Mon compte
    40 bons films qui durent moins de 90 minutes, de Toy Story à Gravity
    1 oct. 2020 à 18:30
    Maximilien Pierrette
    Journaliste cinéma - Tombé dans le cinéma quand il était petit, et devenu accro aux séries, fait ses propres cascades et navigue entre époques et genres, de la SF à la comédie (musicale ou non) en passant par le fantastique et l’animation. Il décortique aussi l’actu geek et héroïque dans FanZone.

    Plus c'est long, plus c'est bon ? Pas selon notre sélection de 40 films, qui atteignent un beau niveau de qualité sans excéder les 90 minutes. L'idéal pour une soirée cinéma où vous manquez de temps.

    The Walt Disney Pictures

    Gravity (2013) : 90 minutes

    Dans l'espace, personne ne vous entend retenir votre souffle du début à la fin de Gravity. D'où la bonne nouvelle de voir ce survival oscarisé à sept reprises (pour la réalisation d'Alfonso Cuaron notamment) ne pas excéder les 90 minutes.

    Toy Story (1995) : 77 minutes

    Si les trois suites de Toy Story durent plus longtemps, aucune ne dépasse les 100 minutes (soit la durée du 3 et du 4).

    Le Projet Blair Witch (1999) : 78 minutes

    Il aura donc fallu moins de 80 minutes au Projet Blair Witch pour terrifier toute une génération de spectateurs et lancer toute une série de films en "found footage", centrés sur des images soi-disant issues d'un caméscope ou d'un téléphone portable, selon l'époque.

    Les Bronzés font du ski (1979) : 90 minutes

    Moins long que le premier opus, déjà très réussi, Les Bronzés font du ski n'en reste pas moins plus drôle et efficace. Et culte.

    Alice au pays des merveilles (1951) : 73 minutes

    Il en va de même pour presque tous les classiques animés supervisés par Walt Disney avant sa mort, de Blanche-Neige et les Sept Nains au Livre de la jungle (seul Fantasia fait exception avec ses 125 minutes au compteur). Mais cela relève de l'exploit pour Alice au pays des merveilles, qui est le film de la liste qui contient le plus de personnages et de chansons.

    Les Temps modernes (1936) : 87 minutes

    Les six premiers longs métrages réalisés par Charles Chaplin (sur les onze que compte sa carrière en tout) peuvent entrer dans cette catégorie. Mais Les Temps modernes est à la fois le plus célèbre et le dernier à durer moins de 90 minutes.

    Bienvenue à Zombieland (2009) : 88 minutes

    La suite de Bienvenue à Zombieland, sortie en 2019, dure en revanche 99 minutes.

    A bout de souffle (1960) : 90 minutes

    A bout de souffle ressortira dans les salles françaises le 28 octobre, pour fêter ses 60 ans.

    Mon voisin Totoro (1988) : 87 minutes

    Si l'on associe souvent Hayao Miyazaki à des films longs, qui frôlent souvent les deux heures, Mon voisin Totoro fait figure d'exception, tout comme les 93 minutes de Porco Rosso.

    Le Train sifflera trois fois (1952) : 85 minutes

    Avec sa durée réduite, Le Train sifflera trois fois est un western à moitié moins long qu'Il était une fois dans l'Ouest.

    Tomboy (2011) : 82 minutes

    Si Tomboy est le plus court des longs métrages réalisés par Céline Sciamma, juste devant les 85 minutes de Naissance des pieuvres, on peut également noter qu'elle a co-scénarisé Ma vie de courgette, dont la durée n'excède pas les 66 minutes.

    Le Tombeau des lucioles (1988) : 90 minutes

    Soit bien moins de temps qu'il ne vous en faudra pour vous remettre de ce Tombeau des lucioles signé Isao Takahata, l'autre grande figure du studio Ghibli.

    Before Sunset (2004) : 80 minutes

    Une fois n'est pas coutume, c'est l'épisode central qui est le plus court de la trilogie. Et Before Sunset est le seul à durer moins de 90 minutes.

    Ghost in the Shell (1995) : 83 minutes

    Le remake de Ghost in the Shell en prises de vues réelles, porté par Scarlett Johansson et sorti en 2017, dure en revanche 107 minutes.

    Stand by Me (1987) : 85 minutes

    Stand by Me serait-elle la plus courte des adaptations de Stephen King sur grand écran ?

    Les Sentiers de la gloire (1957) : 88 minutes

    Sorti trois ans plus tard, Spartacus (qui marque les retrouvailles entre Stanley Kubrick et Kirk Douglas) dure 198 minutes. Soit plus 2,25 fois la durée des Sentiers de la gloire.

    Cours, Lola, Cours (1998) : 81 minutes

    Avec ses 81 minutes à l'arrivée, la pépite allemande Cours, Lola, cours tient plus du sprint que du marathon.

    [Rec] (2007) : 80 minutes

    De tous les épisodes de la saga initée avec [Rec], seul le 4 dépasse les 90 minutes.

    Rashomon (1950) : 88 minutes

    88 minutes pour développer un récit qui repose sur une succession de points vue permettant de voir un fait sous des angles différents, tel est l'exploit de Rashômon, qui ne paraît pas précipité pour autant.

    Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (1980) : 85 minutes

    C'est aussi l'une des caractéristiques de l'humour des ZAZ (pour ZuckerAbrahams - Zucker) : des comédie déjantées qui durent moins de 90 minutes. Y a-t-il un pilote dans l'avion ? a ouvert le bal, les Y a-t-il un flic... ? ont pris le relais, et les Hot Shots ! ont enfoncé le clou.

    Persona (1966) : 83 minutes

    Persona n'est toutefois pas le plus court des films réalisés d'Ingmar Bergman, puisque ce titre revient à Après la répétition (72 minutes).

    Phone Game (2002) : 81 minutes

    La durée très réduite de Phone Game s'explique notamment par son concept (un homme piégé dans une cabine téléphonique dont il ne peut sortir sous peine d'être abattu), peu compatible avec les longueurs.

    Le Roi et l'oiseau (1980) : 87 minutes

    Il a fallu plusieurs décennies pour parvenir à ce résultat (et cette durée), puisque Le Roi et l'oiseau a été mis en chantier en 1946 avant d'être arrêté quatre ans plus tard, à la suite d'une brouille entre Paul Grimault et son associé André Sarrut. Le réalisateur a néanmoins bataillé et surmonté la mort de plusieurs collaborateurs, dont celle de son co-scénariste Jacques Prévert en 1977, pour donner vie à ce film sorti en 1980.

    9 mois ferme (2013) : 82 minutes

    A l'exception d'Au revoir là-haut, la brièveté a toujours été la marque de fabrique d'Albert Dupontel en tant que réalisateur. Récompensé par deux César (dont celui de la Meilleure Actrice pour Sandrine Kiberlain), 9 mois ferme est le plus court de ses films.

    Massacre à la tronçonneuse (1974) : 83 minutes

    Le film paraît durer plus longtemps tant son ambiance oppressante rend l'expérience cauchemardesque. Mais Massacre à la tronçonneuse ne fait en réalité "que" 83 minutes.

    Laura (1944) : 88 minutes

    La durée réduite de Laura est sans aucun doute l'un des gros rebondissements de ce classique du film noir, tant il concentre avec brio autant de choses en si peu de temps.

    Chambre 212 (2019) : 87 minutes

    Christophe Honoré a cependant fait plus court que le très réjouissant Chambre 212 avec Homme au bain (72 minutes), dont il ne comptait initialement pas faire un long métrage avant que le sélectionneur du Festival de Locarno ne le fasse changer d'avis en 2010.

    Jeux interdits (1952) : 85 minutes

    Un thème musical inoubliable, une séquence d'ouverture déchirante, la révélation Brigitte Fossey, beaucoup de noirceur… Jeux interdits c'est tout ça, en moins de 90 minutes donc.

    L'Étrange Noël de M. Jack (1993) : 75 minutes

    Animés image par image, les films en stop-motion ne durent jamais très longtemps, sans doute à cause du temps que cela prend à produire. Et L'Etrange Noël de M. Jack ne fait pas exception.

    La Soupe au canard (1933) : 70 minutes

    D'autres films des Marx Brothers correspondaient également au critère de durée. Mais La Soupe au canard est, de loin, le plus réussi et hilarant.

    Eraserhead (1977) : 89 minutes

    Soit largement assez pour qu'Eraserhead nous offre un aperçu solide du talent et de l'univers de David Lynch, qui signe là le plus court de ses longs métrages.

    Elephant (2003) : 81 minutes

    A l'heure où l'on reproche aux films de la compétition cannoise d'être trop longs, Elephant nous prouve le contraire. Avec une Palme d'Or méritée à la clé. Gus van Sant remettra le couvert en 2007 avec Paranoid Park (85 minutes), auréolé d'un prix spécial du 60è Festival de Cannes.

    Freaks (1932) : 62 minutes

    Comme bon nombre de classiques de l'épouvante du début des années 30 (Frankenstein, Dracula…), Freaks n'a pas eu besoin d'étirer sa durée pour marquer durablement les esprits et inspirer quelques cinéastes, dont Tim Burton.

    La Corde (1948) : 83 minutes

    Si Alfred Hitchcock a souvent réalisé des films de moins de 90 minutes, pendant sa période anglaise notamment, La Corde possède une particularité : celle d'être composé de trois plans-séquences (et non un seul, comme il est souvent dit), obtenus en redoublant d'ingéniosité pour masquer les changements de bobines, qui ne pouvaient pas tourner pendant plus de 10 minutes.

    Tenue de soirée (1986) : 84 minutes

    Jusqu'à la sortie de Convoi exceptionnel, en 2019, Tenue de soirée était le plus court des films de Bertrand Blier.

    Frances Ha (2013) : 86 minutes

    Frances Ha n'est cependant pas le plus court des films réalisés par Noah Baumbach, puisque Les Berkman se séparent, sorti en 2005, durait 81 minutes.

    Evil Dead (1981) : 80 minutes

    Sortie en 1987, la suite d'Evil Dead entrait également dans cette catégorie, avec ses 85 minutes au compteur, alors que le troisième opus monte à 96.

    Following (1998) : 70 minutes

    Dans la filmographie de Christopher Nolan, un Tenet équivaut donc à un peu plus de deux Following en matière de durée.

    Cube (1998) : 86 minutes

    Un concept béton, des pièges retors et du fond, le tout en 86 minutes : on peut donc dire que Cube, c'est carré.

    Cloverfield (2008) : 81 minutes

    Comme [Rec], sorti en France la même année, Cloverfield reviste un genre (ici le film catastrophe, option gros monstre, façon Godzilla) avec les codes du "found footage" popularisés par Le Projet Blair Witch.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top