Mon compte
    Frenzy
    note moyenne
    3,7
    2473 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Frenzy ?

    123 critiques spectateurs

    5
    11 critiques
    4
    48 critiques
    3
    37 critiques
    2
    24 critiques
    1
    2 critiques
    0
    1 critique
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 971 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 9 novembre 2020
    Ça démarre au quart de tour et ça n'arrête plus, la mise en scène est parfaitement maîtrisée, le rythme soutenu, le jeu des acteurs remarquable et l'ambiance londonienne superbement bien rendue. Très vite le whodunit est abandonné, le propos d'Hitchcock n'étant pas là, le suspense étant porté par le fait de savoir comment John Finch va tenter de s'en sortir. On remarquera qu'Hitchcock a abandonné ses blondes glamours platinées au profit de personnages féminins d'aspect faussement fragiles : les étonnantes Barbara Leigh-Hunt et Anna Massey. Il y a aussi comme toujours pas mal de personnages pittoresques comme la secrétaire de l'agence. On remarquera que si Hitchcock nous montre assez longuement spoiler: le meurtre de Brenda, il ellipse complètement celui de Babs (cela n'aurait rien ajouté au film) Quant à la longue séquence à la fois macabre et comique dans le camions de sac de patates
    c'est une véritable scène d'anthologie. Le mot de la fin de l'inspecteur est un petit bijou d'humour noir " spoiler: Vous ne portez pas votre cravate, Monsieur Rusk )
    Enfin Hitchcock semble prendre sa revanche sur les censeurs en saupoudrant son film de quelques brèves scènes de nudité. On regrettera juste les vannes un peu lourdingue sur la cuisine française, d'ailleurs est-ce la cuisine française qui est critiqué, le mépris des anglais pour notre cuisine, ou l'incapacité des cuisinières anglaises  ?.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 733 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 22 mars 2013
    Frenzy : Un excellent Alfred Hitchcock qui se relève d’être de très bonne facture et un de mes Hitchcock car je me suis pas ennuyer une seul seconde. Grâce a une intrigue policier des plus prenante et captivant et surtout bien ficelé. On a le droit à une affaire de meurtre continu a Londres. Des femmes sont retrouvé nu (je sais pas comment Hitchcock avec la censure a l’époque pour montré ça ^^) avec une cravate autour de leur cou. Et des le début, le spectateur sait qui est le tueur, ce qui va permettre Hitchcock (comme a son habitude) de joué avec le spectateur ainsi qu’avait le personnage principale qui va tous simplement porté le chapeau de tout ces meurtres et donc va essayer de prouvé son innocence pendant le film. Vraiment, il y a pas à dire : un scénario pas ce qui a de plus original chez un Hitchcock (une affaire de meurtre) mais c’est captivant et prenant du début jusqu'à la fin qui est vraiment sympa je trouve (toujours avec un bon suspense). Pour ce qui est de la réalisation, c’est toujours que du bon : réalisation impeccable et mise en scène aux petits oignons. Et pour finir, les acteurs sont toujours très convaincants et comme d’habitude bien dirigé. Voila, un film du maitre du suspense qui se regarder avec grand plaisir, sans temps mort et donc moi, je ne peux que vous le conseillé.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 510 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 20 mai 2017
    Alors qu'ils assistent à une conférence au bord de la Tamise, une poignée de Londonien découvre un corps flottant inanimé dans l'eau, avec une cravate nouée autour du cou... et ce genre de meurtres devient récurant dans la capitale anglaise...

    Les années passent, les temps changent mais Hitchcock lui, reste fidèle à lui-même. Alors au crépuscule de sa carrière, il réutilise à nouveau le concept de l'homme innocent accusé à tort qui voit tous les éléments l'accuser, comme dans La Mort aux Trousses, La loi du Silence ou La cinquième colonne auparavant. Ici c'est Richard Blaney, tout juste virer de son travail de barman, un homme normal qui pourrait se fondre dans l'immense foule de Londres mais qui va notamment voir son passé jouer contre lui. Hitchcock ne le lâche pas, braque sa caméra sur lui, observe sa façon de faire et la façon dont il va, peu à peu, se retrouver dans plusieurs situations délicates.

    Hitchcock nous immerge dans un Londres malsain où un criminel rôde avec une violence qui plane sur la capitale anglaise. D'ailleurs c'est aussi via ce point de vue-là que Frenzy est vraiment intéressant, la façon dont le réalisateur anglais capte la vie et les infrastructures de Londres. Assez vite, le metteur en scène de Psycho nous dévoile qui est le meurtrier et il joue avec cet élément pour créer des liens entre les personnages et encore mieux nous surprendre. D'ailleurs il n'hésite pas à créer des intrigues secondaires, notamment avec l'inspecteur de police et sa femme apportant une petite touche de légèreté qui est clairement la bienvenue (notamment lorsqu'elle l'utilise comme cobaye de ses plats) ainsi qu'un panorama de la vie londonienne dans ce milieu-là à l'époque. On ressent aussi dans Frenzy une certaine liberté dans le ton où Hitchcock peut enfin montrer la nudité à l'écran et aborder, de manière frontale, la frustration sexuelle.

    Tout est orchestré avec brio par Hitchcock, il ne laisse strictement rien au hasard. L'intrigue est parfaitement bien ficelée, sachant allier efficacité, suspense, humour noir et ambiguité, tandis que sa mise en scène est à la hauteur, sachant notamment mettre de la tension lors des moments adéquats. Il passe ingénieusement d'un point de vue à un autre, nous mettant à la place de divers personnages sans pour autant en sacrifier. Chaque cadre et plan est bien rempli, il n'hésite pas à jouer sur d'infimes détails et ça marche, tout comme on peut apprécier la fluidité de ses mouvements de caméra. Plusieurs scènes sont marquantes, à l'image de l'introduction, de la séquence des "patates" ou le plan-séquence du maître lorsqu'il descend les escaliers de l'appartement de Rusk.

    Hitchcock signe avec Frenzy ce qui est pour moi son dernier grand film, une dernière grande pierre dans un immense édifice, l'un des plus beaux et grandioses qu'il m'ait été donné de découvrir. Ici, il nous immerge dans un Londres étouffant qu'il exploite à merveille pour nous conter cette histoire de faux coupable avec intensité, intérêt, humour noir et efficacité.
    Béatrice G.
    Béatrice G.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 458 critiques

    3,5
    Publiée le 23 novembre 2013
    Peu de suspense, puisqu'on découvre qui est le meurtrier dès la première demi-heure, mais un thriller, très sombre, tout de même très prenant. Les acteurs sont bons et les dialogues, toujours aussi piquants, offrent une bonne dose d'humour noir; on peut regretter, cependant, les scènes d'étranglement assez ridicules (avec la langue qui pendouille) mais ça reste anecdotique.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 369 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,0
    Publiée le 3 juillet 2012
    Jubilatoire de la première image à la dernière. C'est signé Hitchcock avec tous le poids de son expérience passée. Ce grand cinéaste, dans ses derniers films, ne cherche plus à nous séduire par des effets de camera ou de lumière, il filme avec dépouillement en y mettant un réalisme inhabituel. Il ne crée plus le suspense qui y règne spontanément grâce à une écriture totalement maîtrisée et cette mise en scène donne en permanence envie d'en voir d'avantage. Hitchcock n'emploie aucune vedette ce qui laisse le champ libre à sa propre personnalité. Tourné en Grande Bretagne le comique anglais y trouve sa place naturelle et les mimiques de Alec McCowen devant la cuisine française de son épouse qui passe tout son temps à la préparer pendant qu'il fait semblant de la manger sont irrésistibles. De plus, cette dernière se montre plus perspicace en criminologie que son mari ce qui est vraiment le comble. Les 4 cadavres judicieusement repartis ne sont pas en reste pour participer à cette fête de ''l'humour noir'', le fabricant des 4 cravates n'a jamais du oublier ce film même si ses productions étaient pour le moins mal utilisées. A travers ce chef d'oeuvre de genre des dizaines de sujets sont abordés et les discussions après film sont passionnantes...Sur ce point tous les films de Hitchcock sont gagnants nul réalisateur ne nous aura autant gâté, c'est le plus universel de tous .
    cocolapinfr
    cocolapinfr

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 634 critiques

    1,5
    Publiée le 17 novembre 2015
    Frenzy, l'un des derniers Hitchcock est cousu de fil blanc. Des le debut on nous présente les 2 personnages, le gentil blondinet et le moustachu alcoolique, inutile d'expliquer la suite. Quelques cadres de fesses par ci par la pour choquer la populace, une scène de strangulation facon Hitchcock à savoir: ridicule mais intelligemment masquée par une musique stridente. Il n'y a pas à dire tout sonne faux dans Frenzy, entre les raccourcis scénaristiques spoiler: le départ en italie, l'hopital, le jugement
    , quelques plans dégueulasses avec un jeu de lumière 10 ans en retard, le désintérêt total du spectateur pour les victimes condamnées dès les dix premières minutes, et bien sur le compagnon n'exprimant pas la moindre peine face au malheur. spoiler: il ne manquait plus qu'un "happy end" capilotracté
    .
    stanley
    stanley

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 717 critiques

    4,5
    Publiée le 11 décembre 2012
    Frenzy est probablement le meilleur film d'Hitchcock depuis Les oiseaux. Après des films peu réussis (L'étau, Le rideau déchiré), Hitchcock retrouve la grande inspiration de ses meilleurs oeuvres de la période britannique (Les 39 marches, Une femme disparaît) en revenant sur le lieu de ses origines, Londres, qui par son gigantisme cosmopolite, colorée, telles que ces descriptions apparaissent ici convient parfaitement à son univers et à cette histoire, somme toute classique. Peu importe les invraisemblances du scénario où tout concourre à accuser un pauvre type, et bizarrement le peu d'éléments qui l'innocentent sont laissés de côté; ce qui importe c'est la façon dont Hitchcock filme, avec brio, rapidité et sans temps mort. L'humour noir qui baigne ce film est aussi important. Cette mise en scène booste considérablement le propos. Londres est vue d'une façon antitouristique. La musique de Bernard Hermann est pudique mais palpitante. Hitchcock peut se permettre ce fameux et magnifique mouvement de caméra en travelling arrière qui laisse spoiler: la scène du meutre de l'amie du héros
    hors champ, aucun bruit, aucun élément glauque et morbide comme pouvaient être les autres assassinats du serial killer. La gente féminine est vue dans ce film avec ambiguité ; des femmes castratrices et/ou coincées, des femmes à l'esprit libre (la femme du policier), des filles naîves à la grosse poitrine (tuées) ... Tel le cliché du faux coupable condamné par une justice expéditive (le procès une nouvelle fois hors champ) Hitchcock rajoute celui de ses rapports aux femmes très complexes, empreints de sadisme. Le criminel ne peut jouir qu'en étranglant ses victimes. Frenzy renvoit aux 39 marches mais aussi au Faux coupable ; il n'hésite pas à "charger" l'innocent (jusqu'à ses habits en inadéquation avec la ville, au contraire du criminel) mais y ajoute de l'humour mélé de masochisme. L'humour très noir domine ce film et peut vraiment faire rire sans gêne le cinéphile car Hitchcock trouve le moyen de parler, pour une des premières fois, de nourriture avec toutes ces scènes hilarantes du flic avec sa femme dont la pitance le degoûte, Ce qui est contradictoire d'une part avec l'aspect visuel et nominatif des plats (rien de dégoutant à priori) et avec le style "clean" et aimant de sa femme, jolie et sérieuse; De plus, cette dernière avait vu juste sur la clef de cette énigme. Hitchcock innove avec la présence d'acteurs et actrices très peu connus (Jon Finch bien dans un jeu très physique et Barry Foster ambigu à souhait). Frenzy est un de ses meilleurs films et son dernier regardable tout simplement.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2 808 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,0
    Publiée le 21 février 2017
    Un suspense très réussi de Hitchcock ou l'on retrouve son thème de prédilection : un innocent injustement pris pour le coupable.
    L'humour est ici plus noir qu'à son habitude (la façon dont les meurtres sont exécutés où encore lorsque le meurtrier se retrouve avec le cadavre d'une de ses victimes dans un camion qui livre des pommes de terre), le scénario est bien monté et l'atmosphère prenante et un peu malsaine.
    Frenzy est tout simplement un bon film ou Hitchcock aborde bien les années 70 pour un cinéaste déjà dans le système depuis longtemps.
    Val_Cancun
    Val_Cancun

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 764 critiques

    2,5
    Publiée le 6 mars 2015
    Pour la grande majorité des cinéphiles, l'âge d'or des réalisations d'Alfred Hitchcock se situe dans la décennie 1950-60, durant laquelle seront tournés des classiques tels que "Fenêtre sur cour", "La main au collet", "Sueurs froides"... Après cette longue parenthèse américaine, Hitch revient à Londres où se déroulera le tournage de "Frenzy" (1972), son avant dernier film, qui connaîtra un succès public colossal, même s'il marquera finalement moins les esprits que les œuvres pré-citées.
    Globalement, j'ai passé un bon moment devant "Frenzy", qui bénéficie toujours de la mise en scène très pointue du maître, où chaque plan semble millimétré, la tension omniprésente, de même que l'humour noir (le cadavre dans les patates, les "bons petits plats" de la femme du flic...).
    Bémol non négligeable à mes yeux, "Frenzy" souffre du syndrome Columbo, c'est à dire qu'on connaît très rapidement le tueur, une faute de goût pour l'apprenti détective que je suis quand je regarde un polar.
    Autre déception, nulle femme fatale à la blondeur glaçante dans ce long-métrage, qui souffre de manière générale de l'absence de stars au casting.
    Quelques contrariétés qui font de "Frenzy" un film mineur dans la riche filmographie de Hitchcock.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 176 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 11 janvier 2011
    Avant dernier film d’Alfred Hitchcock, « Frenzy » (Grande-Bretagne, 1972) signe le retour du cinéaste dans son pays natal. Succès en salle à l’époque de sa sortie, l’œuvre retranche l’esprit anti-bourgeois d’Hitchcock jusqu’à sa plus extrême expression. Un tueur en série sévit à Londres en étranglant des femmes avec une cravate, jouissant devant leurs yeux convulsés. Film de bout de course, « Frenzy » laisse entrevoir ce qui reste de l’art d’Hitchcock après que toutes les fioritures aient été soustraites. Conclusion : Hitchcock n’est pas Lang ! Tandis que le cinéaste germanique tendait son œuvre jusqu’à l’épure la plus aboutie (cf. « Beyond a Reasonable Doubt »), le cinéaste britannique embraye chaque film comme un nouveau départ. Ainsi « Frenzy » est moins un dernier film que l’embranchement d’une nouvelle période. La photographie, assez laide, froide, d’une teneur plastique frêle, augure les téléfilms européens (type « Inspecteur Derrick » ou les foireuses adaptation d'Agatha Christie). Il reste le scénario pour gonfler le film d’un nouvel intérêt. Là, en revanche, Hitchcock trahit une inspiration essoufflée, perdant le succès de ses intrigues retorses pour se contenter d’un brave récit de serial killer. Bien sûr, le cinéaste joue toujours des « points de subjectivation », de ce que sait le spectateur de plus que le personnage et qui produit chez lui l’effet de suspens. « Frenzy » se savoure alors comme le prospectus rétrospectif de ce qu’était Hitchcock. Triste constat, plaisant, mais assez rétrograde. D’autant plus rétrograde que l’humour développé dans le film délaisse la finesse bunuelienne qu’il pouvait y avoir dans « Torn Curtain » pour préférer un humour macabre débridé, comme cette fameuse scène du meurtre dans le bureau où une femme morte par strangulation garde, en gros plan, sa langue entière pendue hors de la bouche. La vision du monde portée par « Frenzy », exprimée par l’ordonnancement des personnages et des situations, délaisse paradoxalement un goût de la mise en scène, alors incarné dans les années 50-60 par nul autre mieux qu’Hitchcock.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 111 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 6 juillet 2019
    Ça commençait si bien... A peine cinq minutes (générique inclus) sont-elles écoulées, que la foule effrayée, voit flotter dans les eaux de la Tamise, le corps d'une nana avec une cravate autour du cou. Mais après ça... rien du tout. Ça ne suit pas. Il faut attendre un long moment avant d'arriver au point tournant du film : le meurtre de la patronne de l'agence matrimoniale avec le mari qui sort de l'immeuble quand la secrétaire arrive. A cet instant très précis, on sait que le mec va se prendre un crime sur le dos, alors qu'il ne l'a pas commis et on pense que tout le suspense va reposer dans la façon dont il va d'abord fuir, une sorte de chasse à l'homme et ensuite se défendre puisqu'on sait qui bute réellement. Hélas, dans ce "Frenzy", le suspense est aux abonnés absents. Certes, le scénario est plein de cynisme, saupoudré de quelques touches d'humour et plus brutal que d'habitude puisque la violence est ici montrée de manière beaucoup moins suggestive que dans d'autres films du maître mais il est bien trop paresseux pour convaincre. On a jamais l'impression que le personnage principal est en danger. Sur près de deux heures, on a qu'un seul grand moment de tension : la scène dans l'arrière du camion au beau milieu des sacs de pommes de terre. Dommage tout ça, il y avait la place et puis, Hitch semblait encore en forme. A l'image de ce passage, remarquablement filmé en marche-arrière (au moment où la serveuse se fait tuer hors-champ) et qui a pu, ça n'engage que moi, servir d'inspiration à Antonioni lorsqu'il a tourné la longue séquence de sept minutes aboutissant au meurtre de Nicholson dans "Profession : reporter".
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 689 critiques

    4,0
    Publiée le 11 novembre 2011
    De grande qualité, un des meilleurs Hitchcock. A la fois une reflexion pertinente sur le criminel et ses tourments mais également une réflexion sur la politique où encore sur la manière de mettre en scène un film : beaucoup d'éléments à travers ce qui semblerait être un simple divertissement.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 169 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,5
    Publiée le 18 novembre 2015
    Le fait que l'on découvre rapidement l'identité de l'assassin n'enlève rien au suspense de Frenzy. Il est simplement ailleurs, notamment dans la peur que l'on éprouve pour le faux-coupable. Un bon film policier, avec quelques plans sublimes.
    yoyo114
    yoyo114

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 480 critiques

    2,0
    Publiée le 20 avril 2012
    Ca me fait mal de mettre une note aussi basse à un film d’Alfred Hitchcock, mais difficile de faire autrement. Est-ce bien lui qui a réalisé ce truc conventionnel, repoussant et glauque ? On ne rentre pas dans l’histoire, les scènes de meurtre sont très explicites, bien loin des subtilités de mise en scène de Hitchcock, les acteurs sont mauvais. Sans intérêt. J’ai arrêté à la moitié du film.
    atomewarrior
    atomewarrior

    Suivre son activité 40 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 30 juin 2013
    Très bon accablement de fausses preuves attaquant un innocent, la fin est excellente et très bien ficelée.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top