Notez des films
Mon AlloCiné
    Rubber
    note moyenne
    3,2
    2906 notes dont 482 critiques
    répartition des 482 critiques par note
    57 critiques
    116 critiques
    136 critiques
    68 critiques
    47 critiques
    58 critiques
    Votre avis sur Rubber ?

    482 critiques spectateurs

    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    4,0
    Publiée le 15 mars 2011
    Dupieux arrive a diriger un pneu comme personne.La ou steak avait une tonne de défaut,rubber gomme tout ça,corrige et même améliore le style Dupieux.Tout fonctionne du début a la fin,et pas simple de faire un film autour d'un pneu,c'est drôle,inventif,et innovant.C'est génial!visuellement dupieux soigne son esthétisme,il fallait bien qu'un jour quelqu'un fasse un film digne de ce nom avec un matériel minimum et une image maximum et dupieux est le premier a montrer ce c'est possible.La preuve que n'importe qui peut faire n'importe quoi mais faut il encore avoir le talent nécessaire a tout ça.On n'est pas prêt de voir un autre rubber aussi tôt que ça.
    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 246 abonnés Lire ses 450 critiques

    5,0
    Publiée le 14 avril 2013
    Pour faire un film sur un pneu qui tue des gens, il faut en avoir une sacrée paire ! Malgré le sujet casse-gueule, Quentin Dupieux s'en tire merveilleusement bien. Une réalisation impeccable, basé sur un cadrage millimétré à l’esthétisme épuré, une mise en abîme magistrale qui nous offre des situations totalement burlesques et irréelles et des dialogues et personnages complètement loufoques. Comme nous l'explique le policier du début, "Rubber" est un film sur le non sens. Pourquoi une voiture renverse des chaises dans un désert ? No Reason. Pourquoi un policer sort-il de la voiture et renverse un verre d'eau ? No Reason. Et pourquoi un pneu se met il à tuer des gens ? No Reason. Quentin Dupieux fait du cinéma, pour faire du cinéma et non pas pour tenter d'y délivrer un quelconque message. Alors certes, ce film peut paraître prétentieux, voir inutile, mais il a le mérite d'être un film d'une créativité rare qui renouvelle un art à bout de souffle.
    ChroniqueMécanique
    ChroniqueMécanique

    Suivre son activité 271 abonnés Lire ses 214 critiques

    4,0
    Publiée le 17 mars 2011
    Même si l'académie des César a omis de le nominer le mois dernier dans sa course au titre de meilleur espoir masculin, il faut bien le reconnaitre, l'un des grands prétendants à ce trophée aurait pu être un pneu. Oui, oui, un pneu, vous avez bien lu. Robert Le Pneu (peut-être un cousin éloigné de Paul Le Poulpe ?), star de ce film d'horreur très contemporain, marginal et rigolo, est LA révélation concoctée par le cinoche français de ces derniers temps. Absurde, original, décalé, étrange, déroutant, fascinant, drôle... Les adjectifs manquent pour qualifier ce véritable OFNI (Objet Filmique Non Identifiable) sur lequel aucune étiquette ne colle (et c'est tant mieux), et qui se singularise par son incroyable mise en œuvre, pleine d'un culot monstre, faisant vaciller le pouvoir en place. Rubber résonne comme l'image d'un coup d'état inventif sur un cinéma hollywoodien dégonflé. Ma critique complète sur "Rubber" est en ligne sur mon blog : http://soldatguignol.blogs.allocine.fr/. N'hésitez pas à aller y faire un tour et à y donner votre avis, merci !
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 248 abonnés Lire ses 899 critiques

    3,0
    Publiée le 23 juillet 2012
    Même si le réalisateur français Quentin Dupieux aurait pu se limiter à un court-métrage, Rubber est un film insolite et inclassable, à la fois film fantastique, thriller, western, film comique, dramatique et poétique, une œuvre dédiée au non-sens librement inspirée des célèbres Monty Python, sur une trame à la fois gonflée et déjantée dans le panorama du cinéma actuel. Quelques longueurs et répétitions à déplorer tout de même.
    FloA
    FloA

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 41 critiques

    4,0
    Publiée le 27 mars 2013
    Pourquoi 4/5 ? Aucune raison. Pourquoi avoir aimé ce film ? Aucune raison Pourquoi vous conseiller de le voir ? Aucune raison Vous voulez voir un film qui casse les codes ? Vous êtes tombés sur le bon film !
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1747 abonnés Lire ses 3 770 critiques

    2,5
    Publiée le 6 avril 2014
    J'avais aimé Wrong Cops et je voulais poursuivre la filmo de Dupieux et Rubber s'imposait, depuis le temps que j'en entends parler. Un film faisant l'éloge du "no reason". Sauf que je ne suis pas d'accord avec le concept. Si tu commences ton film par une apostrophe tu peux être certain que je vais trouver ça bien, j'aime beaucoup ce procédé, sauf qu'après il faut raconter quelque chose. Faire l'éloge de l'absurde, pourquoi pas, franchement. Mais après, justement il y a des raisons à toutes ces choses, comme il y a une raison au fait que l'on ne voit pas l'air. Je trouve ça trop facile comme explication, en fait il refuse l'explication, qu'elle soit scientifique ou bien scénaristique. Car souvent la raison c'est qu'il n'y a pas de film, que sinon ce n'est pas intéressant, etc. De même que là dans le film on a un pneu tueur pour la raison que c'est absurde (pas certain que ça soit français) et il voulait faire un truc absurde. Après le film en lui-même m'a laissé plutôt de marbre, je n'ai pas trouvé ça nul, mais ça ne m'a pas éclaté non plus, c'est sympa, peut-être un peu long. Mais ce qui est frustrant c'est que je ne sais pas s'il faut interpréter ou non, parce qu'on a quand même une mise en abîme du spectateur de cinéma, est-ce innocent ? Je ne le pense pas, mais bon. J'ai bien aimé l'esthétique 5D qui colle bien avec le ton du film, on a cette photographie qui fait très photo (justement) avec le plus souvent seulement une toute petite partie du cadre qui est nette et avec un côté très numérique. C'est plutôt réussi. Cependant c'est un peu longuet, on sait qu'il ne veut pas forcément venir quelque part du coup je me suis un peu lassé parce que ce n'est pas forcément très drôle (j'ai souri vite fait). Après c'est pas inintéressant, je suis content de l'avoir vu, je verrai sans doute Steak et Wrong, mais je suis déçu malgré tout, parce qu'il n'y a plus rien de "réel" qui viendrait trancher avec l'absurde contrairement à Wrong Cops. Après le film joue assez habilement (enfin…) avec les codes du slasher, mais sans jamais avoir une scène logique, qui tiendrait debout. Je pense que l'absurde doit naître d'un décalage progressif jusqu'au moment où ça n'a plus de sens, là ça me semble juste un peu à côté de la plaque et ceci sans forcément aller jusqu'au bout du délire. Ah si, il y a un peu de réel, de vrai, en la présence des spectateurs qui commentent le film, j'ai beaucoup aimé les commentaires sur le cul de l'actrice, j'ai trouvé ça super vrai (étant donné que je venais d'en faire un).
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 801 critiques

    1,0
    Publiée le 20 mars 2014
    Un film horriblement prétentieux, insultant, pathétique et réactionnaire, sans une once d'audace. Sous couvert de mettre en lumière le non-sens et la vacuité du cinéma, Dupieux nous explique au début du film que son métrage est un message hommage au "no reason" : l'idée est alléchante et les premières minutes prometteuses. Malheureusement, le réalisateur souffre d'une immense crise mégalomaniaque et se met au bout d'1/4 heures à insulter l'ensemble du cinéma mondial en proclamant, jamais finement et en utilisant des métaphores d'une lourdeur débile, la nullité d'Hollywood, la grivèlerie des producteurs et la stupidité des spectateurs. Bref, Dupieux insulte tout le monde et réalise un film qui se prend toujours au sérieux, qui n'est jamais drôle et qui, lui est bien sûr dans le droit chemin, démontrant par son intelligence et son ironie comme l'état actuel du cinéma est déplorable (mais oui, mais oui...). Le réalisateur ne cesse de réexpliquer pourquoi il fait un film si bizarre, au cas où on aurait pas compris, et tourne à vide autour de son idée (l'unique du film : un pneu tueur). Amateurs de cinéma de l'absurde ou de la vacuité, préférez la folie profonde d'un Lynch ou la malice des Monty Python et ne perdez pas votre temps ici.
    Brice44
    Brice44

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 211 critiques

    1,0
    Publiée le 15 novembre 2010
    Rubber était un film prometteur de par son concept: un pneu tueur et télépathe parcourt les routes en laissant toutes sortes de cadavres derrière lui. Je pensais avoir affaire à un film original, déjanté et intelligent...on en est loin. L'idée de départ était bonne mais après avoir visionné le film je me dis que ce n'était pas suffisant pour faire un long métrage, un court métrage aurait largement suffit. C'est vide, c'est plat, on s'ennuie. Une histoire peu commune et pourtant on commence vite à somnoler. Quentin Dupieux nous offre une bonne BO et de belles images, le rendu est très esthétique surtout lorsqu'on sait que le film a été tourné avec un appareil photo. Mais voilà hormis cela on peut dire que la sauce ne prend pas. Il ne suffit pas de faire passer un film pour un long métrage barré, déjanté et fun pour qu'il le devienne. En réalité le scénario tient sur un ticket de bus et offre des passages bien lourdingues. Je pense en priorité à toutes les scènes avec les spectateurs et les jumelles...tout simplement interminable. La mise en abyme est maladroite. On a très bien compris que les mots d'ordre étaient "No Reason" mais cela ne suffit pas à légitimer l'existence du film qui s'avère être un véritable naufrage et qui passe son temps à se regarder le nombril. Pourtant cela commençait bien: on assiste aux "premiers pas" du pneu, la découverte de ce qui l'entoure, le massacre de quelques déchets, ses premiers meurtres (des animaux) puis notre Dexter version caoutchouc décide de passer à l'être humain. Tout est ultra répétitif, on suit le pneu qui trucide des hommes les uns après les autres grâce à son pouvoir. Ce n'est pas drôle, on ne s'amuse pas, c'est "un pneu" n'importe quoi. J'ai quand même trouvé la fin très classe...après 1h25 de calvaire c'était bien la moindre des choses. Et ce n'est pas la pauvre Roxane Mesquida quasiment inutile tout le long du film qui va relever le niveau.
    Gourmetdefilms
    Gourmetdefilms

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 657 critiques

    2,0
    Publiée le 8 août 2012
    On ne nous offre pas du rechapé mais bien du neuf pour sortir des sentiers battus! C'est original, très bien fait avec de belles choses intéressantes notamment dans "l'interprétation" du pneu et dans la mise en scène. Mais hélas qu'est ce que c'est lent et qu'est ce qu'il y a comme longueurs! Déjà 10 minutes pour que ça commence après une introduction trop nulle, et qu'est ce que les scènes avec les spectateurs sont stupides! Un scénario plus riche en aurait fait un film super!
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 18 septembre 2011
    Franchement débile, pourtant j'avais du recul avant de le regarder !
    Uchroniqueur
    Uchroniqueur

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 302 critiques

    4,5
    Publiée le 19 juin 2012
    Un film absurde, débile et génial. La meilleur façon de voir ce film serait de ne rien en savoir, d'avoir le DVD sans titre, ni jaquette et de d'envoyer dans le lecteur puis laisser faire. Il y a incontestablement du talent chez Dupieux ne serait-ce pour ce travail formidable sur la matière elle même qui transforme l'image de ce film de 2010 en film vintage des années 70 ou 80. Un film indatable, inclassable, incriticable, formidable pour les uns irregardable pour les autres... et justement c'est à eux que le film s'adresse.
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 241 abonnés Lire ses 797 critiques

    5,0
    Publiée le 11 octobre 2013
    Avec "Steak", Quentin Dupieux avait déjà proposé un exemple de son cinéma en nous livrant une comédie absurde et légère, une petite bouffée d’air frais au sein d’un cinéma français assez formaté. Mais ce n’est rien comparé à son nouveau bébé : "Rubber". Dès le début du film, lors de son intro, un personnage nous prévient sans concessions : nous allons assister à un spectacle qui n’a aucun sens. Il ne faut donc pas chercher de raisons, d’essayer de comprendre, il faut juste se laisser aller…et oui car "Rubber" est un hymne au « non sens », une expérience visuelle et sensorielle hors norme pouvant être considérée comme une sorte de mélange entre les univers de David Lynch et le comique absurde des Monty Python, tout ça saupoudré de David Cronenberg : on suit dans le désert un pneu qui prend vie et découvre le monde autour de lui ainsi qu’il possède une espèce de don « psionique » lui permettant d’effectuer des attaques télékinésiques. Délirant ? Oui, mais on nous a prévenu au début : il n’y a pas de raison. Et c’est l’occasion de nous proposer un enchaînement de scènes et dialogues loufoques qui seraient insipides dans un film normal, mais presque logiques ici. Ce qui est encore plus surprenant c’est que tout ce « non sens » est filmé d’une façon quasi parfaite : plans impeccables cadrés au millimètre, esthétique très simple et épurée, nous n’avons pas un festival de mouvements de caméras vomitifs ou de filtres de couleurs flashy à mort…pourtant ça serait là aussi du « non sens ». Dupieux a compris que pour aider le spectateur à accepter son concept, il fallait au moins que son immersion soit totale, et non pas un véritable calvaire leur explosant le cerveau. Et c’est cette intelligence qui fait de "Rubber" une œuvre étrange mais non dénuée d’intérêt…tout comme pourrait l’être un poème. Mais attention, cela ne signifie pas que ce road-movie abscons n'est qu'un exercice de style : autre preuve d’intelligence, Dupieux décide de faire de son film sans sens une critique du cinéma actuel (en gros pourquoi un film présenté comme sans sens et étant comme tel serait plus mauvais que des films soi-disant sérieux mais totalement vide de sens dans les faits ?), et pour cela, il nous met à contribution (comme des « témoins ») par une mise en abyme avec les spectateurs « dans le film » avec leurs jumelles, dont les joutes orales délicieusement décalées renvoient directement aux critiques qu’un film ne peut que faire face après projection. Idée véritablement excellente…comme ce film. Véritable OFNI original, surprenant et déroutant,"Rubber" est un film qui s’assume pleinement malgré son concept casse-gueule (un pneu qui tue des gens !!) ; et c’est assez couillu de la part de Quentin Dupieux de tenter la chose alors qu’aujourd’hui, dans le cinéma français est formaté pour ne pas donner vie à des films de genre (fausse idée culturelle, contraintes budgétaires, obligations « traditionnelles » de faire du drame, du psychologique, du réaliste ou du social). Quentin Notre ami s'en tire même merveilleusement bien…pour faire une blague naze, je dirais que Dupieux ne s’est jamais dégonflé !! Alors oui je mets 5 étoiles ! Oui je dis bravo à Dupieux !! OUI j’ai aimé ce film !!! Et vous voulez savoir pourquoi ?....simple : aucune raison.
    MC4815162342
    MC4815162342

    Suivre son activité 302 abonnés Lire ses 1 489 critiques

    5,0
    Publiée le 15 juillet 2014
    Dans le film de Steven Spielberg "E.T.", pourquoi l'extraterrestre est t'il marron ? No reason. Première phrase du film, dès les premières secondes on comprend que Dupieux le maître du non-sens va encore frapper très fort, après un court métrage déjà bien barré et un premier film également très what the fuck, Dupieux revient prôner le non-sens avec son deuxième long métrage, cette fois ci plus de Chivers mais un pneu tueur, et oui vous lisez bien, un fucking pneu, comment un pneu peut-il tuer des gens me demanderez vous, et bien je vous répondrais "le faite qu'il soit vivant ne vous étonnent pas ?!". Robert qui à la prononciation n'est pas très éloigné de Rubber (sans aucun doute pas une coïncidence) est un pneu usé et totalement normal jusqu'au jour où il se dresse et commence à écraser des objets puis des bestioles et finit par télépathiquement tuer des animaux ainsi que des personnes, à coter de ça, une bande de spectateur perché dans les collines suit le parcours sanglant et vengeur de Robert grâce à des jumelles, oui oui. Rubber est comme dit dans le monologue de départ un film qui condense le non-sens, et cela dès le départ, le film commence simplement, dans le désert, sur une grande route de sable se trouvent une quinzaine de chaises, soudain une voiture arrive et les écrases toutes, un flic sort du coffre et vient sortir le fameux monologue face caméra, un monologue franchement jouissif et quelque part très vrai. Dupieux nous offre un film qu'on ne peut ranger dans une catégorie, personne au cinéma n’oserait faire ça, et encore moins un français, casser les codes avec autant d'ardeur et de folie c'est juste remarquable, très peu de personne essaye de proposer autre chose que les films formatés qu'on nous sort toutes les semaines, en France surtout, nous avons bien Noé, Kervern et Delépine ou encore Dupontel mais il y'en a vraiment peu, et Dupieux fait vraiment parti des réalisateurs qui n'ont aucune prétention, il font ce métier par amour du cinéma, car ils veulent apporter quelque chose de nouveau et surtout faire ce qui leur plait, Quentin le dit lui même, il ne fera rien qu'il n'a pas envie de faire et c'est tant mieux. Comme à son habitue Mr Oizo de son nom de musicien, Quentin Dupieux nous propose une mise en scène impeccable, il l'a déjà prouvé quatre fois maintenant, il dispose d'un matériel vraiment stupéfiant, l'image surtout en haute définition est aberrante, tellement elle est propre et net, c'est vraiment ce que j'appelle une photo somptueuse, et niveau réalisation c'est vraiment vraiment parfait, les plans sont archi soignés, tout est magistralement fluide, pour un amateur Dupieux est vraiment balèze, les décors sont magnifiques surtout et encore une fois en HD, les effets spéciaux qui se résument à faire bouger le pneu sont vraiment incroyables, aucun effets 3D, tout à la main, du vrai travail de pro, quant à la bande son elle est peu présente mais efficace, c'est plus souvent du bruit que de la musique, des bruits bizarres qui nous captivent et qui collent divinement avec l'ambiance glauque et décalé de l'univers, Mr Oizo (Dupieux) propose également quelques morceaux aidé de Gaspard Augé, de très beaux morceaux. Ensuite niveau casting c'est que des inconnus pour moi, enfin après avoir vu Wrong, Jack Plotnick n'en est plus un, ils sont tous excellents, Stephen Spinella en tête, ce mec est juste énorme dans son rôle et arrive à nous captiver dès ses premières paroles, faut dire que le texte aide pas mal, Roxane Mesquida est super sexy en femme pourchassé par le pneu tueur, Jack Plotnick en petit gringalet à cravate qui porte son vélo est franchement top, tout le reste du casting est également très bon. En bref, ce cher Quentin Dupieux dont je suis fan absolu nous sort un film d'1h20 mémorable, comment oublier ce pneu, longue vie à toi Robert.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 18 novembre 2012
    Un thème osé qui au final se révèle assez mal exploité et pas si génial que ça, plutôt du pneu rechappé.
    aberdeen76
    aberdeen76

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 1 013 critiques

    0,5
    Publiée le 9 octobre 2011
    Un excrément cinématographique totalement dénué d'une once de qualité. Les critiques positives m’effarent... Un film lent, long, chiant, sans aucune consistance. Un film sans intérêt, de la branlette pour pseudo branchouille de bas étage.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top