Notez des films
Mon AlloCiné
    The Head sur Canal+ : que vaut ce thriller polaire entre The Thing et Agatha Christie ?
    Par Julia Fernandez — 24 sept. 2020 à 09:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    A partir du 24 septembre, la chaîne cryptée diffuse "The Head", une série en six épisodes sous forme de thriller glacial au casting international, créée par les frères catalans Àlex et David Pastor ("Infectés"). Frissons garantis ou douche froide ?

    De quoi ça parle ?

    L’hiver arrive au Pôle Sud. Le soleil disparaîtra bientôt pour six mois. Une équipe réduite reste dans la station de recherche Antarctique Polaris VI pour poursuivre leurs recherches déterminantes dans la lutte contre le changement climatique, sous la supervision du biologiste réputé Arthur Wilde. Mais quand le commandant Johan Berg arrive à la station au printemps pour prendre la relève, la plupart des membres de l’équipe sont morts. Un tueur est en cavale et Annika, la femme de Johan, a disparu. S’il veut la retrouver vivante, il devra faire confiance à Maggie, la jeune docteure et seule survivante du groupe… à moins qu’il n’y ait quelqu’un d’autre ?

    Ça ressemble à quoi ?
    The Head - saison 1 Bande-annonce VF

     

    C'est avec qui ?

    Coproduction à grand budget initiée par Hulu, HBO Asia et le studio de création espagnol The MediaPro Studio (qui a notamment coproduit The New Pope), The Head est un ambitieux projet porté par les frères Àlex et David Pastor, scénaristes, réalisateurs et producteurs qui se sont auparavant illustrés dans le cinéma d'horreur et la science-fiction (Infectés, Les Derniers jours, Out of the Dark). 

    Espagnole dans son ADN de création, la série est dotée d'un casting 100% international, avec des acteurs scandinaves comme le danois Alexandre Willaume-Jantzen (The Last Kingdom), japonais avec la star locale Tomohisa Yamashita (acteur, chanteur, danseur et compositeur), mais aussi irlandais avec Katharine O'Donnelly (vue dans Marie Stuart : reine d'Ecosse), allemand avec Richard Sammel (Un Village français, OSS 117) et bien sûr espagnol avec Álvaro Morte, l'iconique El Profesor de La Casa de Papel. Il est dommage que celui-ci soit mis en avant sur les visuels promotionnels alors qu'il ne tient qu'un rôle secondaire mais, star internationale oblige, ce choix de communication a le mérite d'attirer l'attention du grand public. 

    Ça vaut le coup d'oeil ?
    Si les coproductions européennes sont souvent un véritable casse-tête à mettre en place et à rendre convaincantes, la série tire ici profit de la polyphonie de la langue et des différentes nationalités qui y sont représentés, justifiées par son cadre : une station de recherche scientifique en Antarctique, constituée de chercheurs et d'ingénieurs issus de différents pays. Un terreau crédible pour convoquer différents talents à travers le monde tout en imprégnant une vraie touche européenne au récit. 

    Dans The Head ("la tête"), ce ne sont pas les stars qui priment et nous font rester devant l'écran. Série chorale avant tout, la série nous emporte dès les premières minutes dans un univers en huis clos, celui d'une station de recherche coupée du monde au beau milieu de l'Antarctique. Impossible de ne pas penser à The Thing dans ce décor si feutré et anxiogène où l'horreur peut surgir à tout moment (le film de Carpenter est d'ailleurs directement cité dans le pilote), mais la comparaison s'arrête ici.

    En effet, point de surnaturel ni de science-fiction dans The Head : dès le deuxième épisode, on comprend que l'on va avoir affaire à du pur thriller, un véritable tour de manipulation qui s'enclenche à rebours, au fur et à mesure que le capitaine Johan Berg remonte le fil des souvenirs de Maggie Mitchell, seule rescapée du massacre de la station Polaris VI. Un jeu de massacres qui rappelle le célèbre roman d'Agatha Christie Ils étaient dix dans sa structure, plusieurs fois adapté sur le petit écran (et prochainement sur M6).

    Álvaro Morte (Ramón)

    A travers une construction efficace, faite de flashbacks et de cliffhangers qui nous font revenir à chaque nouvel épisode, la série sème le doute : qui est coupable ? Sont-ils tous devenus fous, privés de lumière et isolés du monde extérieur pendant de longs mois ? Ou bien s'agit-il d'une menace extérieure plus dangereuse encore ?

    Dans son approche de la folie liée aux contraintes climatiques et à l'isolation, la série évoque également la première saison de The Terror (dans laquelle figurait aussi John Lynch), où des explorateurs du XIXème siècle se retrouvaient piégés dans la glace pendant de longues années. Jusqu'ou peut basculer la psyché humaine lorsqu'on la pousse dans ses retranchements ?

    Servie par une réalisation fluide et sobre, témoignant d'une vraie maîtrise du thriller et du genre horrifique par ses deux créateurs (les séquences d'extérieur sur la banquise, tournées en fond vert, sont tout à fait honorables pour une série dont le budget est forcément plus serré qu'un long-métrage nécessitant des effets spéciaux), la série se binge avec un plaisir non dissimulé. On regrette cependant que dès l'épisode 3, des incohérences viennent s'accumuler dans la chronologie et fassent vaciller les motivations des personnages. Certains sont carrément abandonnés en cours de route au profit de l'intrigue, et au détriment de l'empathie que l'on peut avoir pour eux. Le tout est heureusement sauvé par un twist final dignes des meilleurs romans de la reine du crime.

    Si on sent par moments que la cohérence narrative a été malmenée pour conduire à la grande résolution finale, au risque de perdre par moments la suspension de l'incrédulité du spectateur, ces six épisodes d'une heure menés au pas de course représentent au final une belle prouesse d'exécution, et un divertissement qui répond à ses promesses. The Head prouve, une fois n'est pas coutume, que les séries européennes ont de l'avenir et peuvent être crédibles, à condition que le cadre choisi y soit propice et leurs showrunners aguerris aux codes d'un genre.

    The Head
    The Head
    Sortie le 12 juin 2020 | 52min
    Série : The Head
    Avec Alexandre Willaume-Jantzen, Katharine O'Donnelly, John Lynch, Tomohisa Yamashita, Richard Sammel
    Presse
    3,0
    Spectateurs
    3,4

    A découvrir aussi
    Les meilleurs films et séries à voir sur CANAL+
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • felson
      Attends tu voulais vraiment qu'ils tournent par un tel froid? Les appareils n'auraient pas fonctionné de toute façon ;)
    • Elie Mimoun
      Trop d’incohérences du genre ils sont dehors par -30 mais même pas de fumé sortant de leur bouche quand ils parlent. Le Lynch ressemble plus à un cueilleur de pruneaux d’Agen qu’à un scientifique renommé... etc.
    • Jérôme 450
      Vu plein de fois la bande-annonce, il me tarde de découvrir la série !
    Voir les commentaires
    Back to Top