpeace
      T'as perdu ton inhalateur ?
    • CINETIM
      Mais tant que dans le monde on aura des enfants,Des mères et des mères-grands,On en gardera la mémoire ! Perrault (Peau d'Ane)Paix à cette immense acteur du cinéma américain et cinéma tout court ! Monsieur Plummer jamais ne nous vous oublierons, car pour vous êtes parti mais le capitaine Von Trapp que vous étiez restera immortel, jusqu'à la fin des temps !
    • Vroumvroum
      RIP :(
    • Vroumvroum
      Donc entre choisir de privilégier la vie d'un jeune de 20 ans ou la vie d'un vieux de 80 ans, tu privilégies le vieux ?Satyricon va te tomber dessus et t'expliquer que les deux vies se valent, quand bien même la seconde est factuellement au bout de sa route alors que l'autre a encore tout à vivre.Bonne chance pour le débat à suivre, il est... têtu.
    Voir les commentaires
    Back to Top