Notez des films
Mon AlloCiné
    La Casa de Papel
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,2
    21373 notes dont 998 critiques
    répartition des 998 critiques par note
    332 critiques
    198 critiques
    130 critiques
    115 critiques
    106 critiques
    117 critiques
    Votre avis sur La Casa de Papel ?
    Ragnar38
    Ragnar38

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 609 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 29 octobre 2020
    Une Véritable Perle. Alex Pina livre un Coup de Maitre avec ce Thriller D'Action Addictif et Haletant dont on devient littéralement accro a cette Série de Braquage hors pair. Pour Commencer la Réalisation est Nerveuse et Maitriser avec brio en disposant de quelques plans séquences parfaitement mis en avant qui nous plonge dans une Ambiance Nerveuse et Palpitant qui nous met directement dans le bain tout en étant accompagné d'une BO dynamique de Manel Santisteban et Iván Martínez Lacámara qui est en parfaite adéquat avec l'atmosphère de la série. Ensuite le Scénario est Ambitieux et Passionnant de bout en bout en parvenant a regorger de Rebondissements Stupéfiants et Hallucinants qui nous laisse totalement ébahis par ces Coups de Théâtre incroyable dont on suit avec plaisir un Groupe de Braqueurs Solidaires et Attachants qui décident de braquer une Banque tout en étant soutenu par Mystérieux Individu ayant un but très précis dans ce Braquage Méticuleux et Précis dont la série avec Finesse a aborder des Thématiques comme la Solidarité,la Sociéte,l'Amitié,la Corruption,le Capitalisme,l'Amour,les Liens Fraternels et Familiaux ainsi que les multiples Trahisons et Alliances qui sont parfaitement mis en avant a travers son Rythme Effréné qui ne s'essouffle jamais pendant 4 Saisons, Ajouter a cela un Suspense Oppressant qui monte rapidement en Crescendo pour ne plus lâcher prise en passant par des Séquences D'Actions d'une Redoutable Efficacité en passant par des Morceaux de Bravoures Saisissantes qui nous clouent a notre canapé sans oublier une bonne dose d'Humour Mordant parsemé de Répliques Croustillantes ainsi qu'une multitude de Séquences Brutales et Sulfureuse qui viennent pimenter le récit tout en n'oubliant pas d'y apporter une note Dramatique qui atteint amplement son paroxysme a travers des Scènes Intimistes Poignantes et Intense. Pour Finir le Casting est Formidable avec sa galerie de Personnages Attachants et Nuancé dont on retrouve en haute de l'affiche l'épatant Álvaro Morte qui est Grandiose dans la peau de Sergio Marquina alias le Professeur qui est Charismatique,Cultivé,Ingénieux et Enigmatique dont l'acteur parvient a apporter de la Nuance et du Mystère a travers ce Chef de Bande qui n'a rien a envier a Michael Scoffield de la Série Prison Break, Autour de notre Intriguant Protagoniste on retrouve la fameuse bande de Braqueurs qui possède une poignée de Personnages hauts en couleurs tels que Tokyio une jeune femme Séduisante, Impulsif et Fonceuse qui est rejointe par l'Arrogant et Intimidant Berlin en passant par le Sympathique Rio ainsi que le tandem de choc former par Denver et son père Moscou qui sont également accompagné par l'espiègle Nairobi ainsi que les personnages de Stockholm,Lisbonne,Palerme,Helsinki,Marseillle et Olso qui viennent enrichir cette immense groupe de Braqueurs dont on peut saluer les interprétations respectives de Úrsula Corberó,Pedro Alonso,Miguel Herrán,Jaime Lorente,Paco Tous,Alba Flores,Esther Acebo,Itziar Ituño,Rodrigo de la Serna,Darko Perić,Luka Peros & Roberto García dont l'alchime entre tous ces Comédiens et Comédiennes fonctionne a merveille a l'écran et en prime l'apparition mémorable de quelques Antagonistes de Choc qui viennent mettre des bâtons dans les roues a notre Bande de Braqueurs comme Arturo Román un Directeur de Banque Sournois,Lâche et Cupide ou encore Alicia Sierra une Négociatrice Manipulatrice,Déterminée et sans Scrupules qui sont parfaitement jouer par Enrique Arce & Najwa Nimri qui viennent compléter cette Distribution haut de gamme. En Conclusion, La Casa de Papel est un Véritable Electrochoc dans l'univers Télévisuel qui s'avère comme un Mixage parfaite entre Ocean's Eleven et Prison Break qui au passage parvient a confirmer le génie insoupçonnable du Showrunner Alex Pina qui livre un Tour de Force a travers ce Thriller D'Action a la fois Ingénieux,Palpitant,Addictif,Prenant et Saisissant qui rentre directement au rang des Grands Classiques de la Télévision des Années 2010 dont les amateurs de Suspense et D'Adrénaline seront totalement conquis par cette Série Instantanément Culte dont on hâte de voir la Cinquième et Ultime Saison qui s'annonce Prometteur et Exaltante pour notre plus grande joie.
    L'ombre du 7ème art
    L'ombre du 7ème art

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 336 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 10 avril 2020
    Voilà la série dont tout le monde parle et que je me suis fait assez rapidement afin de combler mon retard vis à vis de la saison 4. Ainsi, dans l'ensemble j'ai adoré la série, grâce à son histoire simple mais qui arrive à nous maintenir en haleine grâce à des dialogues incroyables et des retournements de situation assez bien menés. De plus, les acteurs sont tous exceptionnels et charismatiques. Bref, comme tout le monde ou du moins la majorité des personnes, j'ai aimé cette série malgré la saison 4 qui est certe moins bonne que les 3 premières mais dont on sent qu'une saison 5 est encore possible. Toutefois, si cette série continue dans le temps, elle risque de tourner en rond et de perdre tout son intérêt. Alors, oui pour une saison 5 mais pas plus car on sent que l'histoire tend de plus en plus à s'essouffler et à partir un peu dans tout les sens. Ainsi la Partie 1 : est très Bonne, J'ai passé un bon moment devant. Les acteurs sont très bon, d'ailleurs on s'y attache très facilement et rapidement. Un scénario avec rien d'extraordinaire mais je l'ai trouvé très sympa et très bien pensée 4/5 Partie 2 : Toujours aussi sympa mais cette partie est beaucoup plus stressante! Il se passe beaucoup plus de choses par rapport à la partie précédente. Il y a pas mal d'action, on sent que les personnages commencent à s'activer pour passer aux choses sérieuses... Bref la meilleure saison pour moi 5/5 Partie 3 : Toujours aussi cool à suivre, cette saison s'inspire plus de la saison 1 dans son style et son "scénario" ! A partir de là, on peut se dire Vivement la partie 4 parce que je suis et je resterai toujours aussi scotché par les dernières minutes du dernier épisode de cette saison 3. 4/5. La Saison 4 démarre sur les chapeaux de roues pour à la fin venir s'écraser. Voilà, comme je le pensais à la fin de la saison 3, la série risque de se planter et c'est ce qui s'est passée. Bien entendu comme je l'ai dit, j'attends la saison 5 mais attention au "scénario"qui perd de son intérêt et surtout des nombreuses gaffes qui viennent contredire des événements précédents...... 3/5 Au total 4+4+5+3= 16/4=4 donc très bonne série.
    Erick B.
    Erick B.

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 10 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 27 mai 2020
    Quelle réussite cette série !!! J'avais un peu peur pour les saisons suivantes, peu d'un certain ronron mais...quelle réussite ! Surtout en vo pour déguster les dialogues par moments savoureux. Quel suspens, quel inventivité, quel imagination. Quels bons acteurs et quel scénario bluffant.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    0,5
    Publiée le 16 septembre 2020
    Le phénomène Casa del papel dont mon entourage faisait des éloges, s'écroule tel un château de carte, du carton pâte mâchouillé sans goût, et dès les premiers épisodes, le malaise prend le dessus. Un scénario construit pour un public nubile, aux incohérences tellement nombreuses, très vite, on réalise que cette série est d'une nullité incorrigible. Les otages contrôlent une équipe de bras cassés, une tension palpable digne d'un feuilleton à petit budget. Injustement élevé au titre de chef d'oeuvre, la casa del papel est un foutage de gueule dans toute sa splendeur. Si vous aimez les séries grand public, vous ne serez pas déçus d'avoir perdu votre précieux temps.
    Matthieu Chaperon
    Matthieu Chaperon

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 56 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 21 mai 2020
    Cette série n'est certainement pas un chef d'oeuvre, comme j'ai pu le lire de trop nombreuses fois, mais ce n'est pas un navet non plus comme j'ai pu également le lire. Elle est surcotée, oui, mais elle reste d'une qualité correcte, voire bonne. Le scénario est haletant, le suspense omniprésent, et les acteurs sont plutôt bons à quelques exceptions (par exemple Tokyo qui force beaucoup trop son jeu). La série est donc divertissante, et pas trop prise de tête, le concept est original et pertinent. Cependant, de trop nombreux défauts ressortent pour que cette série soit classée au même niveau que Breaking Bad ou Prison Break. Le principal défaut est retrouvé dans la grande qualité du show, c'est à dire le scénario: certes, l'intrigue est bien menée, captivante, mais les incohérences sont beaucoup trop nombreuses au long des 4 saisons. Quelques exemples: spoiler: le portrait robot du professeur effacé qui n'est jamais récupéré, Tokyo qui traverse une place à moto sous le feu des snipers sans se faire toucher, Gandia qui, dans la même idée, évite des rafales quasiment à bout portant en faisant deux roulades. Et j'en passe beaucoup, on pourrait en faire une dissertation. Le comportement et les prises de décision des personnages laissent également à désirer: spoiler: le professeur qui met tout son plan en péril en draguant l'inspectrice contre qui il se bat, les otages laissés livrés à eux-mêmes régulièrement, par exemple. On peut aussi rajouter le fait que, lorsque Gandia se libère, aucun braqueur n'a l'idée pourtant évidente de se servir du directeur de la banque d'Espagne pour l'arrêter. De plus, on veut bien croire que le professeur est un génie, mais le fait qu'il aie anticipé absolument chaque situation est peu crédible, surtout lors du deuxième braquage vu que ce n'est pas lui qui a conçu le plan. Bien que j'ai pris du plaisir à les regarder, les saisons 3 et 4 sont en trop, l'intrigue initiale étant bouclée en fin de saison 2. Mais le succès de la série a conduit les scénaristes à continuer, ce qui est compréhensible d'un point de vue financier mais dommage d'un point de vue artistique. Les saisons 3 et 4 sont en effet nettement inférieures aux 2 premières, et je crains que cela ne s'améliore pas lors de la future saison 5, que je regarderai tout de même, car encore une fois, cette série reste agréable à regarder malgré les points négatifs cités. En bref, si l'on est pas trop exigeant envers la crédibilité du scénario et des personnages, on peut passer de très bons moments devant cette histoire addictive et originale.
    Dorian B.
    Dorian B.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 9 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 1 janvier 2021
    Une première saison relativement intéressante. Certe il y a des incohérences mais bon je me suis dis que ça allait s'améliorer et bah je me suis énormément trompé ! La saison 2 est une catastrophe à mes yeux. Les problèmes de cette série ? Des personnages insupportables ( spoiler: Tokyo qui ne réfléchit jamais et cause la mort de Moscou par exemple, Rio sert il a quelque chose ? ), à de nombreuses reprises les otages se retrouvent seuls car les preneurs d'otages font je ne sais quoi, les otages arrivent à se procurer des armes... c'est n'importe quoi de prévoir ce plan depuis 5 mois mais qu'il se passe autant d'incohérences ! Beaucoup de blabla inutile, la police... parlons de la police : Raquel qui s'occupe beaucoup plus de parler avec un inconnu au bar ou de ses problèmes familiaux que de s'occuper de l'enquête, le spoiler: périmètre de sécurité autour de la fabrique qui est censé être elevé permet quand même à Tokyo d'y pénétrer, lorsque Tokyo se fait transférer elle n'est escortée que part 2 voitures ce qui permet son évasion ! . Les personnages sont peu attachants, les dialogues pour la plupart niais, c'est du divertissement de bas étage mais qui marche si on veut juste se détendre devant un simple spectacle sans réfléchir au fond de l'œuvre. Je lui donne donc la moyenne, mais c'est à se demander comment cette série a eu autant de succès.
    Romain S.
    Romain S.

    Suivre son activité Lire sa critique

    Critique de la série
    0,5
    Publiée le 16 avril 2020
    Sous la pression de la rumeur populaire prétendant qu'il s'agissait d'une bonne série, et profitant du confinement lié Covid 19, je me lançais enfin dans le visionnage de La Casa des Papel. Verdict, cette série aurait dû s'appeler "La Casa de Papel Higiénico"!
    maxime ...
    maxime ...

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 654 critiques

    Critique de la saison 4
    4,0
    Publiée le 5 avril 2020
    Il y'avais de l'attente autour de cette quatrième partie et autant dire qu'on la termine mi-figue mi-raisin ! On la débute aussi ! Après un début moribond pour cause d'abandon de tout intérêt pour son braquage et un recentrage sur les peines de cœurs de nos protagonistes - disons sur sa première moitié - il est difficile de réellement s'y sentir concerné. Il faut attendre quatre épisodes pour que la bascule se fasse. La cohérence est un autre problème récurent ! La série à depuis longtemps mis la probabilité sur le bas coté au profit de sa dynamique et jusqu'ici le choix s'était avéré aviser. D'où le soucis précédemment mentionné, on voit clairement que tout capitaliser sur la sensation laisse des trous dans le scénario ... L'épisode 5 ramène toutefois La Casa de Papel sur des chemins plus en adéquation avec ses standards. Son Action Man pas vraiment Hero alias Gandia n'est pas un personnage très subtil mais permet d'embrayer sur la suite. spoiler: La mort de Nairobi de sa main est par contre un peu bizarre tant elle était le personnage le plus important depuis un moment déjà ... L'intérêt de la sauver pour la tuer par la suite est contestable mais entre en lien avec le scénario plombé par son manque de logique ! Les scénaristes ont un peu pomper à droite et à gauche mais n'y arrivent pas pour autant. Les autres personnages eux s'appliquent et reste identique, un autre mal de cette quatrième partie. Rien n'a dire de plus sur le sujet. Beaucoup de défaut et une certaine frustration se dessine, toutefois cette série me distrait toujours plus ou moins et je lui souhaite un sursaut pour sa suite car rien n'est rédhibitoire dans ses erreurs et ne pousse la série à s'acheminer le plus rapidement possible. Je préfère attendre 1 an ou 2 et la retrouver avec un sacrée Arsenal dans ses rangs que dans 3 ou 4 mois et bien bâclés ...
    Deli K.
    Deli K.

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 101 critiques

    Critique de la série
    1,5
    Publiée le 27 décembre 2020
    Je ne voulais pas écrire de critique sur cette série. Me disant que c'était inutile. Et puis j'ai fini par faire mon devoir. Avis à ceux qui, peut-être, liront ce commentaire. La Casa Del Papel n'est absolument pas une série reposant sur l'intelligence de braqueurs astucieux. Ceux qui croient çà vont tomber de haut. C'est en vérité une série de "gossip", c'est à dire qu'elle se focalise sur "qui aime qui?", "qui couche avec qui?", etc... Or ce n'est pas assumé par la série, qui essaie de jouer sur tous les tableaux. Ca donne une oeuvre qui ne pourra fonctionner qu'auprès d'un public peu regardant sur la cohérence et la construction du scénario. A voir l'engouement suscité par la série, il est assez large ce public. Je ne peux que dire que cette série est (très) sur-cotée.
    Ben D
    Ben D

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 53 critiques

    Critique de la saison 4
    0,5
    Publiée le 4 mai 2020
    Une catastrophe. Comment une série avec un jeux d'acteurs aussi mauvais peut-être autant populaire? Un manque total de logique sur trop de séquences, une saison de trop pour une série très médiocre de base.
    Omar Lazrak
    Omar Lazrak

    Suivre son activité Lire ses 16 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 11 mai 2020
    2 premieres saisons fantastiques. Les 2 dernieres beaucoup moins. Il fallait s'arreter au bon moment. Dommage.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 546 abonnés Lire ses 2 157 critiques

    Critique de la saison 1
    4,0
    Publiée le 24 mai 2020
    Des repris de justice braquent la Monnaie royale de Madrid pour le casse du siècle. Il ne s'agit pas seulement de s'emparer du magot mais de prendre les employés en otage et de tenir un siège de plusieurs jours pour faire tourner les rotatives à pleine vitesse et s'enfuir avec un butin d'un milliard d'euros. Le cerveau de l'opération, prévue dans les moindres détails, se fait appeler le Professeur et en a tous les attributs : veste en tweed, cravate, barbe et lunettes. Quant aux huit membres de l'opération, un nom de ville a été attribué à chacun : Berlin, Tokyo, Nairobi, Denver, Moscou, Rio, Helsinki, Oslo… Voilà plus de deux ans que Netflix a entamé la diffusion de "La Casa de Papel" suscitant à travers le monde entier un engouement communicatif. Les combinaisons rouges des braqueurs, leurs masques à l'effigie de Salvador Dalí et jusqu'à la musique remastérisée de "Bella Ciao" sont devenus iconiques. Ce succès est-il mérité ? À mon sens oui. Car la série réussit le pari de maintenir un tempo d'enfer pendant ses vingt-deux épisodes (treize dans la première saison et neuf dans la deuxième sans qu'on comprenne d'ailleurs la raison d'être de cette césure). Pendant plus de seize heures au total qui se binge-watchent compulsivement, on reste suspendu au sort du professeur et de ses acolytes en espérant secrètement leur réussite. Car, comme souvent dans les films de braquage, les criminels sont plus séduisants que les policiers qui les pourchassent. "La Casa de Papel" comporte quelques retours en arrière sur la préparation du braquage dans une planque à la campagne, le temps d'y anticiper chaque événement et d'y forger un esprit d'équipe. Mais la série évite un défaut redouté : consacrer à chacun des cambrioleurs un épisode avec son flashback lourdement démonstratif. C'était le biais dans lequel Lost tombait - qui devait s'éterniser pendant plus de cent-vingt épisodes. Certes, "La Casa de Papel" n'est pas sans défaut. Le principal est sans doute l'accumulation d'invraisemblances (celle qui m'a le plus frappé est la vitesse avec laquelle les protagonistes avalent les soixante kilomètres entre Madrid et Palomeque). Un autre est l'accumulation de romances, plus ou moins improbables, entre Nairobi et Rio, entre Denver et une otage et, plus que tout, entre deux autres protagonistes principaux dont je ne dévoilerai pas le nom mais dont l'idylle plombe sérieusement la crédibilité du récit. Mais ces défauts ne pèsent guère en balance du plaisir qu'on prend à cette série addictive, à ces innombrables rebondissements et à ces personnages charismatiques. Se pose la question à la fin de la deuxième saison - dont on ne dévoilera rien qu'on ne sache déjà en révélant qu'elle voit le braquage se conclure. Faut-il regarder les deux suivantes, qui n'ont été tournées qu'en raison du succès des deux premières et qui repartent sur de nouvelles bases ? Ou faut-il s'en dispenser pour rester sur une bonne impression ?
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 546 abonnés Lire ses 2 157 critiques

    Critique de la saison 4
    3,5
    Publiée le 9 juin 2020
    Tokyo, Nairobi, Denver, Rio et tous leurs acolytes sont de retour. À la fin de la saison 2, ils avaient réussi à s'enfuir victorieusement de l'Hôtel de la monnaie avec un butin de près d'un milliard d'euros. Les voici à nouveau réunis pour un nouveau braquage qui vise cette fois-ci la Banque centrale d'Espagne. "La Casa de Papel" n'a pas reçu un accueil triomphal à sa première diffusion en Espagne en 2017. C'est grâce à son inscription au catalogue Netflix et à un bouche-à-oreille élogieux que la série a acquis lentement une notoriété planétaire. Aussi le tournage d'une suite était-il inévitable. Elle reprend les ingrédients qui avaient fait le succès des vingt-deux premiers épisodes (répartis très artificiellement en deux saisons). Un braquage d'une complexité folle - dont les rebondissements les plus chantournés repoussent les limites de la crédibilité. Une brochette de personnages au caractère bien trempé qui, au fil des épisodes, révèle leurs secrets. Une alternance millimétrée de scènes d'action et de romance. Enfin, ce qui n'a pas peu contribué au succès mondial de la série, trois symboles iconiques : les combinaisons rouges que portent les cambrioleurs et leurs otages, les masques à l'effigie de Salvador Dalí qui cachent leur visage et la chanson italienne Bella Ciao qu'un chœur (corse ? basque ?) entonne dans les moments les plus lyriques. A la fin de la saison 2, je m'étais posé la question de l'opportunité de regarder les saisons suivantes. Parmi vous, certains me l'avaient chaudement conseillé me disant que j'y retrouverai le même plaisir ; d'autres me l'avaient déconseillé soulignant que l'intrigue reproduisait à l'identique celle que j'avais déjà vue. Vous aviez raison, les uns comme les autres ! Ce nouveau volet se regarde avec la même gourmandise que le précédent. On y retrouve tous les ingrédients qui nous y avaient séduit. Et, le budget ayant considérablement augmenté, ils sont filmés avec une surenchère de moyens assez efficace dans les scènes d'action notamment. Mais, cette surenchère n'est pas toujours utilisée à bon escient. Ainsi l'équipe du film semble avoir fait le tour du monde, pour aller tourner en Thaïlande ou au Panama quelques brèves scènes exotiques sans grande valeur ajoutée. Plus grave, la psychologisation des personnages tourne bientôt à la caricature, les relations qu'ils nouent confinent au vaudeville (Rio quittera-t-il Tokyo ? Denver se réconciliera-t-il avec Stockholm ?) et le sous-texte féministe lourdement martelé ne brille pas par sa subtilité. La saison 4 se conclut par son lot bienvenu de rebondissements et de coups de théâtre. spoiler: Mais elle ne marque pas la fin du cambriolage. On ne pourra donc s'empêcher de regarder la saison 5, prévue pour 2021, pour savoir comment Tokyo, Denver, Lisbonne et les autres se sortiront de la Banque centrale d'Espagne.
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 308 abonnés Lire ses 1 025 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 11 avril 2020
    Saison 1 : La série nous plonge dans un braquage orchestré de main de maître, qui permet surtout à un casting exceptionnel de briller d'une fraîcheur inattendue. Le spectre de la facilité. Aussi maîtrisée soit La Casa de Papel sur le papier et à l'écran, la série récupère au passage les travers d'un genre hautement codifié. Ainsi, chaque personnage est caractérisé à l’extrême, permettant à la fois de bien l'identifier, mais aussi de renforcer les stéréotypes. 3,5/5 Saison 2 : La série nous plonge dans un braquage orchestré de main de maître, qui permet surtout à un casting exceptionnel de briller d’une fraîcheur inattendue. Le spectre de la facilité. Aussi maîtrisée soit La Casa de Papel sur le papier et à l’écran, la série récupère au passage les travers d’un genre hautement codifié. Ainsi, chaque personnage est caractérisé à l’extrême, permettant à la fois de bien l’identifier, mais aussi de renforcer les stéréotypes. 3,5/5 Saison 3 : Tout était là pour nous faire saliver d’avance. Le même casting, les mêmes costumes, la même VO espagnole, le même montage alterné, la même histoire, les mêmes complications, voire le même cliffhanger de folie à la fin de cette mi-saison. En gros tout est pareil, et de manière à peine déguisée. En dehors de quelques rebondissements, la partie 3 de la Casa de Papel peine à convaincre même si, bon ok d’accord, certains moments nous scotchent carrément dans notre canapé. 3/5 Saison 4 : Encore moins crédible que la partie 3, la quatrième partie de la Casa de Papel s’embourbe définitivement dans un braquage incohérent, musclé mais balourd. Même si la quatrième partie est encore une fois follement addictive, quelques bonnes idées ne suffiront pas à faire de cette peinture saturée la révolution attendue. Dommage, c’est parti pour durer… 2,5/5
    Vincenzo M.
    Vincenzo M.

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 192 critiques

    Critique de la saison 4
    4,0
    Publiée le 6 avril 2020
    saison 4 a la hauteur de les espérances m. la partition est encore un ne fois très bien jouer de la part des acteurs. les flics sont dans le coup. y a leme un élément perturbateur qui va faire des ravages. serie naquit nous tien en haleine et dont on s'attache aux personnages.
    Back to Top