Mon compte
    Nuages flottants
    Nuages flottants
    1 novembre 2006 en salle / 2h 03min / Drame, Romance
    Date de reprise 1 novembre 2006
    De Mikio Naruse
    Par Yôko Mizuki, Fumiko Hayashi
    Avec Hideko Takamine, Masayuki Mori (I), Mariko Okada
    Titre original Ukigumo
    VOD
    Presse
    4,5 2 critiques
    Spectateurs
    4,3 82 notes dont 17 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Durant un voyage en Indochine pendant la Seconde Guerre mondiale, Yukiko fait la rencontre de Kengo, un homme marié. Celui-ci promet de divorcer à leur retour au Japon...

    Regarder ce film

    En VOD
    LaCinetek Location dès 2,00 €
    Orange Location dès 2,99 € HD
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 10,00 €
    neuf à partir de 25,99 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Acteurs et actrices

    Hideko Takamine
    Rôle : Yukiko Koda
    Masayuki Mori (I)
    Rôle : Kengo Tomioka
    Mariko Okada
    Rôle : Sei Mukai
    Isao Yamagata
    Rôle : Sugio Iba
    Casting complet et équipe technique

    Critique Presse

    • Télérama
    • aVoir-aLire.com

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    2 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 550 abonnés Lire ses 1 922 critiques

    5,0
    Publiée le 11 septembre 2014
    Japon : Hiver 1946, la guerre vient de se terminer. Yukiko Koda rentre dans son pays, un Japon affecté et anéanti par la défaite après avoir passé plusieurs années en Indochine comme secrétaire du ministre de l'agriculture et des forêt. C'est d'ailleurs là qu'elle y a rencontré Tomioka avec qui elle a vécu un amour passionné qui lui avait fait le serment de l'épouser une fois renter au Japon... Mais lorsqu'elle le retrouve au pays du ...
    Lire plus
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2 484 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 18 novembre 2012
    De l’œuvre la plus célèbre du plus désespéré chantre du pessimisme que le cinéma ait connu, il faut s'attendre à un film désespéré et pessimiste...et suspense... c'est le cas. On prend comme contexte celui ultra-sombre de l'immédiat Après-guerre japonais et on y plonge deux êtres qui sont faits l'un pour l'autre mais qui ne le savent pas ou ne veulent pas le savoir, du moins pour l'homme, on suit leur cheminement que l'on sait ...
    Lire plus
    Jrk N
    Jrk N

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 236 critiques

    5,0
    Publiée le 2 mars 2020
    Après la défaite de l'armée japonaise en août 45, les autorités ont rapatrié sur l’archipel 7 millions de personnes, soit plus de 12 % de la population, moitié militaires, moitié civils depuis les zones occupées qui s'étendaient depuis l'Indonésie jusqu'à la Mandchourie, en passant par le Vietnam que nous nommions alors Indochine. Une des plus grandes romancières japonaises du vingtième siècle Hayashi Fumiko (1903-1951) raconte ...
    Lire plus
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 29 août 2008
    Le chef-d'oeuvre de Naruse. Un mélo d'une grande subtilité, que même Ozu jalousait. C'est dire !
    17 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secrets de tournage

    L'adaptation d'un roman de Fumiko Hayashi

    Nuages d'été est l'adaptation de l'ouvrage Iwashigumo, de la romancière japonaise Fumiko Hayashi. Mikio Naruse entretient une intime relation avec l'auteur, puisqu'il adaptera cinq autres de ses livres, parmi lesquels Ukigumo (Nuages flottants, 1955) et Midaregumo (Nuages epars, 1967).

    Mikio Naruse, maître du cinéma japonais

    Le cinéaste Mikio Naruse est l'un des grands maîtres du cinéma japonais aux côtés d'Yasujiro Ozu, Kenji Mizoguchi ou encore Akira Kurosawa. Sans doute le moins connu de tous, injustement catalogué comme artiste maudit et malchanceux, il est pourtant l'un des plus beaux fleurons du cinéma nippon des années 50 et 60, avec une spécialisation dans le genre populaire et le drame sentimental en particulier, où sa vision douce-amère du monde est flagran Lire plus

    Primé aux Blue Ribbon Awards

    En 1956, Nuages flottants a reçu le Blue Ribbon Award, distinction cinématographique majeure au Japon, du Meilleur film. La même année, le long-métrage à par ailleurs obtenu quatre récompenses aux Kinema Junpo Awards et au Mainichi Film Concours.

    Infos techniques

    Nationalité Japon
    Distributeur -
    Année de production 1955
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 10/05/2020
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 3 anecdotes
    Budget -
    Date de reprise 01/11/2006
    Langues Japonais
    Format production 35 mm
    Couleur N&B
    Format audio Mono
    Format de projection 1.33 : 1
    N° de Visa 57979

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Commentaires

    • Nelly M.
      Comme elle a une tête de chien fidèle à mauvais maître, cette silhouette échouée, comme embarrassée d'elle-même. Quant à l'heureux élu, c'est le genre tombeur malgré lui qu'on pressent sur une longueur d'ondes différente. Il est beau, le bougre. Cela donne un étrange duo en perpétuel décalage dans leurs marches clandestines sur des chemins déserts, chacun amoché par la guerre à sa façon. Drôle de préambule, et pourtant on consent à s'abîmer dans ce noir et blanc à l'issue prévisible. Car ils sont au bout du rouleau d'une certaine manière tous, l'épouse légitime tout aussi lugubre que nos deux tourtereaux du temps jadis. Toutes les entrevues commencent par le soleil et finissent dans l'impasse. Mais voilà, on tient le coup grâce aux images peut-être plus parlantes que les quelques paroles implacables... Le plus fort de l'obstination la plus insensée, la plus morbide qui soit, est que le bel inaccessible ramollit, tout ne lui étant pas aussi dû qu'il le croyait... Poignante conclusion que ce flash-back de jeune fille toute printanière qui parvient à effacer l'impression détestable de la maîtresse terne, sans ressort de séduction autre que le suicide à deux. Ce peut être vu encore aujourd'hui en 2012 comme un portrait de Japonaise ordinaire obligée de faire dans le dénuement le plus complet, avec passage par la case prostitution, tout en vénérant un abruti. "Courte est la vie des fleurs, infinie leurs douleurs", conclut Mikio Naruse en droit fil de l'oeuvre de la romancière nipponne dont il s'est inspiré.
    Voir les commentaires
    Back to Top