Mon compte
    Elephant Man
    note moyenne
    4,3
    23788 notes dont 645 critiques
    répartition des 645 critiques par note
    416 critiques
    161 critiques
    45 critiques
    11 critiques
    11 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Elephant Man ?

    645 critiques spectateurs

    Mosse.
    Mosse.

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 445 critiques

    5,0
    Publiée le 16 février 2009
    Fan de David Lynch depuis que j'ai vu "Mulholland Drive" ( 2001 ), je me devais de voir "Elephant Man" ( 1980 ), réputé pour être son film le plus émouvant.
    C'est tout simplement sublime! Un des film les plus triste que j'ai vu dans ma vie! L'émotion n'est pas instantanée ( sauf lors de la scène finale, avec cette musique magnifique que l'on retrouve aussi dans MD ), mais, quelques minutes, voire quelques heures après la fin du film, il nous reste un trace indélébile, l'émotion est imprégnée dans notre coeur. C'est alors, quand on ressent ça, que l'on se rend comte que c'est un chef d'oeuvre, comment ne pas être touché par ce film?
    Et c'est ce qu'il est, un chef d'oeuvre, avec des prestations bluffantes, que ce soit celle de John Hurt ou de Anthony Hopkins, c'est magnifique, et surtout c'est vivant, on y croit!
    Beaucoup de scènes sont mémorables, comme celle où John Merrick, 'Elephant Man', apprend à parler, ou la cultissime scène dans la gare dans laquelle il déclare <<I am not an Elephant! I am not an animal! I am a human being! I … am … a man!>> phrase encore plus culte que la scène, et puis bien sur la dernière scène, une des plus triste et émouvante qu'il m'ait été donné de voir...
    Filmé dans un noir et blanc magnifique, d'un très bon niveau pour 1980, Lynch ne fait pas trop dans l'étrange, et reste assez proche de la réalité ( oui, puisque c'est un histoire vraie ), et nous livre peut-être donc son film le plus traditionnel, mais aussi un des plus puissant émotionnellement et dont la prestation de John Hurt restera dans ma mémoire comme une des plus belle.
    Un film mémorable, à voir et à revoir ( même si il est très difficile de le trouver en Dvd et que dépenser 4 euros toutes les semaines pour le louer à la Médiathèque c'est beaucoup... )!
    septembergirl
    septembergirl

    Suivre son activité 489 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    5,0
    Publiée le 21 avril 2014
    Un drame magnifique, empli d'humanité. Les prestations de John Hurt et d'Anthony Hopkins sont remarquables. Une réalisation qui se distingue également par son très beau décor, le tableau de l'Angleterre victorienne y étant parfaitement dépeint. Une véritable réussite de David Lynch !
    fyrosand
    fyrosand

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 173 critiques

    5,0
    Publiée le 27 mai 2013
    Je n'ai jamais eu le courage de regarder ce film en entier ... Quand j'étais petit, par peur et par la suite car ce film était beaucoup trop triste à mes yeux . Je l'ai donc regardé pour la première fois en entier et à la fin, je me suis dit que des films aussi beaux sont tellement rares ! Elephant Man est donc un chef d'oeuvre puissant, unique et magnifique ... Il présente des passages émotionnellement très dûr, et des passages superbes accompagnés d'une musique splendide . Ce bijou du septième art regorge de sentiments, est interprété par d'excellents acteurs qui usent énormément de leurs talents ( John Hurt est absolument formidable et tellement touchant, jouant un très beau personnage ; et Anthony Hopkins incarne le docteur Treeves à merveille ) et excelle par sa mise en scène, ses cadrages et un choix du noir et blanc intelligent . Il est donc nécessaire de regarder au moins une fois un film de ce genre et la définition de "merveille cinématographique" vous apparaîtra naturellement ! Exceptionnel ...
    Eddy P
    Eddy P

    Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 218 critiques

    5,0
    Publiée le 11 décembre 2007
    Un chef-d'oeuvre absolu dont les images, les dialogues et les cadrages subliment le contenu. Indémodable, philosophique, bouleversant, humain... le plus grand film de Lynch et son meilleur contre-emploi.
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 198 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juin 2013
    Lynch fait un film de commande,il dit qu'elephant man est le film qu'il aime le moins. Pourtant ce film possède d'énormes qualités. Il en fait un drame poignant sur les relations humaines,entre un homme difforme et ces congénères qui le repoussent. La mise en scène et parfaitement efficace elle est renforcer par de sublimes images de noir et blanc.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 1 838 critiques

    4,5
    Publiée le 23 mars 2014
    Attaquons d’emblée par le négatif car il y en a peu. Le principal défaut de cette œuvre, selon moi, est sa lenteur. En effet, pas mal de longueurs, parfois inutiles, que l’on aurait préféré remplacée par des moments d’échange entre John et la société. Bien sur cette lenteur participe à l’ambiance lourde, mais elle finit par prendre le pas et plomber le tout.
    Hormis ce fait, symptomatique également des films un peu anciens (oui années 80 mais placé dans le 19è siècle), tout est parfait. Le noir et blanc, bon choix pour ne rendre Elephant man que plus horrible, en couleur l’effet aurait été moindre. Cela aide à resituer l’époque également, et à jouer de la lumière (surtout pour retarder l’apparition de Merick). L’histoire est bien trouvée, bien exploitée, et envoie des messages de tolérance sans faire la leçon. En cela, la scène où Hopkins s’interroge sur ses motivations est réussie, et casse un peu l’image de chevalier blanc du héros, mettant en avant des faiblesses possibles, et poussant le spectateur à se questionner. La mise en scène est claire et la trame, quoique classique, demeure bonne.
    Il faut avouer que pour cela David Lynch est bien aidé par la prestation sans accrocs d’Anthony Hopkins, capable de jouer les psychopathes autant qu’un homme d’honneur. Le maquillage du monstre aussi est une réussite, à se demander si John Hurt était pas déformé. La musique reste rare mais belle et les dialogues sont sobres. Au final, forcé de constater que pour une fois, les récompenses trustées (8 nominations aux Oscars) sont méritées, et un film à conseiller à tous.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 11 mars 2013
    N'étant pas particulièrement un aficionado du cinéma de David Lynch (je n'ai vu que "Une Histoire Vraie" et "Lost Highway" qui étaient tous deux excellents), lorsque j'ai vu que dans ma caverne aux DVD traînait entre deux rangées cet "Elephant Man", je ne sais pas pour quelle raison mais j'ai été attiré. Attiré déjà par le nom du réalisateur, occasion pour moi d'approfondir mes connaissances de la filmographie de Mr Lynch, et par l'histoire, celle de John Merrick (joué par l'incroyable John Hurt, méconnaissable -faut dire que le maquillage aide grandement-), homme défiguré et déformé lorsque sa mère, alors enceinte de ce dernier, fut attaquée par un éléphant furieux. Quelques années plus tard, alors traité comme une bête de foire, Merrick se retrouve dans les mains d'un docteur, Frederick Treves (Anthony Hopkins), qui veut l'étudier au nom de la science avant de se prendre d'affection pour lui. "Elephant Man" est un conte certes moralisateur. Mais derrière le message se cache une fable humaniste et grave vis-à-vis des différences et du regard que porte l'être humain face à ces "freaks". En parlant de "freaks", le long-métrage de Lynch rappelle aussi le film "Freaks" de Tod Browning ou les mêmes sentiments des Hommes par rapport aux "bêtes de foire" étaient filmés, de manière plus cruelle et pessimiste encore. Car si "Elephant Man" possède quelques relents de pessimisme, il ne l'est pas entièrement, notamment du fait que les personnes s'occupant de John Merrick sont plein d'humanisme et d'amour envers lui. Certes, certains passages mettent en avant dans un génie de mise en scène la cruauté dont sont capables les Hommes (je pense surtout lorsque le pauvre Merrick se fait traiter comme une bête par une horde d'ivrognes et lorsqu'il se met à hurler dans les toilettes de la gare de Londres face à des passants outrés par la laideur du bonhomme, "laissez-moi tranquille! Je suis un Homme! Je suis un Homme!". Lynch parvient à faire une grande histoire de cet "Elephant Man", sans tomber dans un trop plein de bons sentiments ou de misanthropie. Le film parvient à évoluer avec un juste milieu. Le noir et blanc inculque lui-aussi une atmosphère particulière au long-métrage, plongeant le spectateur dans un Londres inquiétant, sale et quasi-onirique. David Lynch accouche d'un film d'une grande poésie, à la fois dure et tendre envers ses personnages. Un monument du cinéma, tout simplement.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 494 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 20 avril 2014
    Pour son deuxième film "Elephant Man", David Lynch nous raconte le parcours (romancé) de John Merrick, plus couramment et cruellement appelé Elephant Man à cause de ses malformations. Il s’intéresse plus particulièrement à la relation qu'il aura avec un médecin bien attentionné qui va vouloir réhabiliter John Merrick.

    Et finalement c'est une très belle œuvre que nous offre David Lynch pour ce qui doit être son film le plus abordable. A la fois humaniste et poignant, tout en nous faisant réfléchir sur la nature humaine. Doté d'une richesse et d'une justesse d'écriture, notamment dans le déroulement et surtout dans les différents portrait humains. Celui de la "foule", qui va se montrer d'une grande cruauté et d'aucune justesse dans son traitement vis à vis de John Merrick qu'il surnommeront assez vite l'homme éléphant, celui de ce docteur qui va s'occuper de John, le refaire vivre et l'extraire de sa cage, mais qui va peu à peu se poser des questions sur le bienfait de son travail et se demander si il n'exploite pas inconsciemment John et bien évidemment celui de ce dernier, d'abord traité comme un animal et restant muet puis peu à peu retrouvant le langage et sa dignité, faisant preuve d'une finesse émotionnelle et intellectuelle. L'autre force du film, c'est de donner un aspect réaliste à l'histoire, renforçant les sentiments que l'on peut avoir vis à vis des différents personnages grâce à une mise en scène adéquat et donnant une atmosphère sombre, sublimant ainsi le décors victorien (très belle reconstitution d'ailleurs, que ce soit au niveau des costumes, des décors...). La photographie en noir et blanc est superbe et Lynch l'utilise à merveille. On notera aussi la très bonne bande-originale ainsi que son utilisation.
    Les interprétations sont excellente, que ce soit John Hurt essayant de trouver sa place dans un monde qui le rejette, jouant avec sensibilité, délicatesse et dignité alors qu'il est sous des tonnes de maquillages élaboré à partir des moules en plâtres réalisés sur le vraie Joseph Merrick et miraculeusement conservés jusque-là. Anthony Hopkins est lui aussi impeccable.

    L’œuvre qui a fait connaitre Lynch et qui lui a permis d'acquérir une certaine notoriété, qui se révèle poignante et intelligente, tout en étant très bien joué et réalisé.
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 585 critiques

    5,0
    Publiée le 31 octobre 2010
    Avec Elephant Man, David Lynch réalise un monument du 7eme art. La mise en scène est sublime. John Hurt est incroyable, Anthony Hopkins génial. Plusieurs scènes sont d'une tristesse vraiment intense. Amoureux de cinéma courez le voir. Un chef-d'œuvre magnifique et bouleversant.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 349 abonnés Lire ses 1 463 critiques

    5,0
    Publiée le 23 décembre 2018
    Plus qu'un film sur la différence, "Elephant Man" est un film sur le regard, celui que l'on porte sur John Merrick, un homme à la difformité incurable. L'intelligence de Lynch n'est pas de traiter la question sous une forme univoque qui déboucherait logiquement à une conclusion humaniste mais, au contraire, de la problématiser de manière retorse et audacieuse. Il n'y a pas, d'un côté, des regards bienveillants et, de l'autre, des regards malveillants mais plutôt des personnages qui ont leurs raisons d'appréhender Merrick à leur façon. Il va sans dire que le comportement de Bytes et du gardien de nuit est odieux mais est-il moins honnête que celui de Treves (Anthony Hopkins magistral) ? La question est provocatrice mais elle se pose bel et bien : la compassion du médecin envers Merrick est-elle sincère ou bien seulement intéressée, destinée à être étalée dans les journaux pour flatter un ego au sein de la société aristocratique ? Quant à Madge Kendal, l'actrice de théâtre, se rapproche-t-elle de Merrick naturellement ou bien souhaite-telle accentuer sa popularité ? Il est possible que ces personnages soient honnêtes et que ce cynisme ne réside que dans leur inconscient mais le simple fait de s'interroger isole un peu plus le "monstre" humilié, décidé à se fier à l'unique amour qu'il éprouve. "Elephant man" fait de cet amour une abstraction puisque mis en scène dans des tentatives expérimentales qui sont autant imaginées par Lynch que par Merrick. Que ce soit lors de la scène d'ouverture ou bien lors de la représentation théâtrale finale, la mise en scène est mentale, elle nous plonge dans l'esprit trouble de Merrick – un esprit aussi étrange que le corps – connecté à une mère qu'il n'a jamais connue. spoiler: Ce lien inexplicable permet de mettre fin à un parcours trop douloureux; le monstre redevient enfant, bercé par les étoiles et un sourire rêveur qui peut enfin le consoler. Chez Lynch, l'amour est cosmique, il dépasse tout : "Nothing will die".
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1851 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    4,5
    Publiée le 19 novembre 2014
    Une oeuvre absolument grandiose,que tous les amoureux du cinéma se doivent de voir une fois dans leur vie,en dépit de sa facture art et essai."Elephant Man" est une histoire qui parle à tous,car elle met les hommes face à leur lâcheté,leur jugement cruel et définitif,et leur incapacité à voir un être humain avec le coeur.Constat implacable,qui rend le film très émouvant,étant donné que John Merrick,l'homme-éléphant,est d'une gentillesse et d'une dignité inégalable.Il fait office de miroir sur ces gens qui après été effrayés par son apparence,adoptent un masque de politesse,reflétant leur hypocrisie,leur duperie.David Lynch donne une tournure très poétique,voire fantasmagorique,à ce récit somme toute classique.Il filme dans un superbe noir et blanc métallique,et recrée avec beaucoup de détails la société victorienne anglaise de la fin du XIXème siècle,partagée entre humanistes érudits,notables pragmatiques et peuple persécuteur.La fin est très marquante,sur un air d'adagio,qui boucle la boucle,d'un être inapte à vivre parmi les siens,en dépit de tous ses efforts d'intégrations.Des longueurs,mais une interprétation impeccable d'Anthony Hopkins,et de John Hurt sous les maquillage de Merrick.Cri envers la tolérance,et une popularité intacte chez les spectateurs.
    Vrakar
    Vrakar

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 372 critiques

    3,0
    Publiée le 17 janvier 2016
    On ne ressort pas nécessairement bouleversé de ce film réalisé par D.Lynch, bien que le propos soit noble. Question image, c'est exemplaire. Le N&B permet de plonger aisément dans l'histoire, lui donnant un côté suranné pas désagréable. Le travail sur les contrastes/lumières est superbe. Idem pour les décors et costumes. Mais la réalisation fait son job, sans plus. Les acteurs sont excellents, surtout Hopkins, dans un rôle inhabituel. Mais John Hurt surjoue sur certaines scènes, faisant parfois passer de la compassion à l'exaspération. S'il y a un seul véritable reproche à faire sur ce film culte, c'est qu'il est trop prévisible. On sent à l'avance ce qui va se passer. Du coup, ça tue une partie de la magie des 1ères minutes. D.Lynch a fait mieux que ça et avec beaucoup moins de pathos.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 694 critiques

    2,5
    Publiée le 24 décembre 2007
    En 1980, David Lynch s'est déjà fait remarquer par le biais d'"Eraserhead" et se voit confier pour la réalisation de son second long-métrage un scénario inspiré des faits réels découlant d'"Elephant Man", un homme surnommé ainsi à cause des atroces difformités de son visage. D'éléments purement Lychéens, cette oeuvre ne possède guère, hormis la splendide ouverture et quelques séquences isolées ici et là. Le style du cinéaste n'habite pas franchement ce drame de facture classique mais bien mené : la photographie est splendide, l'image remarquablement mise en musique, quant à la réalisation à proprement parler, elle se contente d'une exécution propre, soignée sans pour autant faire des éclats. Ainsi D.L. n'a pas souhaité envahir le sujet de son univers et s'est même dans un premier temps atteler à rendre simplement hommage à Tod Browning, flirtant avec l'horreur lorsqu'il nous cache un bon quart d'heure ce qui effraie tant les gens. Puis il bascule vers un propos humaniste et propose le classique concept de dualité "qui est l'homme, qui est la bête ? Méfiez-vous des apparences..." sans parvenir malheureusement à réellement l'approfondir. Restant trop souvent théorique, en surface, le cinéaste ne parvient également pas à exploiter plus loin la métaphore de la société industrielle qui se déforme par l'intermédiaire du personnage principal. Pas assez de prises de risques, de liberté avec les conventions par un Lynch concluant sagement son film. Il y a de quoi être déçu, d'autant plus que l'interprétation était à la hauteur : John Hurt est saisissant, habitant totalement son personnage face à un Anthony Hopkins très éloigné des nombreux rôles de psycopathe qu'il tiendra par la suite. Les seconds rôles, notamment les présences féminines s'avèrent bien tenues, suffisamment en tout cas pour faire passer un minimum d'émotion. SI "Elephant Man" est loin de faire partie des Lynch majeurs, il se laisse toutefois voir agréablement, comme une copie propre d'un élève soigneux.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 291 abonnés Lire ses 1 080 critiques

    5,0
    Publiée le 15 mars 2014
    Le film le plus abordable de David Lynch, qui connut un succès retentissant au début des années 80, ce qui fit la renommée mondiale du réalisateur américain. Il raconte l'histoire vraie (bien que romancée) de John Merrick, un homme d'une grande difformité physique, qui malgré son apparence repoussante montre des qualités humaines irréprochables ainsi qu'une grande sensibilité. Il met en scène John Hurt dans le rôle de l'homme éléphant et l'excellent Anthony Hopkins dans celui du docteur Frederick Treves, qui le prendra sous son aile pour l'extraire de sa condition d'objet de foire. "Elephant Man" est un très beau film éblouissant de sincérité et d'humanité, la scène ou Merrick est coincé par les gens qui le pourchasse et où il crie "Je ne suis pas un animal, je suis un être humain" est très puissante, une des plus marquantes du cinéma; de plus la fin est absolument bouleversante avec une musique restée culte. Visuellement très abouti, dans la lignée de "Eraserhead", toujours en noir et blanc révélant une nouvelle fois les qualités d'esthétisme de Lynch. Cependant la réalisation est bien moins complexe que son prédécesseur, dont on pourrait reprocher une approche un tant soit peu académique, mais cela renvoi d'un certain sens au film lui même, où l'obtention de l'homme éléphant que ça soit par son esclavagiste ou par le Dr Treves pose une question morale pour en faire un objet de reconnaissance auprès du monde. En tout cas, pari réussi pour David Lynch qui signe là un vrai grand chef d'oeuvre du cinéma.
    Danny Wilde
    Danny Wilde

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 502 critiques

    3,5
    Publiée le 23 octobre 2015
    Bon je dois l'avouer, ce n'est pas un film que je regarde le coeur joyeux et l'esprit détendu, c'est un drame intense, douloureux, bouleversant, inspiré d'une histoire véridique, d'une tristesse absolue, qui réserve des moments pathétiques et qui vous fout le moral à zéro. C'est probablement un chef d'oeuvre aux yeux de beaucoup, mais le sujet qui ne m'attire pas ne peut pas me faire attribuer une note au-dela de "bien", j'en suis conscient et je le regrette. Cependant, je reconnais ses immenses qualités, car en traitant de l'acceptation des différences et de la reconnaissance de l'être humain quelles que soient les apparences, David Lynch (qui est produit par Mel Brooks, et qui frappait un grand coup) a réussi un film d'une rare sensibilité, sans voyeurisme ni caricature, ni mélo... Il est soutenu par une photo en noir et blanc de toute beauté de Freddie Francis, et a permis de révéler John Hurt, capable d'exprimer une émotion sous le maquillage incroyable crée par Christopher Tucker qui le rend pourtant méconnaissable. Indéniablement, ça reste un grand film.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top