Mon AlloCiné
César 2005 : le palmarès
26 févr. 2005 à 20:00
facebook Tweet G+Google

4 récompenses pour "L'Esquive", sacré meilleur film ; Yolande Moreau et Mathieu Amalric distingués : la 30e cérémonie des César a été riche en surprises. Découvrez le palmarès complet.

Sa cité les a fait craquer... Contre toute attente, L' Esquive d'Abdellatif Kechiche est le grand vainqueur de la 30e Cérémonie des César, avec 4 récompenses, dont la plus convoitée : le César du Meilleur film. La grand-messe du cinéma français a fait la part belle aux films d'auteur, en récompensant Mathieu Amalric, Meilleur acteur pour Rois et reine, et Yolande Moreau, Meilleure actrice pour Quand la mer monte, une chronique singulière que cette ex-Deschiens a co-réalisée avec Gilles Porte, et qui reçoit également le César du Meilleur premier film.

Alors qu'on s'attendait à une lutte serrée entre Un long dimanche de fiançailles et Les Choristes, ces deux poids lourds repartent avec un maigre butin : la musique et le son pour le film-phénomène de Christophe Barratier (qui se consolera peut-être dimanche soir lors des Oscars...), deux comédiens (Cotillard et Ulliel) et des César techniques pour la fresque de Jean-Pierre Jeunet - qui totalise tout de même 5 trophées. La prestation du "clo-clone" Poelvoorde dans Podium, autre carton de l'année, n'a pas non plus été retenue.



"L'Esquive" en force

Sorti au début de l'année 2004, porté par la critique et vu par près de 300 000 spectateurs, L' Esquive, deuxième long métrage d'Abdellatif Kechiche (après La Faute à Voltaire) est incontestablement le grand gagnant des César 2005. Récompensée à quatre reprises (Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario et Meilleur espoir féminin pour Sara Forestier), cette oeuvre conte avec humour et authenticité le quotidien d'une poignée d'adolescents de banlieue qui répètent une pièce de Marivaux pour le lycée. Un vent de fraîcheur a soufflé sur cette cérémonie où ont été distingués deux comédiens très éloignés du star system (Yolande Moreau et Mathieu Amalric), mais aussi, pour les seconds rôles, deux acteurs de la nouvelle génération : Clovis Cornillac et Marion Cotillard.

Notons que pour Gaspard Ulliel, la troisième fois aura été la bonne : candidat malheureux en 2003 et en 2004, il est enfin lauréat du César du Meilleur espoir.

Un palmarès riche en surprises

En n'attribuant aucune récompense majeure aux deux favoris (Jeunet et Barratier) et en ignorant totalement 36 quai des orfèvres, l'Académie des César aura donc réservé bien des surprises pour son 30e anniversaire. Autre originalité : l'attribution d'un prix ex aequo à Ken Loach & Kusturica pour le film européen -Lost in translation étant élu Meilleur film étranger.

En revanche, si l'édition 2003 avait été marquée par les diatribes anti-Bush et celle de l'an dernier par le conflit des intermittents, aucun incident n'a émaillé cette 30e cérémonie particulièrement sobre - la question du statut social des acteurs a néanmoins été évoquée par Lambert Wilson. Animée pour la deuxième fois consécutive par le facétieux Gad Elmaleh, avec la complicité des showmen de luxe Philippe Noiret et Gérard Depardieu, la soirée, au cours de laquelle des César d'honneur ont été remis à Will Smith et Jacques Dutronc, avait débuté sur une note grave -l'hommage de la présidente Adjani à Florence Aubenas, journaliste portée disparue en Irak. L'émotion fut également au rendez-vous lorsque les réalisateurs de Quand la mer monte honorèrent la mémoire d'Humbert Balsan, l'audacieux producteur disparu au début du mois, et qui n'aura donc pu assister au triomphe d'un cinéma d'auteur qu'il défendait avec ardeur.

Julien Dokhan

Le palmarès des 30e César :

  • MEILLEUR FILM FRANCAIS DE L'ANNEE

  • L' Esquive d'Abdellatif Kechiche

    Les autres nommés étaient : 36 quai des orfèvres - Les Choristes - Rois et reine - Un long dimanche de fiançailles

  • MEILLEUR REALISATEUR

  • Abdellatif Kechiche pour L' Esquive

    Les autres nommés étaient : Christophe Barratier - Arnaud Desplechin - Jean-Pierre Jeunet - Olivier Marchal

  • MEILLEUR ACTEUR

  • Mathieu Amalric dans Rois et reine

    Les autres nommés étaient : - Daniel Auteuil - Gérard Jugnot - Benoît Poelvoorde - Philippe Torreton

  • MEILLEUR ACTRICE

  • Yolande Moreau dans Quand la mer monte

    Les autres nommées étaient : Maggie Cheung - Emmanuelle Devos - Audrey Tautou - Karin Viard

  • MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND RÔLE

  • Clovis Cornillac dans Mensonges et trahisons et plus si affinités...

    Les autres nommés étaient : François Berléand - André Dussollier - Maurice Garrel - Jean-Paul Rouve

  • MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE

  • Marion Cotillard dans Un long dimanche de fiançailles

    Les autres nommées étaient Ariane Ascaride - Julie Depardieu - Emilie Dequenne - Mylène Demongeot

  • MEILLEUR ESPOIR MASCULIN

  • Gaspard Ulliel dans Un long dimanche de fiançailles

    Les autres nommés étaient : Osman Elkharraz - Damien Jouillerot - Jérémie Renier - Malik Zidi

  • MEILLEUR ESPOIR FEMININ

  • Sara Forestier dans L' Esquive

    Les autres nommées étaient : Marilou Berry - Lola Naymark - Sabrina Ouazani - Magali Woch

  • MEILLEUR PREMIER FILM

  • Quand la mer monte de Gilles Porte et Yolande Moreau

    Les autres nommés étaient : Brodeuses - Les Choristes - Podium - Violence des échanges en milieu tempéré

  • MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL OU ADAPTATION

  • Abdellatif Kechiche et Ghalya Lacroix pour L' Esquive

    Les autres nommés étaient : Arnaud Desplechin et Roger Bohbot - Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri - Jean-Pierre Jeunet et Guillaume Laurant - Olivier Marchal, Franck Mancuso, Julien Rappeneau et Dominique Loiseau

  • MEILLEURE MUSIQUE ECRITE POUR UN FILM

  • Bruno Coulais pour Les Choristes

    Les autres nommés étaient : Angelo Badalamenti - Tony Gatlif et Delphine Mantoulet - Nicola Piovani

  • MEILLEURE PHOTO

  • Bruno Delbonnel pour Un long dimanche de fiançailles

    Les autres nommés étaient : Jean-Marie Dreujou - Eric Gautier

  • MEILLEUR SON

  • Daniel Sobrino, Nicolas Cantin et Nicolas Naegelen pour Les Choristes

    Les autres nommés étaient : Pierre Mertens, François Maurel, Sylvain Lasseur et Joel Rangon - Jean Umansky, Gerard Hardy et Vincent Arnardi

  • MEILLEURS COSTUMES

  • Madeline Fontaine pour Un long dimanche de fiançailles

    Les autres nommés étaient : Catherine Bouchard - Pierre-Jean Larroque

  • MEILLEURS DECORS

  • Aline Bonetto pour Un long dimanche de fiançailles

    Les autres nommés étaient : François Chauvaud - Jean-Pierre Fouillet

  • MEILLEUR MONTAGE

  • Noëlle Boisson pour Deux frères

    Les autres nommés étaient : Achdé - Hervé Schneid

  • MEILLEUR COURT METRAGE

  • Cousines de Lyes Salem

    Les autres nommés étaient : Hymne à la gazelle - La méthode Bourchnikov - Les parallèles

  • MEILLEUR FILM DE L'UNION EUROPEENE

  • ex aequo Just a kiss de Ken Loach & La Vie est un miracle d'Emir Kusturica

    Les autres nommés étaient : La Mauvaise éducation - Mondovino - Saraband

  • MEILLEUR FILM ETRANGER

  • Lost in translation de Sofia Coppola

    Les autres nommés étaient : 21 grammes - Carnets de voyage - Eternal sunshine of the spotless mind - Fahrenheit 9/11

  • CESAR D'HONNEUR

  • Will Smith
    Jacques Dutronc

  • Le site officiel des César

  • facebook Tweet G+Google
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • theocat
      Voila canal qui diffuse le film!!Critique du flm par le site de telepoche!!extrait :"Louable mais anecdotique."Pas mieux et dire qu'il a eu les césars!!!!!!!!"HISTOIRE :Les déboires d'un jeune de banlieue qui, pour se rapprocher d'une fille, devient son partenaire dans une pièce de théâtre alors qu'il n'est guère doué pour la comédie. RESUME :Dans une cité de la banlieue parisienne. Abdelkrim, dit «Krimo», est élevé seul par sa mère depuis que son père a été envoyé en prison. Alors qu'il vient de se faire plaquer par sa petite amie, Magalie, il croise une camarade de classe, Lydia, qui a revêtu le costume qu'elle portera sur scène pour la pièce de théâtre du spectacle de fin d'année, «Les jeux de l'amour et du hasard», de Marivaux. Il accompagne celle-ci à sa répétition, au cours de laquelle Lydia a des frictions avec l'une de ses partenaires, la bouillante Frida. Krimo sortirait bien avec Lydia. Mais sa timidité l'empêche de lui déclarer sa flamme. Afin de se rapprocher d'elle, il s'arrange pour obtenir un rôle dans la pièce... AVIS :Une œuvre originale, qui offre une vision des banlieues plus positive qu'à l'accoutumée et à laquelle les jeunes acteurs amateurs apportent leur authenticité. Louable mais anecdotique." :fou:
    • chris111
      en quoi son message est incorrecte
    • Lili94
      J'ai l'impression que tout le monde sur ce forum ne s'est pas rendu compte qu'Adjani était la [I] présidente [I] des César. Ce n'est pas elle qui a donné la récompense a "l'esquive", elle est venue dire le nom du gagnant...Donc les multiples allusions à ses origines, ou à quoi que ce soit d'autre, c'est un peu raté...
    • SpeenySpook
      "Mais ça n'enlève rien à la qualité du cinéma américain qui ne joue pas dans le même registre. Je crois que tout l'intérêt est que ces 2 cinémas se complètent." Tout à fait... la force du cinéma Français, je trouve, est d'avoir su trouver sa place plutôt que de chercher à concurrencer le cinéma Américain. On pourrait dire la même chose d'autres cinémas, j'ai l'impression depuis quelques années d'assister à une renaissance du cinéma avec l'arrivée de "nouveaux styles" comme le cinéma Anglais, espagnole et plus récement "Good bye Lénine" et "Head-on". En ce qui concerne le cinéma Américain je pense qu'il faut être vigilant et soutenir les films qui le méritent. Il ne faut pas négliger le poid des médias sur le grand public. Celui qui n'est pas cinéphile et ne se paye que quelques séances par an a tendance à vouloir "assurer" en allant voir les films dont on parle le plus. C'est ce public là, quand il se déplace, qui fait le succès des films... Coppola, dans l'interview qu'il donne sur le DVD "apocalypse Now Redux", dit clairement qu'aujourd'hui il ne pourrait plus faire ce film. Que monter un film aux USA et le lancer coute trop cher pour qu'on puisse le faire à compte d'auteur et que de ce fait on ne fait plus que des films commerciaux. Klint Eastwood bénéficie par chance d'un certain prestige mais quand Kevin Cosner fait "Open Range" il se ramasse alors que son film est tout à fait digne d'intérêt (et son meilleur film depuis longtemps) pour qui aime le genre (enfin c'est mon avis). Il se ramasse simplement parcequ'on a très peu parlé de son film et qu'il est très peu resté à l'affiche... c'est ce genre de chose qui me fait dire que le cinéma Américain est sur une mauvaise pente : ce n'est plus la qualité d'un film qui décide de sa réussite ou non...
    • CASSAVETES
      salut steven, concernant ma critique certe, elle manque surement d' argumentation mais ou sont tes critiques si constructives ,désolé je n'en vois aucune mise apart une apologie sur cet acteur médiocre que l'on nomme steven seagal ,tu seras bientot face a J.C.VANDAME,décidement les grands esprits se rencontrent. je confirme que ton intervention sur les césars est bel et bien raciste, je cite : "le présentateur est marocain, la présidente est algérienne et c'est un film arabe qui l'emporte, étonnant non ?" phrase à méditer mais il semblerait que ma paranoia soit justifiée ...Au fait, désolé, Jamie Foxx a reçu l'oscar du meilleur acteur, l'a-t-il "usurpé" ou se pourrait-il qu'il ait du talent ? Mot de la fin, ceci est forum sur le cinéma et non sur des débats politiques.
    • tbs
      dont acte. Je viens juste de lire votre message sur l'avis des medias. C'est appréciable que vous ayez relevé l'ambiguïté de votre phrase.
    • tbs
      très bien toute votre argumentation, d'autant que je suis plutôt d'accord sur les qualités que vous trouvez au cinéma français. J'en arrive presque à me dire que finalement, le cinéma français n'est pas si mal. C'est vrai qu'un film comme "le gout des autres" est spécifiquement français et remarquable. Mais ça n'enlève rien à la qualité du cinéma américain qui ne joue pas dans le même registre. Je crois que tout l'intérêt est que ces 2 cinémas se complètent.En revanche, ne croyez pas que parce que nous sommes d'un avis différent du vôtre, c'est parce que nous sommes de l'avis des medias. Je me suis d'ailleurs amusé à aller lire quelques critiques de films que j'ai aimés ou detestés sur le site, je suis rarement en accord avec la presse de référence (ou bien-pensante.
    • tbs
      vous avez raison de vous présenter comme un "soi-disant" intellectuel" car c'est bien en ce sens que je vous considérai. Maintenant, vous me sortez le "ressenti". N'en jetez plus, la cour est pleine. En plus, vous devez peut-être lire comme moi le forum tard dans la nuit et un peu en diagonale. Je n'ai pas jugé Marion Cotillard sur sa prestation à la cérémonie des Césars, ne l'ayant pas regardée (le peu que j'en ai vu sont les extraits des infos), mais bien sur les différents films dans laquelle je l'ai vue. Donc, il ne s'agit pas de lire "intelligemment" les messages mais tout simplement de les lire. Pour le reste, j'ai compris que vous n'avez aimé ni "les choristes", ni Jugnot pour des raisons que vous défendez mais auxquelles je n'adhère pas. Et quand Kechiche aura appris à faire un film et avec des acteurs talentueux (même inconnus, là n'est pas question), peut-être reverrai-je mon jugement. Mais ni "la faute à voltaire", ni "l'esquive" ne sont (à mon sens) sur la bonne voie. Si ce n'est une invitation à lire ou re-lire Voltaire ou Marivaux (très drôle Marivaux).Enfin, je vous remercie de me traîter d'"insolent" : à 44 ans, c'est bon signe.
    • SpeenySpook
      "Voilà... ce n'est bien sur que mon avis, mais c'est très important d'avoir son avis à soi plutôt que de se ranger dans un avis général créé par les médias. " Je viens de me relire et de me rendre compte du coté ambigu de ma dernière phrase... je précise que j'y parle de ma façon de voir les choses et que je cherche pas du tout à sous entendre quoique-ce soit concernant ceux qui ne penseraint pas comme moi. Je veux juste dire qu'en ce qui me concerne je fais tout pour éviter de me laisser influencer par les médias... par exemple je ne lis les critiques de films qu'après avoir vu le film pour essayer de le voir sans à priori.
    • SpeenySpook
      "vous me présentez la faiblesse du cinéma américain qui selon vous joue sur les effets spéciaux et les "remake". Cela ne m'explique pas en quoi le cinéma français ( et pas européeen, ce n'était pas mon propos) est meilleur que le cinéma américain en"densité" c'est-à-dire que sur l'ensemble, la production américaine est meilleure. " Si on aime les remakes et la surenchère d'effets spéciaux, sans doute qu'on peut le trouver meilleur... en fait je crois que ces deux cinémas sont si différents qu'on ne peut le comparer. Ce qui est sur c'est que si le cinéma Américain était meilleur j'y trouverai ce que j'aime dans le cinéma Français. Le cinéma Français n'a jamais cessé d'exister contrairement à celui du reste de l'Europe qui a bien été obligé de s'assoupir faute d'avoir bénéficié d'une protection contre la tyranique loi du Box-office... loi qui se truque à volonté à coup de budget de pub de plus en plus astronomiques, on dit aujourd'hui qu'au USA une grosse production coute plus chère en pub que pour sa réalisation... que devient l'art dans tout cela ? La grande richesse du cinéma Français actuel (puisque vous ne voulez parler que de celui là), c'est à mon sens la richesse et la diversité des scénariis qui ne tourne plus en rond entre "policier", "Thriller", "Road movie", "Film catastrophe", "Film de guerre"... Des scénariis qui savent intéresser sans avoir nécessairement besoin de parler de choses extraordinaires, sans montrer des situations de danger de mort, sans même avoir besoin de montrer une goutte de sang. Des scénariis qui savent se jouer des classiques pour surprendre régulièrement par leur originalité, leur humanisme, leur construction, leur ambiance, leur sujets, etc Des scénariis qui savent nous parler de nous... Des exemples ? "L'appartement", un film à suspens qui tient en haleine et joue avec nos nerfs (la scène où Cassel et Belucci se croisent sans se voir est presque insoutenable) sans pourtant qu'il n'y ait la moindre violence. "A la folie, pas du tout" avec sa construction machiavélique qui nous construit des certitudes pendant la première moitié du film pour mieux nous désarsoner dans la seconde partie. "Le ventre de Juliette" qui montre le parcours d'une jeune femme qui s'entête garder son bébé contre l'avis de tous avec une tendresse et une justesse qui ne peut laisser indiférent. "Nathalie" dont on croit avoir tout compris en voyant la bande annonce, et pourtant... "Le gout des autres" qui nous montre les prejugés de ses personages avant de mettre face aux notres. "La vie rêvée des anges" qui n'a laissé personne indiférent et que personne n'a oublié...dans le même ordre d'idée "Se souvenir des belles choses". Tenez... et "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain" ou Jeunet démontre, justement, qu'il n'y a pas besoin de destin fabuleux pour faire un bon film... qu'on peut construire un suspens digne d'un bon polard à partir de photos déchirées par un dépaneur de photomaton. Je revois encore l'indignation d'un copain à la fin du film... en réalité il était simplement vexé qu'on ait pu l'accrocher, l'impliquer avec si peu sans qu'il ne voit rien venir... et je le comprend tout à fait, pendant le films j'étais passioné par ce mystère. Dans le cinéma Américain, de comparable à mon avis au niveau de la qualité du scénario je ne vois que "Memento" qui m'avait vraiment bien accroché... Vous ne voyez pas de noms de jeunes commédiens montants en France ? C'est sans doute parceque la France ne fait plus dans le Star system... Voilà... ce n'est bien sur que mon avis, mais c'est très important d'avoir son avis à soi plutôt que de se ranger dans un avis général créé par les médias. :)
    • alcor004
      Je suis tout à fait d'accord avec toi, et pour moi "beauf" n'a aucune signification politique. je l'utilise pour des films tels LES CHORISTES qui essaient de se vendre pour ce qu'ils ne sont pas ou utilisant toutes les cordes éculées (dans ce cas précis, l'émotion à outrance) dans un domaine bien particulier (dans ce cas précis, l'émotion à outrance). Tavernier a bien entendu fait des films formidables, et ce, tout au long de sa carrière, que ce soit dans un registre très léger ou un peu plus "demandeur". Merci à lui ! ;-)
    • enzosullivan
      Yolande Moreau n'a certes pas une grande filmographie, Ouais, elle a quand même eu des tas de petits rôles dans de grands succès populaire (Amélie Poulain, Les trois frères, Le bonheur est dans le pré, Tout doit disparaître - euh, désolé, ça c'est pas un film :D, enfin, l'honneur est sauf pour Yolande, elle joue mieux qu'Ophélie Winter :lol: ...). Récemment elle a également un rôle mineur dans 'Le couperet'. Ce que j'aime chez Yolande Moreau, c'est qu'après plusieurs gros film populaire, elle a relevé le défi du rôle principal et de la casquette de co-réalisatrice d'un petit film indépendant. Je pense que c'est plus l'initiative qui doit être souligné que la performance d'actrice (je sais, ça fait partie des paramètres subjectifs plus que de paramètres objectifs). Disons que ce que je reproche à alcor et à d'autres et qu'on ne peut pas dire (ou plutot sous-entendre, je caricature un peu mais c'est ce que l'on peut mésinterpréter de certains posts) que des films populaires ciblent le beauf de droite et que des films d'auteur ciblent un public intello de gauche. D'ailleurs des acteurs et réalisateurs font un peu des deux: tbs citait Jean-Jacques Annaud, on peux citer aussi Bertrand Tavernier ('La fille de D'artagnan' d'un côté, 'L 627' de l'autre) ou Patrice Leconte ('Les bronzés' d'un côté et 'Tandem' ou 'Dogora' de l'autre).
    • alcor004
      vous, l'insolent péremptoire, réfléchissez avant de balancer des vérités premières sur quelqu'un que vous ne connaissez pas. je n'ai aucune prétention intellectuelle. ainsi que je l'ai dit dans un aure message, je ne supporte pas les critiques "professionnelles", donneuses de leçons. j'ai simplement un minimum de réflexion personnel, et une pratique très régulière du cinéma.pour moi, de fausses émotions, ce sont des émotions calculées au millimètre, ou "à la goutte près" : où est la véritable émotion dans LES CHORISTES ? ce film n'est qu'un assemblage de grosses ficelles visant les émotions les plus basiques. c'est du faux-vrai. Avant même d'aller voir le film, on sait à quel type d'émotions on va avoir droit. et pourtant, j'y suis allé, avec un vague espoir ... vite déçu.quand on sait en plus qu'il ne s'agit que d'une "reprise" pratiquement plan par plan d'un vieux film, on peut vraiment se demander où résider la moindre parcelle d'originalité dans ce projet. Idem pour UN LONG DIMANCHE DE FIANCAILLES, pourtant adapté d'un très bon roman de Japrisot. La technique de Jeunet (qui en tant que telle n'est pas à remettre en cause) écrase tout sur son passage, et elle déshumanise tout le film. Cette technique servait AMELIE POULAIN, tandis que dans ULDF, elle le dessert. Les acteurs font ce qu'ils peuvent, mais il est très dur de faire croire à de vraies émotions dans un tel contexte. Voilà ce que sont pour moi de fausses émotions ! Y a-t'il quelque chose d'intellectuel derrière ce ressenti ? En ce qui concerne L'ESQUIVE, je n'ai jamais dit que c'était là LE film de toute l'histoire du cinéma. Mais une chose est sûre, il s'agit là de l'un des films français les plus DIFFERENTS de l'année. Et l'interprétation a cela d'original que nous ne sommes pas en face de Jugnot ne fait pas son Jugnot, de Bogaert qui fait son Bogaert. Que l'on n'aime ou pas ces jeunes acteurs suite à leur piètre (??, je m'en moque complètement, n'ayant strictement aucun intérêt pour la télé et la vie des acteurs en dehors des films dans lesquels ils apparaissent) prestation lors de la remise des prix, il est difficile de nier que leur gouaille et leur jeu déshinibé a apporté sur l'écran quelque chose d'autre, de DIFFERENT que l'interprétation léchée et plan-plan de notre Gérard Jugnot national (Je ne critique pas Gérard Jugnot du tout, je ne comprends tout simplement pas ce que son interprétation a de formidable dans LES CHORISTES.).Je concède que la réalisation de L'ESQUIVE peut sembler difficile d'accès, mais il n'est là que question d'habitude. Le premier film "caméra sur l'épaule" que j'ai vu (BREAKING THE WAVES) a failli me faire quitter la salle ... et, au bout du compte, on s'aperçoit que cette manière de filmer, qui est un TRAVAIL à elle toute seule, nous met au coeur de l'action et des personnages. Mais c'est évident, on s'y fait ou on ne s'y fait pas. S'il y a bien un réalisateur que je ne supporte pas, c'est Jean-Luc Godard, je n'ai jamais pu regarder LE MEPRIS en entier d'une seule traite. Yolande Moreau n'a certes pas une grande filmographie, mais elle aurait joué dans UN LONG DIMANCHE DE FIANCAILLES, vous l'auriez trouvée formidable. Alors, s'il vous plait, cessez l'hypocrisie.Quant à Marion Cotillard qui semble fort sympathique et peut-être plus réfléchie que les jeunes acteurs de L'ESQUIVE, comment peut-on justement juger ses talents d'actrice simplement en fonction d'une prestation télévisuelle. Il faut savoir faire la part entre personne et acteur ! A aucun moment, je ne dis que les réalisateurs et les acteurs de L'ESQUIVE sont promis à un bel avenir. S'ils ne font que ce film d'intéressant, et alors !? Ils m'auront marqué en cette année 2004, lors de la séance ciné durant laquelle j'ai vu leur film, et c'est pour moi l'essentiel.Et avant de critiquer le réalisateur, jetez un coup d'oeil sur son film précédent LA FAUTE A VOLTAIRE, qui vaut également le détour. Je sais très bien que tout film est fait dans un but commercial. Si vous lisez mes différents messages, j'utilise d'ailleurs régulièrement le mot "produit". Alors, une fois de plus, avant de voir de l'intellectuel partout, apprenez à lire, justement, intelligemment.Ce que je n'aime pas dans LES CHORISTES, c'est la tromperie sur la marchandise. On essaie de nous faire croire que c'est un film émouvant ...Je n'ai pas aimé ce film pour toutes ces raisons. J'ai écrit ailleurs que j'avais adoré des films pantalonnades tels que MON BEAU-PERE, MES PARENTS ET MOI, et d'autres films de ce genre. En effet, là, au moins, on essaie pas de nous vendre le produit pour quelque chose qu'il n'est pas ! On peut lui trouver des défauts et quelques qualités, mais la démarche est déjà beaucoup plus honnête. Par contre, j'ai également spécifié quelque part avoir détesté NEVERLAND. Film pourtant qui peut être considéré comme "assez intellectuel" mais qui, à mon humble ressenti, est aussi creux, côté émotions, que LES CHORISTES.Alors, s'il vous plait, ne m'accusez pas de créer une fausse barrière entre VRAI et FAUX CINEMA(s), entre ART et COMMERCE.Tout est COMMERCE, même l'ART. Je ne fonctionne qu'au ressenti. Et c'est pour cela, je persiste et je signe, que pour moi Mathieu Amalric est un très bon acteur ! Un "soi-disant" intellectuel qui vous salue bien bas.
    • tbs
      je viens de tomber sur cette merveille de message (je lis un peu le forum dans le désordre). Plein de questions au génialissime alcor :1. qu'est-ce que des fausses émotions et donc des vraies ? Des fausses, c'est quand les acteurs jouent justes ("les choristes") et les vraies,c'est quand les acteurs jouent faux ("l'esquive", Amalric) ???? faut m'expliquer car là, c'est subtil.2. "les choristes" est un film fait pour l'argent, pas pour l'art. sous-entendu, "l'esquive", c'est de l'art, c'est pas commercial. Petit rappel : le cinéma est une industrie qui donc pour fonctionner a besoin d'argent et pour continuer à vivre a toujours besoin d'argent. Je rappelle encore, en passant, que les salaires des acteurs sont loin d'être "minables" ou "pour l'art" et que les intermittents du spectacle ont hurlé au scandale quand le gouvernenment a voulu toucher à leur indemnisation qui déroge totalement du droit ordinaire .Donc, SVP, pas l'argument éculé du bon cinéma,art non commercial et du mauvais cinéma, honteusement commercial. Je vous rappelle le cas de Michael Cimino qui a fait un chef d'oeuvre "voyage au bout de l'enfer" et qui ensuite a ruine ses studios. Halte aux arguments d'étudiant boutonneux qui pose en se prenant pour Godart.
    • tbs
      Je n'ai pas dit que Marion Cotillard est une grande actrice mais celle dont la récompense semble la moins injustifiée pour ce palmarès.Et si on se fie à la filmographie, merci d'argumenter le César de Yolande Moreau. sinon, j'ai bien compris que vous êtes un fan de Mathieu Amalric. Grand bien vous fasse !! je vais finir par vous soupçonner d'avoir des tendances sado-maso.
    • tbs
      Vanitas, vanitatum. Je crains que nous soyons en présence d'un pseudo-cérébral du cinéma, un torturé intellectuel qui a besoin de référents et de références pour se faire son cinéma. Arrêtez avec vos sentences ridicules et cessez de croire que vous êtes le seul à aimer le cinéma. Quant à le comprendre, chacun le comprend selon ses critères et sa culture. Et ceux qui ne sont pas de votre avis n'ont pas nécessairement une culture moins grande que la votre.Argumenter correctement pourquoi vous avez aimé "l'esquive" sans nécessairement dénigrer les autres films. Moi, "lesquive", ça ne passe pas. Je trouve que c'et mal joué, mal réalisé et mal écrit. Là où certains y voient de la fraicheur, j'y vois du bout-de-ficelle. Et je sais que je vais vous faire hurler, mais j'y vois une absence de travail. C'est filmé et joué comme"vas-y là que je te pousse" et point barre.L'avantage avec M. Kechiche, c'est qu'il ne peut que s'améliorer. En tout cas, on le souhaite. Et l'ennui pour M. Barratier est qu'il a un gros défi à relever sur son prochain film après "les choristes". Mais bon, jJean-jacques Annaud a quand même réussi à enchaîner "coup de tête", "la victoire en chantant", "la guerre du feu", "le nom de la rose" et "l'ours". On peut donc toujours espérer que barratier nous fasse le même coup. Et pardonnez-moi si Annaud ne fait pas partie de vos références.
    • tbs
      en dehors du fait que l'époque dont vous semblez parler est antérieure à internet (et donc à la pratique du forum qui permet à chacun de s'exprimer et d'exprimer ainsi son indignation), votre propos est aussi dénué de sens que les provocations du sieur "steven seagal".
    • tbs
      vous me présentez la faiblesse du cinéma américain qui selon vous joue sur les effets spéciaux et les "remake". Cela ne m'explique pas en quoi le cinéma français ( et pas européeen, ce n'était pas mon propos) est meilleur que le cinéma américain en"densité" c'est-à-dire que sur l'ensemble, la production américaine est meilleure. Et les acteurs, notamment la jeune génération est bien meilleure que la jeune génération française dont je suis incapable d'extraire aucun nom qui me semble exceptionnel.
    • enzosullivan
      Tout à fait! L'année 2004 ne fut pas une année 'pauvre' cinématographiquement (quoi qu'en pense Yattaman ;) ). La preuve: chacun a vu son film coup de coeur qu'il défend ardemment... Pour 'Cyrano', par exemple, c'était un film qui a mis KO la concurrence tant l'année était pauvre niveau ciné... donc rien à voir. Et je pense que tout le monde se fout de la cérémonie 2003 qui n'avait pas présenté de très grand film... ('Chouchou' est-il si cultissime que cela????)
    • SpeenySpook
      "Au moins, là, on peut penser que Barratier aura l'objectif plus ambitieux de chercher les récompenses (car mine de rien, il peut être fier du nombre de nominations, ce n'est pas rien!), alors que Kechiche et Gilles Porte, de leur côté, auront les moyens de cibler un plus large public... Donc pleins de réalisateurs avec plus d'ambition pour les années à venir, tant mieux!" Tout à fait. :) Autre avantage de cette édition des Césars : elle fait beaucoup plus parler et réfléchir sur le cinéma qu'un palmares plus conventionel... Le meilleur exemple est la longueur et la richesse du contenu de ce forum si on le compare à celui de l'année dernière.
    • SpeenySpook
      "En grand nostalgique, je regretterai le temps où Cyrano de Bergerac illuminait la cérémonie : un film grandiose avec des acteurs vraiment talentueux : Je me permet de douter que l'Esquive puisse rivaliser." Ce n'est pas vraiment comparable : d'un coté Cyrano est largement supérieur à l'esquive sur le plan des moyens techniques, décors, costumes, expérience des acteurs et du metteur en scène... Mais d'un autre coté ce n'est que l'adaptation sans surprise d'un classique du théatre alors que l'esquive est une histoire inédite et originale qui sait surprendre et toucher malgré le manque de moyen. "Cyrano" ne m'avait pas déçu, "l'esquive" m'a conquis alors que je n'en attendais pas grand chose...
    • enzosullivan
      Je disais ça parce qu'une époque, pour jouer un Arabe, c'était soit Omar Sharif, soit un acteur grimmé... (exemple flagrant: Rabbi Jacob, tourné sans un seul acteur principal juif ni arabe...) Bien sûr, Omar Sharif a prouvé, avec 'Docteur Jivago' et 'Mayrig' notamment (où il joue, paradoxalement, un Arménien!), qu'il était un acteur hors norme, pas bon qu'à jouer 'l'arabe de service'. Et effectivement, sa disparition (le plus tard possible évidemment...) laissera un vide. Mais maintenant, niveau acteur, on a le choix. Je n'ai pas cité les frères Naceri et Djamel Debbouzze car eux, niveau discrimination positive, ils montrent qu'ils peuvent jouer aussi mal que Christophe Lambert...
    • enzosullivan
      Je rajouterai aussi qu'il ne faut pas non plus tout donner à un jeune réalisateur comme Barratier d'un coup... Claude Lelouch en 1966 avait réussi un coup de maître avec 'Un homme et une femme', son premier film, succès public, critique aux festivals (palme d'or, deux oscars - scénario et film étranger -, des Césars à foison), immense succès en France et (encore plus rare à l'époque) aux Etats-Unis. Or depuis, le père Lelouch, on ne peut pas dire qu'il ait réellement confirmé, il a plutot enflé... Idem pour Mike Nichols que 'Le lauréat' avait placé très haut en terme d'estime public et critique en 1967, mais qui depuis est très loin du même niveau... Quant à Luc Besson, après la mode qui consistait à encenser 'Subway' et 'Nikita', de nos jours c'est plutot la mode de le casser (mais il cherche aussi par moment...).Barratier aura du mal à battre son record de spectateurs atteint avec les Choristes, s'il avait fait une razzia aux Césars en plus, je vous aurais parié que ses prochains films auraient été d'infames bouzes (car plus aucun défi à relever). Au moins, là, on peut penser que Barratier aura l'objectif plus ambitieux de chercher les récompenses (car mine de rien, il peut être fier du nombre de nominations, ce n'est pas rien!), alors que Kechiche et Gilles Porte, de leur côté, auront les moyens de cibler un plus large public... Donc pleins de réalisateurs avec plus d'ambition pour les années à venir, tant mieux!
    • Breizhan
      ne parie pas toute ta fortune tu aurais perdu... j'au jamais dis que dans l'Esquive c'était des racailles, j'ai juste dis que c'était des jeunes de banlieue y a qu'a voir la piètre prestation de l'actrice aux césars...et je confirme ma pensée sur le César "social"...comme c'est un sujet d'actualité et c'est toujours bien de montrer des jeunes de banlieues faire de bonne chose ect...voilà pourquoi l'Esquive a remporté ces Césars...CESAR SOCIAL...
    • Necronembourg
      Des mecs comme Zem, Taghmaoui, Soualem sont très très très loins de Omar Shariff tant sur la qualité du jeu que sur le charisme... et ils ne prendront jamais sa relève... (je vois bien Taghmaoui jouer Sheriff Ali dans un remake de Lawrence d'Arabie... :sweat: ) il faut comparer ce qui est comparable c'est comme si tu disais que Kyo va prendre la relève de Téléphone :sweat:
    • AC!
      D'accord et pas d'accord!1 - Les Choristes était un trés bon film, qui surfe sur le phénomène de mode "nostalgie, quand tu nous tiens..."2 - 36, quai des Orfères aurait mérité une récompense, ne serait-ce que pour la réalisation (quelque peu complexe, mais :eek: ), mais surtout pour le jeu des acteurs il n'y a qu'à voir ce qu'ils ont réussi à faire de Depardieu...!!!)3 - Un long dimanche de fiancailles... Les césars techniques sont brillament mérités, le césar du meilleur son, aurait même pu être dérobé au Choristes... j'en aurait même inventé un pour le maquillage, hyper réaliste! Tout à fait d'accord avec la précision entre le Box-Office et le palamrès des césars!!! Ce n'est pas la même chose! Et heureusement, sinon à quoi serviraient les Césars... Les Césars, comme un bon festival, ne doit pas récompenser les bénéfices économiques d'un film, mais ses qualités artistiques et techniques... SInon, nous aurions à faire toujours au même films "qui marchent", à toutes ces bonnes grosses productions, qui font un film à l'image des spectateurs... Mais ne va-t-on pas au cinéma pour être surpris aussi, pour découvrir d'autres façons de voir le monde??? hummm, chacun y trouve ce qu'il veut, mais heureusement que les récompenses des professionnels, par les professionnels ne sont pas soumises à l'argent engrangé et au nombre de spectateurs qui a vu le film...Je n'ai pas vu L'Esquive, mais j'irais dés que possible... pas possible qu'un mauvais film reçoive 4 Oscars! Cependant, il vrai qu'on peut regretter certains oublis... Tout le monde ne peut pas être récompensé tous les ans...!
    • allbran
      arretez de pleurer......sur ce palmares, il est justifié:L'esquive et quand la mer monte ont mérité leur césars...le cinéma ce n'est pas que l'argent et les remakes... l'argent pour un long dimanche... le film est pas mal.. mais bon il n'y a pas de quo icasser trois pattes à un chat on se serait cru dans amélie poulain 2..trop nian nian !:sleep: le remake...pour qui disent que les choristes sont fantastiques...la cage aux rossignols est fantastique ! les choristes reprennent plan par plan ce vieux film...où est la performance des choristes ? :ass: et 36... pan mal... mais on est loin des polars américains...je perale en terme de cachet.. le film est plutôt bien mais j'ai eu l'impression d'être devant un moulin ou un navarro de luxe ! dommage pour marchal...il méritait mieux !:??: et n'oubliez pas les césars... c'est tout le cinéma français pas que les blocbusters à moitiés réussi... :gun: bravo donc au ciné fais avec les tripes et qui prend des risques :love:
    • SpeenySpook
      "L'effet genre jeune racaille j'en ai longuement vu en banlieue, d'abord parce qu'au lycée tt le monde parle ainsi et apres 30 minutes de film ça bourre. " C'est vrai que ça peut destabiliser mais le film ne repose pas sur cet effet... et l'utilisation d'argot au cinéma n'a rien de nouveau du verbiage coloré d'Audiard au "fuck-fucking" du ciné US. "mais je trouve leur prestation assez misérable, " Alors là je ne suis pas du tout d'accord... perso j'ai été soufflé par plusieurs d'entre eux. Les personage ont la mièvrerie et la crédulité d'ado de leur age. "Et franchement je pige pas pkoi Rois et Reine n'en a pas remporté + de recompenses." C'est vrai... je pige pas trop non plus. "Puis perso, j'aurai pas décerner le prix à Lost in Translation mais au film de Gondry " Alors là je suis tout à fait d'accord... je crois bien que quand j'ai vu "Lost in translation" je me suis autant ennuyé que les personages du film... :sleep:
    • SpeenySpook
      Voilà... c'est tout à fait ça le problème. Si ce cinéma là disparait aujourd'hui, les talents de demain vont disparaitre avec lui... et le cinéma risquera bien de cesser d'être un art pour devenir un business lobotomisé de plus en plus creux. C'est ce qui se passe actuellement avec la télé... l'autre jour je suis tombé par hasard sur "la première companie" et j'ai vu Castaldi qui cherchait partout et sans grande conviction un balai... :ouch: un grand moment de la télé :D
    • enzosullivan
      Marrant, à l'époque ou c'était une cérémonie ou les français de souche s'auto congratulait en oulbiant les autres, ça choquait personne... :bounce: Copain!!!!!! :bounce: Pendant des années, on a eu droit à des caricatures d'acteurs jouant des Arabes (la palme revenant à l'empereur de la vulgarité Philippe Clair dans ses numéros débiles de Tunisiens pieds noirs...). Aujourd'hui, on voit l'émergence d'acteurs Arabes de talent (qui arrivent à point nommé pour prendre la relève du magnifique Omar Sharif) tels que Roshdy Zem, Zinedine Soualem, Saïd Taghmaoui... et on critique l'initiative de Kechiche de tourner en banlieue. Je déteste le concept de 'discrimination positive' par dessus tout (d'ailleurs, Kechiche ne privilégie aucun quota: il n'impose pas le trio black-blanc-beur en haut de l'affiche au contraire de Kassovitz ou Bensallah), mais il faut avouer que la répartition des acteurs a été déséquilibrée pendant des années en France par rapport aux communautés. Et aujourd'hui, on va se plaindre d'une autre tendance...
    • snowblood
      Je suis vraiment perplexe face à ce palmarés. Ce n'est pas le fait que ce soit un film inconnu qui ait été récompensé mais je conteste le choix de l'Esquive et l'engouement autour par les médias. L'effet genre jeune racaille j'en ai longuement vu en banlieue, d'abord parce qu'au lycée tt le monde parle ainsi et apres 30 minutes de film ça bourre. J'apprécie l'initiative du réa de faire jouer de jeunes acteur de banlieue mais je trouve leur prestation assez misérable, meme si c pr montrer leur côté mievre, innocent ou crédule. Long dimanche, les choristes et 36 n'ont rien eu par simple éloignement de film cliché populaire et popcorn de blockbuster français. Et franchement je pige pas pkoi Rois et Reine n'en a pas remporté + de recompenses. Puis perso, j'aurai pas décerner le prix à Lost in Translation mais au film de Gondry ce qui aurait été + logique car ce bonhomme est ultra-talentueux et mérite d'avoir la reconnaissance française. Et franchement Will Smith.. ??! Pr la meilleur série télévisé je comprendrai mais dans le cas des film outch.. Et dommage pour Saraband ;(
    • Johannes
      Marrant, à l'époque ou c'était une cérémonie ou les français de souche s'auto congratulait en oulbiant les autres, ça choquait personne...
    • eastwoodclint
      :( tu crois que c facile pour eastwood ou autre de sortir des films???????les grands studios n'acceptent par leur projets il doivent financé ces films par des fond privéessi clint navais pas sa boite de production a linterieur de la warner bros si il ne se battait pas contre les studios a chaque projet qu'il veut faire laisse moi dire que beaucoup de ces grands film n'aurait jamais pu voir le jour...les studios veulent juste lancé des blockbuster international qui on couté des centaines de millions et c'est vrai ce cinéma la est devenue industriel et il ny a que les indépendant qui ont cette petite part de pouvoir pour réalisé les films qu'ils veulent!! :o alors oui ce cinéma la le vrai est en dangé et risque de disparaitre
    • SpeenySpook
      "En termes de densité sur la qualité, le cinéma américain est meilleur que le notre. " Non cette époque là est révolue... aujourd'hui le cinéma Américain devient poussif, il n'innove plus et a tendance à tourner en rond dans les genres qu'il s'est créé et privilégie l'escalade d'effets spéciaux au détriment de tout le reste. Au contraire le cinéma Européen se trouve une nouvelle jeunesse et sait se diversifier autant dans les sujets traités que dans les styles ou la richesse des scénariis. Bien il ne produit pas que des chefs d'oeuvre mais il sait régulièrement surprendre et séduire son public... ce n'est pas par hasard que le pourcentage de fréquentation des films Américains à baissé en 2004 et ce malgré de supers cartons comme Lord of the Ring, Shrek, Némo... Qu'est-ce qu'on annonce cette année comme grand film US de fin d'année ? Un re-re-re-re-re-remake de King Kong et un remake de "La guerre des mondes"... c'est palpitant !
    • SpeenySpook
      "ll me semble bien que Eastwood, Spielberg, Lucas et les autres continuent de sortir des films." Et oui vous le dis vous-même : "continuent de sortir des films", ce sont des vétérans d'un autre temps... d'une époque où le film n'était pas encore considéré comme un "produit". Mais la relève, les nouveaux petits prodiges qui feront les génies de demain c'est qui ? Comment vont-ils faire pour percer ? Pour financer des films qui ne sont pas assurés de faire un carton au box office ? Par exemple, à votre avis est-ce qu'un film comme 21 grammes a bénéficié du soutient médiatique qu'il méritait ? Est-ce qu'il a pu trouver son public ? Est-ce qu'il n'a pas été plus ou moins étouffé par d'autres films nettement moins intéressants mais largement plus médiatisés ? Il a fait quoi... à peu près 500 000 entrées en France quand un "Dernier Samouraï" sans grand intérêt a fait 2 millions d'entrées. Eastwood doit sa notoriété actuelle à un tout tout tout tout petit film écrit par un Italien farfelu qui s'était mis en tête de faire un Western Italien à une époque où s'était un genre totalement démodé et exclusivement Américain... sans Sergio Léone Clint serait sans doute toujours un obscur commédien de série B. Sergio et Clint auraient-ils eue la moindre chance de se faire connaitre dans le monde du cinéma actuel ? Je ne pense vraiment pas...
    • stillalive
      [quote]Il ne faut pas croire que tout est AINSI soit TOUT blanc, soit TOUT noir.[/quote] Voilà une sage parole à laquelle je ne peux qu'acquiescer. Toutefois tu ne peux pas dire que, dans ton premier message, tu n'étais pas manichéen à opposer à tout prix le populaire (tes chéris Choristes et amie Chimène) et l'intellectuel (la vilaine Esquive et les horribles Hardy et Ann). Ce qui m'a vraiment énervé dans ton discours est cette manière dont tu sembles labelliser tout ce que tu ne comprends pas immédiatement ou tout ce qui ne répond pas à une certaine forme prédéfinie: "Intello Artésien masturbatoire etc" - alors que c'est justement la nouveauté, l'originalité et la personnalité qui font l'intérêt de toute chose. Après, oui, je sais que j'ai tendance parfois à me laisser aller aux excès grisants de l'intellectualisme, mais je sais m'en rendre compte également et m'arrêter. D'un autre côté, je ne crache jamais sur un divertissement-qui-ne-fait-pas-forcément-réfléchir du moment que j'ai pas l'impression qu'on me prend pour un con. Par exemple, ces derniers temps, je me suis surpris à rire aux éclats devant l'humour féroce de "Lolita Malgré Moi" mais par contre j'ai été horrifié devant la beaufitude glauque de "Espace Détente". Le divertissement pur n'a pas le monopole du plaisir, on peut en prendre autant (si ce n'est plus) dans une réflexion poussée. Ensuite, que l'on soit homo, hétéro, blanc, noir, catho, juif, boucher ou ministre, il y aura toujours des raisons d'être réactionnaire et intolérant envers quoi que ce soit (et je ne suis pas exempt de cette sentence), donc c'est un faux débat que de passer par là.
    • enzosullivan
      Bon alors, j'ai enfin vu 'L'esquive' hier et que dire... D'abord, Sara Forestier mérite amplement son César du meilleur espoir: elle arrive plutot bien à assumer un premier rôle difficile, car il s'agit d'un double rôle: Lydia des banlieues/Linette de Marivaux. Elle rayonne sur ce film, l'acteur principal étant lui, plutot terne.Pour les autres prix, les Césars ont fait le choix de ne pas trop récompenser certains réalisateurs: le scénario de L'esquive a été préféré au scénario de 'Comme une image' des Jabac, pourtant primés à Cannes (mais déjà 'césarisés' avec 'Le goût des autres' et 'Un air de famile'). Et le franc-parler de Chekife (pardon pour l'orthographe, j'ai pas pu revérifier...) qui préfère ne pas enjoliver la vérité a été préféré aux démonstrations d'un Jean-Pierre Jeunet (déjà césarisé pour 'Amélie Poulain', meilleur à mon avis personnel qu'ULDDF, mais je sais que cet avis ne fait pas l'unanimité...). Certes, les Oscars à titre de comparaison n'ont pas fait dans le sentimental et ont préféré honorer une deuxième fois Clint Eastwood plutot que de récompenser (enfin!) Martin Scorcese. Mais plutot que de faire des comparaisons, pleurer sur le palmares, je préfère retenir que sur 4 des 5 films nominés (pas vu 'Rois et Reines'), je n'en ai noté aucun en-dessous de 3 étoiles. Donc 2004 fut une très bonne année, avec des films pour tous les goûts (perso, j'ai adoré 'Quand la mer monte', 'Aaltra', mais également 'Comme une image', '36', 'ULDDF', 'Podium'... Donc halte au clivage ridicule intello/beauf, d'ailleurs j'adore le foot et je ne rate pas non plus une rediffusion du 'Grand Bazar' des Charlots :D ). Par ailleurs: une anecdote rigolote sur 'L'esquive': un couple de retraités assis derrière moi pendant la séance n'arrêtait pas de se demander que voulait dire 'kiffer' ou d'avoir de la gêne devant les insultes balancées à foison. Je me suis dit que le film n'était pas fait pour eux, et au final, en fin de séance, le mari s'est levé et a dit un 'On s'est bien amusé!' Comme quoi, pas la peine d'être du 9-3 pour aimer 'L'esquive' :lol: :lol:
    • Persee
      C'est surprenant toutes les réactions que déclenche ce palmarès... Pour une fois que je le trouvais éclectique et équilibré, ledit palmarès !Et je suis très content pour L'Esquive ! Je suis incapable de dire si c'est vraiment le meilleur film de l'année, mais franchement c'est très sympa de la part de l'Académie de le mettre enfin au premier plan de l'actualité ciné ! Parce qu'il y a quand même de vraies qualités dans ce film ! C'est jovial, c'est drôle, c'est émouvant, sans jamais donner l'impression de forcer le trait. Et c'est ça qu'on retient, et non pas que ce soit un film de banlieue, tourné en DV, et qui ait fait moins de 500 000 entrées... Nan vraiment très sympa de la part des Césars... pour un peu je leur pardonnerai presque le couronnement des lacrymales Invasions barbares l'an passé.Bon après le César à Mathieu Amalric je sais pas, j'ai pas vu R&R. Lui je ne l'ai vu que dans la Brèche de Roland et dans C'est le bouquet, deux films où je l'avais trouvé plutôt très mauvais, donc je reste sceptique. Enfin tant mieux pour lui. Perso je lui aurai bêtement préféré Jugnot,et puis ça aurait fait un César de poids pour les Choristes (qui sauvent l'honneur niveau musique, mais franchement comment pouvait-on récompenser par exemple la mise en scène très plan-plan de Barratier ?).Super content pour Yolande Moreau (ok, elle fait carrément pas glamour, mais les Césars non plus ça n'a jamais été glamour), très dubitatif pour Marion Cotillard (pas vu ULDF, mais je dois être un des rares sur ce forum à la trouver mauvaise actrice...).Normal pour Sara Forestier; Gaspard Ulliel on s'en doutait.Reste que 36 aurait quand même mérité qqchose... au moins second rôle féminin.Et Just a kiss récompensé quand on a La Mauvaise Education juste à côté... Bah ! En revanche, la cérémonie était comme d'hab catastrophique et insupportable, entre ambiance psychofrigide, vannes à deux balles et "spitchs" ratés (voir Sandrine Bonnaire jouer la cruche de la soirée ça te met mal-à-l'aise au point que tu en es réduit à zapper sur les Enfants de la télé pour reprendre des couleurs... triste). De ce côté-là, rien de nouveau hélàs.Mais puisque le fond semble s'améliorer, gageons que la forme finira bien par suivre un jour ou l'autre.
    • mahefa
      Justement non Ang3l, je ne suis pas d'accord avec toi. Tu es sur un forum de discussions et il y a des règles : c'est la même chose sur tous les autres forums de discussions. Autant tu as le droit d'exprimer ton opinion que nous soyons ou non d'accord sur le sujet, autant tu n'écris pas comme tu veux, tu écris normalement, pas de langage sms ou de raccourcis à tout va, pour que les autres puissent te lire facilement.
    • rougeetnoir
      Sans rancune ;)
    • rougeetnoir
      Quelle beauté ce Cyrano de Bergerac.... effectivement Danton :( on en devient nostalgique.Et que dire du Dernier métro ? :love:
    • alcor004
      (Nouveau raccourci encore) et c'est SALLES et pas SELLES "Pareil pour SALLES, ANDERSON, ou ALMODOVAR, mais ce sont des noms tellement évidents à citer pour paraître au fait du cinéma étranger que je ne m'amuserai même pas à rentrer dans le débat." tu m'excuseras pour l'erreur "A" "E", idem pour ABRA - ABRE Il est vrai que reconnaitre le talent de certain acteurs, dans certains films et pas dans d'autres, c'est regarder les gens de haut.Ce que je n'aime pas, c'est simplement le "réchauffé", le "calibré" et le "sentimentalisme puant" sur ce, bon ciné !
    • grandaiser
      minorité ethnique ?? L'esquive ??je comprends pas là les acteurs sont francais pourtant et le réalisateur aussi ?Ca cache quoi ce constat à deux balles ? Et les Choristes suis désolé c'est le remake plans par plan de " La cage aux Rossignols" autant récompensé la premiere oeuvres à ce moment la
    • rougeetnoir
      Et voilà que tu juges: "je suppose que tu as commencé à t'intéresser à ces grands noms étrangers grâce à leurs succès internationaux"....(comment te permets tu de me cataloguer ainsi ? ) Raccourci encore ! et la réponse est un grand NON, et j'ai adoré Tesis que j'ai vu lors de sa sortie ! Idem pour Abre los Ojos... et quand je pense à Amenabar , c'est justement pour ces deux films-là. Au fait c'est ABRE LOS OJOS, et non ABRA... "Merci au renouveau du cinéma brésilien, mais par pitié, il n'y a pas que Walter Selles, regardez un peu ce qui se cache derrière !" (Nouveau raccourci encore) et c'est SALLES et pas SELLES "Pareil pour SALLES, ANDERSON, ou ALMODOVAR, mais ce sont des noms tellement évidents à citer pour paraître au fait du cinéma étranger que je ne m'amuserai même pas à rentrer dans le débat." Encore une fois ton argument transpire tellement le mépris, l'intellectuellement correct que je préfère te laisser dire, toi qui te fais le spécialiste du Name Dropping ! Oui c'est toi le spécialiste, c'est toi le pointu et les autres les Beaufs ! Soit dit en passant j'aurais pu te citer Menzek aussi...AH AH AHA c'est un peu facile de citer Moretti et son Journal intime...Pfff tu me déçois tu aurais pu citer Palombella rossa. Tu vois on peut jouer à qui connait mieux qui ! C'est PITOYABLE ! Je préfère arrêter de discuter avec toi, tu décrédibilises toi-même ce que tu prétends défendre en regardant les autres de HAUT, en te faisant l'apôtre du bon goût, et en dénigrant celui des autres ! :sarcastic:
    • danton
      Palmarès difficile à cerner pour un grand nombre de cinéphiles moyens à mon avis. L'exception culturelle est en train de devenir une dérision intellectuelle. En grand nostalgique, je regretterai le temps où Cyrano de Bergerac illuminait la cérémonie : un film grandiose avec des acteurs vraiment talentueux : Je me permet de douter que l'Esquive puisse rivaliser.
    • alcor004
      c'est fort dommage, mais enfin je suppose que tu as commencé à t'intéresser à ces grands noms étrangers grâce à leurs succès internationaux. AMENABAR, as-tu vu TESIS & ABRA LOS OJOS avant le navet LES AUTRES (qui ne supporte pas une deuxième vision ?) ?Son dernier MAR ADENTRO est un peu trop évident ... Pareil pour SALLES, ANDERSON, ou ALMODOVAR, mais ce sont des noms tellement évidents à citer pour paraître au fait du cinéma étranger que je ne m'amuserai même pas à rentrer dans le débat. Merci à Amalric & Devos pour leur interprétation dans ROIS ET REINES. Merci également à tous les petits jeunes de l'ESQUIVE. Merci à la Penelope Cruz d'ABRA LOS OJOS. Merci à Carmen Maura pour les premiers films d'Almodovar.Merci à Gérard Jugnot d'avoir joué dans d'autres films que dans LES CHORISTES. Merci a François Berléand pour EROS THERAPIE (dommage qu'une telle "faim" de jouer ne vous permettent pas de sélectionner un peu mieux vos rôles. Vous pourriez avoir une très belle filmographie !).Merci à John Huston, merci à Avi Nesher pour le très beau AU BOUT DU MONDE A GAUCHE dont l'absence n'a marqué personne dans les nommés aux César !!Merci à Aure Atika d'être sortie de l'ornière LA VERITE SI JE MENS grâce à des rôles beaucoup plus intéressants, merci au JEAN-PIERRE JEUNET de la CITE DES ENFANTS PERDUS et d'AMELIE (et non à celui du LONG DIMANCHE).Merci à Jérémie Rénier, Laurent Lucas, Sergi Lopez, ....Merci à Nanni Moretti du JOURNAL INTIME Merci à Elvis Presley de nous rappeler que la production musicale de masse est aussi nauséabonde que son équivalent cinématographique !Merci à l'un des plus beaux films de l'année, HEAD-ON !Merci au Jim Carrey de MAN ON THE MOON et de ETERNAL SUNSHINE ON THE SPOTLESS MINDMerci au renouveau du cinéma brésilien, mais par pitié, il n'y a pas que Walter Selles, regardez un peu ce qui se cache derrière ! Bref, merci à tous ces gens qui nous proposent divertissements, plaisir, vraie émotion et qualité.
    • rougeetnoir
      Le souci surtout c'est d'assimiler Choristes et beauf, Choristes et film poujadiste, et Choristes et Star academy... Je ne vois vraiment pas du tout de finesse dans l'analyse de ceux qui prétendent "penser autrement", s'ouvrir et qui à l'arrivée se contentent de raccourcis Hénaurmes :eek: PS: Serait-ce les mêmes qui traitaient Amélie Poulain de film raciste et Underground de film pro-serbe ? Le chiens sont lâchés !
    • rougeetnoir
      Décidément tu cites tout ce que je déteste ! :lol: Desplechin, Labrune, je serai moins sévère avec Amalric réalisateur, et avec Devos dans d'autres films que les Desplechin mais Devos dans du Desplechin, c'est zéro interprétation, texte récité platement avec une ou deux citations pour faire briller le tout. Pouark ! Ensuite, tu continues de faire des catégories: "de nous proposer quelque chose d'un peu différent". Je suis loin de me contenter des films populaires ou grosses majors, mais pour moi le différent est synonyme des noms de Almodovar, de Walter Salles, de Wes Anderson, d'Amenabar, et j'en passe.Pas de Depleschin, ni de l'Esquive qui me rappelle un film que je suis allée voir lors du printemps du cinéma, Vénus et Fleur (bonjour les micros dans le champ) !
    • tbs
      manifestement, "les choristes" n'ont pas fonctionné avec vous. Ne vous étonnez donc pas si "l'esquive" ne fonctionne pas avec d'autres. Je presiste à dire que Jugnot est l'un des meilleurs acteurs français actuels. Mais comme il a du métier,il s'est s'adresser au public et n'a aps besoin de la jouer "acteur tourmenté" comme un Amalric qui s'exprime aussi bien qu'il joue.
    • Chouille_9
      J'ajoute mon coup de gueule a ces César. Bien que les gouts et les couleurs ne se discute pas, mais quand meme la, ne pas remetre le César du meilleur film aux Choristes qui malgré leur popularité sois disant inhatendu et tout ce qu'on en a parlé après, il reste quand meme le grand film de cette année, il a quand meme réussi a etre exporter aux Etats Unis a faire son petit succès, nan sincerement faut qu'on m'explique. Tout comme Podium qui est magnifiquement joué, Benoit Poelvoord et Jean Paul Rouve méritait leur César.Mais autre chose me révolte, je comprend le discours d'Isabelle Adjani sur la disparition de la journaliste malgré que cela ne rentre pas vraiment dans le cadre du cinéma et a coté pas un hommage au regrétter Jacques Villeret rien du tout!
    • alcor004
      désolé, Môsieur Desplechin me parle beaucoup, tandis que les trois autres n'ont pas réussi à me faire adhérer à leurs soi-disants divertissements ... Merci à tous ces cinéastes et acteurs qui essaient de nous proposer quelque chose d'un peu différent ! Merci à Desplechin, Labrune, Amalric, Devos, ...Continuez de vivre vos réalisations et interprétations plutôt que de réaliser et / ou réciter platement ou avec du "faux relief" (n'est-ce-pas Monsieur Jeunet dont la technique est tellement irréprochable qu'elle supprime toute forme d'émotion, du moins pour votre dernier film ?)
    • tbs
      ll me semble bien que Eastwood, Spielberg, Lucas et les autres continuent de sortir des films. Le cinéma américain a produit et produit encore des navets. Mais il a produit et produit toujours de purs chefs d'oeuvre. En termes de densité sur la qualité, le cinéma américain est meilleur que le notre. Ce n'est qu'un point de vue sur lequel je ne cherche pas à polémiquer, et cela n'empêche pas de faire de l'argent. On peut être créatif, talentueux et intéresser le public.en revanche, je persiste et je signe : "l'esquive " est un navet mal joué. jouer "réaliste" n'est pas joué. Ce n'est ni du Brel, ni du Piaf (je réponds peut-être à un autre message d'ailleurs) ; c'est aussi mal filmé que la télé-réalité. Et quand je parle de politiquement correct ou de bien-pensant, c'est justement que le sujet est dans la norme de ce qu'il est "correct" de montrer, de ce que doit être une oeuvre d'auteur. en revanche, comme "les choristes", montrer un simple type croire en la qualité de ses élèves, fûrent-ils des "cas", croire en leur humanité, agir en toute simplicité, ça, c'est pas "politiquement correct". il n'empêche, "les choristes" est un grand film pétri de qualités. Pour "l'esquive" ???????
    • otarierom
      elel a eu raisonvive le franc parlermort à l'hypocriseVive Sara
    • otarierom
      pour une fois que c'est pas un léche-cul qui dit "je m'y attendais pas, je suis ému, je sais pas quoi dire, je vous aime tous"elle a parlé à sa façon(qui est la façon de bcp de gens) et elle a eu raison ! vive le franc-parler mort à l'hypocrisieet Vive Sara
    • rougeetnoir
      Oui Desplechin n'a rien à dire :D C'est l'archétype du cinéaste creux et verbeux qui se croit profond ! L'une des pires épreuves cinématographiques que j'ai pu vivre c'est son "Comment je me suis disputé ma vie sexuelle" : un vrai calvaire avec aussi "La plage noire" de Michel Piccoli. Peut-être Barratier, Jeunet et Moix n'ont pas la prétention d'avoir forcément quelque chose à dire comme Môsieur Desplechin ;) mais simplement la volonté de divertir et de rassembler. C'est humain !
    • SpeenySpook
      "Donc les césars se devaient de récompenser le quelquechose mais aussi le fait que le film ait pû atteindre "plein de gens"." Le film qui a pu atteindre plein de gens, on a pas besoin des Césars pour le voir... "Le cinéma est peût être lui aussi a 2 vitesses. Un cinéma pour la France d'en haut (donc pour un "élite") et un autre pour celui d'en bas (pour le "plein de gens" de tout à l'heure). Jusque là, ça ne me choque pas. Par contre les Césars ont choisi la France d'en haut, sans se soucier de l'objectif même du Cinéma. Que serait le cinéma français actuel s'il était à l'image des Césars ?" Je ne partage pas cette analyse... Le cinéma est effectivement à 2 vitesses (voir plus). Il y a le cinéma d'en haut, celui qui bénéficie de budgets confortables, dont on parle beaucoup à la télé (chez Ardisson, dans la "méthode machin", chez "on peut pas plaire", chez Drucker,etc) et qui est distribué dans un grand nombre de salles réparties harmonieusement dans toute la France et puis il y a le cinéma d'en bas... celui qui manque d'argent, celui qui ne sera distribué que dans 15 ou 20 salles en régions Parisienne... et encore pas dans de confortables multiplexes mais juste dans quelques petits Mk2 de quartiers (au passage vive le Mk2 grande Bibliothèque !). Perso je suis ravi que les Césars aient daignés s'intéresser et sortir de l'anonymas ces films du cinéma d'en bas... et tant mieux si ça déplait à "ceux qui ne l'ont pas vu à la télé"... et tant pis si ça déplait à ceux (rares) qui les ont vu et ne les ont pas appréciés. Après tout ces Césars n'engage que le jury et on est heureusement libre de désaprouver et de râler contre... il faut bien qu'on soit à la hauteur de notre réputration. :)
    • alcor004
      depuis quand L'ESQUIVE porte - t'il le label "France d'en haut" ?? c'est incroyable !
    • alcor004
      vive Barratier, Jeunet et Moix qui ont probablement davantage à dire que Desplechin ... de qui se moque-t'on ? :gun:
    • alcor004
      s'il te plait ...depuis quand Marion Cotillard est-elle une grande actrice ? regardez sa filmographie : Taxi, Big Fish, ...quels rôles mémorables ! vive Mathieu Amalric :D
    • milton
      Je ne comprends plus rien au cinéma :roll: Pour moi c'était tout simple; faire un film, c'était de partager quelquechose (une émotion, une idée, ...) avec plein de gens. Donc les césars se devaient de récompenser le quelquechose mais aussi le fait que le film ait pû atteindre "plein de gens". Maintenant je dois me gourer complètement. Le cinéma est peût être lui aussi a 2 vitesses. Un cinéma pour la France d'en haut (donc pour un "élite") et un autre pour celui d'en bas (pour le "plein de gens" de tout à l'heure).Jusque là, ça ne me choque pas. Par contre les Césars ont choisi la France d'en haut, sans se soucier de l'objectif même du Cinéma. Que serait le cinéma français actuel s'il était à l'image des Césars ?Bien sûr que des films comme L'esquive sont importants, mais doivent ils vraiment être récompensés lors de manifestations qui se veulent populaires ?
    • SpeenySpook
      "les choristes ont eu à peu près ce qu'ils méritaient, faut pas pousser c un film sympa que j'ai aimé mais je ne me fait pas d'illusions sur sa valeur objective. Le battage autour était assez gonflant et c tout de même dommage que ce ne soit des films familiaux qui rafle les succès populaires." En même temps il ne faut pas exagérer dans l'autre sens, "Les choristes" ce n'est pas "Jetset" (au passage je suis positivement ravi que le numéro 2 se soit complètement ramassé au Box-office, cela devrait décourager certains d'essayer d'appliquer les mêmes méthode en France qu'ailleurs). Cela reste un film d'auteur avec un sujet original et un scénario travaillé. Je suis content qu'il ait recontré un tel succès public, battage médiatique ou pas...
    • SpeenySpook
      Chacun ses goûts.... pour ma part l'esquive c'est le meilleur film d'auteur que j'ai vu depuis longtemps... non c'est plutôt celui qui m'a fait l'impression la plus forte.
    • SpeenySpook
      "prétendre que le cinéma américain ne propose que des "merdes" vous rangent inévitablement dans la catégorie "conneries" que vous prêtez aux autres " En même temps il n'a pas tout à fait tort... non pas que les Américains ne savent pas faire du très bon cinéma, loin s'en faut, mais je trouve que le virus "faire de l'argent à tout prix" qui a déjà généré des merveilles comme la télé-réalité ou FoxTV se fait de plus en plus sentir dans le cinéma US. Il n'y a pas si longtemps que ça on pouvait aller voir leurs "block-busters" en toute confiance quand à la qualité du spectacle, c'était l'époque des "Ben Hur", "Autant en emporte le vent", "Les 10 commandemands" puis plus récemment les "Star Wars", les "Indiana Jones", Les "E.T.", "Rencontres du troisième type", "Retour vers le futur", etc Aujourd'hui on a quoi ? Des "produits" renouvelables à volonté et qui changent de metteurs en scène comme de chemise : des "Batmans", des "Spiderman", des "Fast and furious", des "Xmen", des "Charlies Angel", des "terminators" qui font de plus en plus dans la surenchère de n'importe-quoi... des "Kill Bill 1" avec une nana en cuir jaune armée d'un sabre qui découpe des tas de méchants en série pendant près de 30 minutes sans interruption que Tarentino choisi judicieusement de montrer avant son autre Kill Bill qui celui-là est de qualité et fait un peu passer la pillule. Et pendant que ces films là obtiennent sans problème financements, énorme campagne de pub et très grand nombre de salles où ils seront diffusés d'autres qui sont certainement autrement plus intéressant et plus ambicieux restent dans des cartons faute d'argent... Des Clint Eastwood, Tim Burton, Spilberg ou Lucas pourraient-ils encore sortir aujourd'hui ? C'est loin d'être sur...
    • rougeetnoir
      Tout à fait d'accord avec toi, et ce raccourci semblant dire critiques=bon film. Pas la peine d'en dire plus. Surtout concernant le cinéma de Desplechin, un des réalisateurs les plus creux et prétentieux qui existe !
    • rougeetnoir
      Non l'esquive n'est pas un film d'auteur, c'ets un MAUVAIS film d'auteur !
    • flo_rnc
      Je n'ai lu que la première page de ce topic et j'ai été proprement consterné (morpher, kretschmarr, FFlife (n'a pas entendu parler dc c nul: c beau comme raisonnement....), Steven Seagal (rien qu'à voir son pseudo il est mal barré...), Nico369 (je reprend tel quel tellement c énorme: Christophe barratier pour un premier film fait 8 millions d'entrées, bizarre qu'il n'ait pas eu le césar du meilleur premier film!: NO COMMENT)).....des gens qui n'ont probablement pas vu l'esquive se permettent de le juger et de le ranger dans des catégories. Il parait aussi que la qualité d'un film est directement liée au nb d'entrées.... non mais je rêve!!!! Moi j'ai vu l'esquive et j'ai bien aimé, c pas du tout bien pensant contrairement à ce que j'ai lu ailleurs (le mec arrive pas à exprimer ses sentiments à la fille du coup ça débouche sur de la violence, vous trouvez ça bien pensant, vous??).Alors effectivement j'ai un peu peur que l'académie en ai trop fait avec le meilleur film qui aurait du logiquement aller à ULDD.Je comprend que vous poussiez des gueulantes pcq votre film préféré a pas été hyper récompensé, c humain, mais qu'attend-on d'un tel événement? l'académie ne peut pas ménager la chèvre et le chou et il y aura toujours des oubliés. Est-ce préférable d'attribuer des récompenses aux uns et aux autres en fonction des nombres d'entrée ou bien de dire ce que l'on pense? Moi j'attend de ces gens qu'ils nous livre leurs avis en conscience et pas qu'ils fassent leurs hypocrites, j'espère que c ce qu'ils ont fait... les choristes ont eu à peu près ce qu'ils méritaient, faut pas pousser c un film sympa que j'ai aimé mais je ne me fait pas d'illusions sur sa valeur objective. Le battage autour était assez gonflant et c tout de même dommage que ce ne soit des films familiaux qui rafle les succès populaires. On peut aimer ça (et j'aime ça aussi d'ailleurs) mais on peut aussi vouloir qu'ils ne se taillent pas la part du lyon et en laisse un peu aux autres.Voilà!
    • tbs
      d'accord sur les propos douteux de "Steven seagal" dont le pseudo et les caractéristiques ajoutées sont ridicules. En revanche,quand j'ai lu les "nommés" aux Césars, j'ai dit "c'est 3l'esquive" qui va gagner". tout simplement parce que ce film est poloitquement correct. Comme le dernier film de Moore récompensé à Cannes. Les qualités du film, des acteurs n'ont rien à voir là-dedans, c'était politiquement correct, pour ne pas dire imprératif de récompenser "l'esquive" face au "franchouillard" (dixit les experts es cinéma) "les choristes".Mais "l'esquive" est un navet, mal filmé, mal monté et très mal joué.Il ne méritait même pas d'être nommé. aux Oscars, Scorsese se fait encore "battre" mais par un grand réalisateur qui est aussi un grand acteur et qui a fait "manifestementt" un grand film (attendre de l'avoir vu, bien sur mais les précédents Eastwood m'ont tous plu). Si Jeunet avait gagné, rien à redire pour les "choristes" ou "36, quai des ..." et réciproquement. Mais là, c'est se moquer du monde. Pareils pour les Césars acteurs et actrices à l'exception de Marion Cotillard qui tient la route.Mais bon, le cinéma continuera amlgré la bêtise des Césars qui se répètent quasiment année après année.
    • SpeenySpook
      "suis désolé mais le palmarès 2005 est prétentieux et tout à fait injuste" Sincèrement il n'y a aucun, mais alors absolument aucun rapport entre la prestation honnête des acteurs des Choristes et l'interprétation fabuleuse, l'interprétation qui vient de très profond des jeunes acteurs de l'esquive... pour moi cette interprétation, dans un autre genre, est de la trempe d'un Brel ou d'une Piaf. Certaines scènes font vécues au point qu'on ait peur qu'une simple dispute tourne au massacre. Après c'est vrai qu'au niveau du scénario celui des Choristes est sans doute plus travaillé et que les moyens techniques utilisés font des Choristes un film plus abouti mais encore une fois à quoi bon récompenser encore un film qui a déjà été largement récompensé par un nombre d'entrées inespéré ? Les Choristes sont déjà depuis quelques mois entrés dans l'histoire du cinéma, dans les films qui resteront... comme "Podium" et "Un long dimanche de fiancaille", du reste...
    • tbs
      d'accord avec vous sur le fait que le succès d'un film n'en fait pas la qualité. vos citez "Taxi3", on pourrait citer bon nombre des principaux succès français des trois dernières années avec tous ces acteurs issus de la bande à canal+. Je pense notamment à "Astérix et Cléopatre" que j'ai vu en DVD. Seuls les passages fidèles à la BD étaient drôles à mon avis. Et en plus, Chabat avait réussi à mal filmer la pourtant très belle Monica Belluci. Mais bon, il en faut pour tout le monde.Mais, inversement, pour en revenir aux Césars, ce n'est pas parceque un film a été un grand succès populaire qu'il faut l'écarter (après l'avoir tout de même nommé) et lui préférer un petit film qualifié "d'auteur" (ce que signifie cette expression, je n'arrive toujours pas à le comprendre et pourtant j'adore le cinéma depuis l'âge de 8 ans et j'en ai maintenant 44). Je suis désolé mais le palmarès 2005 est prétentieux et tout à fait injuste. Pour des étudiants en cinéma c'est peut-être valorisant de voir un film pas terrible ou des acteurs vraiment pas transcendants récompensés mais le talent a été ignoré dans le palmarès.Le philosophe Léon Bruncswig (je ne suis plus sûr de l'orthographe)disait à peu près "s'estimer au plus juste, viser le plus haut". Manifestement, les membres de l'Académie des Césars ont une haute idée de eux-mêmes mais visent très bas.
    • enzosullivan
      Je rejoin ton point de vue... et je trouve ça d'autant plus stupide d'attaquer les Césars uniquement sur la cérémonie 2005... (Quand 'Amélie Poulain' ou 'Le dîner de cons' ont raflé des prix, personne les a taxé d'élitisme...).Il y a parfois des années creuses pour le cinéma français, 2004 fut au contraire une année assez riche. Difficile de faire un choix pour les membres du jury, d'ailleurs, quand je lis les posts des 'déçus', j'ai l'impression qu'il y a autnat de pro-choristes que de pro-ULDDF. De là à dire que le film qui les a battu soit mauvais, ne ne le jugeant que sur des bandes-annonces... Allez plutot le voir pour juger! D'ailleurs, à propos des autres nominés: les anti-Choristes et anti-ULDDF m'énervent presque autant que les 'ultra-pros'. On ne peut pas dire que les Choristes sont un film réac ou populo, c'est surtout le traitement qu'on en a fait qui l'a rendu réac et populo (une tournée des Choristes qui ont littéralement 'maté' les petits chanteurs à la croix de bois, plus une émission de télé réalité bien réac, elle, sur M6...). Mais il ne faut pas oublier qu'à l'origine, personne ne voulait produire le film de Barratier vu le côté nostalgique du film... Il a dû faire des pieds et des mains pour que TF1 le produisent. Et naturellement, connaissant l'éthique de TF1, l'échec (très relatif car 2 Césars quand même...) des Choristes m'a fait sourire, sans aucun mépris pour Barratier, car ça m'a permis d'entendre aux infos de TF1 la déception d'une chaîne... qui n'aurait pas voulu produire ce film mais qui maintenant qu'il a attiré 7 millions de spectateurs en salle et semble promettre une bonne audience dès sa première diffusion en clair est du coup nettement plus intéressé (un comble quand on sait que c'est France 2 et Laurent Ruquier particulièrement qui les premiers ont assuré la promo des Choristes dans un premier temps, film 'mineur' pour ses producteurs...).
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Le vent tourne Bande-annonce VF
    Halloween Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    I Feel Good Bande-annonce VF
    Donbass Bande-annonce VO
    Lola et ses frères Bande-annonce VF
    Un Peuple et son roi Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    120 battements par minute : que deviennent les comédiens du film ?
    NEWS - Festivals
    mardi 18 septembre 2018
    120 battements par minute : que deviennent les comédiens du film ?
    Halloween : Michael Myers sème la mort dans la nouvelle bande-annonce
    NEWS - Vu sur le web
    mercredi 5 septembre 2018
    Halloween : Michael Myers sème la mort dans la nouvelle bande-annonce
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Thunder Road
    Thunder Road
    4,6
    De Jim Cummings (II)
    Avec Jim Cummings (II), Kendal Farr, Nican Robinson
    Bande-annonce
    Les Indestructibles 2
    Les Indestructibles 2
    4,4
    De Brad Bird
    Bande-annonce
    Silent Voice
    Silent Voice
    4,4
    De Naoko Yamada
    Bande-annonce
    Mon voisin Totoro
    4,3
    De Hayao Miyazaki
    Bande-annonce
    Parvana
    4,2
    De Nora Twomey
    Bande-annonce
    Woman at War
    4,2
    De Benedikt Erlingsson
    Avec Halldora Geirhardsdottir, Jóhann Sigurðarson, Davíd Thór Jónsson
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top