Notez des films
Mon AlloCiné
    Mort de Jean-Pierre Bacri, génial "râleur" du cinéma français, césarisé pour Un air de famille, On connaît la chanson et Le Goût des autres
    Par Thomas Imbert (@Thomas_Theory) — 18 janv. 2021 à 16:54
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Jean-Pierre Bacri, célèbre acteur et scénariste lauréat de 5 César, notamment connu pour sa collaboration avec Agnès Jaoui dans "Le Goût des autres", "Cuisines et dépendances" ou "Un Air de famille", est décédé d'un cancer à l'âge de 69 ans.

    Il était l'un des acteurs les plus populaires du Cinéma français, il était aussi un merveilleux scénariste et un homme d'engagement... Jean-Pierre Bacri est décédé ce lundi 18 janvier, des suites d'un cancer. Il avait 69 ans.

    Enfance cannoise

    Enfant, Jean-Pierre Bacri découvre le Septième Art grâce à son père, guichetier d'un cinéma le week-end. Il quitte l'Algérie et émigre avec ses parents à Cannes en 1962. Là, il poursuit ses études au lycée Carnot dans le but de devenir professeur de latin et de français. En 1976, il monte à Paris et abandonne l'idée d'enseigner pour travailler dans la publicité. Il suit également une formation de comédien au cours Simon, mais préfère d'abord s'intéresser à l'écriture. Il écrit sa première pièce, Tout simplement, en 1977, puis Le Timbre (1978) et reçoit le Prix de la fondation de la vocation en 1979 pour Le Doux visage de l'amour.

    Arcady, Besson, Poiré...
    En 1979, Jean-Pierre Bacri obtient son premier rôle au cinéma, celui d'un anesthésiste dans Le Toubib, mais c'est sa prestation de proxénète dans Le Grand Pardon (1981) qui le rend familier aux yeux du grand public. Il multiplie ensuite les seconds rôles, apparaissant aux côtés de Lino Ventura dans La Septième cible (1983) ou de Christophe Lambert dans Subway (1985). Ce film de Luc Besson lui permet d'obtenir en 1986 une nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle. Dès lors, il se retrouve en tête d'affiche du thriller Mort un dimanche de pluie (1986), du drame L'Eté en pente douce (1987) et des comédies Les Saisons du plaisir (1988), Mes meilleurs copains (1989) et La Baule-les-Pins (1990).
    Agnès Jaoui, l'âme soeur
    Durant les années 90, Jean-Pierre Bacri acquiert une certaine popularité et s'impose véritablement sur le devant de la scène cinématographique grâce aux personnages qu'il compose : souvent bougons, râleurs, mais sympathiques. En 1993, il se lance à nouveau dans l'écriture de scénarii avec sa compagne Agnès Jaoui et crée Cuisine et dépendances. La pièce et son adaptation cinématographique sont un succès. Leur fructueuse collaboration se poursuit avec Smoking/No Smoking, Un air de famille, On connaît la chanson, Le Goût des autres, films pour lesquels le couple Jaoui-Bacri remporte respectivement les César 1994, 1997, 1998 et 2001 du meilleur scénario, et Comme une image, Prix du scénario à Cannes en 2004. Hormis Smoking/No Smoking, ces longs métrages ont également été interprétés par Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri.
    Cinéma d'auteur, cinéma populaire
    S'illustrant dans les comédies romantiques Une femme de ménage (2002) et Les Sentiments (2003), ce dernier aime s'entourer de fidèles : Alain Chabat à qui il donne la réplique dans La Cité de la peur (1994), Didier (1997) et pour qui il prête sa voix dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002) ; Nicole Garcia qui le dirige dans Place Vendôme (1998) et Selon Charlie (2006) ; et Sam Karmann dans Kennedy et moi (1999). L'année 2008 signe une nouvelle collaboration avec Agnès Jaoui avec qui il coécrit Parlez-moi de la pluie, un film où il tient la vedette aux côtés de Jamel Debbouze. Bacri montre qu'il est aussi attentif aux jeunes talents du cinéma français en participant en 2009 au premier long métrage de Nassim Amaouche, Adieu Gary, et en 2011 au deuxième de Raphaël Jacoulot, Avant l'aube. Le cinéma d'auteur lui étant cher, il incarne en 2012 le rôle principal de Cherchez Hortense mis en scène par Pascal Bonitzer. Il retrouve ensuite pour Au bout du conte son éternelle partenaire Agnès Jaoui. Ils écrivent ensemble le scénario de cette hilarante comédie, Jaoui endosse la fonction de réalisatrice et tous les deux s'y donnent la réplique.
    Derniers tours de piste

    Après une pause de deux ans, il revient sur grand écran pour la comédie dramatique La vie très privée de Monsieur Sim de Michel Leclerc, qui lui vaut une nomination au César du Meilleur acteur. On le voit ensuite en organisateur de mariage dans Le Sens de la fête (Olivier Nakache et Éric Toledano), en Père Noël de rue dans Santa & Cie (de son complice Alain Chabat), puis il revient à l’écriture pour Place publique, dans lequel il interprète un vieux beau pour ce qui sera sa dernière collaboration avec Agnès Jaoui. Son ultime film, la comédie dramatique Photo de famille, était sorti en septembre 2018.

    Photo De Famille Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Matéo Benoit
      Grande tristesse... Mon père qui est contrôleur à la SNCF d'Avignon l'as vu une fois en 2020 pendant le confinement, selon lui Bacri était déjà malade et ça se voyait... J'ai bien aimé sa prestation dans l'un de ses derniers films, le meilleur film de Bacri Le sens de la Fête de Toledano et Nakache et aussi une scène culte du film des Nuls La Cité de la Peur.Il manque terriblement au cinéma français... La belle époque.
    • Bruttenholm
      Merci pour votre message. C'est de voir cette étiquette de râleur partout dans les articles qui a fait un effet d'accumulation, je trouvais ça d'autant plus gênant pour un acteur/auteur qui a écrit tant de films pour dire comment on pouvait réduire les gens à des étiquettes. Mais je comprends votre propos.
    • Frédéric C.
      R.I.P l'Artiste :'(
    • JP Morpheus
      Repos éternel et merci Monsieur Bacri pour tous ses rires !J'espère qu'il y aura un hommage lors de la cérémonie des César.
    • David M
      Oh non un des très grand vient de nous quitter... foutu cancer. :-(R.I.P. Monsieur Bacri et merci pour tous les rôles cultes que vous nous avez offert.
    • Casimir27
      Merci pour tout ce travail accompli Jean Pierre, tu peux être fier de toi.Adieu l'artiste !
    • Christophe B
      RIP Monsieur Bacri Merci pour vos films
    • Cuderoy
      J'imagine la soufflante qu'a pris le premier qu'il a croisé là-haut... et c'est bien le seul truc qui me fera sourire face à cette nouvelle. Je connaissais comme tout le monde ses rôles à l'écran mais pas forcément tout son travail derrière. Le découvrir à défaut de le connaitre est le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre.
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Une info qui fait très mal au coeur. 69 ans ce n'est pas si vieux, il aurait pu nous proposer encore de belles compositions. Merci pour tout monsieur Bacri <3
    • ProDj 21
      Foutu cancer, il nous enlève tout le monde ....
    • Might Guy
      Seulement à la partir de la 5ème réponse ^^
    • Good guy
      Tu pourras raconter à tes petits enfants que tu as invoqué allocine en personne.
    • Happy_Evil_Dude
      Un de ces acteurs que tout le monde connaît. Je ne l'ai vu que dans peu de films (Didier, Le Sens de la Fête) mais il était éminemment reconnaissable. R.I.P.
    • roi lion
      j'adorais cet acteur RIP!
    • Benoit Cailly
      Rip monsieur bacri. Un très grd acteur, scénariste, auteur. Je l'adore ds ses rôles de personnages tendres et bougons, sa marque principale de fabrique. Dès qu'il devient râleur avec des répliques assassines et avec son regard, je suis plié de rire.
    • Melnibonéen
      RIPUn des meilleurs acteurs et scénaristes de ces 30 dernières années.
    • Bruce W
      Putain de bordel de maladie de merde.Je propose qu'on râle tous en commentaire en guise d'hommage.
    • Hareng rouge
      oui pareilApres ca fait treees longtemps que j ai pas vu quelque chose de lui et je connaissais assez peu au final mai pourtant c est comme s il m'était très familier ..
    • cinono1
      les cimetières sont remplis de gens irremplacables. Quelle tristesse, Jean Pierre Bacri, un de nos plus grands acteurs, laisse une pile de grands films. Mes préférences : cuisines et dépendances, un air de famille, mes meilleurs copains, Didier, et recemment les formidables avant l'aube et Grand Froid
    • PSEUDO
      Je me déguisais par perversité mais autrement je ne voulais pas du tout être acteur.
    Voir les commentaires
    Back to Top