Mon AlloCiné
    Le Guerrier silencieux, Valhalla Rising
    note moyenne
    2,6
    3138 notes dont 692 critiques
    répartition des 692 critiques par note
    90 critiques
    129 critiques
    87 critiques
    99 critiques
    106 critiques
    181 critiques
    Votre avis sur Le Guerrier silencieux, Valhalla Rising ?

    692 critiques spectateurs

    septembergirl
    septembergirl

    Suivre son activité 489 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    3,5
    Publiée le 23 mai 2014
    Un film de Nicolas Winding Refn qui nous plonge vers l’an mil, dans la Scandinavie médiévale, au cœur d’un clan viking, dans un contexte de tension entre chrétiens et païens. La photographie, soulignée par la beauté froide des paysages, est très belle et Mads Mikkelsen incarne avec charisme et intensité One Eye, un guerrier muet incroyablement fort et habile. Une réalisation lente mais puissante, au caractère singulier. Une épopée viking tout aussi intrigante et envoûtante que déroutante, qui se présente comme une expérience initiatique et contemplative !
    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 251 abonnés Lire ses 450 critiques

    4,0
    Publiée le 21 avril 2013
    Valhalla Rising est une sorte de western spaghetti scandinave. Très peu de dialogue, un rythme lent, des paysages vastes et désert et des vikings à la mine patibulaire (mais presque) filmés en gros plan. Même si le film est inférieur à la trilogie Pusher, Refn parvient à faire de grandes choses avec très peu de matière (le scénario doit tenir sur une page). Un cinéaste quelconque aurait sans doute pondu un film chiant et sans intérêt, mais Refn nous hypnotise littéralement grâce à une mise scène hallucinée et jamais racoleuse. Ce type a vraiment du talent.
    NormanBates3
    NormanBates3

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 92 critiques

    5,0
    Publiée le 17 janvier 2011
    Valhalla Rising est l'un des films les plus étranges et les plus difficiles de ces dix dernières années, le rythme lent, le peu de dialogues risque d'en rebuter plus d'un. Et pourtant c'est une pur merveille, un chef d'œuvre mystique. Dans ces interviews Winding Refn dit qu'il a toujours voulu réalisé un film drogue, ou les sensations provoqué par les images sont plus importantes que l'histoire elle même, et c'est exactement ce qu'il a fait avec ce film avec grand succès. Pour peu que l'on accepte de se laisser emporter par ces images et ce rythme hypnotisant, c'est tout un univers qui s'ouvre a nous, mystérieux, brutal, primitif et beau, oscillant entre mythologie (ce mystérieux guerrier borgne, muet et apparemment invincible hanté par des visions prémonitoires sur son destin serait il le dieu Odin?) et histoire (ces vikings chrétiens sont ils ceux dont a retrouvé des traces en Amériques, ce que suggère très fortement le film). En tout cas c'est une oeuvre inclassable, incontestablement majeur que l'on compare un peu vite aux films de Kubrick ou de Tarkovski avec lesquels il partage la lenteur et les interrogations métaphysique, mais qui dans sa réalisation est assez indépendant de ces références. Une œuvre expérimental, un voyage métaphysique exigeants, mais que l'on ne regretteras pas pour peu que l'on accepte de se laisser guider sans resistance
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1800 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    1,0
    Publiée le 11 juillet 2012
    Après avoir assisté au choc "Drive",j'ai eu envie d'en savoir sur Nicolas Winding Refn,et donc de découvrir ses oeuvres précédentes,à commençer par ce "Valhalla Rising".Et ma déception fut à la hauteur de mes espoirs:immense.Trip métaphysique et esotérique d'une prétention auteuriste ahurissante,ce film de vikings se complait dans sa propre vanité.Privilégier le pouvoir des images sur celui des mots,très bien,sauf lorsqu'il n'y a absolument rien à raconter.Idem en ce qui concerne le Borgne,le guerrier silencieux interprété par le toujours impeccable Mads Mikkelsen.Muet,hiératique,vide,il ne dégage pas vraiment le mystère souhaité.On retiendra que toute la seconde partie rappelle le "Aguirre" de Werner Herzog.C'est même carrément pompé entre la descente du fleuve,la brûme persistante,et la menace à travers la forêt.Lorsque NWR veut poser des questionnement ambitieux sur les enfers,c'est encore pire!d'abord subjugué par les plns larges des Highlands écossais,on finit dégoûté d'ennui et de consternation,qui s'enfonce dans sa vacuité hermétique.Sans concessions,sans rien.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3556 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    3,0
    Publiée le 30 septembre 2010
    Nicolas Winding Refn n'a pas que des adeptes et ce n'est surement pas avec ce « Guerrier silencieux » que sa réconciliation avec le grand public va avoir lieu! Bancal, cérébral et surtout totalement inclassable, l'oeuvre est pourtant très loin d'être sans intérêt, en tout cas d'un point de vue purement réalisation car comme a pu le dire Winding Refn lui-même à Mads Mikkelsen avant le tournage : « je n'ai pas de scénario », ce qui ne semble pas vraiment avoir changé à la fin de ce dernier. Pourtant, et même si les longueurs ne manquent pas à bien des reprises, il est rare de voir des oeuvres contenant un tel pouvoir de fascination, que ce soit par ces incroyables couleurs que ses combats d'une violence inouïe et que l'on a rarement l'occasion de voir à l'écran. Le film est ainsi du début à la fin de la sorte : brillant visuellement et formellement, mais finissant tout de même par lasser quelque peu à force de ne rien raconter (c'est au spectateur lui-même de deviner ou de comprendre ce qui se passe devant ses yeux, ce qui n'est que rarement bon signe...) Bref, soit on adore soit on déteste (ou comme moi on est partagé entre deux sentiments bien contraires), mais en tout cas impossible de rester indifférent devant ce nouvel OFNI venu du Nord, certes très en-dessous du monument « Bronson » débarqué l'année dernière, mais qui n'en demeure pas moins une expérience assez indescriptible. Puissant.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1867 abonnés Lire ses 3 800 critiques

    5,0
    Publiée le 11 mars 2010
    Refn signe ici sans doute son meilleur film (et Dieu sait que je suis fan de la trilogie Pusher), ce film n'est pas un vrai film de Viking, c'est plus un trip métaphysique dans lequel on peut voir bon nombre de choses, le film est d'une très grande beauté visuelle, impressionnant de bout en bout. Très bon film qui tient surtout sur les paysages et le charisme de Mads Mikkelsen qui ne parle pas, ne bouge pas, reste immobile, muet, classe.
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    2,0
    Publiée le 23 août 2011
    Visuellement remarquable il manque quand même l'essentiel a ce film une histoire.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 11 novembre 2010
    Film expérimental, sorte de 2001 quelque part sur terre, Le Guerrier Silencieux est une œuvre folle, presque psychotique, mais incroyablement exigeante car porteuse de significations diverses. Le début du film se fait par de longs plans silencieux, où seul le vent vient balayé des images arrêtés, comme intemporelles, on peut y voir un être maculé, esclave immobile jusqu'à son entrée dans l'arène d'une violence extrême révélant ce pourquoi One-Eye comme on l'appelle, a été créé. Le gain de sa liberté se fera au prix de sacrifices, sacrifices humains, longtemps encouragés par nombre de religions. One-Eye, débute alors son ascension vers le Valhalla, comme Odin ( borgne lui aussi ), le premier a y accéder et qui par sa vaillance et son art au combat, formerait les plus grands guerriers pour la bataille finale, le Ragnarök. Les références claires à la mythologie nordique se confondent avec les inspirations Kubricienne et Herzogienne, de Refn, ainsi qu'une touche de Coppola quand il y fait référence par la tribu indigène du nouveau monde.

    Le film est une expérience sensorielle, moment de transe sauvage, perdue dans une nature immense, dense, une nature de originelle, où les Hommes angoissés et emprisonnés par elle vont basculés, à coup de meurtres violents dans une folie inspirée grandement par Aguirre, la colère de Dieu et son côté énigmatique qui rend cette dégénérescence complètement flippante de surcroit qui s'inscrit dans un trip métaphysique Kubricien par sa conception de la création, matérialisé par la conception ahurie du monolithe de pierres par One-eye. Mégarde rappelant la petitesse humaine face à l'omniscience divine, ici animiste, on pourrait alors pensait à un moment indéfini dans le temps, un instant ellipsé, intemporel mais Refn peut être rend-il hommage aux Vikings en faisant d'eux les premiers à découvrir le Nouveau Monde, ce n'est pas impossible étant donné le fait que cette hypothèse est défendu par un certains nombre d'historiens. Cependant ce détail ne constitue pas l'élément déterminant faisant de ce film une œuvre historique, non le but est bien philosophique, l'époque reculé étant un moyen de montrer des hommes à l'état brut, loin des superflus actuels. Ainsi les dialogues, rares servent seulement à exprimer les besoins vitaux en premier lieu, puis les questions essentielles, existentielles que ces hommes se posent, sur leur devenir, sur l'origine et la cause de leur situation.

    Refn évoque ici les interprétations du monde par l'Homme, comment il perçoit ce qui l'entoure, l'invocation perpétuelles de malédiction, dictés par une religion corrompues par la cupidité. Le réalisateur montre clairement un paradoxe entre les croisés et One-eye, allant même jusqu'à faire de One-eye, le mal absolu, confrontant ainsi Homme d'Église et le Diable. Le mélange entre mythologie nordique et religion chrétienne est un peu déroutant, puisque One-eye qui aurait été voué aux enfers par les " hommes de Dieu ", semble en fait en venir et se diriger vers le Valhalla. C'est là où Refn marque le plus, et le mieux, son empreinte, en s'intéressant précisément aux conséquences du meurtre, sa perception : un pêché d'un côté, un acte de bravoure de l'autre.

    L'immersion du spectateur est garantie par la musique hypnotique, qui effraie autant qu'elle attire, qui met le spectateur en phase avec ce qu'il voit par sa résonance irréelle renvoyant aux vision de One-eye, mystérieuse, prédilections sanglante avérés, indice nouveau sur la prétendue divinité de cet être qui dans une lente descente dans les profondeurs du fleuve semble, plus qu'un simple retour à la nature, accéder au Valhalla. C'est là que Refn évoque Coppola, avec l'apparition, au milieu de nulle part d'une tribu d'indigènes, bourreau de One-eye consentant à son sacrifice, sa mort donc lui permettant d'atteindre le lieu suprême et de sauver le garçon, comme lui avait sacrifié des hommes auparavant pour sauver sa vie. C'est un moment clé du film puisque c'est là que nous comprenons que toutes " tribus " que ce soit les indigènes, les Vikings ou les Chrétiens ont intégrés la notion de sacrifice et de mort. Aussi l'apparition de la tribu comme dans Apocalypse Now est essentielle, car elle renvoi l'Homme à son essence, à sa qualité d'être primitif.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2239 abonnés Lire ses 3 153 critiques

    0,5
    Publiée le 20 mars 2010
    On nous disait qu’il s’agissait du meilleur film de Vikings (c’est un genre ?) de tous les temps ; on hurlait aussi au scandale (moi le premier) que le dernier film du réalisateur du merveilleux "The Pusher" n’ait eu le droit qu’à 25 salles dans tout l’hexagone... C’était donc avec le sentiment d’être un grand privilégié que je me suis déplacé le voir. Mais au fond tout ça pour voir quoi au final ? Ni plus ni moins qu’une insulte ! Quelle mouche a donc piqué Nicolas Winding Refn de sombrer dans une telle autosatisfaction autiste ? C’est bien simple, on croirait voir un film réalisé par un enfant de 5 ans à qui on a confié une caméra. Je filme une flaque, je filme le vent, je filme un visage inexpressif (ceux qui voient là un magnifique jeu d’acteur de Mads Mikkelsen devront m’expliquer, car ici « One eye » se limite aussi à « one face ») et SURTOUT il ne faut rien raconter... Je me prends pour un Tarkovski sauce "Treizième guerrier" ...et je m’enferme dans mon petit monde ...et je brode tout ça dans une bouillie de sons infra-basses (un record a dû être battu, il faudrait prévenir le Guinness). Au final, ce "Valhalla Rising" est d’une vacuité inégalée, mais le pire c’est que, partant du principe qu’elle est volontaire, quelques papiers totalement déboussolés et craintifs de passer pour des ignares (qu’au final ils sont puisqu’ils se mentent à eux-mêmes) encensent un film dont on dit carrément qu’il « déborde d’énergie » (Excessif) alors que tout être sain de corps et d’esprit se rendra quand même bien compte qu’il ne s’y dit rien et surtout qu’il ne s’y passe strictement rien non plus. Mais bon, cela n’empêche pas d’ajouter (est-ce du second degré ?) que si tous les films étaient comme celui-ci, « le marché de cocaïne s’effondrerait ». Tu m’étonnes ! Le jour où le cinéma ressemblera à ce "Valhalla Rising", la solution ne sera plus la drogue pour fuir cette dure réalité, mais bien le suicide pour abréger la souffrance insoutenable d’un monde sans art..
    SPASMadness
    SPASMadness

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juillet 2010
    Valhalla Rising est une œuvre vraiment singulière, ce film presque sans dialogue est, selon moi, à regarder comme un tableau : il n'y a pas nécessairement d'histoire à proprement parler, mais les sentiments qu'il évoque sont d'une puissance inouïe. Cependant, comme en peinture : certains seront touchés par sa beauté, l'harmonie des couleurs, le traitement de l'image, les impressions qu'il dégage et resteront béat d'admiration devant ce chef d'œuvre tandis qu'il ne parlera pas à d'autres qui préfèreront quelque chose de plus classique.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 17 août 2013
    Avertissement néanmoins, amateurs de films à grand spectacle et autres stupidités : Passez votre chemin. Valhalla Rising n'est pas un film; c'est une poésie.. une recherche. Doté d'une esthétique visuelle tout simplement grandiose (qui est d'ailleurs appuyé par l'oeil manquant du héros) et d'une bande sonore tout simplement magistrale s'alliant à la perfection avec les beautés de ce paysage "infernal" et la cruauté omniprésente de cette aventure (Tiens le héros est muet aussi). Son rythme lent et posé impose une réflexion personnelle et apporte ici la même touche que dans Only God Forgives : une succession de tableaux lyrique (ici clairement affichés par le découpage en chapitre). Nicolas Winding Refn signe ici une oeuvre magistrale, certes pas forcément accessible au tout à chacun, mais qui à l'immense mérite dans l'air du cinéma actuelle, de faire réfléchir et de penser par l'intermédiaire de ses yeux et de ses oreilles.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 693 abonnés Lire ses 2 232 critiques

    3,0
    Publiée le 12 septembre 2014
    Le Guerrier silencieux, Valhalla Rising : Bon, ce film c’est : vous accroché ou ça va être très long. Moi, quand je commence à réfléchir et a sentir m’a respiration, c’est mauvais signe. Donc, je me suis ennuyer car tous est symbolique, un peut trop car je n’ai pas tous comprit, peut être un deuxième visionnage pourrait être nécessaire mais est ce que on a envi d’y revenir comme c’est assez long (ce qui est assez étonnant pour un film 1H30). Le rythme est lent, il se passe pas grand-chose. En plus, il y a un problème de montage car je trouve que les transitions entre les événements sont hachées malgré qu’il ait des chapitres dans ce film. Donc, on a du mal a trouvé un intérêt au scénario. Car, c’est un esclave guerrier qui par en quête de vengeance… En plus, le personnage principale ne parle pas, il y a d’ailleurs très peu de parole. Tout comme les musiques, il n’y en a pas, tout est dans les sons de la nature. Et c’est dommage, car l’ambiance est maitrisée sur tous les points. L’absence de tout ça pourrait être une bonne chose mais il faut que le rythme y soit. Par contre, la réalisation est juste magnifique, visuellement parlant : ça en jeté. Et c’est qu’a la fin du film que j’ai remarqué que c’était le metteur en scène de Drive, Only god forgive qui a réalisé ce film et cela ne m’étonne pas. Car, c’est film sont si particulier, tout dans le visuel et l’ambiance violente et morbide. Moi qui avait adoré les deux films cites précédemment, la, je n’ai pas accroché. Même si les acteurs sont très charismatiques, surtout Mads Mikkelsen qui impose. Mais, ce film est ennuyeux, dommage.
    BeatJunky
    BeatJunky

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    1,5
    Publiée le 25 novembre 2012
    Ah c'est sûr qu'il y a une belle performance de Mads Mikkelsen mais pour être honnête: je me suis drôlement emmerdé!!! c'est beaucoup trop lent, quasiment sans dialogues et dans un environnement pas forcément des plus merveilleux, c'est froid et pas accueillant du tout.... très bonne interprétation mais faut vraiment se mettre en condition pour regarder un tel film... très violent également, il ne peut laisser indifférent c'est sa force.... pour ma part, c'est loupé....
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 198 abonnés Lire ses 1 543 critiques

    5,0
    Publiée le 30 septembre 2011
    Difficile ce film, vraiment difficile. Aprés le chef d'oeuvre Bronson, Nicolas Winding Refn nous livre un film ô combien singulier et même temps fascinant. Ce qui frappe au premier abord, c'est le scénario. On ne sait pas trop ce qui se passe et on avance un peu à l'aveuglette ce qui pourrait en agasser certains. Puis, en deuxiéme, le peu de dialogue qu'il y a mais on se rendra vite compte que cette abscence de dialogue est un plus pour le film. D'ailleurs, Nicolas Winding Refn nous offre des images à couper le souffle. Les paysages et les couleurs sont magnifiques. De plus, Mads Mikkelsen livre une trés belle prestation en guerrier viking mué. Pour ceux qui s'attendent à un film d'action, tracez la route. Valhalla Rising est un film qui invite à la réflexion et au débat. A découvrir.
    Dadou
    Dadou

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 360 critiques

    2,0
    Publiée le 22 septembre 2012
    Une quête barbare et guerrière sur fond de foie mystique et religieuse avec un personnage principal fascinant. Cependant, le film demeure ennuyeux et peu captivant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top