Mon compte
    Cannes 2014 : Sciamma, Leatherface, Boorman, Ghibli, Dexter... à la Quinzaine des Réalisateurs
    22 avr. 2014 à 13:35

    La Quinzaine des Réalisateurs a dévoilé sa sélection 2014 de 19 longs métrages dont "Bande de filles " de Céline Sciamma, le dernier film d'animation d'Isao Takahata, "Cold in july" avec Michael C. Hall et Don Johnson, ainsi qu'une version restaurée de "Massacre à la tronçonneuse".

    L'affiche officielle de la Quinzaine des Réalisateurs 2014

     

    Tout sur les films en Compétition

    Tout sur les films Hors Compétition

    Tout sur les films Un Certain Regard

    Tout sur les films de la Semaine de la Critique

    Une vitrine de tous les cinémas du monde et une fenêtre ouverte sur les jeunes auteurs comme sur les réalisateurs reconnus : c'est la vision que défend la Quinzaine des Réalisateurs depuis sa création en 1969. Non-compétitive, cette manifestation organisée parallèlement au Festival de Cannes a resserré cette année sa sélection pour atteindre 19 longs métrages et 11 courts métrages, à découvrir sur la Croisette du 15 au 25 mai prochains... puis en reprise à Paris, Marseille, en Suisse, en Italie et en Belgique.


    Film d'ouverture

    Bande de filles de Céline Sciamma

    Après son émouvant premier film, Naissance des pieuvres, présenté en section Un Certain Regard en 2007, et son solaire Tomboy (lequel a récemment soulevé l'ire des intégristes de Civitas), la jeune réalisatrice revient donc à Cannes avec ce long métrage. Porté par des comédiennes inconnues, repérées dans la "vraie vie", le film est une "éducation sentimentale" qui veut rester "juste sociologiquement", d'après la réalisatrice.

    Film de clôture

    Pride de Matthew Warchus

    Le réalisateur, qui fera pour l’occasion son baptême du feu Cannois, retrace l'éphémère alliance des mineurs et homosexuels au Pays de Galles en 84-85 pendant le "règne" Thatcher. Présenté comme un "acte politique", le film sera avant tout une comédie avec Bill Nighy et Dominic West en tête d’affiche. L'occasion peut-être de finir sur un éclat de rire ?

    Sélection long métrages

    A Hard Day

    A Hard Day de Kim Seong-hun

    Ce drame coréen met en scène un policier responsable d'un terrible accident de voiture ayant provoqué un décès. Faisant tout son possible pour dissimuler le drame, il aura cependant affaire au seul témoin de l'accident. Sont notamment présents au casting les acteurs Lee Seon-gyoon (Haewon et les hommes) et Jin-woong Jo (Nameless Gangster).

     

    Alléluia © Kris Dewitte

    Alléluia de Fabrice Du Welz

    C’est la première venue à Cannes du réalisateur belge de Calvaire. Le délégué général de la Quinzaine, Édouard Waintrop, déclare que le long métrage "peut être comparé à un thriller" et qu’il s’agit d’un film "très particulier qui nous a beaucoup marqué".

    Catch Me Daddy de Daniel Wolfe

    Premier film, ce thriller raconte comment la jeune Laila fuit sa famille et se cache dans une ville du Yorkshire avec son petit ami Aaron. Elle est pourchassé par son frère et une bande de chasseurs de primes. On retrouve au casting Conor McCarron, jeune acteur repéré dans Neds.



    Les Combattants

    Les Combattants de Thomas Cailley

    Ce premier long métrage est signé Thomas Cailley, remarqué en 2010 avec le court métrage "Paris Shangai" sélectionné dans de nombreux festivals. Il est porté par deux jeunes valeurs sures du cinéma français : Kevin Azaïs, vu récemment dans Vandal et Je fais le mort, et Adèle Haenel, César du meilleur second rôle cette année pour Suzanne de Katell Quillévéré. L’intrigue, présentée comme une comédie sentimentale, devrait réserver des surprises…

    Le Conte de la princesse Kaguya

    Le Conte de la princesse Kaguya d'Isao Takahata

    Suite au récent départ à la retraite d'Hayao Miyazaki, Ghibli ne perd pas de temps pour pérpétuer sa tradition. C'est dont l'autre grand maitre des mythiques studios, Isao Takahata, déjà célèbre pour son magnifique Tombeau des lucioles ou encore son étrange Pompoko, qui prend la relève pour l'adaptation de ce conte japonais millénaire relatant l'histoire d'une princesse découverte à l'intérieur d'un bambou. Ce film à l'animation très particulière sort enfin après huit années de préparation (!). Il sera également présenté en ouverture du Festival du Film d'Animation d'Annecy.


    Juillet de Sang (Cold in July) de Jim Mickle

    Michael C. Hall (qu’on ne présente plus depuis Dexter), Sam Shepard, et Don Johnson (qui retrouve son look de Django Unchained) dans un thriller poisseux, ancré dans le Texas des années 80… Sur le papier, ça fait très envie ! L’histoire de deux pères, lancés l'un contre l'autre, mais qui vont devoir s'allier pour découvrir une vérité encore plus sombre… C’est le quatrième long métrage du réalisateur dont le précédent film, We Are What We Are, a été sélectionné dans de nombreux festivals, dont la Quinzaine des réalisateurs en 2013, le Festival de Deauville et le Festival Fantastic’Arts de Gérardmer.

    Mange tes morts

    Mange tes morts de Jean-Charles Hue

    Après La BM du Seigneur, le réalisateur retrouve la famille Dorkel et sa communauté des gens du voyage, avec qui il part en virée dans le monde des "gadjos", à la recherche d'une cargaison de cuivre. A bord, Jason Dorkel qui s'apprête à célébrer son baptême chrétien, son demi-frère Fred fraîchement sorti de prison et le petit dernier Mickael, un garçon impulsif et violent. Un "film fabuleux et une grande fable sur la vie et l'espérance", selon les sélectionneurs, à mi-chemin entre le documentaire et la fiction...

    Massacre à la tronçonneuse © TCM

    Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper

    Près de 40 ans après son premier passage à la Quinzaine, le film d’horreur culte est à nouveau présenté sur la Croisette, par le biais d’une version restaurée en 4K et en présence du metteur en scène. Censuré dès sa sortie américaine en 1974, le long-métrage inspiré du véritable tueur en série Ed Gein avait fait sensation à l’époque en raison de son ambiance glauque et son côté réaliste, pour ensuite devenir un classique absolu du genre.

    National Gallery de Frederick Wiseman

    Depuis les années 60, Frederick Wiseman investit des lieux pour mieux passer au crible les différents rouages notre société. Après l’hôpital, l’école supérieure, le monastère, le commissariat, le club de boxe et dernièrement l’université de prestige (At Berkeley), le prolixe documentariste présente cette année un film d’un tout autre genre, un film sur la beauté, intitulé National Gallery. Portrait au jour le jour du célèbre musée de Londres, ce film, qui sortira en France le 15 octobre prochain, examine tout ce qui fait la spécificité de ce lieu magique, explorant également l'activité et les expériences de ceux qui le font vivre, des employés aux conservateurs jusqu’aux visiteurs…

    Next to Her

    Next to Her (At Li Layla) de Asaf Korman

    Sept ans après avoir présenté le court métrage "Mota Shel Shula", le réalisateur israélien Asaf Korman revient à la Quinzaine des Réalisateurs, cette fois avec son premier long. Désormais tributaire d'une solide expérience de monteur, notamment sur les films Jaffa et Les Voisins de Dieu, il raconte ici l'histoire d'une femme élevant seule sa petite soeur handicapée mentale et qui, un jour, doit se résoudre à la laisser dans un centre social.

    Le Procès © Les Films du Losange

    Le Procès ( Gett, le procès de Viviane Amsalem) de Ronit & Shlomi Elkabetz

    Après leur second film Les Sept jours présenté à la Semaine de la Critique en 2008, Ronit Elkabetz et son frère cadet sont de retour sur la Croisette, cette fois à la Quinzaine des réalisateurs. Le Procès de Viviane Amsalem suit le combat injuste et absurde d'une Israélienne déterminée à divorcer malgré l'opposition déterminante de son mari. Porté par l'actrice-réalisatrice et son acteur fétiche Simon Abkarian (Prendre femme), ce drame judiciaire a "complètement scotché" les membres de la sélection.

    P'tit Quinquin

    P’tit Quinquin, de Bruno Dumont

    Présentée en Séance Spéciale, P'tit Quinquin (prochainement diffusée sur Arte) est la première minisérie née de l’imagination de Bruno Dumont. En l’espace de quatre épisodes, le réalisateur de L'Humanité et Flandres (tous deux récompensés du Grand Prix à Cannes respectivement en 1999 et 2006) livrera aux Festivaliers une enquête policière burlesque et pleine de rebondissements, aux abords d’un village de la Côte d’Opale où sévit également une bande de jeunes menée par P’tiy Quinquin et son amoureuse.

    Queen and Country © Le Pacte

    Queen and Country de John Boorman

    Il s'agit de la suite du désormais culte Hope and Glory : il aura donc fallu 27 ans pour que le metteur en scène britannique offre une suite à ses souvenirs d’enfance de la seconde guerre mondiale. Dans le long métrage -dont l’histoire se déroule 10 ans après le premier opus durant la guerre de Corée-, le jeune Bill (incarné par Caleb Landry Jones) a 18 ans et vit ses premiers émois amoureux en attendant d’être appelé au front…  C’est la sixième fois que le réalisateur sera présent sur la Croisette après Léo le dernier (1970), Excalibur (1981), La Forêt d'émeraude (1985), Rangoon (1995) et Le Général (1998).

     

    Refugiado

    Refugiado de Diego Lerman

    Repéré avec Tan de Repente en 2002, le réalisateur a déjà eu les honneurs de la Quinzaine des Réalisateurs puisqu'il y a présenté en 2010 L'Oeil invisible. Selon Edouard Waintrop, Refugiado est "une histoire poignante vue à travers les yeux d'un enfant" et filmée par "un cinéaste qui sait toujours se réinventer".

    These Final Hours de Zak Hilditch

    La fin du monde est toute proche... Vous avez la possibilité de fêter ça ou d'aider une petite fille à retrouver la trace de son père. C'est le choix qui s'offre à Nathan Phillips, acteur australien que l'on a pu notamment découvrir dans le film d'horreur Wolf Creek, déjà présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2005. Climat suffoquant de canicule, décor pré-apocalyptique, atmosphère d'anarchie... La course contre la montre peut commencer. Et cette nouvelle édition de la Quinzaine peut désormais compter sur un film d'anticipation aux allures de série B et de road-movie intimiste. Une croisée des genres salutaire pour poser la question de la moralité en toutes circonstances.

     

    Tu dors Nicole

    Tu dors Nicole de Stéphane Lafleur

    Premier passage à Cannes pour le cinéaste canadien, à qui l'on doit déjà Continental, un film sans fusil et En terrains connus. Dans ce film, on suit Nicole, une jeune insomniaque de 22 ans, bien décidée à profiter de la maison familiale en l'absence de ses parents. Mais la visite impromptue de son frère aîné Rémi et de son groupe de musique vient troubler ses vacances... Julianne Côté et Marc-André Grondin tiennent les rôles principaux de ce film tourné en noir et blanc, dont "le but est d'immerger le spectateur dans une ambiance proche du rêve" selon le réalisateur.

    Whiplash

    Whiplash de Damien Chazelle

    C'est le grand vainqueur de Sundance en janvier dernier. Precious, Les Bêtes du sud sauvage, Fruitvale Station... Il semblerait qu'un passage par la Mecque du cinéma indépendant soit ensuite le passeport idéal pour Cannes ! Emmené par Miles Teller et J.K. Simmons, Whiplash s'attarde sur la relation qu'entretient un batteur de jazz avec son professeur de musique. Un drame qui, rappelons-le, a conquis le public ET le jury de Sundance. On lui souhaite un aussi joli parcours cannois... Et pourquoi pas une place en compétition à Deauville, en septembre prochain ?

    Brigitte Baronnet, Hélène Baud, Clément Cuyer, Mathilde Degorce, Thomas Destouches, Laetitia Forhan, Thomas Imbert, Nicolas Journet, Guillaume Martin, Corentin Palanchini, Laetitia Ratane, Raphaëlle Raux-Moreau, Laurent Schenck

    Leatherface revient à Cannes en version restaurée


    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Marine D.
      Il était pas bizarre Pompoko ! Il est génial ce film , je comprend pas que les gens le boudent. Moi je l'ai vraiment trouvé très bien , c'est un bon moyen d'intéresser les enfants à l'écologie et c'est vraiment touchant.
    • lexcalvin
      Les photos sont hideuses ....
    • tanguythev
      Nan mais Boorman à la Quinzaine pendant que t'as Godard qui se pavane en compet' officielle ! Cette honte, quoi !
    • wendsoy
      Tout à fait !
    • Mewnaru
      Très bon dossier sur les films de la Quinzaine. Il va falloir en surveiller de près dans cette liste.
    • Elisariel
      Liste impressionnante ! Affiche très bizarre et donc très sympa :-)
    • tanguythev
      Comme d'hab, la quinzaine est bien plus intéressante que la compétition officielle...
    Voir les commentaires
    Back to Top