Mon AlloCiné
    La Planète des singes : les origines
    note moyenne
    4,1
    41742 notes dont 2914 critiques
    répartition des 2914 critiques par note
    636 critiques
    1311 critiques
    645 critiques
    190 critiques
    78 critiques
    54 critiques
    Votre avis sur La Planète des singes : les origines ?

    2914 critiques spectateurs

    Simon1310
    Simon1310

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 217 critiques

    3,0
    Publiée le 10 août 2011
    C'était l'un des film que j'attendais le moins, et en définitive il m'a agréablement divertit, l'histoire se suit sans ennuie et arrive à être peu prés crédible sur la façon dont les singes vont prendre possession de la terre, dans la mesure où ce qu'il permet de les évoluer sera aussi responsable indirectement de la perte de l'humanité. Les singes malgré un manque de naturel sont assez bien fait, toutefois je peux regretter qu'ils ne soient pas un peu plus bestiales et cruels, je les ai trouvé un peu trop gentillet surtout lors de leur révolte, ils arrivent à ne pas faire de victimes alors que ce sont des animaux sauvages,malgré leurs d'intelligences. Pour débuter une nouvelle saga sur les singes, ce film a très bien posé les bases reste à savoir si ca continuera.
    septembergirl
    septembergirl

    Suivre son activité 489 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    4,0
    Publiée le 14 août 2011
    Un bon film de science-fiction, avec une histoire qui tient tout à fait la route, et devant lequel on passe un agréable moment. La réalisation nous offre beaucoup d'action, mais fait aussi la part belle à la psychologie des personnages. Une révolte des singes parfaitement bien dépeinte !
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 845 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    4,0
    Publiée le 24 juin 2014
    Nous voilà plongée dans le nouveau " La planète des singes " ! Plus qu'un simple prequel à une franchise maintenant mythique, Rise of the Planet of the Apes des singes est un divertissement convaincant. La somptuosité des effets spéciaux et leur efficacité tout au long de l'histoire sont probablement la plus grande qualité de l'oeuvre. Les singes se devaient d'être bien exécutés, d'être d'une compétence technique irréprochable; des acteurs dans des costumes poilus ne passent plus aujourd'hui, trop habitués à des illusions qui frôlent dangereusement la réalité. Les détails physiques de chacun des différents primates sont impressionnants. spoiler: Même les courses effrénées des singes dans la ville de San Francisco et les ravages qu'ils causent en voulant gagner leur liberté sont d'un réalisme stupéfiant.
    Le scénario ne manque pas non plus de pertinence. La plupart des faits généraux développés au sein des précédents opus ont été respectés de manière à faire de ce film un long métrage que les adeptes pourront apprécier autant que les novices. En plus de nous distraire, le film nous fait traverser une gamme d'émotions. La planète des singes : les origines est une réussite. Et si la conclusion ne nous laissait pas aussi évidemment en attende d'une suite, on pourrait peut-être parler d'un film mémorable. Un choix discutable, mais monétairement parlant, est excellent, une intelligence incroyable.
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2869 abonnés Lire ses 1 453 critiques

    3,5
    Publiée le 6 septembre 2011
    "La planète des singes : les
    origines" est il est vrai, un préambule bien trouvé et même intéressant à la série du même nom ! On se laisse prendre par cette fiction peut-être pas si éloignée de ce que nous réserve l'avenir !
    La réalisation est soignée et la prestation de Andy Serkis/César est bluffante !
    Au final, un film bien agréable et certainement pas si innocent...
    SpiderGogo
    SpiderGogo

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 99 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juillet 2014
    J'ai été très agréablement surpris par ce reboot. La Planète des singes : les origines est visuellement très réussi mais le film ne mise pas que sur ça. La force de ce blockbuster est son scénario intelligent et très bien écrit qui nous fait réfléchir. Les acteurs sont tous très bons et plus particulièrement James Franco qui porte le film. La performance d'Andy Serkis en César (via Motion capture) est tout simplement exceptionnelle! Très franchement,je n'ai que des défauts mineurs avec ce film (quelques clichés à certains moments). La Planète des singes : les origines est donc une belle réussite,qui ne réinvente pas la science-fiction certes mais qui arrive à nous émouvoir et à nous captiver autrement qu'avec de l'action. J'ai hâte de voir la suite!
    Walter Mouse
    Walter Mouse

    Suivre son activité 441 abonnés Lire ses 425 critiques

    5,0
    Publiée le 4 mai 2012
    La Planète des singes : les origines, voilà un film dont je me souviendrai! Je ne m'attendais à rien sauf à un bon divertissement, mais je n'étais pas très tenté. Et si j'avais raté ce film, je m'en serai voulu toute ma vie!! La prestation d'Andy Serkis est vraiment parfaite!!!! Ça ne doit pas être flatteur de dire qu'il est parfait en singe, mais il faut le dire, il est génial!! Les autres acteurs se débrouillent très bien également et Freida Pinto est toujours aussi canon...GAAAHH!!! Les effets spéciaux sont incroyables! Aucun singe réel n'est utilisé dans le film! Tout est en images de synthèse! Et le rendu est incroyable! Il s'agit de la première réalisation de Rupert Wyatt et il s'en sort avec les honneurs, en étant à la fois original dans sa mise en scène et dans sa façon de filmer très efficace. La musique accompagne bien le film et est assez prenante. Le scénario est original et les personnages sont très attachants. Un très bon film!!!
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 347 abonnés Lire ses 978 critiques

    3,5
    Publiée le 31 janvier 2018
    " la planète des singes , les origines " 1er volet de la seconde saga de " la planète des singes " . C'est l'histoire d'un groupe de scientifiques mener par un certain Will rodman ( James Franco ) qui expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d'alzheimer . Mais leurs essais ont des effets secondaire innatendu . Ils découvrent que la substance utiliser permet d'augmenter radicalement l'activité cérébrales de leurs sujets . Les singes deviennent très intelligents . César est le premier jeune chimpanzé faisant preuve d'une intelligence remarquable . Mais trahi et humilier par les humains qui l'entoure il va mener la révolte de son espèce contre l'homme ...
    " la planète des singes , les origines " est le 1er volet de la seconde saga de " la planète des singes " qui comprend 3 films ( " la planète des singes les origines " , " la planète des singes , l'affrontement " et " la planète des singes , suprématie " ) sortit entre 2011 et 2017 . Une premiére saga de " la planète des singes " avait vu le jour dans les années 60/70 comprenant 5 films ( " la planète des singes " , " le secret de la planete des singes " , " les évadés de la planete des singes " , "la conquête de la planete des singes " et " la bataille de la planete des singes " ) . Cette seconde saga de " la planète des singes " est un reboot qui repart totalement à zéro en racontant l'histoire de la planète des singes de manière assez différente de la saga originale .
    Ruppert wyatt signe avec " la planéte des singes , les origines " un bon reboot de la saga originale . Ce reboot est vraiment intéressant car il a l'intelligence de ne pas nous resservir ce qu'on a déjà vu dans la saga original en refaisant exactement la même chose . Non deja cette seconde saga commence différemment de la saga originale car il nous raconte d'entrée les origines de cette planète des singes alors qu'il a fallu attendre le 4e film dans la saga originale pour decouvrir les origines de la planète des singes . Le scénario est vraiment intéressant car il nous montre les origines de cette planète des singes . Comment les singes sont ils devenu intelligents et très évolué , comment ils se sont emparer de la planète etc ... Ici le film nous livre un début de réponse très intéressant. Les films de la saga originale nous avaient déjà raconter les origines de la planète des singes . C'est interressant que ce reboot nous raconte une histoire différente sur les origines de la planète des singes . Et voir la révolte des singes ( déjà montrer dans les films originaux ) avec les techniques d'aujourd'hui c'est très intéressant . De plus on a le droit à quelques clins d'oeuils sympa au film original . Le casting est bon avec sa tête James Franco qui joue très bien le rôle de Will rodman ce scientifique qui va tester un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d'alzheimer . Son traitement va avoir des effets sur les singes nottament un singe nommer césar qui va devenir très intelligent et qui va profiter de cette intelligence pour se soulever contre l'humanité qu'il la humilier . César interpréter à merveille par Andy serkis . Grâce a une interprétation impeccable ou il joue le singe à la perfection et grâce a la technique de la Motion capture il donne vraiment vie a césar . Il a l'air vraiment réel .
    Les effets spéciaux sont magistral . Les singes on l'air très réaliste et son impressionnant . L'action est bien mener nottament lors de l'affrontement finale entre les singes et les humains assez spectaculaire même si je reste un peu sur ma faim j'aurait aimer en voir plus. Mais disont que ce film était surtout une mise en place intéressante des événements a venir qui s'annonce dantesque . La fin du film est très ouverte ce qui annonce un deuxième volet ( " la planète des singes , l'affrontement " ) qui s'annonce dantesque ou l'on va enfin voir comment les singes sont devenu maitre de la planète et on soumis l'humanité avec un affrontement entre les deux camps qui s'annonce grandiose . Un bon divertissement . Vivement le second opus .
    x-worley
    x-worley

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 350 critiques

    4,0
    Publiée le 31 juillet 2014
    Trés bon prequel, l'idée est trés bonne et les éffets spéciaux(motion capture avec Andy Serkis qu'on ne présente plus....) sont trés réalistes. Bref il faut une suite!
    Newt23
    Newt23

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 144 critiques

    4,5
    Publiée le 15 avril 2014
    A vrai dire, je n'ai jamais vraiment aimer "la planète des singes". Mais maintenant, après avoir vus ce film... Quelle claque ! Les acteurs sont excellents(toujours aussi fan de James Franco perso), les effets spéciaux sont bluffants et la musique est très bonne. Mais malgré tout cela, c'est le scénario qui m'a le plus séduit. Il est super bien ficelé, la relation James/Cesar est parfaite et touchante. Bref, un excellent film. J'attend la suite impatiemment !
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 3 novembre 2013
    Un Excellent Reboot. Pour sa première réalisation le réalisateur Rupert Wyatt nous présente de manière inédite les Origines de La Planète des Singes. Avec des Effets Spéciaux Révolutionnaires conçu par le formidable travail de l'équipe Digital WETA pour également la création des Singes dont le rendu a l'écran est Saisissant de réalisme. Ensuite le film nous réserve des Séquences d'Actions Intenses dont le final qui se déroule sur le pont du Golden Gate a San Francisco qui est un grand moment d'anthologie,mais également beaucoup d'émotion avec scènes très r a cela une Intrigue Intelligente et Captivante dont le rythme ne faiblit a aucun moment au service d'une Mise en Scène Maîtriser a la perfection en étant dans la lignée des réalisateurs Alex Proyas et Peter Jackson accompagnée d'une superbe Bande Originale du compositeur Patrick Doyle. Enfin le Casting est du haut niveau avec James Franco,Freida Pinto,John Lithgow,Tom Felton et David Olewoyo qui livrent une très bonne performance mais surtout la palme revient au talentueux Andy Serkis qui livre une performance mémorable et prodigieux dans la peau du chimpanzé César qui se montre touchant et attachant en leader des singes. Au Final,La Planète Des Singes-Les Origines est un remarquable Reboot a la fois Haletant,Emouvant,Spectaculaire et Inventif en surpassant le premier film de Franklin J. Schaffner et qui réussi a renouveller la mythologie de La Planete Des Signes a merveille dont on attend avec impatience la suite qui promet beaucoup chose trés intéressante a exploiter dont notamment la scène bonus dans le générique de fin. A ne pas manquer
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 491 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,5
    Publiée le 30 juillet 2017
    Depuis la sortie du livre de Pierre Boulle en 1963, La Planète des Singes aura connu plusieurs vies, plus ou moins réussies, que ce soit sur grand ou petit écran, et après l'échec de la version de Tim Burton, on se retrouve maintenant avec une saga débutant sur les origines des événements initialement racontés.

    Se chargeant de la mise en scène, Rupert Wyatt place son film dans notre époque où l'on va suivre la façon dont un singe, avec l'aide d'un scientifique, va s'humaniser pour suivre une évolution menant peu à peu à la prise de conscience. C'est là d'ailleurs que le film est réussi, dans la façon dont les singes, par le prisme de César, vont peu à peu se rendre compte de l'animalité de l'homme, ainsi que de leur humanisation à eux.

    Sans jamais être réellement transcendante, l'oeuvre reste totalement maîtrisée, avec un Rupert Wyatt sachant bien mener son récit au rythme de l'évolution des singes. Il sait prendre son temps pour bien mettre en avant la cohabitation puis les échanges entre les primates, privilégiant les personnages à l'action, et ce pari est réussi. L'écriture est plutôt de qualité et assez intelligente, et il arrive à la sublimer, sachant créer des liens entre les protagonistes, pour finalement en faire ressortir diverses émotions, que ce soit la sympathie, la tendresse ou l’empathie.

    N'hésitant pas à rendre hommage, plus ou moins subtilement, à l'oeuvre de Franklin Schaffner, Rupert Wyatt signe-là un prometteur début de saga où l'on va suivre l’avènement des singes de manière chronologique (et il fait assez vite oublier les laborieuses suites des années 1970). Il s'appuie aussi sur un visuel de qualité, que ce soit dans les effets spéciaux ou dans le cadre de l'oeuvre, ainsi que sur un casting en béton, emmené par un excellent James Franco et un Andy Serkis impressionnant grâce notamment à la motion-capture.

    En revenant aux origines de la Planète des Singes, Rupert Wyatt signe une oeuvre plaisante à suivre, intelligemment mise en scène et, avec son petit lot d'émotion, ses quelques moments de tensions ainsi que de très bons comédiens
    Shelby77
    Shelby77

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 1 378 critiques

    3,5
    Publiée le 22 juin 2017
    J'étais pas trop chaud pour le voir, mais finalement j'ai été agréablement surpris par ce film. C'est entraînant, divertissant. Les effets spéciaux sont impressionnants. Je me suis pas ennuyé. En plus y a James Franco. 3,5/5
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile

    Suivre son activité 243 abonnés Lire ses 1 372 critiques

    5,0
    Publiée le 10 août 2013
    J'avoue ne pas avoir été un grand fan de la planète des singes jusqu’à maintenant, que sa soit les 1er volets avec Charlton Heston ou même la version de Tim Burton. Tout d'abord lorsqu'on regarde ce film (la qualité de la réalisation, des effets spéciaux, du jeu des acteurs) on s'attend à du Spielberg ou du Peter Jackson. Et bien non, son nom est Rupert Wyatt, assez méconnu jusqu’à présent et qui nous sert aujourd'hui se que j'appel tout simplement un chef d’œuvre. De plus le message est clair: dans ce film, l'homme n'est pas le héro au premier plan auquel notre culture nous à si souvent habituée. Ici les singes reprennent se qui leur est dus des griffes malsaines de l'homme. César, le singe menant à bien cette révolte est littéralement charismatique, à tel point qu'on le croirait presque humain. En effet, derrière cette technologie magnifique se cache l'acteur Andy Sirkis (Golum dans le seigneur des anneaux) et très franchement l'ensemble des chimpanzés possède littéralement des jeux d'acteur plus que réalistes. On ressent toutes sortes d’émotions passant par la colère, la tristesse et la compassion. Une prouesse cinématographique donc à retenir comme un joyau de la Science Fiction. 5/5
    Chevalier du cinéma
    Chevalier du cinéma

    Suivre son activité 187 abonnés Lire ses 338 critiques

    4,5
    Publiée le 5 août 2014
    Blockbuster qui a crée la surprise durant l’été 2011 et que je n’attendais pas du tout au départ car craignant au plus haut point l’idée d’un reboot de la saga de La Planète des Singes, le film de Rupert Wyatt est finalement une pure réussite dans le genre de l’anticipation au cinéma, en tant que reboot de cette saga culte, en terme de divertissement bien sûr et également en terme d’innovation technologique au cinéma. Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat historique. Film de « remise à zéro » d’une grande franchise lancée depuis 1968, La Planète des Singes : Les Origines connait actuellement une suite au cinéma puisque celle-ci vient de sortir cet été dans nos salles, La Planète des Singes : L’Affrontement de Matt Reeves, tout aussi bon que ce premier reboot. A l’époque, cela fait déjà trois ans que le film est sorti, je n’attendais pas vraiment ce film qui se passe avant l’original de 1968 de Franklin J. Schaffner avec Charlton Heston. Etant vraiment pas intéressé et emballé à l’idée d’un blockbuster reprenant l’histoire à zéro de cette saga qui a connu des hauts avec le film de 1968, en fait ça en fait un, et des bas avec ses multiples suites, toutes aussi nanardes les unes que les autres, ainsi que le remake décevant du premier film de Tim Burton sorti en 2001, je n’en attendais pas beaucoup de ces Origines de la Planète des Singes. Mais une fois l’avoir vu au cinéma, ce fut la révélation, car le film n’est pas du tout ce que je croyais aux vues des bandes-annonces. Une vraie réussite voilà tout : originale, moderne, prenante et révolutionnaire en matière d’effets spéciaux. Le projet de ce reboot est sorti des cartons en 2008, quand la 20th Century Fox a annoncé la mise en chantier d’un nouveau volet de la saga de La Planète des Singes et qui serait prévu pour l’été 2011. Rupert Wyatt, alors réalisateur d’un seul film : Ultime Evasion, est engagé pour mettre en scène ce septième film a traité du roman éponyme de Pierre Boulle, oui c’est grâce au roman d’un écrivain français qui a permit la création d’une des plus grandes sagas de science-fiction du cinéma. C’est donc une réinvention du mythe de La Planète des Singes, comme ce fut le cas avec Batman Begins qui a rebooté la saga Batman avec succès, car ce concentrant sur une histoire originale, un peu dans la veine de La Conquête de la Planète des Singes où tout commence. Et pour être encore plus innovant, les singes ne seront plus des comédiens cachés sous des costumes, comme l’avait fait Tim Burton en 2001, mais ils seront entièrement numériques, filmés grâce à la Performance Capture, une technique de tournage permettant de filmer un comédien avec une combinaison munie de capteurs qui vont enregistrer tous ses mouvements, des orteils jusqu’au mouvements du visage, pour ensuite les retranscrire sur ordinateur et créer des singes encore plus réaliste qu’avec des costumes. Et pour ceci, la production recrute dans ses rangs le maître et le promoteur incontesté de la Performance Capture : Andy Serkis. Interprète du personnage culte de Gollum dans la trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson ainsi que de King Kong et du Capitaine Haddock dans la version animée de Steven Spielberg, Andy Serkis était tout indiqué pour donner ses mouvements, son visage et son talent au personnage désormais mythique de César, le singe qui mènera la révolte de ses congénères contre les humains. Armé d’un scénario moderne et captivant, Rupert Wyatt livre l’un des meilleurs film d’anticipation jamais vu au cinéma, d’après moi, et aussi le meilleur film de la saga depuis le chef-d’œuvre de Franklin J. Schaffner en 1968. Sur une durée d’une heure et demie, ce qui est très court pour un blockbuster estival à 93 millions de dollars de budget, Rupert Wyatt nous emporte dans son histoire prenante jusqu’au bout. Le scénario est très intéressant car il permet de complètement moderniser la saga en inventant de toute pièce la naissance de l’intelligence chez les singes. L’intelligence qui s’est manifestée chez les singes n’est pas venue toute seule suite à une évolution animale des plus simples, non, c’est l’Homme lui-même qui est la cause de tout cela en se servant de primates comme cobayes pour tester des sérums contre la maladie d’Alzheimer. L’Homme a crée sans le savoir dans ce film, le fléau que le détruira. Si le film fascine autant c’est qu’il s’encre parfaitement dans notre temps avec cette idée de tester sur des singes des remèdes pour remédier à cette maladie qui fait perdre la mémoire. La médecine hyper évoluée du film, les laboratoires avec des singes comme cobayes,… tous ces éléments sont montrés comme la solution pour lutter contre des maladies gravissimes. On peut penser ainsi, au début, que le film fait l’éloge de la recherche médicale et scientifique aux Etats-Unis qui est un domaine des plus financés par les Etats. Mais ensuite le film pourrait mettre en avant la chute de la recherche scientifique avancée aux Etats-Unis avec les dérives de celle-ci où des singes finissent intelligents et se révoltent contre l’Homme. Le scénario de ce film est donc très intelligent et intéressant à suivre avec cette histoire de virus contre Alzheimer, de singes rendus intelligents par celui-ci, mais aussi et surtout pour l’histoire de César, de son amitié avec le scientifique Will Rodman qui va, malgré tout son amour pour lui, devoir le laisser dans un refuge pour singes où le jeune chimpanzé va s’endurcir et devenir petit à petit un leader imposant, rusé et charismatique. Le film est plus réaliste vis-à-vis des singes que les précédents puisqu’ils ne parlent pas, sauf César qui prononce une seule réplique à la fin et un « Noooooon » déjà culte, il ne sont pas débout comme nous, pas encore, ils ne sont pas habillés, ce sont de vrais singes, sublimés par les merveilles de la Performance Capture et par le jeu des acteurs spécialisés dans ce domaine d’interprétation. Nous sommes dans un film plus terre à terre, avec plus de réalisme, plus de détails chez les primates qui commencent à devenir intelligent, ils parlent en langage des signes, magnifique trouvaille scénaristique, ils se fabriquent des armes à l’aide de simple barre en fer, savent s’organiser en cas d’attaques et ont le reflexe de suivre leur leader : César. Sans doute le personnage le plus réussit et le plus inoubliable dans ce film, comme dans la suite réalisé par Matt Reeves d’ailleurs, Andy Serkis a bluffé tout le monde en livrant ce singe plus vrai que nature, très attachant, de son plus jeune âge où il est juste adorable jusqu’à son âge d’adulte où il est plus imposant et plus charismatique. César est aussi plus sensible, plus complexe psychologiquement, plus beau aussi que ses précédentes interprétations, qui étaient toutes tenues par l’acteur Roddy McDowall qui a successivement interpréter dans tous les anciens films, le père, Cornélius, et le fils, César. Installant le personnage de César dans la liste de ses meilleurs rôles en Performance Capture, Andy Serkis est devenu le maître de cette technologie révolutionnaire pour créer des personnages originaux ou même en revisiter certains comme avec César. Après si l’on revient au film en lui-même, hormis son remarquable scénario et son acteur fascinant, ce qui est encore mieux et qui lui vaut sa qualité de blockbuster intelligent c’est que le film de Rupert Wyatt n’est pas allé dans le piège de la surenchère en nous balançant de grosses scènes d’action avec plein d’explosions et de combats musclés entre les hommes et les singes. Dans ce film les scènes d’action sont efficaces, suffisamment spectaculaires pour ne pas gâcher le plaisir devant cette superbe histoire de révolte. La seule scène de bataille du film se situe à la fin, elle se passe sur le Golden Gate Bridge de San Francisco où César et les siens affrontent les policiers, bien décidés à ramener tout le monde au zoo ou à la fourrière pour primates. Quelques explosions, quelques fusillades, des combats aux corps à corps intenses entre hommes et singes, un crash spectaculaire d’un hélicoptère, et c’est tout et heureusement. N’oublions pas la libération des singes cobayes chez Gen-Sys et « l’invasion » de la ville. Sinon le film possède de petites scènes de rythme avec des combats entre singes qui permettent de rythmer l’histoire pour ne pas qu’on s’ennuie, ce qui n’arrivera normalement jamais devant ces Origines vraiment passionnantes. La Planète des Singes : Les Origines fut donc une superbe réussite technologique et scénaristique en 2011, et le film créa la surprise au box-office puisqu’il récolta rien qu’aux Etats-Unis plus de 176 millions de dollars, presque deux fois le budget du film, en France le film est sorti le 10 août et a rassemblé 3 240 118 spectateurs, le bouche à oreille est très bien fonctionné laissant ainsi certains films de côté comme Cowboys & Envahisseurs, destiné à cartonné mais qui fit un flop sans doute à cause de La Planète des Singes : Les Origines et aux Schtroumpfs qui ont cartonné durant l’été 2011. Dans le monde le film a cartonné avec plus de 480 millions de dollars de recettes et il reçut une nomination aux Oscars, celle des Meilleurs effets visuels, verdict : énorme succès. Et enfin, on peut évoquer les multiples et savoureuses références au film originel de Schaffner comme la Statue de la Liberté en puzzle, le personnage appelé Franklin en hommage au réalisateur du film de 1968, la mère de César appelée Beaux-Yeux en référence au prénom donné à Charlton Heston par les singes, le vaisseau Icarus a destination de Mars perdu dans l’espace comme celui de Charlton Heston et de ses compagnons qui ont voyagé dans le temps pour se retrouver sur une planète gouverner par des singes, bref plein de références, et il y en a d’autres, pour faire de ce reboot une sorte de film hommage à celui de 1968 pour tourner la page de la période « mauvais films en costume poilus » pour aller dans une saga plus moderne et plus intelligente. La Planète des Singes : Les Origines est donc un excellent film de science-fiction qui s’accompagne d’un scénario captivant pour rebooter cette franchise comme elle le mérite, la réalisation de Rupert Wyatt est superbe, les acteurs y sont très bon mais l’on retiendra surtout l’envoutante interprétation d’Andy Serkis en César, désormais un personnage de cinéma iconique. Ave César !
    Meryn Fuckin' Trant
    Meryn Fuckin' Trant

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 356 critiques

    3,0
    Publiée le 30 août 2015
    Je sais le titre Français est trompeur mais arrêtez d'appeler ce film préquel, "Rise of the Planet of the Apes" est un reboot pur et dur. Et dans la mode actuelle du reboot de sagas mythiques qui reviennent inonder nos salles au point qu'en regardant le programme du ciné du coin on jurerait être revenu en 70, celui-ci se place plutôt dans la bonne moyenne, celle du premier "Star Trek" d'Abrams: loin d'avoir la prétention de l'original puisque jouant la carte du blockbuster d'été, il reste toutefois d'une qualité autrement supérieure au remake de Tim Burton. Il accuse cependant plusieurs tares typiques du blockbuster: des personnages archétypaux comme celui de Freida Pinto qui n'est là que pour la romance obligatoire et pourtant inutile ou encore Jacobs dont presque toutes les répliques tournent autour du pognon, celui de Tom Felton se définit aussi par ni plus ni moins que "connard puéril" mas avec la gueule de Malefoy on y croit, n'empêche que ce manque de nuance laisse à penser qu'à part Will, son père, la vétérinaire et Franklin tous les humains sont des ordures, c'est un peu les gentils singes contre les méchants humains déforesteurs et esclavagistes ce qui rentre un peu en conflit avec l'esprit des originaux. Pourtant le film respecte ses aînés et ne se prive pas de leur faire des clins d’œil puisqu'au-delà de l'analogie évidente avec "La conquête de la Planète des Singes" plusieurs éléments du films font écho aux originaux de manière parfois assez subtile, quand il ne lance pas des pistes pour un troisième opus. L'écriture du film n'a rien de dingue mais assez dynamique dans son cheminement, et suivre l'évolution certes sans surprises de César a quelque chose de jouissif, sans doute le côté "ironie dramatique" de tout ça. Elle souffre quand même de bon nombre de facilités scénaristiques, scientifiquement paresseux ou juste trop maladroit comme le coup de Franklin qui n'est pas un détail spoiler: puisqu'il précipite quand même l'extinction de son espèce (quand même:le type respire un virus expérimental et on le laisse partir dans la minute sans soucis, crache ses poumons à côté de l'inventeur du virus sans lui en toucher un mot, éternue sur un passant là encore sans rien lui dire et pose trois jours d'arrêt maladie pour crever dans son appartement, ça c'est de la sélection naturelle!)
    . Mais bon le gros du film reste consacré à l'émotion et je trouve que le film sait s'y prendre pour tirer une larme, même un peu facile. Lorsque plus tard il verse clairement dans la blockbuster d'action il sait être épique mais là encore j'ai mes réserves: toute cette partie est cool à voir mais presque comme un nanar, pour le côté too much de son action. Wyatt ne parvient pas à crédibiliser son univers comme Reeves le fera plus tard, je pense que ça vient du fait que l'ALZ113 rende un singe intelligent du jour au lendemain ce à quoi je ne crois pas une seconde,du coup certaines scènes font souffler du nez. Mais c'est 50/50, le climax est loin d'être dégueu et beaucoup de scènes suintent la classe par tous les pores, notamment la scène du "non!" qui était la scène à ne pas foirer et se révèle heureusement d'une intensité monstre. Pour en finir avec le propos et l'aspect visuel: le rendu des singes m'avait bluffé en 2011, aujourd'hui l'impression est différente. L'animation s'avère souvent trop parfaite et trop calculée pour correspondre au rendu photoréaliste visé, ce qui va de pair avec un rendu des primates globalement trop lisse, la vallée de l'étrange se fait souvent ressentir d'autant que Wyatt adore les gros plans sur les yeux comme transitions, et là c'est criard. L'abus étant que cette technique est utilisée pour TOUS les singes, pas un seul n'est réel ni ne donne vraiment l'impression d'être là. Là où c'est paradoxal c'est que le film -qui n'est pas dénué de propos- aborde l'une des idées fondamentales de SF qui est l'arrogance de l'homme (ce qu'il peut manipuler et ce qu'il doit laisser intacte, en d'autres termes "on peut mais est-ce que l'on doit ?") et se retrouve à faire ce qu'il dénonce: on peut user et abuser des images de synthèse mais ça ne veut pas dire que c'est la bonne chose à faire. Cela dit le rendu reste convaincant pour peu que l'on soit un peu coulant et le jeu toujours formidable d'Andy Serkis parvient même à nous faire oublier tout ça. J'aime donc ce film en tant que divertissement comme en tant que reboot même s'il faudra pour moi attendre sa suite pour que "La Planète des Singes" ait droit à une relève de son niveau.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top