Mon compte
    Scream
    note moyenne
    3,1
    1258 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Scream ?

    199 critiques spectateurs

    5
    31 critiques
    4
    43 critiques
    3
    41 critiques
    2
    34 critiques
    1
    30 critiques
    0
    20 critiques
    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 958 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    Comment imaginer la sinistre bouche béante du masque de Ghostface sans que le nom de Wes Craven ne vienne immédiatement en tête ? Rarement un maître de l'horreur sera autant resté aux manettes de la saga qu'il a lui-même initié et sa triste disparition semblait avoir entraîné l'arrêt définitif de "Scream", sans compter désormais l'absence de la plume de Kevin Willlamson (souvent malmenée par les producteurs au fil des épisodes) sans qui la franchise n'existerait tout simplement pas.
    D'ailleurs, après avoir été un modèle de satire du slasher (tout en étant un de ses meilleurs représentants, un tour de force qui restera à jamais inégalé !), de ses suites, du concept de trilogie et, avec son quatrième volet, de la fournée de remakes de grands titres de l'horreur des années 2000-2010, la saga paraissait elle-même être arrivée au bout de son regard critique (et autocritique) sur le manque d'imagination hollywoodien à l'égard du genre dans lequel elle s'inscrivait.
    Alors quand fut annoncé un cinquième opus élaboré en l'absence des têtes pensantes originelles (Williamson n'est que producteur), remplacées notamment par le duo Matt Bettinelli-Olpin & Tyler Gillett à la réalisation, il faut bien reconnaître que la méfiance s'est installée : "Scream" allait-elle connaître la suite de trop, devenant elle-même un objet de moquerie à la "Stab", sa franchise fictionnelle et parodique, d'autant plus que sa série TV dérivée s'était déjà achevée sur une troisième saison particulièrement lamentable, prouvant que des mains malavisées étaient apparemment incapables d'égaler ne serait-ce qu'un orteil de l'esprit d'un bon "Scream" issu du tandem Craven/Williamson ?
    Évidemment, la simple idée de retrouver et de prendre des nouvelles du trio historique de survivants incarnés par la superbe et iconique Neve Campbell, Courteney Cox (dont on commence parfois à confondre le visage figé avec celui de Ghostface, inquiétant...) et David Arquette, ajoutée à notre amour immodéré envers la saga, allait inévitablement nous pousser à mettre ces a priori de côté pour laisser une chance à ce cinquième volet sobrement intitulé "Scream".

    Et, bon sang, que l'on a bien fait tant les réalisateurs du sympathique mais trop inégal "Wedding Nightmare" passent eux-mêmes un cap pour se montrer à la hauteur du titre "Scream" et même surpasser le volet précédent sur plusieurs plans !
    On pensait bêtement que "Scream" était arrivé aux limites de son discours satirique, que nenni ! Depuis le dernier volet, l'évolution de l'horreur/épouvante, entre des films d'auteur aux thématiques se voulant plus exigeantes et des "requels" (reboot/sequel) de franchises cherchant à s'actualiser à partir du décalque de leur premier opus, offre un savoureux terreau à ce nouveau long-métrage qui, tout en réutilisant sciemment les sources du film d'origine va réussir l'exploit de combiner la critique savoureuse de ce concept contemporain de "suite-héritage", le spectacle d'un slasher violent et bien pensé et un passage de flambeau entre ancienne et nouvelle génération peut-être plus convaincant que celui tenté par son prédécesseur sur les racines "woodsboroéennes" de la saga.

    Loin du délire méta oubliable de celle de "Scream 4", la simplicité de la séquence d'ouverture ancre instantanément à elle seule le regard malicieux de ce donc "requel" sur son propre statut où, déjà, les bons mots sur le pan auteurisant du cinéma d'horreur actuel se disputent à une réappropriation moderne de l'introduction culte du premier film ici pleinement justifiée (et qui n'a rien de gratuite au contraire de bien d'autres) par le fait qu'elle devient véritablement le détonateur sur lequel l'intrigue va tisser la réunion des motivations de ses anciens et nouveaux personnages dans les événements meurtriers à venir. Comme d'habitude complètement conscients du nouveau format de suite où ils sont prisonniers et à propos duquel ils dissertent de ses règles spécifiques pour notre plus grand plaisir, les jeunes protagonistes vont donc évoluer aux côtés des plus expérimentés dans un "Scream" puisant sans cesse dans ses fondations au moyen de lieux emblématiques ou de noms connus dans le but de surligner cette notion d'héritage, trop souvent surexploitée, et les astuces grossières de cette démarche (en allant même jusqu'à utiliser certains artifices techniques attachés à ce type de requel, on vous laisse la surprise) pour s'en repaître avec humour, les détourner et finalement chercher à les renouveler au profit d'une intrigue inédite.
    Bien sûr, tout n'est parfait, le schéma "screamesque" global est de fait figé par son déroulement en actes incontournables, les nouveaux jeunes héros sont loin d'être tous équitablement marquants et quelques gimmicks voulant s'amuser de nos attentes en matière de sursauts ne fonctionnent guère mais, en tant que tel, ce "Scream" réussit à s'imposer comme un bon slasher, mené par un Ghostface acharné dans la violence de ses meurtres (peut-être le "Scream" le plus démonstratif en ce sens jusque-là), où les surprises sont entretenues avec roublardise (jusqu'à la dernière partie, et même si quelques soupçons sont présents, le film arrive à nous faire douter sur l'identité du ou des coupable(s)) et qui se montre enfin moins timide pour toucher à des éléments essentiels de sa mythologie.
    Mieux, le film arrive à entretenir un équilibre entre sérieux et humour bien plus efficace que "Scream 4" (qui répétait parfois à l'excès les répliques légères, voire ridicules, en vue de dédramatiser la gravité de ses affrontements) et, dans le même temps, à utiliser les figures de Sydney, Gale et Dewey avec parcimonie, laissant souvent le devant de la scène à la nouvelle génération et donc à la relève assumée le soin d'exister (l'acte final, réussi et loin d'être avare en rebondissements, en sera la meilleure preuve où chacun aura son moment pour briller, et ce qui que soit devant ou derrière la lame du couteau).

    À la sortie du film, il est vrai que, comme après le précédent, on se demande quelle pourrait être la direction prise par un potentiel "Scream 6" après le statut de requel satirique de celui-ci... Et puis, on se dit vite que si, dans dix ans, Matt Bettinelli-Olpin & Tyler Gillett revenaient avec un slasher aussi violent et rondement mené afin de rire de nouveaux concepts improbables que le cinéma de genre et certaines de ses franchises les plus rentables nous auraient réservé, le tout avec suffisamment de talent pour emporter avec lui notre regard complice comme ici, on assisterait forcément à ce rendez-vous, comme si Wes Craven et Kevin Willlamson nous le donnaient eux-mêmes en somme. C'est sans doute là un joli signe que la succession est digne et accomplie. En plus d'un hommage en son sein, ce "Scream" s'achève d'ailleurs sur un touchant "Pour Wes", il aurait apprécié, encore plus qu'on aurait osé l'imaginer.
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 168 abonnés Lire ses 2 critiques

    1,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    Ce cinquième opus de la franchise "Scream", le premier réalisé par quelqu'un d'autre que Wes Craven et ici en l’occurrence Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Oplin, est très mauvais, tout simplement ! Je dois d'ailleurs préciser que c'est clairement le pire de toute la franchise alors que j'avais apprécié tous les autres (oui, oui, même le troisième opus, c'est dire !). Étant un fan inconditionnel de la saga, j'attendais, et comme beaucoup d'autres, cette suite avec une grande impatience. Ma déception a été alors encore plus grande lorsque j'ai vu ce qu'ils avaient tout simplement tuer la franchise "Scream" ! spoiler: Comme dans le quatrième opus, une nouvelle génération d'adolescents doit faire face à Ghostface, aidé par les anciens de la franchise, à savoir Sidney, Dewey et Gale. Rien que là, je dois dire que je suis très déçu ! Je m'attendais en effet à un film bien plus méta, une sorte de "Freddy sort de la nuit" avec les acteurs jouant leur propre rôle, se faisant harceler par un maniaque se prenant pour Ghostface (surtout que le film laisse entrevoir cette possibilité lorsque Tara précise à son amie "c'est sûrement Wes qui me harcèle au téléphone", mais non, c'est juste un personnage qui s'appelle Wes, une sorte d'hommage bien bidon au réalisateur quoi)
    . Non, au lieu de ça, spoiler: le film nous ressert la même sauce que les précédents épisodes
    , ce qui est certes le principe de la saga avec son côté méta mais là, il n'y a vraiment rien d'original, on suit par ailleurs l'intrigue sans grand intérêt, de même que le twist final d'ailleurs dont on se fout royalement ; on n'a plus cette attente de découvrir qui est le tueur car les personnages sont vides, lisses et sans intérêt. Enfin, il ne fait pas exactement comme dans les précédents films ! Il "innove" car le côté méta spoiler: réside cette fois dans le "requel" (mélange de suite et de reboot, tout ce qu'Hollywood peut faire de pire depuis ces deux dernières années)
    , ce que le film critique d'ailleurs en s'inscrivant ainsi dans la même lignée que les précédents (le deux avait un regard critique sur la suite, le trois sur la trilogie et la quatre sur le remake). Mais, par rapport aux précédents films, au lieu d'avoir un regard malin et réellement réfléchi sur ce qu'il pointe du doigt, il sombre au contraire dans sa propre parodie en nous servant exactement ce que proposent les spoiler: requels
    habituels. Ça n'a donc aucun intérêt mais ça fait surtout sombrer le film dans le nanar complet. Pour la première fois dans la franchise "Scream", on ne rit plus avec le film mais on rit du film, et ça me fait honnêtement beaucoup de mal de l'admettre ! Bon, en dehors de ça, mis-à-part quelques scènes certes réussies, le film n'a vraiment rien de captivant, je n'arrive pas à y trouver de points positifs et pourtant j'ai eu le temps de le digérer. On est certes heureux de revoir les anciens acteurs (d'ailleurs, encore une fois, spoiler: ils tuent la franchise en même temps que Dewey
    ) mais la hype s'arrête là. Il y avait vraiment trente-six façons de rendre hommage à Wes Craven mais surtout au premier "Scream" et ce spoiler: "requel"
    le fait de la pire manière quoi soit !
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 944 critiques

    2,0
    Publiée le 15 janvier 2022
    La déception est à la hauteur de l'attente. Ce nouveau scream fait pâle figure comparé à la quadrilogie de Craven qui même dans ses volets les plus faibles faisait preuve d'une certaine inventivité. Ce nouveau scream s'il réutilise tout le jargon méta vus dans les précédents films en s'intéressant au requel rate sa cible. L'hommage tourne à vide, la faute à un scénario faiblard qui ne réserve pas de vraie surprise. Au niveau, de la.mise en scène, ce n'est pas mieux. Le film est assez laid et la nouvelle génération d'acteurs peu charismatiques excepté l'interprète d'Amber aux faux airs de la chanteuse Lorde. Neve Campbell n'a plus grand chose à jouer tout comme Courteney Cox, défigurée par le botox. Seul David Arquette tire son épingle du jeu en conférant une dimension tragique à son personnage. Bref, scream 2022 n'a pas grand intérêt si ce n'est son côté nostalgique. C'est un produit sans grande consistance, une redite du même en moins bien. Bref, un film de fan qui rate sa cible. Il aurait fallu davantage travailler le scénario plutôt que de proposer quelque chose d'aussi faible. Décevant...
    vincorporated
    vincorporated

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 44 critiques

    2,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    Sans doute la moins bonne suite de la saga, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit foncièrement mauvaise. Mais on peine à retrouver ce qui faisait le charme des précédents opus. A commencer par la séquence d’ouverture, dépourvue cette fois de toute malice là où même le décrié Scream 4 avait réussi à surprendre. Le début est poussif, les personnages historiques (de loin bien meilleurs que la nouvelle génération) mettent beaucoup (trop) de temps à entrer en scène. La musique ne laisse pas de souvenir impérissable. Il y a quelques bons moments mais l’excitation n’est que rarement à son comble. On s’attendait à mieux de la part d’une équipe créative intégralement renouvelée qui hélas se tourne (beaucoup) trop vers le passé de peur de dévoyer le modèle. Bref, la moins bonne suite, mais une suite quand même. Et c’est déjà pas mal.
    bladgik
    bladgik

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 438 critiques

    3,0
    Publiée le 13 janvier 2022
    Je suis mitigé.... le film n'est pas désagréable on retrouve les codes de Scream mais à trop vouloir se rapprocher du premier je trouve que on perd en originalité et on tombe dans le remake ... et j'aurais voulu plus d'interactions avec les acteurs d'origines. Mais bon ça fait le job et ça plaira à ceux qui n'ont jamais vu Scream. Mais honnêtement le meilleur c'est le
    Premier de loin . Petite surenchère dans le gore aussi, était ce vraiment nécessaire.... pas sûr .
    HorrorFans
    HorrorFans

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 16 critiques

    5,0
    Publiée le 12 janvier 2022
    Le meilleur volet de la saga depuis l'original, un slasher généreux et toujours aussi méta. Si vous aimez la saga originale, foncez !
    lmc-3
    lmc-3

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 244 critiques

    2,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    3,8 à l'instant où j'écris mes lignes?!!

    Donc, ce Scream 'sequel' et non 'Scream 5', pour reprendre les termes employés par les personnages, ne se veut donc pas être une suite habituelle aux quatre premiers titres, mais un 'sequel', ni vraiment une suite, ni vraiment un remake faisant abstraction des originaux, si les spectateurs semblent pour la plupart convaincus, me concernant, quoi que puissent affirmer les protagonistes de cette saga brisant, comme à leur habitude, en partie de quatrième mur, au-delà des 'nouveautés' ventées, de 'la volonté de 'ne pas se moquer des fans de la franchise en faisant quelque chose de convenu visant seulement à faire du fric', je vois le film exactement comme l'opus de trop de la saga imaginaire "Stab" qu'il critique, alors il y a des bonnes idées de temps en temps, notamment dans ce jeu perpétuel de toujours tenir compte des 'codes' à respecter, des punshlines, à côtés des quelques-unes un peu gênantes, des personnages intéressants, mais voilà, le fruit, malgré ses spécificités propres, reste connu, 'alors le public pense qu'on pense qu'il pense qu'on pense qu'il pense donc il s'attend à ce qu'on fasse donc on va faire ça, mais c'est ce qu'il pense, donc on va faire ça, etc,... après une suite, puis une autre suite, puis une autre suite, dans le film ils disaient que la franchise 'Stab' (alors à son huitième titre) c'était dégradé après le 5e, Scream, le premier 79% sur Rotten Tomatoes, le second, 57%, le troisième 37%, le quatrième, 56%, autant dire bien moins d'engouement qu'avec le public fictif de 'Stab', une dizaine à peine dans ma salle le jour de sa sortie, dont un qui a ronflé tout le film, de mon point de vu, ce n'est pas qu'il est moins bon que ses prédécesseurs, juste, il est temps de passer à autre chose.

    Oubliable
    gunbuster
    gunbuster

    Suivre son activité 291 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 15 janvier 2022
    Avec tous les suites 20 ans après, reboot et remakes en veux-tu en voilà, il est toujours difficile de savoir à quoi ressemblera le nouveau film d’une saga à l’arrêt de puis 10 ans.

    Et contre toute attente, le film est à la hauteur de sa bande-annonce, des attentes suggérées, et met un point d’honneur à s’inspirer du premier volet, sans tomber dans la redite, les clins d’œils grossiers ou la suite sans imagination.

    S’agissant d’un slasher, on n’a peu de temps pour se familiariser avec les nouveaux venus, le cercle d’amis de Tara qui ressemble à s’y méprendre à celui de Sydney Prescott.

    Une bonne idée artistique, a été de transformer la grande sœur Sam, en nouvelle protagoniste alors qu’elle jure devant Dieu, qu’elle ne veut rien faire à Woodsboro, et qu’elle n’a rien ni d’une héroïne de slasher, ni d’une demoiselle en détresse.

    Ce que j’adore dans les slashers Scream, c’est le fait que les réalisateurs jouent en permanence avec le spectateur sur l’identité du tueur, avec des dialogues menaçants, laissant toujours planer le doute sur la véritable facette du personnage. En soi, c’est un excellent Whodunit.

    Il y a une tension permanente, un suspense, les attaques et meurtres s’enchaînant sans aucun temps morts, créant un rythme moderne et soutenu.

    Les scénaristes vont bien évidemment jusqu’à sacrifier quelques « anciens », histoire de rappeler qu’aucun personnage n’est à l’abri du tueur.

    La découverte de la série est évidemment la superbe et charismatique Melissa Barrera.

    Mention également à la petite sœur pas si nunuche que ça, jouée par la mignonne Jenna Ortega.

    On retrouve également le sympathique Jack Quaid (The Boys), dans le rôle du petit-ami de Sam.

    Un film mené de main de maître, qui ne souffre jamais de la comparaison avec l’original, sachant à la fois le référencer de manière tantôt subtile, tantôt évidente, tout en s’en éloignant suffisamment pour exister par lui-même, et ne jamais une simple suite ou remake banal.

    Le seul bémol, est qu’on a pas le temps de s’appesantir assez sur les nouveaux protagonistes pour s’y attacher.
    Cory MLK
    Cory MLK

    Suivre son activité Lire ses 13 critiques

    4,0
    Publiée le 13 janvier 2022
    Un retour à Woodsboro qui fait plaisir, une nouvelle palette de personnages charismatiques, le retour de notre trio légendaire toujours aussi prenant.

    Des scènes de screamer un peu râtés ( peut être parce qu'à force nous connaissons la recette ) , des meurtres cools.

    Un Scream émouvant pour les fans de la saga, et surtout nous en savons plus sur l'avenir de Gale, Dewey et Sidney. Et c'est ce qu'il nous fallait pour conclure leurs personnages.

    Il est très réussi, c'est une lettre d'amour à la licence, et Wes Craven, depuis là haut, je pense doit beaucoup apprécier cet hommage qui lui a été rendu.

    Il est bien sur conseillé de bien voir les autres Scream, en particulier le 1 et le 4.
    Un titre qui se justifie aussi une fois que l'on a vu ce film , pourquoi SCREAM et pas Scream 5 ? La réponse vous est délivrée.
    Pascal Lecullier
    Pascal Lecullier

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 34 critiques

    5,0
    Publiée le 14 janvier 2022
    Un slasher et une suite digne de ce nom!! Je suis conquis par ce film, c’est un Scream généreux en hémoglobine. Un des meilleurs de la saga, drôle et captivant. Les terrifiés de Ghostface et les habitants de woodsboro n’ont qu’à bien se tenir.
    Cinememories
    Cinememories

    Suivre son activité 161 abonnés Lire sa critique

    1,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    Considéré comme l’un des « 3 C », avec Carpenter et Cronenberg à ses côtés, Wes Craven est le papa de Freddy Krueger, un artisan de qualité dans « The Twilight Zone » et également le créateur du célèbre Ghostface. En donnant un nouveau souffle au slasher, il a porté la saga Scream dans une relecture méta du genre horrifique, dont ses personnages s’approprient et assimilent, avec un sens ludique. De la final girl aux codes du cinéphile, le cinéaste s’est amusé à renverser ces éléments attendus, pour surfer sur un autre type de suspense et d’effroi, tout en injectant la notion d’un profond mal-être du survivant, comme une forme de solitude. Après quatre épisodes signés de sa main, ce sont les réalisateurs du récent et furieux « Wedding Nightmare » qui reprennent le flambeau. Mais où Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett situent donc leur récit ? Pas de chiffre symbolique à l’affiche, pas d’idée de remake ou de reboot à l’horizon. L’extrait promotionnel « Tonight with Gale Weathers » laisse ainsi croire que nous resterons intimement liés aux origines, comme en témoigne le trio vedette, qui rempile une fois de plus et une fois de trop.

    Sidney (Neve Campbell), Gale (Courteney Cox) et Dewey (David Arquette) reviendront à Woodsboro, pour peut-être conjurer la malédiction du Ghostface une fois pour toute. Et quand bien même, ce ne sont plus les cadors d’une franchise orpheline, le scénariste Kevin Williamson a également quitté le bord, certains d’entre eux peuvent encore jouir d’une bonne excuse dans ce retour aux sources. Hélas, cela en fait également une limite évidente, qui émiette, tout au long d’un trajet périlleux, un discours méta-guignol sur le cinéma d’horreur à l’heure du jour, embourbé dans ses propriétés intellectuelles, dont la saga « Halloween », cité à raison, mais singé à tort, car a su tirer parti de ce constat pour s’offrir une continuité. Ici, rien n’avance. On régresse simplement, le temps de quelques taillades et de mises à mort inoffensives. En ramant si proche des frontières du volet d’origine, les cinéastes se brûlent les ailes dans ce tour de jeu, qu’ils estiment plus malin, arrogant et provocateur. Pourtant, rien d’exceptionnel sera au rendez-vous, car l’intrigue ne fait qu’esquiver l’identité du, voire des tueurs masqués.

    Ce qui ressemble à une farce sous-entend toutefois une forme de cynisme garanti, au détour d’un hommage mortel et sincère des techniciens. Ce sera au prix d’une efficacité qui se perd, étourdie par son faux intérêt pour les jump scare derrière la porte. Le film ne fait que répéter les erreurs qu’il dénonce, pas comme un certain « Matrix Resurrections » l’a fait, mais comme des fans, qui n’interrogent pas plus que ça l’aspect toxique, qui a des teints sur ce « Scream 5 ». En n’assumant pas son identité, en ne souhaitant pas forcément de recoller au fil rouge des survivors, si ce n’est pour les remettre à genou devant un échec évident, le film se contente de flotter dans une atmosphère paresseuse et soporifique, où les seuls instants vibrants seront lorsque le portable sonnera soudainement. Il n’y avait pourtant rien à attendre, alors que les deux sœurs Tara (Jenna Ortega) et Sam Carpenter (Melissa Barrera) se démènent pour exister dans cet univers bancal et sans le frisson qu’on lui a autrefois associé.

    La série de 2015 au voulu profiter de la dynamique nostalgique et surligner un peu plus les codes du slasher pour la transmettre à des spectateurs, qui ne jureraient que par l’elevated horror. On reviendra de nouveau sur ce point, qui ne prend pourtant pas la peine de comprendre son essence et préférera citer Jordan Peele et M. Night Shyamalan, comme si ce sous-genre relevait d’une modernité récemment acquise par Hollywood. Que nenni. Nous pouvons remonter d’un siècle, tout en sondant un héritage, prématurément enterré. « Scream » reste une révolution dans sa propre bulle de réflexion et ce dernier volet s’engage maladroitement dans un sujet qu’il ne connaît pas assez pour le discuter, ou pire, pour l’entacher de son ressort intellectuel adolescent.
    Nizar R.
    Nizar R.

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    Un film sans âme sans scénario, une intrigue très prédictible et un casting de série Z (mise à part les acteurs de la saga originale)
    Un très mauvais plan n'allez surtout pas le voir.
    Hollywood a vraiment besoin d'une nouvelle génération de scénariste, à force de faire des remakes on tombe dans la facilité le déjà vu dans le consumérisme de premier degré !!
    Jules64
    Jules64

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 13 janvier 2022
    Dommage qu’on puisse pas mettre -5 étoiles.
    JE SUIS fan de la première heure! J’ai grandi avec scream, il est dans mon top 5 de mes films préférés et je suis sûr que beaucoup sont dans mon cas. Alors, que fut ma surprise quand hier soir je découvre ce que je pourrais appeler un navet mais en fait, c’est pire que ça. On nous vendait du rêve avec ce nouveau scream et bien, déjà que je n’aimais pas les réalisateurs qui me semblait inexpérimenté mais la, c’est le coup de grâce.

    Le film est d’une nullité presque gravissime je dirai même « comment peut on aujourd’hui financer ce genre de film à coup de millions et millions de dollars ? »

    spoiler: Tout est nul, mal tourné, le scène d’ouverture n’en ai pas une, Billy en fantôme c’est ridicule, on est surpris par rien, il n’y a aucune intrigue, les morts sont insignifiantes elles ne sont pas peur du tout et quand même bien ne représentent pas la patte scream. Le tueur semble mou du genoux et mal adroit, et la fin… la maison de S’tu, qui célèbre la scène final grandiose du premier n’est même pas mise en valeur. Quant au tueur, je le trouve fade, moue en aucun cas il ne veut harceler les gens, leurs courir après, le mec fait du surplace et claqué un coup de couteau dans la gorge et c’est fini.


    Enfin bref, je n’irai pas le voir une seconde fois et en aucun cas je donnerai à nouveau mon argent pour scream c’est fini. Wes craven doit se retourner dans sa tombe tellement ce film est une honte au réalisateur.

    On espère qu’ils s’arrêtent la, pourquoi ? Car ce genre de film grotesque qui surfent sur le nom d’un film grandiose, nuis justement à la réputation de l’original!

    Clap de fin.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 793 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 18 janvier 2022
    Encore un qui est de retour! La tendance est au manque total d’idées, au recyclage et au retour de vieilles franchises autrefois à succès. Et il n’y a pas que le cinéma d’horreur qui y a droit puisqu’on nous ressort des suites sur le tard, des reboots et désormais des requels (ce qui signifie faire une suite en mélangeant de nouveaux personnages et des anciens). On a pu le voir très récemment avec les derniers « Matrix » ou « S.O.S. Fantômes ». Et c’est surtout de ce terme que va se nourrir cette nouvelle mouture de « Scream ». De plus, pour encore plus brouiller les pistes et faire plus neuf de manière roublarde, ce cinquième opus se voit enlever le chiffre 5 du titre... Donc nous voilà revenu dix ans après un quatrième épisode de bonne facture à Woodsboro. Entretemps, le créateur et réalisateur culte de la série, Wes Craven, est décédé tandis que le scénariste Kevin Williamson n’a pas souhaité rempiler. L’occasion de faire un grand coup de neuf avec une toute nouvelle équipe et tabler sur le retour des trois acteurs historiques de la saga. L’excitation était à son comble et on en sera pour nos frais...



    Car oui ce cinquième épisode n’est certes pas un navet mais il décevra beaucoup de monde, des fans purs et durs comme les nouveaux spectateurs. Mais il permet de réévaluer le quatrième, au final bien mieux que celui-ci. On dirait que toutes les personnes à l’œuvre ici n’ont pas évolué avec leur temps et tout cela semble presque désuet voire périmé. Cela en fait une suite opportuniste avec des acteurs oubliés venus cachetonner, des nouveaux en quête de succès piochés sur des séries à la mode, un duo de réalisateurs fans qui avait relativement surpris avec « Wedding Nightmare » mais qui semble écrasé par le poids du mythe et des scénaristes paresseux. En vrai fan on ne peut qu’être déçu par cette accumulation de poncifs, d’invraisemblances notables et une énorme impression de déjà-vu. Le déroulement semble encore et toujours le même, du premier meurtre jusqu’au final et même dix ans après le dernier, une grosse impression de lassitude pour nous et de fainéantise de la part des producteurs s’installe.



    En premier lieu, les meurtres sont très mauvais et sans aucune originalité et c’est pourtant l’un des attraits de cette saga et du slasher en général. La toute première scène (attrait phare des « Scream ») est vraiment mauvaise et triviale. On ne ressent aucune tentative d’apporter du neuf. Et la suite prendra le même chemin. Dans un film basé sur les mises à mort, c’est un bien triste paradoxe. Ensuite si ce « Scream » prend bien en compte de l’arrivée des nouvelles technologies, il ne s’en sert pas assez. Quant au côté méta si bien négocié dans le dernier « Matrix » par exemple, ici tout semble forcé sur ce point. Niveau terreur, c’est le zéro pointé et les séquences censées faire sursauter sont ridicules (ou alors on a mal vieilli), à grand renfort de touches sonores assourdissantes pour tenter un bond du spectateur sur son siège, comme les pires séries B Blumhouse. Même le bilan du cinéma d’horreur actuel est peu intéressant et se fait phagocyter par le fan service. Mais il faut avouer que l’on ne s’ennuie pas non plus, le rythme est plutôt bon et il est toujours amusant de trouver l’identité du ou des tueurs. Le côté nostalgique fonctionne aussi pour les fans de la première heure mais c’était vraiment dispensable et on est très loin de la maestria des premiers. Force est de constater que comme beaucoup d’autres sagas, la qualité décline d’épisode en épisode. Et dire qu’ils ont encore des suites dans les tuyaux...



    Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    Benito G
    Benito G

    Suivre son activité 349 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,5
    Publiée le 19 janvier 2022
    La nouvelle mode, comme on pourrait mettre le dernier au même rang. Appeler requel, un remake de l original (un peu trop copié collé au peut être...), et une suite à la saga en même temps... Tabs nommé ainsi dans le film en est en quelques sortes un dans Scream 2 lors de la scène d ouverture et de la projection du film dans le film... On reprends mais un peu trop les même codes que l original, avec quelques news histoire de dire. On mettra de côté les "faux raccord", notamment lors des scènes de coup de couteau... Mais c était déjà le cas, donc on va dire que l'on fait abstraction. Après le retour du trio fait évidemment plaisir même si ils ont pris un coup de vieux. Et que le film nous offre un twist dans le genre du 1 sans spoilers... Mais peut être version 2022. Quant à l interdiction de moins de 16 ans... Si on se refaire au film du genre actuel. Elle n était peut être pas nécessaire et un moins de 12 avec avertissement comme le dernier Halloween aurait pu suffire... Les secrets de tournage indiqué qu ils ont du faire face à une rupture d hémoglobine... On se dit donc que cela va être saignant a l'extrême. Mais en fin de compte cela reste dans la lignée des slashers. La nouvelle génération, ou non initiés. Ne verront sans doute pas de nombreux clubs d'œil, ou référence à d autres films du genre ou cela cible plutôt ce qu apprécier Wes C. Comme si le film lui était dédié pour faire découvrir cette saga a la saga qui en 96 a relancé les slasher movie... Mon avis est donc mitigé mais cela se laisse regarder sans prise de tête, et pourtant un bon cheminement pour nous embrouiller sur la deuxième partie. Mais je pense que cela n est peut être pas pareil pour qui découvre la saga... Bref un bon petit moment où ne pas avoir d attente est la meilleure des choses tout comme éviter la BA pour avoir un max de surprise. des agressions, quelques jumpscares.... Mais cela fait plaisir de voir cela en salle... Affaire a suivre évidemment...enfin logiquement....
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top