Notez des films
Mon AlloCiné
    Cannes et les femmes : une seule Palme d'Or et 11 Présidentes du jury en 67 éditions
    7 janv. 2014 à 17:00
    facebook Tweet

    Présidente du Jury du prochain Festival de Cannes, seule gagnante de la Palme d'Or (en 1993 pour "La Leçon de Piano"), Jane Campion est devenue l'exception qui confirme la règle. A Cannes, les présidentes du Jury se font rares et les Palmes d'Or attribuées aux femmes encore plus... Zoom sur ces rares talents féminins à avoir eu ce privilège !

     

    Jane Campion est entrée dans "Le Guinness des Records du Festival de Cannes". A 59 ans, la célèbre réalisatrice néo-zélandaise, dont la beauté des portraits de femmes n'est plus à prouver, a de nouveau été rappelée vers la Croisette. Présidente du Jury du 67ème Festival de Cannes, qui se tiendra du 14 au 25 mai prochain, Campion était déjà, l'an passé, à la tête du Jury court-métrage et Cinéfondation. Elle était également présente pour recevoir le Carrosse d'or décerné par la société des réalisateurs de films et, à cette occasion, sa série Top of the Lake avait été présentée à la Quinzaine des Réalisateurs. Rien que ça ! Pour autant, les honneurs cannois décernés à Jane Campion ne s'arrêtent pas là et en font justement l'une des exceptions du Festival de Cannes : l'exception faite femme.

     

    Une seule Palme attribuée à une femme

    Dès 1986, Jane Campion devient en effet la première femme à remporter la Palme d'or du court-métrage pour Peel, exercice de discipline avant d'être nommée en compétition officielle en 1989 pour son premier long-métrage, Sweetie. Mais, Campion est surtout la première et la seule femme réalisatrice à avoir jamais décroché la prestigieuse Palme d'Or en 1993 pour La Leçon de piano. Même si le prix est alors partagé avec Chen Kaige et son Adieu ma concubine, Jane Campion n'en demeure pas moins un cas isolé. Car à Cannes et dans le milieu du cinéma, les réalisatrices n'existent que très rarement.

    Que la Palme d'or ait été remise à une femme à une seule et unique reprise est plus que troublant. Que l'Oscar de la Meilleure réalisation ait été attribué pour la première fois à une réalisatrice en 2010 (Kathryn Bigelow pour Démineurs) l'est tout autant. Mais, la rareté des grandes récompenses remises aux femmes a au moins le mérite de soulever distinctement l'éternel déséquilibre entre le nombre d'hommes et de femmes derrière la caméra. Cette année, Hollywood a d'ailleurs encore enregistré un tout petit pourcentage de films réalisés par des femmes. En 2012, une lourde polémique avait, par ailleurs, secoué Cannes lorsque les 22 films en compétition se révèlèrent être tous réalisés par des hommes. Si la question de la misogynie avait alors été vite balayée par les organisateurs, le Président Gilles Jacob avait tout même admis au micro de The Observer que c'était une "honte" qu'une seule et unique femme ait reçu la Palme d'Or, en soulevant également une autre vérité : "Le cinéma est dominé par les hommes et Cannes n'est que le reflet du cinéma".

    Si cette disparité touche donc une grande partie du cinéma et semble encore loin d'être prête à se dissoudre, les petits éclats d'espoir sont toujours bons à prendre. L'an dernier, le Jury avait ainsi décerné la Palme d'Or à Abdellatif Kechiche pour La Vie d'Adèle mais aussi à ses deux actrices sans qui le film ne serait pas le film. Souvenons-nous également qu'en 2009, alors qu'elle présentait Bright Star à Cannes, Jane Campion s'était exprimée sur ce sujet en déclarant : "J'adorerai voir plus de réalisatrices parce qu'elles représentent la moitié de la population et donnent naissance à la Terre entière. Tant qu'elles n'écriront pas et ne réaliseront pas, nous n'aurons jamais la totale vision des choses." Si Campion ne pourra pas révolutionner le monde du cinéma en 11 jours, elle nous donnera sans aucun doute un nouvel avis passionnant sur la question...

     

    11 présidentes pour... 67 éditions

    Très bien, la Palme d'Or n'est pas encore pour les réalisatrices. Mais, quelle est la place des femmes dans les autres "postes" importants du Festival de Cannes ? Ce n'est pas un secret, le Festival aime avoir des maîtresses de cérémonie, le poste ayant été attribué quasi exclusivement à des femmes (à l'exception de Vincent Cassel en 2006, d'Edouard Baer en 2008 et 2009 et de Lambert Wilson cette année). En revanche, la Présidence du Jury est rarement confiée à une femme (mais beaucoup plus que la Palme d'or n'est-ce pas!). Depuis 1946, année du premier Festival de Cannes, soit depuis 67 ans, seules 11 femmes (Jeanne Moreau étant comptée deux fois) ont eu la charge du Jury.

    1965 - Olivia de Havilland

    C'est à l'occasion de sa 18ème édition que le Festival décide de nommer sa toute première Présidente du Jury. A 48 ans, Olivia de Havilland, déjà emblématique grâce à ses rôles dans Autant en emporte le vent ou L' Héritière, et déjà détentrice de deux Oscars, prend en main un Jury uniquement composé d'hommes, dont André Maurois ou encore Alain Robbe-Grillet.

    Grand Prix décerné : Le Knack... et comment l'avoir, de Richard Lester

    1966 - Sophia Loren

    En 1966 (soit dès l'année suivante !) le Festival nomme à nouveau une femme :  Sophia Lauren. L'italienne n'a que 32 ans mais déjà 15 ans de carrière et un Oscar. C'est la seule et unique fois que le Festival nommera une femme à la Présidence deux années consécutives. A nouveau, le jury de 1966 est composé de nombreux écrivains dont Marcel Pagnol et Jean Giono mais aussi du réalisateur Richard Lester, grand gagnant de l'édition précédente.

    Grand Prix du Festival : Un Homme et une femme de Claude Lelouch, ex aequo avec Ces messieurs dames de Pietro Germi


    1971 - Michèle Morgan

    Les années 70 seront la décennie qui comptera le plus de femmes Présidentes.  Michèle Morgan ouvre le bal en 1971 pour la 24ème édition du Festival et préside un Jury composé notamment de Sergio Leone. A l'époque, Morgan et ses beaux yeaux ont déjà emporté le prix de la meilleure interprétation à Cannes en 1946. Elle fut d'ailleurs la première française à remporter cette distinction.

    Grand Prix du Festival : Le Messager de Joseph Losey

     

    1973 - Ingrid Bergman

    Deux ans plus tard, c'est à nouveau une actrice qui se voit attribuer le rôle de Présidente. Avec Casablanca, Les Enchaînés et tant d'autres films, Ingrid Bergman est alors l'une des actrices les plus incontournables du cinéma international qui a déjà décroché deux Oscars (le troisième l'attendant deux ans plus tard). Dans son Jury, l'actrice suédoise compte notamment Sydney Pollack.

    Grand Prix du Festival : L' Epouvantail de Jerry Schatzberg et La Méprise d'Alan Bridges

    1975 - Jeanne Moreau

    En 1975, la Palme d'or est enfin réhabilitée sous la Présidence de notre Jeanne Moreau nationale. A 47 ans, cette dernière a déjà remporté le prix de la meilleure actrice à Cannes en 1960.

    Palme d'Or : Chronique des années de braise, de Mohammed Lakhdar-Hamina


    1979 - Françoise Sagan

    L'auteure de Bonjour Tristesse et Des bleus à l'âme devient la Présidente du 32ème Festival de Cannes pour un cru d'une rare exception (Coppola, Malick, Doillon, Herzog, etc.). A l'époque, Sagan a déjà collaboré pour le cinéma, notamment avec Claude Chabrol pour Landru et également réalisé un court-métrage, Encore un hiver et un long, Les Fougeres bleues. Si dans ses premières années, le Festival comptait de nombreux écrivains en tant que Président du Jury, les années 70 marque la fin de cette époque. Sagan est d'ailleurs la seule femme écrivain à avoir jamais été présidente du Jury et, en 1983, le règne des écrivains/président s'éteint avec William Styron.

    Palme d'Or : Apocalypse Now de Francis Ford Coppola et Le Tambour de Volker Schlöndorff

    1995 - Jeanne Moreau

    Les années 80 ne compteront aucune femme Présidente du Jury cannois. Lorsqu'en 1995, ce schéma est enfin brisé, l'organisation choisit de rappeler Jeanne Moreau, 20 ans après sa première nomination. Deux ans plus tard, elle sera d'ailleurs invitée à être maîtresse de cérémonie.

    Palme d'Or : Underground d'Emir Kusturica


    1997 - Isabelle Adjani

    Pour sa cinquantième édition, le Festival de Cannes nomme Présidente l'une de nos plus grandes actrices, Isabelle Adjani. A 42 ans, celle qui avait refusé le poste en 1990 s'implique dans la composition du Jury, qui sera composé de Mira Sorvino, Nanni Moretti ou encore Tim Burton. De cette expérience, Isabelle Adjani gardera un souvenir un peu amer, ayant estimé s'être fait blouser par Nanni Moretti sur l'attribution des deux Palmes.

    Palme d'Or : L' Anguille de Shohei Imamura et Le Goût de la cerise d'Abbas Kiarostami

    2001 - Liv Ullmann

    Cette édition devait être présidée par Jodie Foster. Mais, retenue sur le Panic Room de David Fincher, l'actrice abandonne le poste qui reviendra à l'actrice/réalisatrice norvégienne Liv Ullmann. Son jury, alors très mixte, sera  notamment composé de Charlotte Gainsbourg, Sandrine Kiberlain, Julia Ormond et Terry Gilliam. Lors de la 50ème édition, Liv Ullman était d'ailleurs présente à Cannes pour remettre la Palme des Palmes à Ingmar Bergman (ou plutôt à sa fille), dont elle fut l'amante et la muse.

    Palme d'Or : La Chambre du fils de Nanni Moretti

    2009 - Isabelle Huppert

    Huit ans après Liv Ullmann, le Festival fait de nouveau appel à une femme pour présider le Jury. C'est à nouveau l'une de nos actrices emblématiques, Isabelle Huppert, qui prend cette charge un an après Sean Penn. Huppert a alors déjà remporté deux Prix à Cannes : en 1978 pour Violette Nozière et en 2001 pour La Pianiste. Haneke remporte d'ailleurs la Palme sous sa présidence, levant alors des suspicions, les deux talents ayant collaboré deux fois ensemble (trois fois depuis, avec Amour). Depuis cette édition, la présidence du Jury n'est plus jamais revenue à un acteur mais toujours à des réalisateurs (Tim Burton, Robert de Niro, Nanni Moretti, Steven Spielberg et aujourd'hui, Jane Campion).

    Palme d'Or : Le Ruban blanc, de Michael Haneke

    2013 - Jane Campion

    Plus que quelques semaines avant de savoir ce que réservera cette 67ème édition placée sous le signe de Jane Campion...

    En 2009, Gilles Jacob nous parlait d'Isabelle Huppert, alors Présidente du Jury...



    Raphaëlle Raux-Moreau

    A LIRE EGALEMENT

    Festival de Cannes : qui succédera à Gilles Jacob ?Cannes 2014 : Jane Campion nommée Présidente du Jury

    facebook Tweet
    Commentaires
    • thobias
      Dac. Tu n'as rien raté pour The game c'est son film le moins intéressant et au scénario très artificiel.
    • froclibre
      Perso je préfère regarder un Fincher qu'un Varda, mais quand je dis pas comparable, c'est juste que ce qu'ils font ne se ressemble absolument pas. Panic Room n'est qu'un simple film de genre, qui a de la "gueule" mais qui est très loin de Seven. Je n'ai pas vu The Game
    • thobias
      pas comparable: tu veux dire inférieur ou juste très différent?Que penses-tu de The game et Panic room sinon?
    • froclibre
      Cléo et Sans toit ni loi sont pas mal, et pas du tout comparable à ce que fait Fincher. Après c'est subjectif, mais Social Network et Fight Club ne sont pas surestimés pour moi.
    • thobias
      Fincher a fait un chef d'oeuvre: Seven. Quelques très bons films:Zodiac, alien 3, Benjamin Button et Millenium. Mais aussi des films très surestimés comme Fight club et social network et enfin des ratages: panic room et the game. Oui j'ai vu tous ses films donc je juge en connaissance de cause.
    • thobias
      Elle n'a pas toujours été une vieille chouette. As tu vu le magnifique Cléo de 5 à 7?
    • froclibre
      Varda au même niveau que Fincher ? Cette vieille chouette sérieusement ?
    • Helretik
      D'ailleurs, en termes de littérature, j'ai remarqué que globalement, les femmes avaient tendance à avoir une sensibilité plus intéressante dans la création de personnages.
    • thobias
      La leçon de piano de CampionWhite material de claire denisVirgin suicide de Sofia coppolaIndia Song de DurasCléo de 5 à 7 de VardaUne vieille maitresse de BreillatLà n'est pas le problème je reconnais que dans ma liste de film préférés il y a 10 ou 20 fois plus de films de réalisateurs que de réalisatrice mais c'est normal parce qu'il y a nettement moins de réalisatrices que de réalisateurs. Ce qui me choque dans ce que tu as dit c'est que tu affirmes que les femmes ont moins de talent que les hommes alors qu'elles font juste moins de films.
    • thobias
      "Les femmes sont moins douées au niveau artistique. C'en est la preuve." Tu es bon pour l'euthanasie toi. Elles font moins de films mais pas des films inférieurs faut pas confondre.
    • thobias
      Jane campion et claire denis surpassent largement ces 3 là. Breillat et agnes Varda sont au moins au même niveau que Fincher. je parle de la qualité. "Connue" n'est pas un critère, n'a pas d'intérêt et ne compte pas.
    • greg1269
      Dire que Sagan ne voulait pas donner la palme d'or à Coppola...pour une fois que j'etait accord pour que certains triches...Car il le mérité vraiment. J'avoue ne pas avoir vraiment aimé le Tambour bien que certaines choses ne sont pas à jeté loin de la.
    • B-Lyndon
      Heu...La Palme des Palmes pour Bergman n'a pas été decernée "à titre posthume", Bergman est mort en 2007 !
    • Ealmoy
      Dire qu'il y a un manque de femme sans en donner les raisons et, donner son avis toutes les 2 lignes : si ce n'est pas féministe, c'est ridicule.
    • baba51
      Ce n'est pas forcement un article féministe, cela relate juste les femmes qui ont été présidente du festival de Cannes, c'est bien de les montrer vu que c'est dans l'actualité. En parlant de très bon film réalisé par une femme il y a Kathryn Bigelow qui a fait Démineurs.
    • sparrow22
      comme réalisatrice je connais que katherine bigelow, qui a quand même réalisé le meilleur film de guerre (si si) depuis black hawk down ou le soldat ryan
    • Ealmoy
      Exactement, ça rejoint mon précédent commentaire. Le cinéma c'est un monde majoritairement masculin. C'est culturel, ils ont toujours eu accès à cette culture avant la femme. Le fait de voir plus de réalisateurs primés aujourd'hui, c'est la conséquence de cela.
    • CanetonBragon
      En même temps la réalisation est principalement masculine en ce moment, qui peut me cité une réalisatrice aussi bonne et connue qu'un Fincher, Zemeckis ou Boyle?Je ne dit pas que c'est une bonne chose, mais dans un métier ou il y a majoritairement des hommes, il est normal de les voir tenir le haut du pavé. Mais personnellement je ne demande qu'a cela ne change.
    • Ealmoy
      Enième article féministe. Si demain une femme devait sortir un film magistral et véritable carton au box-office, par logique capitaliste, elle serait médiatisée et aurait des soutiens plus conséquents. On est d'accord pour dire que le cinéma est un monde relativement masculin, mais c'est avant tout une industrie qui doit rapporter de l'argent, des milliards même. Et quand on parle d'argent, le sexe n'existe plus.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    1917 Bande-annonce VO
    Le Lac aux oies sauvages Bande-annonce VO
    La Vie invisible d'Eurídice Gusmão Bande-annonce VO
    Le Cristal magique Bande-annonce VF
    Millennium Actress Bande-annonce VO
    Les Filles du Docteur March Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    César 2020 : J'accuse, La Belle Epoque et Portrait de la jeune fille en feu favoris pour les prix techniques
    NEWS - Festivals
    lundi 9 décembre 2019
    César 2020 : J'accuse, La Belle Epoque et Portrait de la jeune fille en feu favoris pour les prix techniques
    Bande-annonce 1917 : après 007 Spectre, Sam Mendes dévoile son film de guerre
    NEWS - Vu sur le web
    jeudi 1 août 2019
    Bande-annonce 1917 : après 007 Spectre, Sam Mendes dévoile son film de guerre
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Joker
    Joker
    4,5
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Hors Normes
    Hors Normes
    4,5
    De Eric Toledano, Olivier Nakache
    Avec Vincent Cassel, Reda Kateb, Hélène Vincent
    Bande-annonce
    Le Mans 66
    Le Mans 66
    4,4
    De James Mangold
    Avec Matt Damon, Christian Bale, Caitriona Balfe
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    4,4
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Abominable
    4,2
    De Jill Culton, Todd Wilderman
    Bande-annonce
    Le Traître
    4,2
    De Marco Bellocchio
    Avec Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top