Mon compte
    Mort de William Hurt : de Dune à Marvel, les incontournables de l'acteur
    14 mars 2022 à 19:20
    Corentin Palanchini
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.
    Co-écrit avec :
    Olivier Pallaruelo

    L'acteur américain William Hurt nous a quittés à 71 ans. Vous souhaitez voir ou revoir l'un de ses films ? Voici quelques conseils personnalisés sur ses films marquants à rattraper.

    Backgrid USA / Bestimage
    Lequel de ses Marvel rattraper ?

    Interprète du général (puis secrétaire d'Etat) Thaddeus Ross, William Hurt a participé à 5 longs métrages du Marvel Cinematic Universe. Responsable de la transformation de Bruce Banner, il apparaissait en effet dans L'Incroyable HulkCaptain America: Civil War, Avengers: Infinity WarAvengers: Endgame et tout récemment Black Widow.

    Captain America: Civil War
    Captain America: Civil War
    Sortie : 31 janvier 2016 | 2h 28min
    De Anthony Russo, Joe Russo
    Avec Chris Evans, Robert Downey Jr., Scarlett Johansson, Elizabeth Olsen, Sebastian Stan
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    3,9
    Voir sur Disney+

    Son rôle le plus marquant est sans doute dans Captain America: Civil War, dans lequel il soumettait aux super-héros son projet des accords de Sokovie, demandant l'enregistrement de Steve Rogers, Natasha Romanoff ou Ant-Man dans les registres gouvernementaux, qui dès lors aurait le contrôle de leurs actions et de leur prise de décision. Cela conduira à l'opposition entre Iron Man et Captain America.

     

    Il était dans Dune !

    Sur les écrans, Dune n'est pas qu'un film signé David Lynch, un autre avorté par Jodorowsky et un troisième réalisé par Denis Villeneuve. William Hurt figure par exemple au générique d'une mini-série elle aussi adaptée du bestseller de Frank Herbert. Ces trois épisodes d'une durée totale de 4h25 se focalisent fidèlement sur l'oeuvre originale.

    Dune
    Dune
    Sortie : 3 décembre 2000 | 120 min
    Série : Dune
    Avec Robert Russell (III), William Hurt, Alec Newman, Saskia Reeves, P.H. Moriarty
    Spectateurs
    3,5

    Hurt interprète le duc Leto Atreides, joué par Oscar Isaac dans la version de Denis Villeneuve. Il est le seul comédien "connu" de cette minisérie car la production souhaitait avant tout mettre en avant l'histoire et non les acteurs. John Harrison, le créateur de la série, adaptera aussi Les Enfants de Dune. Quant à Hurt, on a pu le revoir sur le petit écran dans Damages, HumansBeowulf : retour dans les Shieldlands et Goliath.

     

    Extraordinaire Baiser de la femme araignée

    En 1985, William Hurt est la tête d'affiche d'un extraordinaire film signé par le réalisateur brésilien Hector Babenco, Le Baiser de la femme araignée. Quasi huis-clos se déroulant dans une prison située dans un pays imaginaire d'Amérique du Sud soumis à une dictature (un écho évident d'ailleurs à la situation politique du Brésil, qui sortait en 1985 de 21 ans de dictature militaire), Hurt y incarne un détenu homosexuel du nom de Molina, condamné dans une affaire de moeurs.

    Revoici la bande-annonce...

     

    Contraint de partager sa cellule avec Valentin, un journaliste révolutionnaire torturé et incarcéré pour ses idées politiques (et joué par un fabuleux Raul Julia qui trouvait ici le rôle de sa vie), Molina fait partager à son compagnon d'infortune les rêves qu’il imagine d’après les vieux films qui peuplent sa mémoire. Alors que l’animosité des deux détenus se transforme en amitié, une toile de trahison se tisse autour d’eux, inexorablement, mettant à l’épreuve leur confiance mutuelle et leur esprit de sacrifice…

    Le Baiser de la femme araignée
    Le Baiser de la femme araignée
    Sortie : 6 juin 1985 | 2h 00min
    De Héctor Babenco
    Avec William Hurt, Raúl Julia, Sônia Braga, José Lewgoy, Milton Gonçalves
    Spectateurs
    3,9

    Baigné par la voix suave et hypnotique de Hurt, brillamment scénarisé par Leonard Schrader (le frère de Paul Schrader), Le Baiser de la femme araignée est une puissante parabole sur l'aliénation, l'oppression et les persécutions, notamment celles visant les homosexuels ; un aspect encore rarement abordé à l'époque de la sortie du film. "Nous devions dire quelque chose non seulement sur les droits des homosexuels, mais sur les relations féminines et masculines et la nature du courage, et ce que signifie dire la vérité à une puissance plus grande que vous" dira Hurt à propos du film, en 2015.

    Une composition magistrale saluée par un Oscar du Meilleur acteur, ainsi qu'un Prix d'interprétation au Festival de Cannes, un BAFTA du Meilleur acteur, et une citation au Golden Globe.

    Lawrence Kasdan, son réalisateur fétiche

    Hurt débuta sa carrière hollywoodienne à l’orée des années 80, en incarnant un scientifique dans un classique de la SF, Au-delà du réel, signé par Ken Russell. Un rôle pour lequel il récolta une citation au Golden Globe ; la première des six de sa carrière.

    Scénariste de L’Empire contre-attaque et des Aventuriers de l’Arche perdueLawrence Kasdan passe pour la première fois à la réalisation en signant un solide thriller sulfureux sorti en 1982 chez nous, La Fièvre au corps.

    La Fièvre au corps
    La Fièvre au corps
    Sortie : 24 février 1982 | 1h 53min
    De Lawrence Kasdan
    Avec William Hurt, Kathleen Turner, Richard Crenna, Ted Danson, J.A. Preston
    Spectateurs
    3,7
    louer ou acheter

    Remplacant son camarade de promotion de la Juilliard School, Christopher Reeves, qui déclina le rôle-titre, William Hurt livre une formidable composition sous les traits de Ned Racine, un avocat incompétent et miteux mené par le bout du nez par sa maîtresse (Kathleen Turner qui fait ici ses débuts à l’écran), jusqu’à ce que les amants complices décident de se débarrasser de l’époux encombrant... Superbe hommage au genre du film noir, La Fièvre au corps est la première des quatre collaborations entre Hurt et Lawrence Kasdan.

    Si l’on mentionne le beau drame Voyageur malgré lui (1989) dans lequel Hurt incarne un père ravagé par le décès de son fils, et la comédie policière mordante Je t’aime à te tuer (1990) portée par Kevin Kline, il faut surtout voir le poignant film Les Copains d’abord, sorti en 1983. Au milieu d’un casting de haute volée (Tom BerengerGlenn Close et Jeff Goldblum notamment), Hurt y incarne un vétéran du Viêtnam détruit émotionnellement, retrouvant sa vieille bande d’amis pour l’enterrement de l’entre eux après son suicide.

    Entre comédie et drame, émouvante réflexion sur l’amitié baignée par une musique exclusivement constituée de standards soul et rythm & blues américains des années 1960-70, comme Marvin Gaye ou Aretha Franklin, Les Copains d’abord est devenu un classique.

    En revoici d'ailleurs la bande-annonce...

     

    Demandé par les plus grands réalisateurs

    De Spielberg à Woody Allen, de célèbres réalisateurs ont souhaité faire tourner William Hurt, parfois en tête d'affiche, parfois en "important second rôle". C'est le cas dans Intelligence artificielle, dans lequel il interprète le directeur de la société Cybertronics, créatrice du robot. Il est aussi le chef gangster Richie Cusack dans A History of Violence de David Cronenberg.

    Jusqu'au bout du monde
    Jusqu'au bout du monde
    Sortie : 23 octobre 1991 | 3h 00min
    De Wim Wenders
    Avec Solveig Dommartin, Pietro Falcone, Enzo Turrin, Chick Ortega, Eddy Mitchell
    Spectateurs
    3,7

    Il essaye de convaincre le roi Jean de signer la Magna Carta dans Robin des bois de Ridley Scott, et tente de séduire une journaliste après avoir été témoin d'un meurtre dans L'Oeil du témoin de Peter Yates.

    Woody Allen lui confie le premier rôle masculin d'Alice (1990), celui d'un cadre supérieur et mari infidèle du personnage principal interprété par Mia Farrow, puis Hurt est le faux-jeton jouant un double-jeu dans le film futuriste de Wim Wenders Jusqu'au bout du monde (1991). Une carrière aussi au service des plus grands.

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top