Notez des films
Mon AlloCiné
    28 jours plus tard
    note moyenne
    3,8
    22951 notes dont 1403 critiques
    répartition des 1403 critiques par note
    410 critiques
    511 critiques
    154 critiques
    184 critiques
    100 critiques
    44 critiques
    Votre avis sur 28 jours plus tard ?

    1403 critiques spectateurs

    ChroniqueMécanique
    ChroniqueMécanique

    Suivre son activité 269 abonnés Lire ses 214 critiques

    5,0
    Publiée le 17 janvier 2010
    Sans aucun doute l'un des tout meilleurs films d'horreur des années 2000. Le scénario est très bien écrit, cohérent, intelligent, et donne un souffle rare à ce qui aurait juste pu être un nouveau film de zombie, comme il y en a des centaines. Au lieu de ça, il dépoussière le genre, lui offrant un look trash, à la fois très moderne et un peu kitsch et une histoire plutôt brillante, réfléchie et souvent originale, pas uniquement basée sur la terreur ou l'action (même si le film n'en ai pas du tout dépourvu, loin de là), et préférant des contaminés aussi vif que féroce à ceux aussi léthargiques qu'écervelés des classiques des années 70-80 (notamment chez Romero). Les personnages centraux sont joués avec conviction et justesse, et leur psychologie n'est pas en reste, ce qui donne beaucoup de poids au récit. Déjà vu dans "Petits meurtres entre amis", Christopher Eccleston est génial en chef-militaire charismatique et implaccable, Cillian Murphy, bien avant les nouveaux "Batman", colle parfaitement à ce rôle de jeune homme candide se métamorphosant au gré des événements, donnant beaucoup d'intensité à l'évolution de son personnage, sans oublier des seconds rôles, eux aussi très bon. Derrière sa caméra DV, Danny Boyle signe un nouveau film coup de poing auquel il offre une certaine philosophie, une esthétique post-apocalyptique soignée, des images d'une beauté saisissante (le Londres totalement désert entre autre) et une atmosphère glauque et pesante, scindant avec brio son oeuvre en deux parties assez distinctes, avant et après l'arrivée au camp militaire, faisant monté la violence et la tension crescendo jusqu'à un final réussi. Le film ne faiblit pas, s'enrichissant même au contraire, et il est à recommandé comme ouvre quasi-culte à tout les amateurs du genre.
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 848 abonnés Lire ses 1 224 critiques

    4,5
    Publiée le 17 juillet 2013
    Un film poignant, gore, stressant et intelligent, qui déroge aux règles habituels du genre zombi pour plus s'attarder sur la psychologie des personnages et sur le fait d'être seul au monde, désarmé et abandonné. Danny Boyle confirme son statut d'excellent réalisateur grâce à une mise en scène soignée et à une bande-son de grande qualité.
    Marc T.
    Marc T.

    Suivre son activité 139 abonnés Lire ses 515 critiques

    4,5
    Publiée le 11 juillet 2014
    Film culte de morts-vivants et ils ne sont pas légions de ce niveau là donc à voir et à revoir. Étant amateur du genre, je dis merci à Danny Boyle.
    Amparo S.
    Amparo S.

    Suivre son activité 73 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 27 mai 2013
    Il s'agit certainement du meilleur film de zombies que j'ai vu jusqu'à aujourd'hui. Point de morts vivants qui marchent à la vitesse de la limace desséchée un jour de soleil, mais des zombies extrêmement rapides et aussi hargneux qu'une mégère le premier jour des soldes. Pour le coup, ces "goules" sont vraiment, vraiment enragées et foutent les pétoches. ça change, et c'est bien ! Ce film brise les clichés sur les zombies, les revisite, les créé de toutes pièces en les remettant au goût du jour. Ce n'est pas plus mal ! Danny Boyle soigne son décor, Londres, dépourvue de ses habitants est totalement flippante et fantasmagorique. La fin est surprenante, dans le bon sens du terme. Je me demande si World War Z, dont je suis en train de lire le roman, sera aussi bon. Si Muse fait partie de sa B.O., ce sera très certainement le cas !
    Véronique I
    Véronique I

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 58 critiques

    4,5
    Publiée le 18 mars 2011
    28 jours plus tard... Un film d'une grande originalité (c'est mon avis). Avec un thème sérieux et réaliste (se qui devient rare dans les films d'horreurs). Le fait qu'un virus amélioré de la rage (créer par l'Homme) ravage toute l'Angleterre nous donne une véritable leçon de morale. Les personnages principaux son réellement attachants. Le début du film est tout simplement grandiose, ce calme, ce désert dans la ville de Londres, tout simplement angoissant. Les musiques sont également très réussites surtout le thème principal. La morale de ce film ? Que l'Homme ne pense qu'à s'auto-détruire. Film à voir !
    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 576 critiques

    3,5
    Publiée le 20 juin 2014
    Il existe une pléiade de films avec des zombies (ou des infestés, comme vous voulez) et celui-ci, réalisé par Danny Boyle et sorti en 2003, fait parti de ceux qui ont marqué et qui ont connu le succès. "28 jours plus tard" à cette spécificité d'avoir un début qui se différencie des autres films du même genre. Ici, le personnage principal, Jim joué par Cillian Murphy, se réveille d'un coma et il se rend rapidement compte qu'il est seul. Seul dans l'hôpital, seul dans la ville, bref tout seul. Il ignore complètement ce qui se passe, même le spectateur en sait un peu plus que lui puisque l'on apprend dans la scène d'introduction que des singes contaminés par la rage et très contagieux ont été libéré; 28 jours plus tard, Jim se réveille (d'où le titre). Jim ignore donc tout de ce qui s'est passé, de ce que la ville est devenue et des nouveaux dangers qui rodent. Il va les découvrir à son insu en même temps que le spectateur, ce qui est une bonne chose car ainsi le spectateur s'identifie plus facilement à lui. La reconstitution de la ville déserte et les maquillages permettent de donner un ton réaliste au film, on peut penser aisément qu'en cas de zombification de la population, le monde ressemblerait à ce qui est représenté dans le film. Ce réalisme permet de croire plus facilement en l'histoire et c'est un bon point. De plus, la BO est réussie, elle correspond bien à la folie du film présente dans la deuxième partie du film et les acteurs sont très bons. cette folie est assez représentative de la bêtise de l'Homme et permet de poser cette question au public : comme réagirait-on dans de pareilles circonstances ? Cependant, il y a un point du film très critiquable : la fin. Danny Boyle a eu l'idée (bonne ou mauvaise, à vous d'en juger) de mettre dans son film deux fins. La première est classique, elle clôt le film d'une bonne manière puis s'en suit le générique. Mais, après le générique (en scène post-générique donc) vient une nouvelle scène. Cette scène est introduit par un simple "Et si..." et elle nous montre une autre fin du film qui change radicalement de celle avant le générique. Par conséquent, en mettant ces deux fins dans le même film, Danny Boyle sème le doute dans l'esprit du spectateur et pire il ne conclue pas son film. On ne sait finalement pas comment le film se termine et c'est très désagréable de ne pas connaître la véritable fin d'une histoire. "28 jours plus tard" est dans l'ensemble un film de zombie tout à fait convenable, les deux parties sont chacune aussi intéressantes mais on aimerait aimé connaître la vraie fin.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1917 abonnés Lire ses 3 129 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Rien que pour la scène d'intro, dans un Londres totalement désert, ça vaut le coup d'oeil. L'approche est distrayante pour un film de ce genre, et si certains se plaindront que le film perd de son intérêt sur la fin, je leur répondrai qu'au contraire, c'est le moment où l'histoire prend du relief. Un film qui ne plaira donc pas à tous, mais qui, à moi, m'a bien plu.
    Kiwi98
    Kiwi98

    Suivre son activité 206 abonnés Lire ses 238 critiques

    5,0
    Publiée le 22 avril 2014
    Danny Boyle est certainement l'un des réalisateurs les plus reconnus des années 1990/2000 notamment grâce à ses films cultes que sont Trainspoting et Petits Meurtres entre Amis qui sont devenus de véritables cartons, Danny Boyle se révèle également à travers un style de réalisation unique et original, une énergie et une inspiration souvent à revendre ont fais de cet homme une icône culte dans le cinéma anglais et international. Polar, science fiction, drame et surtout Zombie, 28 Jours Plus Tard et son succès ont fais exploser de style Boyle dans le monde entier, au départ un énième film de Zombie ne semble pas très intéressant du fait que le concept est en soit pas une nouveauté en plus du syndrome Resident Evil sorti la même année. Mais l'accueil que reçoit le film est quasi miraculeux, un succès colossal en plus d'un carton critique 28 Jours Plus Tard devient rapidement un film culte dans son genre. Le film suis Tim, un jeune adulte qui après un accident se réveil du comma 28 jours après qu'une épidémie mortelle ait ravagé la Grande Bretagne, naturellement sous le choc il rencontre des survivants et ensemble ils vont lutter pour survivre dans un monde de chaos, au final surprise totale ! Surprise qui vient en particulier de la réalisation, une véritable prouesse artistique avec Danny Boyle au sommet de son art et de son inspiration, tant au niveau du montage que de la photographie le film est épatant notamment grâce à ces plans légendaire de Londres sans aucun habitant, une séquence qui a nécessité une mise en place de fou mais qui s'avère payante tellement elle est terrifiante de réalisme. Le réalisme qui sera par ailleurs au coeur du film qui réussi quand même à se conjuguer à un road movie invraisemblable et sans aucune limite, on ressens presque un délire entre le gore parfois totalement abusé et autres scènes filmées comme si le film se passait sur une montagne russe comme notamment l'affrontement dans la maison ou il est difficile de ne pas rester euphorique en écoutant cette BO scotchante et tout simplement magnifique composée par John Murphy également à l'origine de la sublime BO de Sunshine. Autre atout du film son casting, Cillian Murphy est tout simplement ahurissant du début à la fin, il ne perd jamais la totale maitrise qu'il exerce sur son personnage qui brille de son écriture et de sa force et le reste du casting n'est pas en reste notamment Breedan Gleenson dont le personnage est particulièrement attachant. Pour conclure 28 Jours Plus Tard est certainement le meilleur film de zombie à ce jour, la force de cette oeuvre et son réalisateur enragé en font un OVNI qui peut ce distinguer dans tout les genres (catastrophe, drame, fantastique, horreur …). Au passage la fin alternative est beaucoup plus pessimiste et réaliste.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 2 204 critiques

    3,5
    Publiée le 18 juin 2019
    Cette Fiction réalisée par Danny Boyle nous offre un scénario d'horreur pour un film catastrophe d'ambiance peu réjouissante. Les effets visuels sont minimalistes mais l'intrigue classique est bien menée et efficace. Le film nous montre également de bons jeux d'acteurs avec Cillian Murphy (Jim) et Naomie Harris (Selena). Le pitch : Jim se réveille sur le lit d'un hôpital déserté. Il sort dans un Londres d'après une épidémie. La ville est désertée, plus d'électricité, de police, de gouvernement ; ne subsistent que des zombies contaminés et quelques rescapés sains : Marc, Selena, Jim et sa petite fille Anna.
    -Bat(e)man-
    -Bat(e)man-

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 299 critiques

    4,5
    Publiée le 24 novembre 2012
    Bien plus qu'un film de zombie post apocalyptique, 28 jours plus tard est un film cruel sur l'homme et sa nature. Danny Boyle présente donc cette situation sous un angle neuf, incisif, sur le devenir de l'homme retourné à l'état animal et sa survie dans ce monde. Sa mise en scène nous plonge donc directement dans cette ambiance grâce à un grand nombre de plans larges pour accentuer une atmosphère tendue dans un monde vide et dévasté. Mais le film s'éloigne très rapidement du contexte de film d'horreur pour se focaliser sur ses protagonistes, les étonnants et très bons Cillian Murphy et Naomie Harris, qu'ils ne montrent pas comme de simples survivants mais les rends d'avantage humains, confrontés à un monde violent et cruel. On se retrouve donc très vite devant un road movie où les personnages tentent de profiter de la vie tout en survivant. Mais Danny Boyle passe ensuite à la dernière partie de son film, la plus brutale et critique. C'est là qu'il nous dévoile d'avantage le but de son film, l'homme et sa violence. Ce qui décrirai certainement le mieux cette partie du film est la réplique " Avant je voyais des hommes tuer des hommes, maintenant, je vois des hommes tuer des hommes ". Il montre donc ainsi à travers cette simple réplique la dure réalité de la situation, l'homme reste cette créature violente qu'on ne peux distinguer de l'animal par son comportement. Danny Boyle critique donc au travers de son film un monde dévasté par la violence et dominé par des hommes qui sont en réalité plus proches des animaux. Privilégiant le propos au thème du film, 28 jours plus tard est un pensum pessimiste sur les déviances d'une société.
    sparowtony
    sparowtony

    Suivre son activité 213 abonnés Lire ses 148 critiques

    4,0
    Publiée le 23 août 2015
    "28 jours plus tard" a été une certaine déception lors de mon premier visionnage. C'était un des films réputés du génial Danny Boyle, et la ba me promettait un film viscéral, dérangeant, glauque et très gore. Exactement ce que j'attendais en pensant au film. Boyle est fort pour ce genre d'ambiance, il n'y avait pas de quoi trop s'inquiéter. Et pourtant...le film m'a totalement pris à contre-pied et je n'ai pu m'empêcher d'être déçu. Le film viscéral que je m'imaginais n'était pas présent et j'ai eu à la place un divertissement sympathique mais incomplet à mes yeux. Maintenant que je savais les intentions de Boyle et que les attentes n'étaient plus là, je me suis plongé bien après dans un second visionnage. Et autant dire que ça a été bénéfique car le film a plutôt monté dans mon estime. En premier lieu, le film a une grande qualité qui est la mise en scène de Boyle. Elle a le mérite d'être atypique et totalement appropriée. Le long-métrage est filmé en caméra numérique: ce n'est pas forcément beau (l'idée est de faire comme si c'était un documentaire dans un milieu crade) mais ça a un côté esthétique très plaisant. Puis ça aide à rendre l'ambiance un peu plus pesante, c'était vraiment une bonne idée. J'irais même jusqu'à dire que la photographie est très belle à sa manière. spoiler: Lors des (rares) attaques de zombies , Boyle filme très bien, et celles-ci arrivent à être marquantes. C'est brutal, c'est violent...bref, tout ce que j'attendais. Le découpage y est très efficace. Il est dommage que ça soit minime dans le long-métrage. Le reste du temps, c'est filmé plus proprement, façon Boyle avec quelques cadres "penchés". On a notamment au début de très beaux plans dans la ville abandonnée de Londres. Le film est interprété par un casting excellent: dans le rôle principal, un certain Cillian Murphy dans sa première collaboration avec Danny Boyle. Il est impeccable et attachant: son personnage, Jim, c'est monsieur tout le monde qui se réveille dans une situation peu commune. Ses réactions sont réalistes, et on s'identifie très vite au personnage. Je dois dire que c'était vraiment une bonne idée de prendre comme "héros" un personnage très commun qui se retrouve dépassé par la situation. Dans le rôle de Selena, Naomie Harris est parfaite: forte, attachante et charismatique. Quand à Brendan Gleeson, il est comme à son habitude génial. Et Christopher Eccleston se débrouille assez bien dans le rôle du major Henry, il a une certaine classe. Le casting est finalement assez limité, mais tous sont assez convaincants, rien à dire de plus. Là ou le film est particulièrement marquant, c'est dans sa célèbre musique composée par John Murphy. Evidemment, il y a le morceau principal qui est désormais culte ("In the House, In a Heartbeat"). La montée en puissance y est assez remarquable et sert bien spoiler: la scène du manoir (surement la plus réussie du film) . Les autres morceaux sont forcément moins marquants mais tous sont de bonnes factures. Finalement, la bo est dans l'ensemble assez douce, et certaines pistes sont touchantes de part leur mélancolie. Même si certains passages m'ont semblé un peu trop surappuyé par la musique ( spoiler: notamment quand Jim entre dans la maison de ses parents ), j'ai vraiment aimé cette bo dans l'ensemble. Pour ce qui est des décors "apocalyptiques", c'est très convaincant. Il y a même un certain stress qui plane lors du début à Londres dans cette ville si grande et si vide. Boyle a eu peu de budget et s'est bien débrouillé de ce côté-là. Il y a d'ailleurs des utilisations du décor assez intéressantes, spoiler: comme dans le moment ou Jim voit accroché des milliers d'affiches à Londres et comprend qu'il s'est passé quelque chose . Tout ces détails m'avaient déjà marqué de manière positive lors de mon premier visionnage. Ce qui m'a fortement déçu quand j'ai vu "28 jours plus tard" pour la première fois, c'est surtout le scénario. spoiler: On peut diviser le film en 2 parties: la première montre les héros se reconstruire et reprendre espoir au fur et à mesure. Ils finissent par former une nouvelle famille. Cette partie s'apparente à un road-movie et est bien plus "joyeuse" que je ne l'imaginais. Si on excepte les 20 premières minutes dans les extérieurs de Londres qui sont plutôt pesantes, c'est un moment plein d'espoir, voir même coloré (!). Ca a le mérite d'être étonnant et ça m'avait assez décontenancé lors de mon premier visionnage. Le personnage du père et de sa fille sont plein d'humanité, on s'attache vite à eux autant qu'on l'est à Jim et à Selena. Mais cette partie a un intérêt pour démontrer le vrai message du film, message qui vient dès que commence la deuxième partie (là aussi étonnante à sa façon). Le père finit par mourir contaminé, et le paradis annoncé n'est qu'un piège. C'est le retour à la réalité, pleine de désillusions. Je m'attendais à ce qu'on arrive enfin à un survival gore mais là encore j'ai eu faux. A la place, Boyle nous fait passer un message pourtant vieux comme le monde sous forme de huis-clos: ce qui reste le plus dangereux pour l'homme...est l'homme. Et vous savez quoi ? Ca marche totalement. Certes, c'est fait de manière peu subtile. Les soldats sont présentés comme antipathiques et sexistes, et ils paraissent même plus exécrables que les infectés en allant jusqu'à vouloir tuer Jim pour avoir défendu les femmes. Seul le major West parait plus nuancé et ambigu. C'est pourtant lui qui a organisé ce "piège" mais on arrive étrangement à presque l'apprécier. Donc oui, c'est fait avec peu de nuance, mais le message marche totalement. Puis le fait qu'on est attaché aux personnages y joue aussi. Puis le climax dans le manoir approche enfin le ton que j'espérais pour le film, avec du gore et du malsain à foison. A noter quand même que l'interdiction aux moins de 16 ans est totalement injustifiée. Au final, "28 jours plus tard" est un très bon film. Il a beau m'avoir déçu, difficile de nier la maestria de Boyle qui réussit à nous transporter aisément dans son monde post-apocalyptique et en nous livrant une bien sombre vision de l'être humain. Une réussite.
    videoman29
    videoman29

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 486 critiques

    4,5
    Publiée le 18 mars 2018
    En 2003, le réalisateur Britannique Danny Boyle nous offre une petite bombe cinématographique qui atomise joyeusement tous les codes du film de zombies. Jusqu'à présent, les morts-vivants étaient lents, idiots et finalement assez peu dangereux... Mais aujourd'hui tout change, ils ont appris à courir et leur morsure transforme une pauvre victime en monstre assoiffé de sang en quelques secondes à peine. Inutile de dire que la tuerie va laisser des traces dans les esprits des amateurs de cinéma de genre. Rien que la scène d'ouverture vaut son pesant de cacahuètes grâce à une longue et spectaculaire séquence tournée dans les rues de Londres... totalement désertées pour l'occasion et laissées en pâture aux vilains prédateurs « humanivores ». Le résultat est juste terrifiant et représente une œuvre fantastique majeure, en passe de devenir culte. Elle donnera d'ailleurs naissance à une suite tout aussi mémorable... Un must !
    Wolverine1992
    Wolverine1992

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 405 critiques

    5,0
    Publiée le 7 mai 2015
    Un excellent film de zombie avec bonne ambiance apocalyptique, des images saisissantes, une BO géniale et un Cillian Murphy magnifique !!
    ghyom
    ghyom

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 150 critiques

    3,5
    Publiée le 12 avril 2014
    La grande originalité tient dans les infectés qui courent aussi vite que leurs proies (ce qui permet une vrai intensité). Sinon on notera une caméra volontairement "crade" cadrée et montée de manière chaotique afin de rendre compte du chaos et de l'horreur de ce monde. Cillian Murphy est comme à son habitude très bon. En dehors de ça, pas grand chose. C'est un divertissement efficace mais guère plus. Pas d'idée bien nouvelle derrière ce film de "zombies". J'hésite entre pas mal et bien, mais je suis d'humeur généreuse ce soir : 3.5/5
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1475 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    4,0
    Publiée le 3 octobre 2010
    En 2003,Danny Boyle relançait totalement le genre moribond du film de zombies,popularisé par Romero,toujours riche de promesses effrayantes et intropectives."28 jours plus tard" marque les esprit par une atmosphère singulière,d'un Londres désert à l'aube,à la rase campagne anglaise intimidante.Ce no man's land,magnifié par la caméra numérique,la DV,du réalisateur,sert d'écrin à quelques survivants ayant échappé à la contamination par le sang.Le quotidien se limite à se cacher,se sustanter,s'épier,espérer et à éliminer toute forme de vie suspecte.Cillian Murphy est particulièrement ambïgu,homme d'apparence frêle et fragile,cauchemardant à l'envie,devenant une véritable machine à tuer quand la survie entre en jeu.Viscéral.Le film fouille largement la psychologie de personnages paranoïaques,avec une morale bien pessimiste sur l'avenir de l'humanité,et avec cet individualisme exacerbé.Les moments de terreur sont rares,mais intenses incluant des morts-vivants galopants.Il y a quelques erreurs d'aiguillage dans une seconde partie guerrière et manichéenne.Le final,sauvage et radical,ainsi que la désespérance suintante font de cette oeuvre un excellent film de genre,rarement inquiété depuis.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top