Mon compte
    Onoda - 10 000 nuits dans la jungle
    note moyenne
    4,1
    222 notes dont 30 critiques
    répartition des 30 critiques par note
    12 critiques
    11 critiques
    3 critiques
    3 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Onoda - 10 000 nuits dans la jungle ?

    30 critiques spectateurs

    PLR
    PLR

    Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 1 006 critiques

    2,5
    Publiée le 24 juillet 2021
    Comme toujours, les scénarios inspirés de faits réels (issus de l’Histoire ici avec un grand H) offrent le plus de matière. Mais ce film-ci pêche par sa longueur : 2 heures et 45 minutes qui ne sont pas justifiées par des scènes d’action intenses. Certes, il a sans doute fallu donner la sensation de la longueur de ces 10 000 nuits mais il y avait certainement d’autres procédés narratifs plus efficaces. Tout se traîne en longueur alors que le spectateur est bien évidemment attiré et aspiré par la fin qu’il connait ou pressent déjà. C’est un manie à (ou pour) Cannes de délayer ainsi un sujet jusqu’à lui faire perdre de sa puissance. Je me suis dit quel est l’obscur (pour nous) réalisateur nippon qui, pour se faire remarquer, joue ainsi de la longueur ? Eh ben, c’est un Français !
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 484 abonnés Lire ses 1 333 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2021
    Quel film extraordinaire que ce Onoda ! Je crois n'avoir jamais vu de film français aussi ambitieux de toute ma vie.

    C'est tout le grand cinéma américain du nouvel Hollywood qu'il faudrait convoquer ici, pour le comparer au souffle, à l'ampleur narrative de ce deuxième film d'Arthur Harari. On pense bien bien sûr au cinéma de Cimino, mais qui serait ici dans une tonalité mineure : une sorte de Voyage au bout de l'enfer intime et introspectif.

    Le film est parfait sur tous les plans, sans aucune exception. L'image est d'une beauté irréelle, la photographie sublimant tous les plans, baignant les scènes dans une lumière souvent grisâtre, à la fois précise et réaliste. Les acteurs sont incroyables, le sentiment d'immersion absolu. Le découpage du film, habilement structuré autour de plusieurs flashbacks imbriqués, réduit les 2h47 du film à un clignement d'oeil.

    Une odyssée au long cours, de l'émotion, de la poésie, de la réflexion : Onoda, c'est du cinéma d'auteur XXL, en parfaite résonance avec le monde actuel (on comprend parfaitement comment peut naître une théorie du complot). Il est pour moi inexplicable que le film n'ait pas été en compétition au Festival de Cannes 2021, à la place de films comme La fracture, Haut et fort ou Tout s'est bien passé.
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 204 abonnés Lire ses 1 107 critiques

    4,0
    Publiée le 26 juillet 2021
    Le cinéma aime l'aventure, l'action, et les mouvements. Ce cinéma-là, totalement hors de tout ce qu'on connaît déjà, est un film d'après-guerre, mais un drôle d'après-guerre. Onoda est un lieutenant dévoué, formé aux services secrets et qui dévoue sa vie à la nation japonaise. Tapi dans la méfiance, tout autant que dans l'obéissance, l'homme passera 10 000 nuits dans une jungle insulaire, persuadé que la guerre de 1939-1945 perdure et qu'il doit préparer la riposte contre l'ennemi.

    "Onada - 10 000 nuits dans la jungle" est un film lunaire. On passe plus de deux heures avec un petit groupe d'hommes qui survit dans la pénurie la plus totale, avec des méthodes pouvant s'apparenter à du terrorisme. Mais personne ne peut contester l'honnêteté d'Onara. Jusqu'au bout, il se laisse berner par le mensonge dans lequel il habite, mû par un esprit de patriotisme rarement vu. La mise en scène montre avec brio la mécanique que cet homme se construit pour donner chair à son exil devenu un mensonge. Le format du long-métrage, généreux, est nécessaire pour appréhender la temps immense qui s'est écoulé entre son arrivée sur l'ile et son départ. Les traits vieillissent. L'amour est absent, même si parfois on comprend qu'ils ont peut-être succombé à des relations inverties pour survivre à la privation sexuelle.

    Le résultat est magnifique. On ressent un vif hommage pour cet homme qui a consacré toute sa jeunesse à un idéal fantasmatique. Cette hibernation forcée de plusieurs décennies est un miracle d'humanité et de servitude.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 2 053 critiques

    3,5
    Publiée le 24 juillet 2021
    Histoire fascinante de ces soldats japonais. Le film lui reste assez classique dans la narration mais suffisamment pour tenir en haleine malgres sa longueur.
    Alice L
    Alice L

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 167 critiques

    5,0
    Publiée le 21 juillet 2021
    Onoda est un film passionant, fou, obsédant
    Magnifiquement mis en scène et interprété
    Un chef d'oeuvre
    Cinephille
    Cinephille

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 544 critiques

    4,5
    Publiée le 24 juillet 2021
    Il est étonnant que Onoda soit revenu bredouille de Cannes tant ce film est maîtrisé. A priori qui serait intéressé par l’histoire d’un Japonais se croyant pendant 30 ans toujours responsable d’une mission de guerre dans une île philippine ? Pourtant c’est un grand film avec une mise en scène parfaitement maîtrisée, des personnages auxquels on ne s’attache pas mais qu’on ne rejette pas non plus, une photo impeccable et un récit limpide. Les 2h45 ne sont pas superflues, le temps (au sens temporel et météorologique) etant une composante majeure du film. Il y a une certaine violence mais jamais excessive, ni complaisante ni suffocante. Les hommes sont au bord de la folie mais n’y tombent pas, gardant pour ceux qui restent en vie, une lucidité sur leur sort.
    L’épique et le quotidien se mêlent tres habilement. Je ne sais comment Arthur Hariri a eu l’idée de ce film et comment il a pu le réaliser mais en tous cas c’est pleinement réussi.
    jean l.
    jean l.

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 168 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juillet 2021
    Film magnifique sur une aventure hors du commun
    Le meilleur film de guerre depuis des années qui déclenche l’enthousiasme de la presse et du public au festival de cannes
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2675 abonnés Lire ses 5 228 critiques

    4,0
    Publiée le 23 juillet 2021
    Savoir qu'il s'agit d'une Histoire Vraie donne un pouvoir d'attraction fort tant on a bien du mal à imaginer cet entêtement, qui frôle la simple folie sans pourtant que ces hommes n'y tombent jamais vraiment. Tandis que plus le groupe diminue plus il est compréhensible de ne pas trouver forcément crédible que ces hommes croit dur comme fer que la guerre se poursuit. On frôle le grotesque quand arrive le premier "contact" et que les survivants obtiennent les premières "vraies" informations sur le présent actuel. Psychologiquement le film est sur ce point passionnant. Parfois attiré par le style contemplatif, le réalisateur ne choisit pourtant pas cette option même si les paysages imposent le contexte de la jungle et un climax singulier, car même si le temps est étiré il se passe toujours quelque chose, d'abord dans le quotidien du soldat mais aussi dans l'évolution psychologique des uns et des autres sans pour autant occulter le lyrisme de certains passages. Un des grands films de l'année à voir et à conseiller.
    Site : Selenie
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1356 abonnés Lire ses 3 573 critiques

    3,5
    Publiée le 22 juillet 2021
    A priori, il ne doit plus rester, depuis de nombreuses années, de soldats japonais croyant que la deuxième guerre mondiale n'est toujours pas terminée. Quoique le dénommé Hiro Onoda, dont Arthur Harari raconte l'histoire dans le film éponyme, n'est mort qu'en 2014 mais 40 ans quand même après avoir quitté la jungle des Philippines où il est resté durant 3 décennies. Fascinant destin que celui de ce dernier soldat, avec ses compagnons d'armes puis en solitaire, isolé du monde de l'après-guerre. Presque 3 heures de film pour raconter une telle aventure, ce n'est pas si long en définitive et Harari la traite d'une manière assez admirable, en s'inspirant du cinéma japonais, comme un Imamura ou un Shindō, par exemple, aurait pu le faire. C'est à dire en refusant tout spectaculaire et en nous faisant entrer dans la tête, folle mais logique de par son éducation militaire, du lieutenant Onoda. Jouant avec les ellipses et le vieillissement de son personnage principal, le film se révèle de plus en plus intéressant au fil des minutes, avec en point d'orgue ces face à face incroyables avec une jeune autochtone puis un touriste japonais. Si Diamant noir, le brillant premier long-métrage du cinéaste, avait marqué par la qualité de son style, Onoda, de par son classicisme et son lyrisme métaphysique, fait entrer directement Arthur Harari dans une caste rare dans le cinéma : celle des réalisateurs qui n'ont pas peur d'être ambitieux et qui restent maîtres de leur art.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 541 abonnés Lire ses 2 376 critiques

    4,0
    Publiée le 22 juillet 2021
    On peut s'étonner que ce soit un réalisateur français qui se lance dans un film de fiction en langue japonaise racontant l'histoire véridique du dernier soldat japonais de la 2ème guerre mondiale resté "en activité". Ce soldat, Hirō Onoda, avait été envoyé avec une vingtaine d'autres soldats par le major Yoshimi Taniguchi sur l'île de Lubang, aux Philippines, avec comme mission de retarder le débarquement sur l'île des américains et l'ordre de "refuser de mourir coute que coute" et de ne se rendre sous aucun prétexte. Ce n'est qu'en 1974 que Onoda comprendra enfin que la guerre est finie. Ce film de 2 h 47 a été présenté à Cannes 2021 en ouverture de la sélection Un Certain Regard. Une sélection dans la compétition officielle aurait été tout à fait justifiée tellement ce film déborde de qualités, tant quant à l'intérêt de l'histoire, que sur l'étude psychologique des soldats, en particulier Hirō Onoda, et la beauté des images.
    dejihem
    dejihem

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 555 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2021
    On n'imagine pas que ce film soit réalisé par un français ! Empreint d'un magnifique classicisme et d'un lyrisme métaphysique, sans compter la fine observation du système de pensée des japonais de l'époque. Étant habitué aux films japonais, on retrouve la relation intense à la nature et à son ingrédient principal : l'eau. La mise en scène, passant de sas en sas temporel, prend le temps de nous amener les personnages. Un film fort et beau sur l'intégrité, l'amitié, et la fameuse résilience.
    Ma palme d'or.
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 169 abonnés Lire ses 1 219 critiques

    4,5
    Publiée le 27 juillet 2021
    Il faut un peu de temps au film pour trouver ses marques et ce n’est que vérité. Le temps nécessaire pour nous rappeler comment un homme va s’extraire du monde au service de sa patrie pour laquelle il ne doit jamais mourir. Mais résister et résister encore. Ce que va faire Hiroo Onoda à la fin de la seconde guerre mondiale en gagnant l’île de Lubang dans les Philippines où il doit contrer le débarquement américain. La guerre est déjà presque finie, perdue depuis quelques temps , mais l’homme n’en saura rien. Ou voudra l’ignorer, respectant l’ordre suprême de ne jamais lâcher. Et de vivre à tout prix… Axiome paradoxal qui filme à l’encontre de l’évidence, tout au long du périple solitaire du héros. La caméra le suit pas à pas dans l’absurdité des faits, leur donne raison pour une lueur d’espoir, un élan solidaire, un regard amical. L’élan psychologique de la mise en scène, assez rare au cinéma, implique totalement le spectateur dans cet état aveugle et aberrant. C’est un beau et grand film sur le repli, physique et mental, où de grands comédiens expriment avec simplicité le désœuvrement de l’humanité. Une œuvre majeure dans le cinéma mondial.
    Pour en savoir plus : lheuredelasortie.com
    Adelme d'Otrante
    Adelme d'Otrante

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 383 critiques

    4,0
    Publiée le 22 juillet 2021
    L'histoire réelle est fascinante. Celle d'un soldat japonais envoyé en 1944 sur une île des Philippines qui s'est volontairement oublié dans un conflit qui n'existait plus pour mener sa propre guerre invisible contre quelques villageois et surtout lui-même. Un film fascinant sur l'honneur, l'orgueil, la volonté de trouver son utilité dans une société et les combats inutiles. Quelques longueurs certes mais relativisons...nous spectateurs ne passont que 3h en salle à regarder ce récit envoûtant alors que lui aura passé 30 ans sur son île à ne combattre que des fantômes.
    Barnabé Jarrot
    Barnabé Jarrot

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 61 critiques

    5,0
    Publiée le 21 juillet 2021
    ONODA est une merveille. Une incroyable histoire vraie, racontée avec brio par Arthur Harari, qui signe une odyssée humaine à la fois intime et universelle, portée par une mise en scène d'une élégance et d'une intelligence rares. Bouleversant.
    Paco M.
    Paco M.

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,0
    Publiée le 28 juillet 2021
    Un très bon film qui prend le temps de sa narration inspiré d'une histoire vraie. Le cadre post seconde guerre mondiale est bien retranscrit. Pour les amateurs d'un cinéma naturaliste.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top