Mon compte
    Albert Dupontel

    État civil

    Métiers Acteur, Réalisateur, Scénariste plus
    Nationalité Français
    Naissance 11 janvier 1964 (Saint-Germain-en-Laye, Yvelines, France)
    Age 58 ans

    Biographie

    A la fin des années 80, Albert Dupontel se forme à la comédie au Théâtre National de Chaillot. C'est à cette période qu'il débute sur grand écran dans La Bande des quatre de Jacques Rivette et Encore de Paul Vecchiali. Mais c'est en 1991, sur scène que le comédien se fait véritablement connaître du grand public avec son one man show Sale spectacle, qu'il joue à l'Olympia. Son humour féroce et décalé en fait alors l'un des artistes les plus originaux de l'époque.


    Fort de sa popularité scénique, Albert Dupontel s'illustre en 1995 dans Un héros très discret de Jacques Audiard. Nommé aux César dans la catégorie Meilleur second rôle masculin, il s'attire le respect de la profession. Un an plus tard, il réalise son premier long métrage, Bernie, dans lequel il s'offre également le rôle-titre. Le ton unique du film, décapant et provocateur, ne fait pas l'unanimité, mais impose la personnalité de son auteur. Après avoir tenu l'affiche de Serial lover, Albert Dupontel signe la mise en scène de son deuxième long, Le Créateur (1998), réflexion sur le statut d'artiste. En interprétant La Maladie de Sachs (1999) sous la direction de Michel Deville, il montre aussi sa capacité à incarner des personnages torturés et complexes.


    Par la suite, ce comédien rare et exigeant confirme son désir d'éclectisme dans le paysage cinématographique français, alternant films choc (Irréversible, 2002), drames de facture classique (Du bleu jusqu'en Amérique, Deux jours à tuer) et comédies plus populaires (Petites misères, Monique, Odette Toulemonde). Il adhère également aux univers de Jeunet (Un long dimanche de fiançailles, 2004), Thompson (Fauteuils d'orchestre, 2006) et Klapisch (Paris, 2008). A partir du Convoyeur en 2004, on le voit également s'essayer à un registre plus physique comme le montrent ses prestations dans Jacquou Le Croquant (2007), L'Ennemi intime (id.) et Chrysalis (id.). Albert Dupontel n'en oublie pas pour autant de nous surprendre en s'improvisant Président (2006) et en nous livrant un troisième long, tout aussi décalé que les deux précédents : Enfermés dehors, où il se met en scène en SDF délirant.


    Plus sage, moins acide, mais tout aussi burlesque, il réalise en 2009 Le Vilain dans lequel il se met en scène aux côtés de Catherine Frot, sa partenaire dans Odette Toulemonde, qu'il grime en vieille dame tentant de remettre son fils dans le droit chemin. Dix ans après Les Acteurs, il retrouve Bertrand Blier pour Le Bruit des glaçons (2010), dans lequel il incarne le "cancer" de Jean Dujardin. En 2011, Dupontel rejoint de nouveau le duo de réalisateur Grolandais Benoît Delépine et Gustave Kervern Après Louise-Michel (2008) dans Le Grand Soir où il incarne, dans un duo détonant, le frère d'une autre grande gueule du cinéma francophone, Benoît Poelvoorde.



    Avec le déjanté 9 mois ferme, il revient à la réalisation pour la cinquième fois et retrouve Sandrine Kiberlain 18 ans après Un héros très discret. Le cinéaste remporte avec ce film le César du meilleur scénario original et vaut à sa comédienne principale le César de la meilleure actrice. En 2017, Dupontel met en scène Au revoir là-haut, adaptation ambitieuse d'un roman de Pierre Lemaitre se déroulant dans le Paris des années folles. L'oeuvre remporte cinq César en 2018 dont celui de la Meilleure réalisation pour Albert Dupontel.


    Deux ans plus tard, le metteur en scène est de retour derrière la caméra avec Adieu les cons. Lorsque Suze Trappet (Virginie Efira) apprend qu’elle est sérieusement malade, elle décide de partir à la recherche de l'enfant qu’elle a été forcée d'abandonner. Sa quête administrative va lui faire croiser JB, quinquagénaire en plein burn out, et M. Blin, archiviste aveugle mais enthousiaste. Là encore, c'est la consécration puisque Adieu les cons remporte sept César, dont ceux du Meilleur film et de la Meilleure réalisation.

    Ses premiers pas à l'écran

    La Bande des quatre
    La Bande des quatre
    1988
    Encore
    Encore
    1988
    La Nuit du doute
    La Nuit du doute
    1989
    Sales histoires
    Sales histoires
    1990

    Ses meilleurs films et séries

    Au Revoir Là-haut
    Au Revoir Là-haut
    2017
    Adieu Les Cons
    Adieu Les Cons
    2020
    Deux jours à tuer
    Deux jours à tuer
    2008
    9 mois ferme
    9 mois ferme
    2012

    Sa carrière en chiffres

    33
    Années de carrière
    6
    Récompenses
    47
    Films
    0
    Série
    28
    Nominations
    38,1 M
    Entrées ciné

    Genres de prédilection

    Comédie : 43 %
    Drame : 30 %
    Comédie dramatique : 16 %
    Romance : 11 %

    Ses stats sur AlloCiné

    22
    Vidéos
    154
    Photos
    91
    News
    0
    Fan

    A tourné le plus avec

    Bouli Lanners
    Bouli Lanners
    10 films
    Adieu Les Cons (2020), Les Premiers, les Derniers (2016), 9 mois ferme (2012), Le Grand soir (2011), Le Vilain (2008), Louise-Michel (2008), Avida (2005), Enfermés dehors (2005), Un long dimanche de fiançailles (2004), Petites Misères (2001)
    Nicolas Marié
    Nicolas Marié
    9 films
    Second tour (2023), BigBug (2022), Adieu Les Cons (2020), 9 mois ferme (2012), Le Vilain (2008), Enfermés dehors (2005), Le Convoyeur (2003), Le Créateur (1999), Bernie (1996)
    Adieu Les Cons (2020), Au Revoir Là-haut (2017), Fauteuils d'orchestre (2005), Un long dimanche de fiançailles (2004), Les acteurs (2000), Le Créateur (1999), Serial Lover (1998), Bernie (1996), La Bande des quatre (1988)
    Adieu Les Cons (2020), Au Revoir Là-haut (2017), 9 mois ferme (2012), Le Vilain (2008), Enfermés dehors (2005), Monique (2002), Le Créateur (1999), Bernie (1996)
    Claude Perron
    7 films
    BigBug (2022), Chrysalis (2007), Enfermés dehors (2005), Le Convoyeur (2003), Du bleu jusqu'en Amérique (1999), Le Créateur (1999), Bernie (1996)
    Au Revoir Là-haut (2017), 9 mois ferme (2012), Enfermés dehors (2005), Le Convoyeur (2003), Monique (2002)
    9 mois ferme (2012), Le Grand soir (2011), Louise-Michel (2008), Enfermés dehors (2005)
    Enfermés dehors (2005), Le Créateur (1999), Serial Lover (1998), Un héros très discret (1996)
    Mon Cousin (2020), Enfermés dehors (2005), Un long dimanche de fiançailles (2004), Le Créateur (1999)
    Jean Dujardin
    Jean Dujardin
    4 films
    9 mois ferme (2012), Le Bruit des glaçons (2009), Le Convoyeur (2003), Les Clefs de bagnole (2003)
    Gustave Kervern
    Gustave Kervern
    4 films
    Le Grand soir (2011), Louise-Michel (2008), Enfermés dehors (2005), Avida (2005)
    Yves Pignot
    4 films
    Adieu Les Cons (2020), Enfermés dehors (2005), Le Créateur (1999), Bernie (1996)
    Les Premiers, les Derniers (2016), Enfermés dehors (2005), Les acteurs (2000), La maladie de Sachs (1999)
    9 mois ferme (2012), Le Vilain (2008), Enfermés dehors (2005), Un long dimanche de fiançailles (2004)
    Irréversible - Inversion Intégrale (2020), Irréversible (2002), Un héros très discret (1996)
    Commentaires
    • Mechant_chien
      Un homme génial complètement barré, un grand acteur.Une gueule, des idées, des réalisations extraordinaires.Tout simplement hors norme.
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Faudra expliciter à quel moment Albert Dupontel a un égo surdimensionné, lui qui à chaque interview rappelle que les prix qu'il a obtenu n'ont pas de réel sens et que ses films sont au mieux intéressants.
    • Philippe C.
      non
    • Te68
      @Philippe C. : il faut avoir fait des films pour se permettre de tels propos,non? Je doute que ce soit votre cas. Quant a votre critique sur son égo, ne parlez -vous finalement pas pour vous même?
    • Philippe C.
      Réalisateur médiocre mais acteur correcte ( enfin, en même temps il à jamais rien joué de bien compliqué )un égo surdimensionné et un snobisme affligeant... enfin bref faire preuve d'empathie ne lui ferait pas de mal !
    • Johnny Favorite
      Carrément surtout dan Irréversible et Deux jours à tuer ou il est tout simplement stratosphèrique !!!
    • Ceco
      Super acteur
    • Ceco
      Fantastique
    • Buckaroo Banzai
      J'adore ce type.
    • KevVdV
      Il y a t'il un acteur que vous ne méprisez pas ?
    • S DC
      Lorsqu'on est dans le monde du spectacle et qu'on vit grâce à l'intérêt du public et, grâce aussi au crédit d'impôt cinéma (aux subventions), on gagne à faire preuve humilité.Être en retard, ce n'est pas bien mais ça arrive. Lorsque ça arrive à un sauveteur sur le lieu d'une intervention, c'est intolérable (si c'est de son fait). Lorsque ça arrive à un défenseur lors d'un match de foot, c'est dommage. Mais lorsqu'il s'agit d'une séance de cinéma et qu'on fait la promotion de son film on dit: ce n'est pas grave, il m'est arrivé moi aussi d'être en retard. En tout cas, merci Mr Pierre M de me faire l'honneur de votre présence. Et on reprend comme si de rien n'était.Adopter l'attitude condescendante que tu décris est juste un signe de médiocrité, tu as raison.Pourquoi j'écris tout cela aujourd'hui? Parce que, par hasard, j'ai vu un extrait de zapping où justement ce cinéaste se comporte de manière détestable.
    • Pierre C.
      Exact. Et j'espère qu'il en réalisera d'autres.
    • Lord S
      son dernier film: au revoir la haut été magnifique au passage^^
    • Ciro Di Marzio
      Oui aussi c'est clair il excelle aux deux poste ce type !!!
    • Pierre C.
      Oui. Pour moi, c'est surtout comme réalisateur qu'il est surprenant.
    • Ciro Di Marzio
      Irréversible , Deux jours à tuer , La proie , 9 mois ferme , Le bruit des glaçons , Bernie , Enfermé dehors , Au revoir là-haut , Un long dimanche de fiancailles , Le convoyeur . Un acteur époustouflant qui peut tout jouer !!!
    • L'irrationnel
      Cesar du meilleur réalisateur
    • Mr. Renton
      César du Meilleur Réalisateur TOTALEMENT mérité
    • Incertitudes
      Tu sais qu'il y a Dupontel, t'arrives à l'heure. J'habite un trou perdu, s'il venait se perdre à cet endroit, j'aurais des milliers de questions à lui poser (à lui comme à d'autres réalisateurs/acteurs) et je peux dire que je serai même sacrément en avance.
    • Incertitudes
      Dans tous ses films, il s'investit à 100 %. Le Convoyeur, que j'avais vu au cinoche en 2004, m'avait marqué. On le voit peu dans les médias, c'est dommage. Je me souviens de l'avoir vu passer chez Ardisson, à l'époque du Convoyeur justement. Baffie pouvait prendre des notes vu sa répartie.
    Voir les commentaires
    Back to Top